Les patrimoines du pays à l’épreuve du temps et des inégalités !

Les patrimoines du pays à l’épreuve du temps et des inégalités !

Un symbolisme chrétien et un catholicisme patrimonial soumis à l’épreuve du feu, des émotions laïques sincères extériorisées ou pas, de la rue au monde entier, des envolées lyriques, bien adaptées au gothique rayonnant,…..

Le patrimoine français est anéanti.

Des dessous politiques bien distillés…, le croyant et anticlérical Victor Hugo à la tête des ventes, poète pourtant honni de beaucoup de catholiques…, un tourisme au moment de Pâques à la baisse, des hôteliers, restaurateurs et commerçants effondrés…

C’est la catastrophe économique.

Comme Napoléon au peuple français ou Marx, aux prolétaires, Macron demande aux citoyens de s’unir, comme après la victoire à la coupe du monde, et de verser de l’argent pour la reconstruction rapide d’une «plus belle» Notre-Dame de Paris, avant les prochains J.O ! Le double du montant estimé du chantier serait déjà récolté, d’après Sud Ouest !

On évoque un symbole, de l’émotion, de la tristesse, de la consternation,du qualitatif donc ; on réplique financement, rentabilité, du quantitatif, comme toujours !

De plus, comment peut-elle être plus belle ? C’est enfantin.

Dans les colonnes du Midi Libre, le spécialiste français des religions, Odon Vallet, rappelle qu’une grande partie des 40.000 églises françaises sont dans un état épouvantable, il pleut dedans et sont menacées parfois de fermeture. Alors :

«Aux communes, aux départements, aux régions qui veulent donner à Notre-Dame je leur dis : Ne faites pas cette bêtise. Si vous avez des sous, gardez-les pour les églises de vos villages, pour cette France rurale ou périurbaine dont les ‘gilets jaunes’ ont montré qu’elle était la plus oubliée».

Il y a non seulement des églises ou cathédrales mais de nombreux châteaux ou demeures publiques ou privés, de grande valeur patrimoniale, à l’abandon, que le Ministère de la Culture, la Région ou les municipalités ne peuvent pas entretenir.

Le surplus des dons sera-t-il employé à cela ou rentrera-t-il dans les caisses de l’Etat ?

Il y a bien le dévoué, dynamique et touchant Stéphane Bern et son loto mais sur les 15 euros dépensés pour l’achat d’un ticket à gratter, seul 1,52 euro, soit 10 % du prix, est reversé à la Fondation du patrimoine! Une bonne volonté démoralisée !

C’est pour quand le prochain incendie dans une cathédrale ou ailleurs ? A Rodez peut être, puisque la région Occitanie a refusé la moindre aide au maire, alors qu’elle a débloqué 1,5 million d’euros pour intervenir en dehors de son territoire et de ses compétences pour la cathédrale parisienne. Une intervention à Notre Dame, bien plus précocement, aurait peut-être pu éviter ce pire !

Ce patrimoine parisien est celui de la France d’en haut, celle des héros, des puissants, de la transcendence, celle que l’histoire nous a enseigné, celle que l’on décore, glorifie, celle que notre Président veut incarner, mais pas celui de la France d’en bas, qui pourtant lui a permis de se réaliser et de progresser.

Quand on évoque la réussite des premiers de cordée, on oublie toujours les sherpas qui ont transporté le matériel !

Les patrimoines sont les traces de notre histoire, ils permettent sa reconstitution, ils résultent du travail, de l’expérience, des acquis, du sacrifice de tous, des petits, des obscurs, des sans-grades ; c’est la préservation de notre mémoire collective.

On oublie d’évoquer que chaque ancien est un patrimoine culturel ; la société actuelle sépare grands-parents et petits-enfants, si bien que la transmission du passé ne se fait plus ; de la spécificité, souvent fort riche, de la vie des anciens, il ne reste que ce que les jeunes entendent, et ils ne sont pas fiers d’eux ; «ce sont des parasites  car ils ne travaillent pas, leur niveau de vie est supérieur à celui des actifs ; ceux qui ont vécu la guerre, l’occupation et la pénurie sont des privilégiés, leur vécu n’a pas d’intérêt ; trop coûteux, comme les vieux châteaux, on les laisse tomber, mieux, on leur retire encore quelques pierres ! Ils deviennent alors des chefs d’oeuvre en péril dans les Ehpads, tout en permettent des investissements rentables à certains.

«l’achat d’une chambre médicalisée au sein d’un EHPAD permet de résoudre plusieurs problématiques, de la quasi absence de fiscalité sur les loyers encaissés à un risque faible, tout en procurant un rendement attrayant»

Investir en EHPAD | Préparez votre retraite | EHPAD.com‎

Annoncewww.ehpad.com/‎

Il y a aussi tous les étrangers qui, depuis la nuit des temps, ont constitué le peuple français ; ils l’ont enrichi en créant une très grande diversité ; les archives du patrimoine renferment le témoignage de leur participation, à de nombreuses reprises, au sauvetage de la France.

On a vraiment l’impression que, sans Notre-Dame, la France n’a plus de patrimoine, toute son histoire s’effondre !

Quelle erreur !

La France a une richesse patrimoniale extraordinaire qu’elle n’entretient pas du fait du choix de ses dépenses.

Entre le nucléaire et le patrimoine, le politique n’a pas hésité.

Abandonner la connaissance du passé, c’est être prêt à recommencer, par ignorance, «le plus jamais cela».

Le patrimoine est une création ou un acquis transmis par les ancêtres. Il est donc riche par la diversité des contributeurs issus de la collectivité des vivants , pas seulement de certains. On parle d’un patrimoine culturel et naturel.

Le patrimoine culturel est historique, architectural, industriel, religieux, littéraire, musical…On associe le patrimoine maritime, agricole….. Il dénote l’évolution culturelle de l’humanité et constitue une trace incontournable mais pas indélébile, d’où l’entretien indispensable, pour la reconstitution de notre passé culturel que l’on peut faire remonter au paléolithique.

C’est le contenu de nos racines, de notre identité.

Certains composants ont pris plus d’importance que d’autres suivant les lieux, les goûts, les croyances, les valeurs spéculatives attribuées, les politiques menées, les faits importants qui y sont associés, l’histoire telle qu’elle est enseignée…

Le patrimoine naturel est «l’ensemble des biens dont l’existence, la production et la reproduction sont le résultat de l’activité de la nature, même si les objets qui le composent subissent des modifications du fait de l’Homme» (INSEE, 1986).(Wikipedia).

Ce sont toutes les ressources planétaires : eau, air, sous-sol, sol et vivant, que nos ancêtres nous ont laissées et qu’on est entrain de dilapider sans se soucier de nous-mêmes et de notre descendance.

Il est évalué avec de plus en plus de précision grâce au développement de la géographie, océanogaphie, génétique, biologie, aux inventaires faunistiques, floristiques, géologiques, pédologiques, minéralogiques, paléontologiques… Les résultats complètent le patrimoine culturel en élargissant la connaissance du passé de la terre et de la vie, bien avant l’apparition de l’homme.

Ainsi, par exemple (1), il est particulièrement intéressant de faire une comparaison entre l’évolution de l’architecture au niveau biologique, depuis l’apparition de la vie, et celle développée par l’homme au cours de son histoire, ancienne et moderne. Elle montre que l’homme n’a rien inventé, il a puisé dans le patrimoine représenté par les fossiles pour édifier ses constructions.

>Les premiers pluricellulaires apparus ont développé des squelettes externes massifs formés, comme des parpaings ou des briques juxtaposés, de prismes de calcite, ou d’aragonite lamellaire dans la nacre. Epais, lourds, ils devaient vivre sur le fond de l’eau. Ce n’était pas un gros inconvénient car la poussée d’Archimède (qu’ils ignoraient !), compensait et permettait les déplacements, souvent limités d’ailleurs. On peut citer les coquilles des mollusques, des ammonites, des oursins…

>Les seconds, apparus par la suite, conquérants de la terre ferme, ils ont pu éviter l’écrasement et se maintenir, d’abord couchés (reptiles), puis, sur 4 pattes courbés (batraciens) puis sur deux pattes, semi-vertical puis vertical (oiseaux, mammifères et l’homme), grâce à l’allègement d’un squelette interne sinueux, armé, souple, léger (creux par endroit), adapté par sa structure évolutive, aux forces qu’il a à subir. Ce n’est plus du calcaire mais un mélange de différents sels minéraux et de matière organique, le tout parcouru par des fibres s’entrecoupant dans de nombreuses directions (un peu comme dans le béton armé). L’exemple le plus spectaculaire est fourni par l’observation d’une coupe longitudinale de fémur humain. Le tube creux est privilégié ; plus léger, il est protecteur de formations fragiles comme le cerveau ou des centres de formation des globules du sang; il est empli d’air chez les oiseaux.

La sélection culturelle a maintenu d’abord, elle aussi, des architectures réalisant des bâtiments massifs, lourds, peu élevés du fait de leur poids, formés par des blocs énormes (pyramides), des pierres taillées (forteresses..), des blocs de synthèse (briques, parpaings..). Les œuvres d’art, comme les églises, ont représenté l’apothéose de :               l’art roman.

Puis avec les progrès de la technologie et du savoir faire, telle l’évolution biologique, le bâtiment s’est élevé, allégé, aéré,.., un nouvel art est apparu :

L’art gothique.

La technologie a transformé par la suite, elle aussi, les tubes pleins en tubes creux en changeant, elle aussi, la composition de la matière ; le béton armé, l’acier, le plastique…

Le corps humain est une merveilleuse cathédrale gothique qui peut se déplacer!

Dans les deux souffle l’esprit.

L’enracinement du culturel dans la naturel devrait constituer une mise en garde pour les décideurs contre les mesures d’autodestruction engagées ; une des plus grave est l’effondrement de la biodiversité. Ainsi, la population globale d’insectes a chuté de 41% au cours des dix dernières années dont 53% de papillons et 46% d’abeilles, pollinisateurs, à l’origine de nos aliments. Sanchez-Bayo et Wyckhuys- Biological Conservation (2019). En France, environ 70 % des 6 000 espèces de plantes recensées, sauvages et cultivées, sont pollinisées par les insectes et certaines plantes en dépendent totalement.

Une espèce patrimoniale est une espèce protégée, menacée, rare, ou ayant un intérêt scientifique ou symbolique. C’est une espèce que les scientifiques et les conservateurs estiment importante, pour des raisons écologiques, scientifiques ou culturelles.

Espèce patrimoniale – Glossaire – Agence française pour la biodiversité

www.aires-marines.fr/Glossaire/Espece-patrimoniale

La grande mobilisation financière actuelle pour la restauration de Notre Dame de Paris, motivée par la foi, l’émotion, la culture….. et l’économie, devrait être encore plus déterminée et importante pour la protection du patrimoine naturel, à la fois pour laisser une planète habitable pour nos descendants et pour assurer la protection du patrimoine culturel dont il dépend.

Sans Nature, pas de Culture, au sens propre et figuré.

«L’Homme est l’espèce la plus insensée, il vénère un dieu invisible et massacre une nature visible ! Sans savoir que cette nature qu’il massacre est ce dieu invisible qu’il vénère !» Cette citation serait attribuée à tort, paraît-il, à Hubert Reeves.

Signé Georges Vallet

credits photos :Rodez : la cathédrale a, elle aussi, sa « forêt de chênes » – 17/04/2019 – centrepresseaveyron.fr

(1)Rappel d’un texte réalisé le 13/10/2017 «La Nature: une source inépuisable d’informations et d’actions.»

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

3 commentaires

  • En attendant la justification de l’affirmation de P.Valery, il est important de remettre mon affirmation dans le contexte des propos tenus dans le sujet abordé.
    Mon argumentation s’appuie sur des résultats scientifiques particulièrement nombreux accumulés depuis la mort de P.Valery, sur les propos des experts mondiaux spécialistes de la question;
    «la maison brûle et nous regardons ailleurs» disait Chirac; depuis, comme à Notre Dame, le feu continue ses ravages et on attend les pompiers alors que les alarmes retentissent de plus en plus fort.

    Macron n’a rien trouvé de mieux, alors que toutes les mesures indispensables sont bien précisées par les experts scientifiques, que de tirer au sort 150 citoyens pour créer des mesures permettant la transition écologique!!!!!!Pour repousser le problème aux calendes grecques c’est l’idéal!

    Personnellement, je répondrai à l’ex titulaire de la chaire de poétique au Collège de France par les propos d’un collègue actuel, paléoanthropologue, Maître de conférence à ce même Collège de France:
    «Sans biodiversité sur terre(nature), il ne saurait y avoir de survie, même artificielle(culture donc).

  • « Sans Nature, pas de Culture »

    Paul Valéry dit exactement le contraire

  • En complément, il est instructif de lire:
    Canard enchaîné du 24 avril 2019 page 3: »Notre Dame: les étranges lacunes de la sécurité »
    Sud Ouest dimanche du 28 avril 2019, page 7: « L’autre désastre qui couve »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *