Et si l’on parlait réforme des institutions ?

Où en sont la réduction du nombre de parlementaires, la mise en œuvre d’une représentation proportionnelle et la limitation des mandats ?
Il semblait que le peuple français, qui s’éloigne manifestement de ses élus, en se détournant de façon significative des urnes, attendait tout d’abord une rapide réduction du nombre de parlementaires. N’était-ce pas d’ailleurs une promesse du candidat Emmanuel MACRON ? « Je proposerai la réduction d’un tiers d’un nombre de parlementaires «  disait-il. Début 2018, le gouvernement prévoyait de ramener le nombre de députés de 577 à 404 en 2022 dont 15% élus à la proportionnelle. Et depuis plus rien. Il s’agit pourtant de mesures souhaitées par les électeurs pour diverses raisons.
D’abord l’absence de toute obligation de présence pour l’élu et d’ailleurs des lois souvent votées par une poignée de députés !
Ensuite aucun rôle réel pour la minorité, qui ne devrait pas être qualifiée d’opposition, et un vote unanime par la majorité incapable de s’opposer au gouvernement , rendant purement factice un débat démocratique.
Quant à la limitation des mandats dans le temps, les vieux grognards n’en veulent surtout pas. Que feraient-ils une fois retraités ? Plus de première place dans les réunions, plus de considération, plus d’avantages, plus de pouvoirs permettant parfois de caser un ami ou un parent et plus de rémunération confortable.
Pour se convaincre de l’urgence à régler ces problèmes, il faut se souvenir qu’en France un député représente 72000 citoyens quand en Allemagne il en représente 113000 !
Les freins sont hélas nombreux. Imagine-t-on des parlementaires voter la réduction de leur nombre et donc le retour à la maison de certains lors des scrutins suivants.
La justification serait la nécessité de demeurer près de l’électorat. Mais combien de citoyens se rendent à la permanence de leur député ou de leur sénateur ? Et pour quoi d’ailleurs ? Leur suggérer des propositions de lois ? Les moyens d’information modernes sont suffisants pour éclairer quiconque sur ce qu’il conviendrait d’abolir ou d’ajouter au corpus juridique du pays.
Et la limitation dans le temps des mandats ? Elle n’avance pas non plus parce que pour beaucoup la politique est leur seule activité professionnelle et donc leur seule source de revenus.
Inutile de poursuivre . Beaucoup pensent , sans doute, que la réforme des institutions pourtant promise par le Président de la République n’est pas pour demain. Il est vrai qu’on n’en parle plus et que la consultation populaire ne l’a guère évoquée.



Pierre ESPOSITO

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

4 commentaires

  • de Lagausie Jean francois

    La reforme du nombre de parlementaires est bien secondaire. Ce qui me semble essentiel c’est de QUITTER LE REGIME PRESIDENTIEL. Plusieurs bons livres ont paru à ce sujet à l’époque de François Hollande. J’attend la suite. Dans la logique de cet article on peux penser que si des parlementaires ne veulent pas diminuer leur nombre alors un Président ne veut pas supprimer le régime présidentiel.

  • Je pense que la crise des gilets jaunes a retardé ces promesses de campagne. Celà va être difficile pour les parlementaires de se faire hara kiri. Combien parmi ceux-ci ont exercé des emplois de patrons de PME. Certains ont trempé dans la politique toute leur vie. Suivez mon regard (local)

  • Réforme institutionnelle : combien de parlementaires … – Toute l’Europe
    https://www.touteleurope.eu/…/reforme-institutionnelle-combien-de-parlementaires-ch…

    «c’est l’Allemagne qui compte le plus petit nombre de parlementaires par rapport à sa population : un parlementaire y représente en effet 106 000 habitants. Le pays est suivi par les Pays-Bas (1 pour 75 920) et l’Espagne (1 pour 75 530). La France se situe en quatrième position, 1 parlementaire représentant 72 420 habitants. Avec la réforme, elle se hisserait donc juste derrière l’Allemagne : 1 parlementaire représenterait alors environ 103 300 habitants. En moyenne, au sein de l’Union européenne, 1 parlementaire représente environ 54 770 habitants.»

    «Toutefois, même en se concentrant sur les pays disposant d’une population similaire, les comparaisons restent délicates. Les pays disposent en effet de systèmes de représentation extrêmement différents, avec plusieurs échelons de décision.
    En Allemagne par exemple, l’État est divisé en 16 Länder qui disposent chacun de leur propre gouvernement et d’une assemblée élue (dont les membres ne sont pas inclus dans les calculs précédents), ainsi que de pouvoirs étendus. La situation est similaire en Espagne : le pays est partagé en 17 communautés autonomes, qui disposent également de leur propre assemblée et de fortes compétences. A l’inverse, la France apparaît comme un pays plutôt centralisé, donnant donc aux parlementaires une place d’autant plus importante dans la vie démocratique du pays.»

    Sous couvert de recherche d’économie, la démocratie est attaquée. Un parlementaire pour 103000 habitants! Ce n’est plus représentatif!
    Un petit effort, pourquoi pas un par région, puis le totalitarisme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *