Le verdissement d’ E. Philippe : une illusion d’optique !

Dans son dernier discours de politique générale, acte 2 du quinquennat, le Premier Ministre n’a pas évoqué la transition écologique avancée par E.Macron ; il a simplement simulé, à des fins électoralistes, une pseudo «conversion écolo pour illustrer le fait que l’ambition écologique serait au cœur de l’acte II», mais,

la main n’était pas sur le cœur !

L’essentiel est de continuer les réformes libérales pour permettre la croissance, causes des troubles fonctionnels de la société française.

Il a rappelé les engagements du Président de créer deux nouvelles instances :

+ une convention citoyenne, assemblée de citoyens qui seront tirés au sort pour proposer des mesures pour l’environnement.

L’avenir de nos enfants dépendra donc d’un tirage au sort !

Au fait, à quoi ça sert que la Science elle se décarcasse ??

+ un «conseil de défense écologique pour prendre des choix stratégiques».

Les décisions et actions efficaces, ce n’est donc pas pour demain !

Nous aurons le temps de respirer et de manger du plastique !

(1) «un homme adulte ingère jusqu’à 52.000 microparticules de plastique par an. Et si l’on prend en compte la pollution de l’air, ce chiffre passe à 121.000. Quelque 90.000 particules supplémentaires sont à ajouter si l’on consomme uniquement de l’eau en bouteille, ajoute l’étude, parue dans la revue Environmental Science and Technology. L’impact sur la santé humaine reste à préciser, notent les chercheurs. Pour autant, les particules les plus fines (moins de 130 microns de diamètre) peuvent potentiellement passer dans des tissus humains»

Pour la suite des mesures, Sud Ouest de jeudi 13/06/2019, les publie.

+ Remise à plat des aides à la rénovation énergétique.

+ Négociation avec la commission européenne sur une nouvelle régulation du prix de l’électricité.

+ Réflexion avec les collectivités sur un système de consigne pour certains emballages.

+ Aller vers l’interdiction des boites plastiques non constituées de plastiques recyclés.

+ Produits plastiques jetables bannis de l’administration en 2020.

+ Projet de loi contre le gaspillage.

On est bien obligé d’admettre que «l’ambition écologique» est vraiment «peu ambitieuse» !

On voit là surtout un embryon de préoccupations pas toujours très claires ; ainsi :

+ la rénovation énergétique ; une bonne chose quand on a les moyens de la réaliser mais le gain, pour le client, n’interviendra qu’après le remboursement de l’emprunt ; de plus, elle consiste à  faire travailler des entreprises donc à produire du CO2 et d’utiliser des isolants ; lesquels ??? Pourquoi ne pas stimuler aussi l’acquisition et la pose de panneaux solaires et/ou photovoltaïques sur les toits de toutes les maisons ?

+Négociation sur le prix de l’électricité ? C’est la grande incertitude et je ne vois pas le rapport avec la transition écologique car on rentre dans le domaine du nucléaire pas spécialement «vert» !

+ Consignes ? Pourquoi pas s’il s’intercale du personnel pour les traiter et si c’est réellement plus intéressant financièrement, pour l’utilisateur, d’utiliser du temps pour réaliser les échanges…

+ Plastique ? Les mesures, là aussi, sont navrantes.

Alors que les déchets plastiques envahissent nos sols, nos cours d’eau, nos océans, nos organismes, le recyclage est considéré comme une solution miracle.

(2),(3),(4) « La plupart des emballages alimentaires en plastique ne se recyclent pas et les matières plastiques ne sont pas recyclables à l’infini.

En effet, seuls les plastiques PET et PEHD se recyclent en boucle fermée ! Mis à part l’aluminium – qui peut être réutilisé à 98 % – les déchets plastiques ne peuvent pas être recyclés indéfiniment… et mettent des centaines d’années à se dégrader. En tout, 2 % des plastiques usagés sont recyclés en circuit fermé. »

La seule et vraie solution est la réduction drastique puis l’arrêt de la production de plastique.

+ Une bonne nouvelle quand même, Edouard Philippe a promis une augmentation significative du volume des appels d’offres pour l’éolien en mer dans les dix prochaines années ; sur ce sujet le ministre de la transition écologique et solidaire a officialisé le lancement du projet du premier parc éolien en mer en France, au large de Saint-Nazaire. Le Conseil d’Etat a donné son feu vert, vendredi 7 juin, pour ce projet de 80 éoliennes qui doit être développé par EDF Renouvelables avec des éoliennes construites dans la région par General Electric.  Ce parc pourrait être raccordé au réseau en 2022 ou en 2023. Les premiers appels d’offres ont été lancés en 2012 ! Quelle lenteur et quel retard sur les autres pays européens !

+ Bonne nouvelle aussi mais plus médiatique que réelle : 70 millions d’euros pour les urgences ; énorme !!

Cependant, 55 millions sont destinés à la revalorisation de la prime de risque ; toujours bon à prendre mais absolument pas prioritaire dans les réclamations. Le personnel ne souhaite pas être payé pour accepter de recevoir des injures, de l’agressivité ou des coups, il souhaite plus de collègues pour maintenir l’ordre et la sérénité indispensable dans un hôpital.

Par contre, pour le véritable ras le bol des services d’urgence et des hôpitaux, la nécessité absolue, ils n’auront que 15 millions pour 600 services d’urgence !, des clopinettes, et absolument aucun retour en arrière sur la fermeture des lits ; rien pour faire face au temps considérable perdu, à l’énervement, pour trouver des places aux patients, au lieu de faire face aux besoins urgents sur place.

Rien sur :

+ La taxe carbone, à part une suggestion fort maladroite de taxe sur le carburant en ciblant les BTP et en oubliant le transport routier, aérien et naval ainsi que le numérique. L’assemblée nationale vient de rejeter la taxation de l’aérien !!

Où est le verdissement ?

+La transition agro-alimentaire qui substitue une agriculture biologique paysanne réduisant les risques sanitaires, localisée, avec circuits courts, à l’agriculture industrielle, chimique, grosse consommatrice de pétrole.

Pesticides, herbicides, fongicides, surconsommation d’eau en été.., pas de souci !

+ La transition industrielle avec la production de biens durables (à l’opposé de l’obsolescence programmée), facilement réparables et recyclables, des services proposant un partage et une meilleure utilisation des biens, l‘association de la formation aux nécessités des besoins du travail (flexisécurité), la relocalisation des activités, etc.

+ La préservation et la reconquête de la biodiversité.

+ La reconsidération de l’urbanisme, du bétonnage, de la disparition des terres agricoles…

Rappelons que le transition écologique s’attaque aux causes et ne doit pas se contenter de s’adapter aux conséquences.

C’est une évolution vers un nouveau modèle économique et social, un modèle de développement durable qui renouvelle nos façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble pour répondre aux grands enjeux environnementaux, ceux du changement climatique, de la rareté des ressources, de la perte accélérée de la biodiversité, de la multiplication des risques sanitaires environnementaux: pollution dans tous les domaines: eau, terre, mer, air, de la santé physique, physiologique, psychologique, autant de facteurs d’inégalités, de colère, d’agressivité, de guerres.

Cela passe par  le remplacement de l’individualisme et du culte du héro parla force du collectif et de la solidarité.

Signé Gerges Vallet

crédits photos:Man – Manuel Lapert (2018-12-₩5) France: Édouard Philippe, gilets ..

https://www.pinterest.com/pin/293015519503280035/

1)Pollution : nous mangeons et respirons du plastique – Futura-Sciences

https://www.futura-sciences.com/…/corps-humain-pollution-nous-mangeons-respirons…

(2)Recycler, une fausse bonne idée ? – Positivr

https://positivr.fr › Thématique › Environnement

(3)Déchets plastiques : le recyclage n’est pas la solution – Reporterre

https://reporterre.net/Dechets-plastiques-le-recyclage-n-est-pas-la-solution

(4)Déchets plastiques : la dangereuse illusion du tout-recyclage – L’Obs

https://www.nouvelobs.com › Planète

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

8 commentaires

  • Parmi les facteurs non évoqués en général mais ayant un rôle dans la hausse des températures au niveau des métropoles, il faut citer la climatisation. En effet avec les épisodes caniculaires à répétition, la climatisation est en train de devenir, non plus un luxe, mais une nécessité pour le travail, les déplacements. Valérie Pécresse souhaite une climatisation générale dans les transports en commun franciliens. La plupart des bureaux, des grandes entreprises et des ministères, les grandes surfaces…., toutes les voitures particulières et celles de fonction, les camions, beaucoup de tracteurs,.. sont non seulement équipés de climatiseurs mais ils sont tous en action en ce moment.
    Que d’énergie dépensée, de toxiques dégagés, de chaleur rejetée!
    Il est intéressant, quand on pense au nombre de voitures qui circulent, de comparer la consommation d’une voiture utilisant ou pas la clim! La recharge de climatisation n’est pas gratuite!
    Qui parlait du pouvoir d’achat?
    Il reste à équiper, mais ce n’est pas pour tout de suite, car il n’y a pas d’argent pour cela, à équiper les établissements scolaires et les Ehpads!

    On oublie de dire que cette clim, dont on parle peu, augmente le réchauffement local et général car elle consomme beaucoup d’énergie, rejette de la vapeur d’eau (gaz à effet de serre) et est dangereux pour la santé.
    Canicule-climatisation-canicule plus forte…

    + La clim entraîne en moyenne une hausse de la température entre 1 et 1,5 degré comparée à celle des campagnes avoisinantes, jusqu’à 2°C au Japon, très équipé.

    +En climatisation, le fluide actuellement le plus utilisé est le R32, il a un effet de serre 3 fois plus faible que le R410A mais supérieur de plus de 600 fois à celui du CO2!
    Climatisation et écologie : quel impact sur l’environnement ? – Ooreka
    https://climatisation.ooreka.fr/astuce/voir/111052/la-climatisation-ecologique
    +La climatisation a aussi des méfaits sur la santé : nez qui coule, allergies et autres maladies respiratoires, maux de tête, champignons ou encore légionellose. On ne parle pas des retombées sur la sécu, la qualité et la rentabilité du travail, la garde des enfants malades par les familles….

    «Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes», écrivait Bossuet.

    • Il me semble pourtant que ces derniers jours, c’est-à-dire il y a peu, on parle du problème de la climatisation. Il s’agit d’un cercle vicieux, il fait chaud en raison du réchauffement climatique et pour lutter contre la canicule on réchauffe encore l’atmosphère en mettant en fonctionnement les climatiseurs.

    • Monsieur Vallet, si le réchauffement climatique augmente les besoins de climatisation des logements en été, il diminue symétriquement les besoins de chauffage en hiver : il faut en tenir compte pour le bilan énergétique, qui est probablement neutre.

      La climatisation ne rejette pas de vapeur d’eau (au contraire elle condense la vapeur d’eau sur la partie froide de l’échangeur).

      Sur route la surconsommation en roulant fenêtres ouvertes (perte d’aérodynamique) est supérieure à la surconsommation de la climatisation.

      Enfin, si vous remettez en cause les clims à cause du gaz réfrigérant à effet de serre, il faut aussi remettre en cause les pompes à chaleur utilisées pour se chauffer plus économiquement, vu que ne sont que des clims inversées.

      • «Monsieur Vallet, si le réchauffement climatique augmente les besoins de climatisation des logements en été, il diminue symétriquement les besoins de chauffage en hiver : il faut en tenir compte pour le bilan énergétique, qui est probablement neutre.»

        La clim consomme de l’énergie et rejette du chaud donc amplifie la température qui déterminera une clim plus importante; votre raisonnement serait valable si on pouvait conserver cet air chaud, produit l’été, pour l’hiver, car le chauffage ne produit pas de froid qui renforce le froid hivernal. Le bilan n’est donc pas probablement neutre.

        «La climatisation ne rejette pas de vapeur d’eau (au contraire elle condense la vapeur d’eau sur la partie froide de l’échangeur).»

        Elle n’en produit pas de nouvelle mais en rejette plus ou moins suivant la température et l’humidité atmosphérique (frais de gestion de cette eau).
        Les condensats en climatisation – ABC CLIM
        https://www.abcclim.net › La pratique › La pratique
        «La quantité d’eau produite peut être très importante, de quelques litres à plusieurs dizaines de litres en fonction de la taille et de la puissance de l’installation.
        Par exemple pour 100 m² de surface climatisée il faudra compter de 20 à 40 l d’eau par jour.

        «Sur route la surconsommation en roulant fenêtres ouvertes (perte d’aérodynamique) est supérieure à la surconsommation de la climatisation.»

        Je ne roule jamais les fenêtres ouvertes, c’est dangereux pour les yeux, les occupants, la conduite, une source de bruit et de torticolis, parfois d’angines!

        «Enfin, si vous remettez en cause les clims à cause du gaz réfrigérant à effet de serre, il faut aussi remettre en cause les pompes à chaleur utilisées pour se chauffer plus économiquement, vu que ne sont que des clims inversées.»

        Tout à fait d’accord.

        • « Le bilan n’est donc pas probablement neutre »

          –> vous avez raison, il est même probablement positif sous nos latitudes (moins d’énergie dépensée sur l’année). En effet le rendement d’une clim est (très) supérieur à celui d’un chauffage traditionnel (maintenir 25°C à l’intérieur avec une clim quand il fait 35°C à l’extérieur demande nettement moins d’énergie que maintenir 20°C à l’intérieur avec un chauffage classique quand il fait 10°C à l’extérieur).

          Quant à l’idée que les clims renforcent l’effet « îlot de chaleur urbain » en rejetant de l’air chaud, c’est vrai dans l’absolu mais quantitativement c’est très limité. L’essentiel de l’effet ICU vient de la chaleur emmagasinée pendant la journée par la voirie, les murs, les toits, et qui est restituée pendant la nuit. Au contraire l’air chaud rejeté par les clim s’élève dans l’atmosphère et n’est pas emmagasiné localement.

          Le graphique sur cette page montre bien que l’effet ICU est maximum pendant la nuit mais est nul aux heures les plus chaudes (pourtant au moment où les clim tournent le plus) : https://www.umr-cnrm.fr/spip.php?article197

          « La quantité d’eau produite peut être très importante, de quelques litres à plusieurs dizaines de litres en fonction de la taille et de la puissance de l’installation. Par exemple pour 100 m² de surface climatisée il faudra compter de 20 à 40 l d’eau par jour »

          –> c’est bien ce que je dis : c’est de l’eau PRODUITE par la condensation de vapeur au contact de l’échangeur. L’effet est donc contraire à ce que vous écriviez : c’est de la vapeur d’eau RETIREE de l’air ambiant.

          « Je ne roule jamais les fenêtres ouvertes, »

          –> vous, peut-être, mais pour 99,9% des gens l’alternative à la clim en voiture quand il fait trop chaud c’est de rouler fenêtres ouvertes. Ce qui était d’ailleurs quasi systématique avant la généralisation des clims.

  • Un Passant (qui s'est incrusté, en fait)

    Ce que vous dites est de bon sens, Monsieur Cristini. Je crains hélas, que vous n’émettiez des vœux pieux.
    Le total de la pollution émise par la France représente 0,2 % des émissions polluantes de la planète quand Chine et USA représentent 20 % chacun. Déjà ces chiffres relativisent l’impact réel des efforts que nous ferons. cela dit, il faut les faire et c’est bien au niveau des États que les mesures drastiques doivent être prises. La France seule ne servirait à rien puisque même si nous le polluions plus du tout, il resterait… et c’est effrayant… 99,2 % de pollution à combattre encore ! Le combat est donc à mener au niveau des regroupements d’États comme l’Europe et évidemment des grands pollueurs que je citai plus haut. Paradoxalement, la Chine semble résolue à œuvrer dans la bonne voie. Oh, pas par vertu écologique, mais parce que la population chinoise étouffe déjà, que les villes sont irrespirables, que les maladies respiratoires ont augmenté de manière exponentielle et que la mortalité précoce fait diminuer l’espérance de vie de toute la population. Finalement, peu importe la raison, si l’on peut être cynique, ce qui importe c’est le fait.
    Alors la contagion de nos comportements vertueux, je n’y crois guère. La contagion de la douche froide risque bien d’être celle du bon rhume que nous attraperons en sortant. Va nous falloir acheter des peignoirs… made in China… qui arriveront par cargos… qui polluent autant qu’une ville de 2 million d’habitants, industries (quand il en reste) comprises.

    • Ce que vous dîtes, vous aussi, est plein de bon sens, cependant, un gouvernement doit s’efforcer de faire face aux problèmes extérieurs et intérieurs.
      + Vous limitez vos réflexions aux retombées de la politique française sur la pollution extérieure mondiale et vos conclusions sont pertinentes.
      + Cependant, ce que je reproche au gouvernement, dans mon texte, ce n’est pas d’être inefficace au niveau mondial, c’est de ne pas s’attaquer à la «Pollution» intérieure, au sens large, où une action volontariste pourrait avoir des retombées heureuses sur la santé et la vie des Français. Elle pourrait le faire indépendamment des problèmes extérieurs.
      Pour l’illustrer, aménageons quelques passages du texte:

      Où est le verdissement pour la France et les conseils qui vont avec ?
      + La taxe carbone, à part une suggestion fort maladroite de taxe sur le carburant en ciblant les BTP et en oubliant le transport routier, aérien et naval ainsi que le numérique. L’assemblée nationale vient de rejeter la taxation de l’aérien !!
      Moins de carburant consommé c’est moins de carburant acheté, c’est moins de pollution locale et des économies énormes!
      +La transition agro-alimentaire qui substitue une agriculture biologique paysanne réduisant les risques sanitaires, localisée, avec circuits courts, à l’agriculture industrielle, chimique, grosse consommatrice de pétrole.
      Pesticides, herbicides, fongicides, surconsommation d’eau en été.., pas de souci !
      + La transition alimentaire: consommer moins de sucre, de sel, de viande, de produits transformés, d’ajouts aux actions pas toujours salutaires..
      +A-t-il décidé de lutter contre la malbouffe, source de bien des maladies graves des français?
      + La transition industrielle avec la production de biens durables (à l’opposé de l’obsolescence programmée), facilement réparables et recyclables, des services proposant un partage et une meilleure utilisation des biens, l‘association de la formation aux nécessités des besoins du travail (flexisécurité: on attend toujours la sécurité!), la relocalisation des activités, etc.
      +La préservation des ressources halieutiques qui s’épuisent, la reconquête d’une biodiversité en chute libre, comptabilisée par la disparition accélérée des espèces végétales et animales….
      + A-t-il pris des décisions pour adapter l’urbanisme au réchauffement climatique? Cela fait des dizaines d’années que les scientifiques se décarcassent pour prévenir que la concentration des services et habitants dans des grosses métropoles concentrent aussi la chaleur? A-t-il prévu une multiplication du personnel dans les hôpitaux, l’ouverture des lits pour faire face aux canicules, présente et à venir? A-t-il prévu d’augmenter le nombre des pompiers pour faire face aux feux à venir avec la sécheresse? A-t-il évoqué des mesures en limitant l’urbanisation et la bétonisation dans les zones submersibles? Quelles sont les orientations promises pour lutter contre la disparition des terres agricoles…
      Tout cela vise seulement le territoire français.

  • Merci de ce rappel utile.
    Face à l’effrayante étendue des problèmes à résoudre, n’étant pas un homme politique, je me garderai de critiquer qui que ce soit, ayant refusé l’engagement politique, et regarderai, à nouveau, ma façon de vivre.
    J’ai déjà commencé à changer mon mode de nourriture, et remplacé la douche chaude par la douche froide.
    Je vais maintenant essayer de me coucher plus tôt, de limiter l’envoi de Mails et de SMS, et d’en stocker moins, pour réduire ma consommation d’énergie.
    Cela semble peu. À chacune, à chacun, selon ses possibilités, et sa réussite obtenue dans l’empathie pourra peut-être devenir contagieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *