Encore un petit service amical !

Monsieur Alain JUPPÉ doit à son ami Richard FERRAND, président de l’Assemblée Nationale, de devenir un membre du conseil constitutionnel pour neuf ans alors qu’il aura 74 ans en août 2019. Ce n’est certainement pas le genre de promotion susceptible de réjouir ceux qui souhaiteraient une république plus vertueuse car , enfin , on oublie vite les malversations commises par ce « grand serviteur de l’État ».
Aussi est-il bon de rappeler ce que publiait le Nouvel Observateur le 2 décembre 2004.
« Alain Juppé a été reconnu coupable d’avoir, en tant qu’ex-secrétaire général du RPR (1988-1995) et adjoint aux finances à la mairie de Paris (1983-1995), couvert la rémunération par la Ville de sept personnes qui travaillaient en réalité pour le parti gaulliste.
Dans son arrêt, la cour a estimé « regrettable que M. Juppé, dont les qualités intellectuelles sont unaniment reconnues, n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l’ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés ».
La cour a aussi jugé « particulièrement regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, M. Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti, dont il était le secrétaire général à l’autorité incontestée, les règles qu’il avait votées au Parlement ».
On connaît la suite du feuilleton. Alors que beaucoup le croyaient définitivement sorti de la scène politique, l’intéressé qui s’était fait oublier quelque temps, s’est vu offrir comme strapontin la mairie de Bordeaux. Sans doute espérait-il mieux puisqu’il a osé postuler aux primaires de la droite en 2016 à l’issue desquelles il déclarait se consacrer aux seules affaires bordelaises. Mais ces gens-là, dont on ne veut plus, sont comme mes caméléons. Un œil peut regarder devant pendant que l’autre regarde à côté. On ne sait jamais, il peut y avoir quelque chose qui traîne ici ou là.
Et voilà une bonne planque pour neuf ans, sans responsabilité, pour un salaire avoisinant mensuellement 13000€. Autrement plus que l’indemnité municipale !
Seul Yves JEGO n’avait pas cru à l’enterrement d’Alain JUPPÈ. Beaucoup d’autres y croyaient dans l’espoir d’une place à prendre.
«  Le bon peuple », celui des gens comme vous et moi, qui travaille, cotise, paient ses impôts, qui râle mais oublie vite, ne va prêter attention à cet outrage aux bonnes mœurs. La moralisation de la politique n’est pas pour demain. Ce n’est pas des milliers de gilets jaunes qui devraient se retrouver dans la rue mais des millions de citoyens paisibles , non casseurs, venant crier leur colère. Il ne manque qu’un chef d’orchestre pour l’organiser. Imaginons-nous le droit pour un tricheur de contrôler la constitutionnalité des lois ?

Pierre ESPOSITO

Crédit photo : Conseil constitutionnel .fr

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

12 commentaires

  • Juste : merci Pierre-Michel Vidal. Je souscris totalement à votre réponse, qui a tout dit …..

  • Certes, cet article est bien tourné. Mais je fais simplement remarquer, comme beaucoup d’autres, que Monsieur Alain a accompli sa peine et donc soldé son compte avec la société.
    N’est-ce pas là une façon sournoise d’alimenter la fameuse « bien-pensance » que tout le monde vomit depuis que ce mot est à la mode.
    Dans l’Egypte ancienne, on croyait à la pesée des âmes après la mort. Est-on aujourd’hui capable de réflexion et de bon sens et « peser » avec objectivité, l’action en profondeur de nos hommes d’état? Il suffit juste de regarder dans le rétroviseur de l’histoire pour être un peu plus pondéré dans nos jugements à chaud.

    • Pourquoi ce raisonnement ne semble pas correct?
      Parce que l’accès à certaines professions est conditionné à la fourniture d’un casier judiciaire vierge, alors que l’on a purgé sa peine. On peut donc penser que pour dire le droit constitutionnel, il serait bon de ne pas avoir été condamné pour avoir violé des lois que l’on avait soi-même votées.

  • Un article bien tourné, avec un argumentaire comme il faut.

  • Moralité : le message des Gilets jaunes n’est pas passé, nous sommes bien d’accord.

  • Voilà un jugement bien sévère ! Alain Juppé a été condamné, il a donc payé sa dette à la société. Une société qui a su reconnaître ses qualités : 61% en sa faveur dès le 1er tour des élections municipales… alors que les électeurs le jugeaient déjà sur un bilan. 20 points de plus que le futur maire de Pau !

    • Payer sa dette ne veut pas dire faire partir des autorités morales incontestées de notre république.
      Une élection n’a pas valeur de blanc-seing judiciaire, ni même de jugement de valeur humaine : les Bordelais ont estimé qu’il pourrait être leur maire, ce qui ne préjuge pas de ses qualités de constitutionnaliste.
      En même temps, malgré ses larmes de crocodile, il n’a pas hésité longtemps pour accepter son nouveau poste, laissant en plan tous ses engagements vis à vis des sus-dits Bordelais : la soupe ne doit pas être si mauvaise.

  • Nous avons définitivement les hommes politiques que nous méritons, puisque nous les élisons, et nous les ré-élisons en toute connaissance de cause.

    • Je ne pense pas que nous avons les hommes que nous méritons, mais par contre nous acceptons le système qui permet d’ avoir ces hommes là. Ce système administratif ou bureaucratique, je ne sais, est assez perméable pour laisse passer ces personnages par d’ infimes trous de souris, dont ils connaissent le fonctionnement avec perfection dès leur sortie de l’ ENA. Ce qui leur laisse toutes les raisons de retomber systématiquement sur leur pattes jusque’ à la fin de leurs jours. C’ est cela qu’ il faut modifier, afin que ce genre d’ affaire ne se renouvelle plus. Cela est encore plus pervers que le cumul des mandats, car dans ce cas c’ est du copinage sans aucun contrôle. J’ irai jusqu’ à dire que c’ est un système clanique légalisé au sein de la république. Ce sont cela mêmes qui donnent des leçons en disant qu’ il faut être performant et passer des concours et des examens pour
      s’ élever dans la hiérarchie et prônent la société au mérite !!!!!
      Dans le même genre, on peut parler aussi du cas des super préfets qui le deviennent pour le restant de leurs jours, parfois à l’ insu de leur plein gré, lors de leur mise à la retraite. Voilà un beau sujet de revendication pour les GJ, ce qui permettrait de mettre de l’ ordre au sein de la république.

    • Pierre-Michel Vidal

      Il a payé sa dette c’est vrai, il est donc aussi légitime que… Fabius par exemple, un modèle de vertu comme tout le monde sait…
      De @xavierbertrand sur twitter cette déclaration à laquelle je souscris:
      « Oui, l’esprit public est devenu délétère et cette montée de la violence est insupportable. Chacun doit entendre les raisons qui amènent @alainjuppe à se retirer de la politique. Merci pour les combats menés pour défendre une certaine idée de la France en 40 ans de vie publique ».
      Respect donc même si on ne partage pas les idées de Juppé.

Répondre à JAIR Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *