L’IGPN décrédibilisée

Il ne s’agit pas ici de reprendre les conclusions de l’enquête de l’IGPN sur la mort de Steve à Nantes, d’autres l’ont déjà fait et bien fait (voir URL in fine – éditorial de Jean-Marcel Bouguereau* dans le journal « La République des Pyrénées le 2 août 2019) mais de réfléchir à l’impact que cela peut avoir sur l’opinion publique.

Se trouve actuellement à la tête de l’IGPN (Inspection générale de la Police Nationale) une directrice qui a décidé de porter à la connaissance du public les conclusions de l’enquête effectuée après la disparition de Steve sur les bords de la Loire à Nantes. La police des polices, cette institution de la police nationale, car il s’agit bien d’une institution, vient ainsi de perdre son image d’organe intransigeant et au dessus de tous soupçons. Maintenant tout le monde est convaincu que pour satisfaire au pouvoir politique, l’IGPN ne respecte pas le devoir de neutralité et d’objectivité à laquelle elle est strictement soumise. Pire que cela, elle est soupçonnée, à tort ou à raison, de défendre l’indéfendable. Son image est maintenant définitivement écornée, elle ne sera plus jamais crédible.

Fallait-il ainsi dévoiler le contenu d’une procédure disciplinaire qui va maintenant devenir judiciaire puisque la justice s’empare du dossier ? Le principe du secret de l’enquête doit toujours s’imposer. D’autre part c’était ignorer qu’en la circonstance précise, l’opinion publique n’était pas du tout préparée à connaître ainsi ces conclusions d’investigations qui dédouanent des policiers. Cette opinion publique persiste à considérer que les policiers intervenants sont responsables d’un abus de pouvoir et directement de la mort de Steve. La défiance s’installe au point que maintenant des failles dans l’action des enquêteurs apparaissent au grand jour.

Pourquoi donc se précipiter à porter sur la place publique les conclusions de cette enquête ? Sans doute faut-il attribuer cela à une personne qui a été aveuglée par le souci de sa propre médiatisation. Habituellement l’IGPN ne s’affiche pas. Mais une intrigante, une courtisane, a pensé ainsi mettre un terme à une accusation partagée par un grand nombre de nos concitoyen sur la place publique. Elle a sans doute également voulu dégager les politiques de toute responsabilité. Ce personnage est connu par ailleurs (voir l’article du Canard enchaîné du 31 juillet**). Pourtant elle occupe un poste important et a connu une progression de sa carrière qui n’est pas commune. Le résultat est donc que maintenant le Ministre de l’Intérieur est en difficulté, tout comme l’IGPN qui est décrédibilisée, ce qui est plus grave.

Dans certaines administrations, il vaut mieux pour faire carrière, être relationnel que professionnel.

Pau, le 5 août 2019

par Joël Braud

*https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2019/08/02/questions-sur-l-affaire-steve,2586578.php

**https://www.google.fr/search?q=canard+enchain%C3%A9+du+31+juillet+agents+dormants+au+minist%C3%A8re+d+l%27int%C3%A9rieur&tbm=isch&source=univ&sa=X&ved=#imgrc=0TflD-HyySYd7M:

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

4 commentaires

  • attention Alternatives pyrenees se gauchise. Quand je lis « la violence de la répression » Mais n’oublions pas ce métier difficile de la police et de la gendarmerie, la presse ne parle pas assez des policiers blessés lors des manifestations et de la peur au ventre lors des contacts avec les casseurs .

  • Cette affaire ne fait que prendre la suite de celle du procureur de Nice. On finit par se demander, mais comment osent-ils ? La différence avec d’anciennes affaires comme l’affaire Boulin, par exemple c’est la rapidité des réseaux sociaux, les documents divers repris souvent par la presse, avec un temps de décalage, et l’impression que nous voyons mieux les disfonctionnements. Bien sûr, il faut vérifier mais alertés plus tôt, nous sommes plus sensibles à l’information donnée.

  • Excellent papier d’un connaisseur expérimenté de l’ère communicante locale dans l’institution  » Police  » et de ses inconvénients majeurs que je partage !
    La sur communication qui banalise tout et affaiblit les institutions par les doutes ou les failles ou les mensonges parfois que diffusent leurs représentants courtisans , par les interprétations fantasmées du public aussi , est finalement au coeur de multiples « désagrégations des tréfonds de nos sociétés  » * .

    Ce que vous dites du relationnel et du professionnel à juste raison, n’est pas l’apanage des seules administrations, malheureusement, votre article récent sur une météorite politique Nationale en atteste, je crois .

    * j’emprunte là une formule de JC Guillebaud dans son édito de S.O dimanche du 4/08

  • Pierre-Michel Vidal

    D’une manière générale on peut dire que la politique de Macron, semblable à celle de ses prédécesseurs pour l’essentiel, se distingue par son intolérance et la violence de la répression qui a d’ailleurs été critiquée par l’ONU. La disparition de Steve en est une illustration. Cet exemple, la personnalité trouble de Castaner notamment, gagne et gangrène les services de l’état la police notamment mais aussi la justice et ses méthodes comme l’illustre fort à propos ce papier de Joël. Chacun se sent menacé dans sa liberté de critiquer : ce n’est ni la lettre ni l’esprit de la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *