La révolte algérienne

Les images que nous en proposent les médias sont riches d’enseignements pour nous Français.
Ainsi est-il surprenant de voir que les milliers de manifestants défilent sans violences.
Pas de voitures brûlées, pas d’ouvrages publics dégradés et pourtant pratiquement pas de policiers.
Bien curieux au regard de ce qui se passe en France avec moins de participants et de plus grands déploiements de forces.
Et cela non seulement en Algérie mais aussi en France pour les mêmes manifestations qui n’ont causé aucun dégât alors qu’habituellement les forces de l’ordre sont conspuées, agressées et considérées comme des provocatrices quand elles poursuivent des individus qui, refusant d’obéir à leurs injonctions, s’enfuient aux risques de leur vie avec le soutien d’une population qui ose soutenir que la faute en revient aux policiers qui devraient donc renoncer à toute interpellation sous peine d’être coupables du résultat de leur intervention.
Le contraire du vivre ensemble dont on nous rebat régulièrement les oreilles en offrant micros et caméras à des citoyens toujours prêts à témoigner de la bonne mentalité, de la serviabilité, de la gentillesse, on ne va pas jusqu’au civisme quand même, de ceux qui s’en prennent régulièrement à tout ce qui est un signe de l’autorité légitime ou tout simplement aux services d’incendie.
Ce qu’il est aussi permis de retenir est le nombre de femmes présentes dans les manifestations et surtout le fait qu’elles avaient le visage découvert. Alors pourquoi en France ces revendications à toutes sortes de tenues vestimentaires, burka , niqab , hijab ? Des traditions, des obligations religieuses ou des provocations ?

Pierre ESPOSITO

Crédit photo : 20 minutes.fr

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *