Dado à Pau

« Rien de ce qui est ne me satisfait. La nature est laide et je préfère les monstres de ma fantaisie à la trivialité positive ».
Beaudelaire
La semaine dernière je me suis inquiété de la faible place attribuée à la culture dans le Grand Débat. De nombreux observateurs en ont fait de même. Je persiste à penser qu’il y a là un manque essentiel qui n’est pas à la hauteur des promoteurs de cet échange qui se veut historique.  Mais sans doute me suis-je emballé un peu vite quand j’ai parlé, dans le même papier, de « désert culturel » à propos de Pau. Certains s’en sont plaints dans ces colonnes. Il faut savoir faire son autocritique : c’est le problème des formules elles sont souvent injustes et sommaires. Car même s’il y a beaucoup à dire sur les orientations données dans ce secteur essentiel pour une ville moderne, il y a tout de même des réussites et je veux en témoigner ici en évoquant l’exceptionnelle exposition « Dado de l’intime au mythe » présentée au musée de Pau en ce moment jusqu’au 2 avril.
Dado, un artiste peu connu du grand public mais largement consacré par ses pairs et recherché des amateurs d’art contemporain. Une exposition qui par le nombre d’œuvres présentées, leur importance, l’efficacité de leur mise en place comptera dans l’histoire des présentations du travail de l’artiste. Dado, Miograd Djuric, né au Monténégro en 1933 est mort à Pontoise en 2010. Il a été découvert par Jean Dubuffet « l’inventeur » de l’Art Brut et soutenu par le grand galeriste Daniel Cordier qui fut aussi le secrétaire de Jean Moulin. De l’Art Brut cela n’en est pas vraiment mais cela y fait penser fortement. Cela n’en est pas car tous les travaux présentés ici sont très construits et s’appuient sur une technique du dessin unique. On notera au passage que Dado travaillera avec le grand graveur d’Arzacq, Georges Visat, méconnu de ce Béarn où il passa ses dernières années, après avoir travaillé avec les plus grands artistes (Picasso, Matta, Max Enrst, Hans Bellmer, etc.)
« L’art c’est l’appropriation du réel » nous dit Louis Aragon et le monde de « Dado » n’est pas plaisant. Le personnage qui nous prend la main est débonnaire et sympathique mais ce qu’il nous montre ne l’est pas vraiment. Un univers marqué par la dureté des traits, le chaos des situations, la détresse de ceux qui n’ont rien. Et ce regard terrible, qui évoque parfois le Goya des « Malheurs de la Guerre », il le doit, dit-il, à la vision de ces clochards aperçus au petit matin rue de Seine à Paris. Des visages et des corps ravagés qu’il n’a pu oublier…
Dado : « Dans le chaos qu’est une grande ville, personnellement, je me suis trouvé complètement éclaté, déchiré. Je ne voyais plus rien, vraiment, je marchais dans la rue mais en pièces détachées, carrément. De la merde. Je pataugeais dans une espèce de merde, je ne voyais rien. » Daniel Cordier a parfaitement décrit cette vision :  » […] de la sérénité au-delà du désespoir […]. Un monde de catastrophes atomiques où le génie de quelques-uns n’aura servi qu’à corrompre et mutiler l’esprit de tous les autres. »
Evidemment il s’agit là d’une démarche qui va à l’encontre de celle de notre époque qui promeut une beauté glacée, une esthétique radieuse, une harmonie superficielle. Aurore Méchain directrice des musées de Pau nous le dit : «  Cet art qui nous renvoie à une réalité assez cruelle, celle des guerres, des déplacements, de l’arrachement des populations est un écho à notre société contemporaine ». Dado veut faire du laid le beau et ainsi il transgresse les lignes du bon goût, du « light » pour évoquer l’innommable. En ce sens, même si elle peut choquer ou plaire, c’est une exposition qui s’adresse à tous à condition de l’aborder sans préjugés. Aimer, ne pas aimer n’est pas la question ; la question est : que dit cet artiste sur le monde où nous vivons.
Le Musée des Beaux-Arts détient par ailleurs, les Palois ne le savent pas assez, des merveilles dans ses collections permanentes : le fameux « Bureau de Coton à la Nouvelle Orléans de Degas, mais aussi des œuvres de Goya, Le Gréco, Breughel de Velours, des Lhote, des Marquet, Delacroix et autres trésors moins connus mais précieux. Il va désormais s’agrandir : l’ancienne bibliothèque municipale sera rénovée et consacrée pour partie à l’Ecole Supérieur des Arts. L’architecte Palois François Lathelize a conservé fort judicieusement le caractère « art déco » des deux bâtiments qui seront reliés par une vague en verre coloré. Le square Lafond sera consacré à l’exposition de sculptures. Fin des travaux 2019 et coût annoncé (on va me le demander !) : 4 millions 6 d’euros. C’est un beau projet.
Si on accueille, dans cette structure nouvelle, des expositions de la qualité de « Dado de l’intime au mythe » même les plus économes devraient en convenir : l’effort en vaut la peine.

Pierre Michel Vidal

Photo : « Dado, de l’intime au mythe » © Capture d’image France 3/Culturebox

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *