Sur le bord de la route


Une partie des gilets jaunes va rester, déterminée. C’est son affaire, dans la mesure où elle n’occasionne pas de gêne pour le pays (mais est-ce possible : rien que le tourisme et l’image de la France vont se trouver marqués pour une longue période). Penchons-nous ici sur des catégories de Français qui ont été abandonnées au bord de la route. Faut-il les oublier ?

Ces Français sont nombreux et ce sont les plus faibles de notre société : les travailleurs qui gagnent moins que le smic parce que leur emploi est précaire ou intermittent, les retraités qui voient leur retraite revalorisée de 0,3% alors que l’inflation est à 2,3%, les fonctionnaires qui subissent aussi une érosion de leur pouvoir d’achat. Les agriculteurs forment aussi une catégorie professionnelle de plus en plus déclassée, au moins pour ceux qui ne se sont pas tournés vers une production industrielle.

Les mesures annoncées par M. Macron ne sont pas vides, mais elles ne peuvent répondre à la colère qui s’est manifestée. Des gestes d’apaisement auraient dû être faits, et bien plus tôt. Le principal aurait dû consister à donner la totalité de la taxe carbone à la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution. Mais il est des gestes de moindre portée qui auraient eu un impact. Par exemple, pour calmer la grogne contre les amendes infligées par les radars. Si la revendication n’est guère mise en avant, la mise hors service de la moitié des radars est éloquente (et 95% dans le Puy de Dôme tandis que le Cantal n’en dispose plus que d’un !). Un geste de mansuétude limité aux excès de vitesse compris entre 80kmh et 90kmh pour la période de juillet à décembre 2018 ne pourrait être interprété comme un abandon de l’objectif de réduction de la mortalité routière. Il serait apprécié comme une mesure de compréhension pour une adaptation difficile. Je précise que je ne préconise pas cette mesure pour des raisons personnelles car je ne crois pas être dans le cas évoqué.

Une autre mesure d’ordre psychologique concerne le sentiment d’injustice face aux grandes disparités de revenus. Il n’a pas été calmé car les tranches de la population les plus aisées sont restées épargnées par la bourrasque. Une taxation des recettes des entreprises qui croîtrait avec la proportion des bénéfices versés en dividendes aurait calmé le jeu et aurait rapporté plus que le rétablissement de l’ISF puisque 51 milliards de dividendes ont été versés l’an passé. A l’inverse, un bonus pourrait être accordé aux entreprises qui embauchent ; les finances publiques s’y retrouveraient, les indemnités pour le chômage se trouvant allégées. A cet égard, la transformation du CICE en baisse de charge pérenne n’est pas cohérente avec la volonté affichée d’évaluer les résultats des réformes entreprises.

Quant à la défiscalisation des heures supplémentaires, elle est non seulement nuisible pour le budget de la nation, mais aussi nuisible pour l’emploi, car le recours massif aux heures supplémentaires peut faire obstacle au recrutement. Seules certaines branches soumises à des aléas devraient bénéficier d’un tel allègement.

Je n’ai pas reçu de contradiction à l’idée que j’ai lancée de jouer sur l’année blanche en 2018. Un report de l’application de la retenue à la source permettrait pourtant une taxation normale des revenus financiers pour 2018 au lieu d’une taxation réduite qui peut être choquante pour les contribuables qui paient leur part entière. Mais, pour être honnête, je dois reconnaître que les revenus financiers seront taxés deux fois en 2019. Pourquoi cela n’a-t-il pas été objecté à ceux qui exigent que l’on fasse payer les riches ? Décidément, la communication de l’exécutif n’est pas au point. Et malheureusement, il n’y a pas que la communication. Il y a aussi l’attention et la direction. Admettons que c’est difficile lorsque l’on n’a pas eu soi-même l’expérience de « manger de la vache enragée » et que l’on doit traiter des problèmes des nations. Mais c’est pour cela qu’il n’aurait pas fallu gouverner seul et repousser les offres de dialogue.

Jean-Paul Penot

PS On pourra lire avec profit l’entretien du sociologue Alexis Spire dans Télérama du 15 au 21 décembre.et le livre de Nicolas Delalande « Les batailles de l’impôt. Consentement et résistance de 1789 à nos jours (éd. Le Seuil).

Comments

  1. Au 19° siècle l’Empire Ottoman était déclaré « l’homme malade de l’Europe » et d’après vous au 21° siècle qui est l’homme malade de l’Europe? je vous laisse la réponse

  2. Pierre-Michel Vidal says:

    Le problème n’est pas économique, il est social avant tout. Les solutions on finit par les trouver à condition de le vouloir vraiment. On ne va pas se noyer dans la technique budgétaire il y a des gens qualifiés et payés pour ça. Le problème c’est la hiérarchisation des priorités. Or il est apparu nettement avec cette crise que l’urgence est sociale. Une très large majorité des français qui a soutenu les Gilets Jaunes (plus de 70%) en a convenu. Cette crise a été traité avec condescendance, mépris et dans un mauvais tempo par un gouvernement inexpérimenté et maladroit. Tout cela aboutit à une France coupée en deux et le bénéfice politique ira sans doute à l’extrême-droite. Alors-là bonjour l’image touristique de notre pays!
    Quand à la défiscalisation des heures supplémentaires c’est une mesure qui va à l’évidence contre l’emploi.

    • « Le problème n’est pas économique, il est social avant tout. Les solutions on finit par les trouver à condition de le vouloir vraiment. »
      Des mots, comme si tout était possible …
      Par contre on ne débat jamais du réel : pourquoi dans un pays qui offre un maximum d’assistance, une éducation gratuite, qui redistribue le plus, …etc,bref un exemple pour la planète, certains ne sont toujours pas satisfaits ?
      Avec la question de fond : quelle est la responsabilité de chacun dans sa situation actuelle ?
      Un bon sujet que j’aborderai bientôt…

  3. « Quant à la défiscalisation des heures supplémentaires, elle est non seulement nuisible pour le budget de la nation, mais aussi nuisible pour l’emploi, car le recours massif aux heures supplémentaires peut faire obstacle au recrutement ».
    Cette méthode que j’appelle « partage de la pénurie » est ni plus,ni moins celle qu’on pratique depuis des décennies : résultat : 10% de chômage de masse depuis ces mêmes décennies…

    Donc, je pense que si on veut créer significativement des emplois, la solution est de baisser toutes les charges pour que les entreprises soient plus compétitives, donc qu’elles puissent embaucher le plus possible.
    Je trouve que c’est une bonne chose de proposer des heures supplémentaires intéressantes sans charges, pour augmenter le salaire ponctuellement.

    « Un report de l’application de la retenue à la source  »
    Pour moi, cette mesure n’avait effectivement aucunes urgences.

    Une réforme de fond de l’état et de ses missions, donc par conséquent une réforme de fond de la fiscalité est la voie d’urgence qu’il faut prendre, pour faire aussi bien pour moins cher et reverser les économies ainsi trouver au pouvoir d’achat de tous les français par la baisse équivalente des charges, des taxes et des impôts.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s