Au cirque, en famille…

Federico Fellini : « Ce que je crois ? Je crois à ce qui m’émerveille ».

…. C’est jour de fête : Madame Michu part en vacance chez sa fille sur la côte. Elle possède une jolie maison dans un petit village du Pays de Born, pas très loin de la plage. Comme la maison est grande, Monsieur Singer est invité lui aussi. Il sort sa 205 du garage, au fond c’est bien commode… Les chiens sont du voyage. Ils s’installent derrière, sur une couverture à cause des poils. Il faut s’arrêter toutes les heures pour faire boire Ravaillac, le Huskie de Sibérie, qui, comme toujours, malgré son air fier, meurt de soif et le manifeste en soufflant comme un phoque et en bavant. Phébus, roulé en boule, adore la voiture. Lui, il dort… Madame Michu le reconnaît à contrecœur :

-Monsieur Singer, votre Loulou de Poméranie se tient mieux en voiture que Ravaillac.

Madame Michu a deux petits enfants adorables : Kevin et Mégane. Ils sont bien tranquilles. Ils passent leur journée sur leurs téléphones portables, parfois ils vont à la plage avec leurs trottinettes et le soir ils regardent « Casa de papel » sur Netflix pendant que les parents font un barbecue pour la merguez-party en buvant du rosé de Béarn avec des glaçons.

« C’est la belle vie ! » pense par devers elle Madame Michu et Monsieur Singer n’est pas loin de le croire lui aussi, quoiqu’il n’approuve pas ce qu’il appelle « la dépendance aux écrans » des deux ados. Il s’en est ouvert à Madame Michu qui l’a tancé vertement :

-Ces petits sont très mignons Monsieur Singer. Vous lisez trop les journaux. Il faut être de son temps. Et d’ailleurs si vous n’êtes pas content, vous n’êtes pas obligé de rester…

Aussitôt dit, elle eut un regret : « Il yoyote un peu ce Singer mais au fond c’est un brave type… D’ailleurs il n’a pas tout à fait tort. Il faut les sortir ces deux-là ». Elle pensait à Kevin et Mégane absorbées pas leurs jeux vidéos. Et voilà qu’un petit cirque s’installe dans le village : le cirque Franckie. Il y a des cartons publicitaires accrochés aux platanes de la place centrale  et une voiture fait le tour des rues avec un haut-parleur pour annoncer le spectacle.

-Les enfants je vous invite au cirque ce soir !

– A 20 heures ? … Mamie, à 20 heures, il y a un épisode inédit de « Black Miror »

Mégane et Kevin faisaient la tête. Mais ils savaient qu’on ne pouvait pas transiger avec Mamy ; pourvoyeuse d’argent de poche, par ailleurs ce qui peut toujours servir…

-Monsieur Singer vous venez avec moi…

Il ne discuta pas. Phébus et Ravaillac étaient du voyage. La petite troupe eut du mal à trouver le chapiteau. Il était relégué près de la décharge municipale. Il fallait connaître pour trouver et l’odeur n’était pas agréable. Les années précédentes, le cirque était installé sur la place de la mairie.

Le chapiteau était pimpant, repeint en rouge et blanc. On payait « 10 euros seulement » l’entrée pour ce « spectacle extraordinaire avec des clowns, des trapézistes, des jongleurs, des contorsionnistes ». Madame Michu paya les billets et monsieur Singer ne voulut pas être en reste : il offrit des friandises à tout le monde. Il devait y avoir trente spectateurs pas plus, mais les enfants étaient aux anges : magie de ce cercle enchanté, du spectacle vivant, du rideau étoilé qui s’ouvrait pour laisser place aux circassiens. Le clown Grosso, les frères Dalton au lasso, les mêmes en Ramirez pour le lancer de couteaux, la belle Sylvia au trapèze… Monsieur Singer avait les larmes aux yeux :

-Ca me rappelle ma jeunesse…

-Il manque les animaux, répondit madame Michu : Les chèvres qui montent sur les tabourets…

-Les lions qui sautent dans des cerceaux de feu…

-Les éléphants qui tournent sur les tabourets…

-Les otaries et leurs ballons sur le nez…

-Et les petits chiens dansant avec des chapeaux pointus…

Là, Phébus ouvrit un œil inquiet et Ravaillac, asphyxié, s’autorisa un grognement. Les enfants avaient l’air enchanté mais ils étaient pressés de rentrer pour voir la fin de « Stranger Things »

Madame Michu songeait que, sans doute, ça serait la dernière fois que cirque Franckie s’arrêterait dans le village. Ils ne viendront plus pensait aussi Monsieur Singer, ils n’auront bientôt plus d’argent : on leur a pris leurs animaux, demain auront-ils seulement le droit de monter le chapiteau… ?

Monsieur Singer, mélancolique, se rappelait des cirques installés place Clemenceau à Pau. Des gradins remplis à craquer, emportés par le rire, admirant les écuyères, vibrant avec les jongleurs, tremblant face aux dompteurs. Il se souvenait d’André Labarrère recevant la médaille du cirque des mains de Monsieur Bouglione. De « La Strada », de la trompette de Nino Rota, du Grand Zampano et de Gelsomina ; cet amour impossible…

-J’ai souvent rêvé de Guiletta Masina… murmura madame Michu qui lisait dans ses pensées…

Pierre Michel Vidal   

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *