Anecdotes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA    J’avais coché le 11 décembre car ce jour-là était prévu à Pau le jugement en appel de Didier Borotra et sa fille Sophie, vous savez, celle qui est grassement rémunérée par la ville de Pau pour un travail aux Halles difficile à identifier, et à qui on reproche un emploi douteux à Biarritz ( « Sophie Borotra, un scandale aux Halles de Pau ? » )
Pour connaître l’heure de l’audience c’est tout naïvement que je me tourne vers Google pour trouver toutes ces informations…mais non, le Tribunal de Pau n’est pas encore relié à l’Internet… Incroyable !
Sur les conseils d’un ami, je me rends donc sur place où je devrais trouver affiché ce type d’information. Là c’est le vide et je me tourne vers l’une des deux dames qui visiblement s’ennuie derrière son hygiaphone. Ma question concernant le programme du lendemain lui paraît curieuse, bizarre…
Non, rien n’est affiché, non on ne peut pas connaître le programme du lendemain… Non elle ne peut pas me renseigner, et puis qui suis-je pour demander de tels renseignements…   Stupéfiant !
Ainsi va la vie dans une institution moyenâgeuse avec des fonctionnaires d’une autre époque. C’est là qu’on se rend compte de l’impérieuse nécessité de supprimer cet archaïque statut de fonctionnaire, cela rendra beaucoup d’efficacité aux services publics, avec en prime beaucoup moins de monde…
Pour couronner le tout, les avocats sont en grève… pour lutter contre l’informatisation de la Justice…
Ah, pour obtenir l’information, c’est Sud Ouest qui la donnera le lendemain, l’audience est reportée : « Didier Borotra et sa fille seront jugés en appel le 16 Mai ».
 
Jeudi 6 décembre j’étais à Madrid, c’était un jour férié pour fêter l’anniversaire de la Constitution.
Elle reste plus que jamais un symbole pour les Espagnols. Bon, de passage à côté d’une journaliste de la TVE qui interrogeait un passant sur ses connaissances en la matière, j’ai vu toutes les limites de la chose… Mais il en serait de même en France.
Et jeudi soir, à la Puerta del Sol ainsi que dans toutes les rues du centre de Madrid il y avait foule (voir photo en médaillon) Une foule paisible et familiale qui essaye de se frayer un passage vers la Plaza Mayor voisine, à tous petits pas car la densité des promeneurs est incroyable. Pour un Français en visite, c’est autant de monde que lors de la victoire des bleus en 98, et lorsque j’interroge un Espagnol sur le but de cette foule, il s’étonne de la question, il n’y a rien de spécial, c’est un jour férié, on se promène…
Pendant ce temps, Paris est mis à sac par des voyous et les gilets jaunes les plus extrémistes. En France le SMIC est (était) à 1498 euros bruts comme en Allemagne ou au Royaume Uni (1463 €). En Espagne il est à 858 euros mais le chef du gouvernement Pedro Sanchez a annoncé ce mercredi qu’il le passerait par décret à 1050 euros brut en 2019…

Daniel Sango

 

3 commentaires

  • Heureusement qu’il y a les fonctionnaires, cible privilégiée de D. Sango, défenseur de « la vraie vie « , celle où il n y a plus de … fonctionnaires.

    • Le statut de fonctionnaire (en plus du nombre) est un des handicap majeur de notre pays. Et pourtant ils sont extrêmement maltraités puisque leur taux d’absentéisme est le double de celui des employés du privés (le triple pour les fonctionnaires territoriaux, voire plus !). Ceci est d’ailleurs confirmé, les contractuels qui font le même travail sont deux fois moins absent que les titulaires.
      Vous voyez qu’il faut supprimer ce statut ne serait ce que pour le bien être de ces « fonctionnaires » …

      • On pourrait rappeler aussi :
        – qu’il y a 3 jours de carences pour les arrêts maladies pour les entreprises privés, alors qu’il y en a aucun pour le secteur public…
        – Le calcul des retraites pour le privé est sur les 25 meilleures années, tandis que dans le public, c’est les 6 derniers mois….
        – ils ont la sécurité de l’emploi
        Alors, tant mieux pour les salariés du public, mais ces avantages coûte un … »pognon fou », comme dirait Macron, donc à l’heure où on parle tout le temps …d’égalité et où il y en a ras le bol de payer, payer, payer, ce qui empêche bien des gens d’arrivés au bout du mois, il serai tant de regarder aussi ces dépenses publics,sans tabous et idéologies pour augmenter les conditions de vie de tous..
        Rappel : depuis 40 ans, l’état est le seul qui :
        – n’a jamais fait d’efforts équivalents aux autres catégories de la population,
        – n’a jamais était réformé, tant dans son train de vie que dans ses missions,
        – n’a jamais proposé aucuns budgets en équilibre depuis 1974.
        Peut-on continuer longtemps à ne pas regarder de ce côté-là ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *