Après le FRIC, le RIC

    Ainsi donc Macron a largement cédé aux revendications des gilets jaunes, mettant la France dans une situation financière encore plus inextricable. Mais fort logiquement, les plus politisés, les plus irréalistes, les plus excités, restent mobilisés.
Les interview des gilets jaunes sur les giratoires ont montré des revendications tous azimuts, avec souvent la volonté de se montrer apolitiques. Pourtant, le sondage ELABE du 28/11/2018 indique au contraire une politisation majoritaire vers l’extrême droite et l’extrême gauche :
« D’un point de vue politique, les écarts sont très nets. Le taux de personnes se déclarant « gilets jaunes » est très élevé auprès des électeurs de 1er tour de Marine Le Pen (42%). Il atteint 20% auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, 18% auprès des abstentionnistes, 16% auprès de ceux de François Fillon et seulement 5% auprès de ceux d’Emmanuel Macron. »
Et après la satisfaction des principales revendications des « modérés » on voit maintenant la revendication évoluer, les gilets deviennent rouge.
Ils ne font pas de politique mais c’est le RIC qui alimente les discussions de ceux qui tournent en rond
Référendum d’Initiative Citoyenne, démarche d’inspiration mélenchoniste qui remet en question notre fonctionnement démocratique actuel (voir le flyer des gilets rouges en PJ)
On a aussi souvent entendu la 6éme république, l’assemblée constituante, les refrains de l’extrême gauche et bien d’autres revendications que l’on peut voir sur les sites facebook des plus politisés.
Au delà de cette volonté encore ratée de convergence des luttes dont rêvent nos extrémistes, il est calamiteux de voir que nos gilets rouges n’ont aucune proposition sérieuse pour traiter les deux problèmes majeurs de notre pays : le chômage et la fin de notre monde, en commençant par le réchauffement climatique.
Pauvre France !

Daniel Sango

RIC, flyer cliquer sur   RIC
Crédit Photo : Sud Ouest, péage Pau

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

10 commentaires

  • Les personnes qui ont (par exemple) de très petites retraites, ou les femmes (en particulier) qui ont de si faibles salaires qu’elles doivent travailler dimanche et jours de fête tout en ayant la garde de leurs enfants ont raison d’espérer, de se solidariser, et peut être même de se faire gruger par des partis politiques… Mais je crois que ces gens là méritent d’être écoutés et même entendus par les autres comme ceux qui n’ont jamais eu de fins de mois difficiles et ceux qui peuvent creuser le fameux déficit, où ceux qui ont eu toute leur vie TROP d’argent ! Non ? Ça ne vous paraît pas légitime ? Moi oui, surtout quand on voit que ces gens travaillent et que ceux qui se l’amènent pour la « pauvre France » sont payés à ne rien faire ! Non 🤔 ?

  •  » Pauvre France « , mais il y a aussi la France des pauvres. Il ne me semble pas que dans ses actes, dans le choix de ses propos ou de ses comportement, Monsieur Macron ait pris la mesure de la fonction de Président de la république française.

  • La fin du monde il y a un moment qu’on nous la promet. On ferait mieux de parler de la faim dans le monde…

    • La COP 24 se termine sur un fiasco, les experts du GIEC et les ONG environnementales sont catastrophés, on est parti pour dépasser 3°C…

      • Sauf qu’il y a plus de 50ans il y avait la faim dans le monde et on a jamais fait de  » COP 24″ ad hoc, avec experts et savants, à l’échelle planétaire.
        Maintenant il y a plus urgent.
        Dommage, ou tant pis ?

  • Laurent Joffrin editorialiste de Liberation ne donne pas les mêmes chiffres que vous .En effet il cite un questionnaire rempli sur les ronds-points .Sur 166 questions Il ressort ceci
    5% des gilets jaunes sont extréme droite ,13% a droite ,16% extréme gauche et enfin 46¨% de …Gauche et de conclure que Le Pen et Wauquiez ont, a travers les gilets jaunes
    soutenu ….la Gauche

  • Le RIC (referendum d’initiative citoyenne), c’est la dernière trouvaille. Cela part du principe « yakafokon » faire comme les Suisses. Il faudrait un peu réfléchir avant quand même. Car si l’idée est bonne pour de grandes questions, on ne peut déclencher le referendum à tout bout de champ.Même en Suisse les taux de participation arrivent à être ridiculement bas dans certains cantons et ça ne veut plus dire grand chose. Rappelez vous du temps de Rocard le referendum sur la Nouvelle Calédonie, ce fut une bouffonnerie.

    • ….L’intérêt principal du RIC n’est donc pas d’identifier une volonté du peuple, mais de fournir à chacun un moyen de contrôle sur les représentants, associé à des droits politiques renforcés. Chaque citoyen a alors le droit d’impulser les lois, de voter directement pour des projets législatifs, de censurer une loi de son gouvernement, voire de décider d’avancer la date des élections.
      Le RIC ne doit pas porter sur des questions budgétaires ni autres sujets techniques
      Cette limite est paradoxale car l’un des effets le plus régulièrement observé du RIC est la réduction de la dette publique…… En fait, le RIC empêche la technicisation abusive des sujets et favorise la transparence des enjeux. Au contraire, sans le RIC, les représentants sont incités à rendre inutilement complexes les enjeux budgétaires, limitant ainsi les éventuelles contestations…… ( Médiapart)
      A lire ces deux passages de l’ article de Médiapart, je ne pense pas que nos responsables politiques et administratifs soient prêts à accepter le RIC. Aujourd’ hui ils ne s’ inscrivent pas du tout dans cette démarche. Ils sont totalement à l’ opposé de cela ce qui peu expliquer nôtre banque-route, car ils ne rencontrent en face d’ eux personne qui peut leur faire opposition dans leurs projets ou décisions. Voir pour exemple les enquêtes d’ utilité publique ou les projets inutiles qui foisonnent en France. A la mise à enquête ils sont déjà  » ficelés » et à peine modifiables à la marge. Alors que la logique voudrait que les citoyens ou les associations de tutelle soient associés aux projets dès le départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *