Absentéisme : parasitisme ou appel au secours.

«D’après les données communiquées par la ville, le taux d’absentéisme du personnel communal atteint 16,3 % en 2013 contre une valeur moyenne de 7 à 9 % dans les autres communes. »
A Pau c’est donc plus de 320 personnes en arrêt maladie tous les matins…
» D.Sango.

Le taux d’absentéisme au travail n’a jamais été aussi élevé en France : 5,10% en 2018 soit une hausse de 8 % par rapport à 2017, selon le 11éme baromètre de l’absentéisme du groupe de conseil Ayming publié mardi.

Le coût est estimé à 14,5 milliards d’euros en 2017, en hausse de 4,2% par an en moyenne depuis 2013.

Si l’on suppose que les chiffres communiqués par D. Sango sont objectifs et clairement définis (différence entre taux et variation du taux), Pau détient un triste monopole qui semble, comme le nuage radioactif, s’arrêter aux limites de la communauté d’agglo ! Bizarre !

Pour retrouver les mauvais chiffres enregistrés à Pau, le baromètre enregistre en PACA, les Hauts-de-France et l’Outre-Mer de fortes hausses (respectivement de 23 %, 27 % et 35 %).

Il importe, avant de jeter l’oprobe sur un ou des responsables désignés, de se poser la question du pourquoi.

1°) Les services demandés par la mairie sont d’une exigence quantitative et qualitative telle que le personnel ne peut plus y faire face.

2°) Le personnel palois est atteint de flemmingite aiguë alors que ce n’est pas le cas, ou beaucoup moins, dans les autres communes (la moitié moins !).

3°)Les médecins palois ou de la périphérie délivrent des (320) ordonnances de complaisance pour un arrêt de travail plus ou moins prolongé (pas ailleurs ! Accusation grave).

4°) La hiérarchie se livre à une tolérance coupable car anormale juridiquement et financièrement.

5°) Devant cet afflux de versements à faire, pourquoi la Sécu ne demande-t-elle pas de contre visite médicale ? (Le personnel de la Sécu est peut-être en arrêt maladie aussi !)

J’ai vraiment du mal à croire que les palois, sélectivement, soient d’aussi mauvais citoyens et aient, du haut en bas de la hiérarchie, un comportement aussi déviant.

Si les chiffres suivent ceux dernièrement enregistrés, le pire est à craindre car, à propos d’absentéisme, le journal Sud Ouest, vient, jeudi 10/10/19, de faire paraître une étude intéressante sur une double page.

«L’absentéisme au travail dans le privé a subi une hausse de 8% en un an (2018) soit deux fois plus qu’en 2016 et 2017, en tenant compte des arrêts maladie, les accidents du travail, les maladies professionnelles

Ce journal apporte quelques informations valables pour le privé comme le public. Certaines peuvent peut-être s’appliquer à Pau, et pas aux autres communes !

Par exemple :

Principal signal d’alerte ; les arrêts de longue durée (plus de 90 jours) montent en flèche de 10%. On note un épuisement des «moins de 40 ans» ( 23% d’augmentation en 2018) : difficultés au travail, difficultés managériales, organisationnelles, surcharge de travail amenant un découragement ; une mauvaise ambiance, ou une situation de stress peut conduire à un environnement professionnel défavorable. Manque de confort…

Les maladies professionnelles : par exemple les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) sont en constante augmentation ainsi que les accidents du travail.

Transports de plus en plus longs, pénibles, polluants, coûteux. C’est la période des enfants en bas âge, souvent malades ; vie familiale et professionnelle en déséquilibre, c’est le burn-out. La récupération est toujours fort longue.

Les salariés se détachent de l’entreprise qui les considère comme des pions.

La dégradation des conditions de travail génère ou renforce les maladies psychiques aux retentissements parfois redoutables dans la famille.

La pollution de plus en plus importante favorise allergies, maladies cardiovasculaires, cancer…

Des problèmes de santé non liés au travail se présentent du fait de l’environnement, par exemple une épidémie de grippe a engendré plus de 1,4 millions de consultations auprès d’un médecin généraliste.

Le nombre croissant de familles monoparentales contribue à une hausse des absences (gestion des enfants). Ajoutons les troubles liés aux statuts précaires.

Il y a une montée en puissance des salariés aidants car la population est vieillissante, ils soutiennent leurs parents dépendants et sont épuisés.

Pour réduire les coûts, on pratique la double peine des salariés : jour de carence ; il va entraîner un allongement des arrêts de travail, même résultat en poussant les médecins à ne pas prescrire, diminution des remboursements des médicaments, des salaires, des primes…

Il conviendrait de faire jouer la prévention c’est-à-dire diminuer les véritables causes de cette explosion par des mesures permettant un retour à une vie humaine adaptée au nécessaire équilibre de l’organisme, tant physique, physiologique et surtout psychique, affectif particulièrement.

Rester à l’écoûte des salariés.

Motiver le personnel en lui expliquant son rôle, son intérêt, aussi bien pour lui-même(évolution de carrière) que pour l’entreprise.

Revoir totalement la dispersion des entreprises en fonction des bassins de recrutement possible, développement local de formations en rapport…

Prévoir, en cas de nécessité, le recyclage du personnel à l’avance, grâce à des formations adaptées au nouvel emploi (vraie flexisécurité)… le télétravail…

On a bien conscience qu’il y aura toujours des profiteurs mais ce serait une énorme erreur d’affirmer la généralisation des objectifs.

Non, la plupart du temps, un salarié qui demande un arrêt maladie n’est pas un fumiste, les médecins le savent bien ; c’est un être humain qui souffre et qui demande de l’aide à une collectivité qui malheureusement lui refuse, du fait de son individualisme institutionnalisé.

Signé Georges Vallet

crédits photos:https://www.deridet.com/En-France-le-taux-d-absenteisme-augmente-dans-le-secteur-prive_

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

7 commentaires

  • Je précise que j’ai les quelques indications concernant l’absentéisme des métiers du secteur des personnes agées jusqu’en 2019 parce que le CCAS , établissement public autonome, a gardé sa tradition de communication aux administrateurs des éléments concernant l’absentéisme, jusqu’à ce jour .

  • Evoquer un tel sujet me fait encore fait monter la tension… : encore une insulte de plus aux contribuables !

    Et… comme d’hab, pour info. et/ou rappel, p’tite revue de sites web avec ET surtout, une actualité un peu plus récente, sur l’objet de cet article « Absentéisme : parasitisme ou appel au secours » (Publications diverses = sélection non exhaustive) :

    1) Source : site web « Sofaxis »
    « Regard sur …Premières tendances 2018 des absences pour raison de santé dans les collectivités territoriales » (Date : juillet 2019 dans la rubrique « Nos publications »)
    Nota : n’hésitez pas aussi à consulter d’autres publications…
    Extrait de l’introduction du document (Date de publication : juin 2019) : « L’étude de ces premières tendances 2018 des absences au travail pour raison de santé montre très clairement les impacts du jour de carence remis en vigueur au premier janvier. Si le taux d’absentéisme reste stable pour la deuxième année consécutive (9,2 % hors maternité), on constate une baisse significative de la fréquence et de l’exposition corrélée à la très forte contraction des arrêts courts. En revanche, la gravité des arrêts s’accroît très fortement d’une part mécaniquement compte tenu de la diminution des arrêts courts mais également par l’aggravation régulière de la durée des arrêts longs. »
    URL : https://www.sofaxis.com/nous-connaitre/qui-sommes-nous/nos-publications

    Pour consulter directement cette publication au format .PDF (8 pages)
    URL : https://www.sofaxis.com/sites/default/files/publications/pdfs/regard_sur_tend2019_territorial_r2755_v3_0.pdf

    2) Source : actualités « Localtis » du site web « Banque des Territoires » (site édité par la Caisse des Dépôts et Consignations (Caisse des Dépôts) et dans l’espace « Collectivités et EPL »)
    Article « Fonction publique territoriale – Absentéisme : selon les métiers et les collectivités, de fortes variations » (par Thomas Beurey / Projets publics pour Localtis – par Thomas Beurey / Projets publics – dans Fonction publique, publié le 14 septembre 2018) :
    Chapeau de l’article : « Selon la place dans la hiérarchie et la nature des métiers exercés, l’absentéisme des agents territoriaux varie du simple au double, voire davantage. C’est ce que confirme une enquête, révélant aussi que les absences au travail dans les collectivités se sont une nouvelle fois accrues en 2017. »
    URL : https://www.banquedesterritoires.fr/absenteisme-selon-les-metiers-et-les-collectivites-de-fortes-variations

    <b<Nota :, et toujours sur le même site web « Banque des Territoires »…) :
    Pour aller plus loin, voir « La synthèse des résultats de l’enquête »
    URL : https://www.drh-attitude.fr/wp-content/uploads/2018/09/Benchmark-absent%C3%A9isme-3%C3%A8me-%C3%A9dition-2017.pdf

    Voir aussi dans « Actualités » :
    . « Fonction publique territoriale – En 2017, l’absentéisme a encore progressé dans les collectivités » (Publication du 29 juin 2018)
    . « Fonction publique territoriale – Le taux d’absentéisme des agents évalué à 8,2% en 2016 » (Publication du 1er septembre 2017)
    . « Ressources humaines – Les DRH des grandes collectivités proposent un « tableau de bord partagé » pour mesurer l’absentéisme » (Publication du 2 mai 2016)

    3) Source : site web « La Gazette des Communes »
    Actualité « Actualité sur le dossier : L’absentéisme des agents publics : un symptôme, des remèdes » (Nota : 96 articles à ce jour…).
    URL : https://www.lagazettedescommunes.com/dossiers/labsenteisme-des-agents-publics-un-symptome-des-remedes/jour-apres-jour/

    4) Source : site web « Le Courrier des Maires »
    Chapeau de l’article « Comment remédier à l’augmentation des arrêts maladie dans la fonction publique territoriale ? » (par la rédaction, publié le 07/05/2019).
    URL : http://www.courrierdesmaires.fr/81060/comment-remedier-a-laugmentation-des-arrets-maladie-dans-la-fonction-publique-territoriale/

    Voir aussi dans « Approfondir le sujet » :
    . Les bonnes pratiques pour prévenir les risques professionnels guettant les agents
    . Faut-il contrôler les arrêts des agents territoriaux pour raison de santé ?
    . L’absentéisme n’est pas une fatalité

    « As usual » : bonne lecture…. 😉

  • « Si l’on suppose que les chiffres communiqués par D. Sango sont objectifs et clairement définis »
    Ce n’est pas moi mais la Cour des Comptes Régionale et françois Bayrou qui le disent :
    « Voyons ce que dit la Cour Régionale des Comptes dans son rapport de Mai 2015 :
    « Dans ce contexte, la commune de Pau aura tout d’abord à maîtriser l’évolution de sa masse salariale, qui représente près de la moitié de ses charges de fonctionnement. D’après les données communiquées par la ville, le taux d’absentéisme du personnel communal atteint 16,3 % en 2013 contre une valeur moyenne de 7 à 9 % dans les autres communes. »

    Pour continuer sur ce sujet que ne veut pas comprendre Georges :

    Faisant suite à l’étude sur l’absentéisme dans les 30 premières villes de France de 2014 (chiffres 2011), la Fondation iFRAP continue son enquête avec la consultation des bilans sociaux 2014 des 50 plus grandes villes (chiffres 2013). Ayant participé au comparatif 2014, il faut regretter que les villes de Montpellier (qui arrivait en tête avec 39,16 jours d’absence par agent en moyenne), du Mans, de Caen et d’Angers, n’aient pas répondu à nos demandes de bilans sociaux. Dans le nouveau palmarès, les villes de Boulogne, de Dijon, de Rouen, de Brest et de Paris n’ont pas non plus communiqué de données exploitables par nos équipes.

    Ce qu’il faut retenir du palmarès de l’absentéisme dans les plus grandes villes de France :

    En 2013, c’est la ville d’Amiens qui arrive en tête du classement avec 39,94 jours d’absence par agent, suivi de Marseille (36,80), Avignon (35,07) et Grenoble (34,84).
    Les fonctionnaires sont plus absents que les agents non titulaires de la fonction publique : A Amiens, les fonctionnaires sont 3,4 fois plus absents que leurs collègues non titulaires (49,3 jours contre 13,7 jours). Si l’on regarde uniquement l’absentéisme des fonctionnaires, le classement change puisque après Amiens, on trouve Montreuil (45,7), Toulon (45) et Argenteuil (39,5).

    Ce qui est significatif c’est que les titulaires sont deux fois plus absents que les contractuels… et avec des taux AHURISSANTS !!!
    Il faut vite supprimer ce statut de fonctionnaire qui rend malade les titulaires…

    J’avais fait les mêmes remarques sur un article récent de notre ami Joël Adam : Oloron Blog
    https://oloron.blog/2019/10/09/transcription-integrale-de-la-passe-darmes-entre-le-maire-et-bernard-uthurry-lors-du-conseil-municipal-du-24-septembre-a-propos-du-contenu-du-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes/#more-12256

    Et voici ce qu’il écrivait en commentaire :

    « Une petite anecdote pour compléter ce qui précède. Dans une commune que je ne citerai pas (non, ce n’est pas Oloron), on recourait à du personnel temporaire pour remplacer les agents provisoirement absents dans certains services (le service des écoles notamment). Eh bien, les agents titulaires de ce service n’hésitaient pas à solliciter un arrêt au moindre petit problème car, disaient-ils, cela permettait de donner pendant leur absence (payée à plein) du travail à quelqu’un d’autre. Il y avait, vous l’avouerez, quelque chose de détraqué dans le système

    Il parle en connaissance de cause puisqu’il était Directeur Général des Services (Commune et intercommunalité)

    « Les médecins palois ou de la périphérie délivrent des ordonnances de complaisance pour un arrêt de travail plus ou moins prolongé »

    Oui, ce n’est pas nouveau et pas du tout spécifique à la région paloise, il y a bien pire quand on regarde les chiffres de l’absentéisme en France et dans le midi !!!
    D’ailleurs, Georges, comment expliquez vous que les gardiens de prison (ce fut le cas à Pau) qui n’ont pas doit de grève se retrouvent à 50 en arrêt maladie le même jour ???
    C’est pas des arrêts de complaisance ?

    Oui, la très faible productivité des fonctionnaires est la conséquence d’un statut qu’il faut absolument supprimer et qui ne se justifie absolument pas, à part pour quelques métiers.

    • Je crois Georges que vous étiez enseignant et donc vous ne connaissez pas le monde de l’entreprise, cela se voit dans vos propos… Il est donc bien mieux géré, et doit sans doute se rapprocher de votre idéal puisque les taux d’absentéisme y sont 2 à 3 fois plus bas que chez les fonctionnaires palois.

      Et pour aller plus loin, dans votre monde d’enseignants :
      « Du côté des différences entre les professeurs du privé et du public, il n’existe que des chiffres pour l’Île-de-France. Dans cette région, l’absentéisme est deux fois plus élevé dans le public que dans le privé. En effet, on décompte 6,9% d’enseignants absents dans le public, contre 3,2% dans le privé.

      *Enquête menée en 2012 par la DGAFP dont les résultats ont été communiqués en 2013. »

      Vous voyez qu’il faut supprimer très vite ce statut de fonctionnaire qui rend les gens malheureux et malades au travail ….

      • Pas de changement dans vos réflexions, vous continuez longuement votre monologue sans vous soucier du texte proposé: vous voyez absentéisme et c’est parti!
        Il faut:
        De moins en moins d’État trop coûteux.
        Supprimer les fonctionnaires trop coûteux.
        Supprimer des emplois jugés inutiles donc coûteux.

        Économies d’argent avant tout, peu importe le reste.

        A Pau «400 personnes en arrêt maladie sur la ville et l’agglomération. Incroyable!..
        On pourrait supprimer immédiatement 225 postes»…
        «20 millions d’économies par an pour les seuls Palois.»

        Donc des chiffres, encore des chiffres, toujours des chiffres!, pour le bonheur de la population naturellement!
        Quel est ce bonheur? Pour les uns d’être au chômage? Pour les autres, moins payer d’impôts (et encore ce n’est pas certain!) afin d’acheter plus, donc favoriser la consommation donc la croissance, mère de tous les problèmes de pollution, de santé et de perturbation climatique!
        Santé? Tiens, cela ne vous vient pas à l’esprit!
        Pour moi, un poste de sécurité à l’école, que ce soit à la cantine, dans l’établissement, à l’accueil ou à la sortie, ou une infirmière, vaut bien quelques euros supplémentaires!

        «En 2013, c’est la ville d’Amiens qui arrive en tête du classement avec 39,94 jours d’absence par agent, suivi de Marseille (36,80), Avignon (35,07) et Grenoble (34,84)…………..»
        Pitié! Arrêtez avec les chiffres, la révolution ne se fait pas avec des chiffres mais avec des idées.
        Dans tous vos propos, en réponse à mon texte, c’est la même rengaine; vous ne parlez que d’argent alors que je parle de santé; la santé, vous ne l’abordez pas! Or, l’argent n’a pas de valeur si ce n’est spéculativement; la santé par contre, est inestimable et mérite une autre considération dont l’état influence l’efficacité au travail! Vous n’y pensez pas!

        Nos objectifs sont différents, les raisonnements et surtout les conclusions donc, aussi.
        Ce n’est pas la première fois que nous nous affrontons sur ce point.
        Croire qu’en supprimant des emplois, on fait des économies durables, c’est un leurre. Ou on augmentera la consommation de ceux qui payent des impôts ou cela rentrera dans le tonneau des Danaïdes de l’État, et, … les dépenses sociales seront toujours trop importantes!

        +Les médecins délivrent des arrêts maladies de complaisance.
        Vous n’êtes pas médecin je crois; avez-vous la compétence pour porter ce jugement?
        Les mystères de l’équilibre et de l’efficacité de l’organisme humain vous sont impénétrables.

        +«Comment expliquez vous que les gardiens de prison (ce fut le cas à Pau) qui n’ont pas droit de grève se retrouvent à 50 en arrêt maladie le même jour»
        Vous devriez aller passer quelques jours en leur compagnie afin de vous rendre compte de la vie qu’ils mènent et juger si leur santé n’est pas en danger!

        +Dans le même esprit:
        Le 10/06/2015 «82 membres de la compagnie CRS 25 de Pau étaient « absents pour raisons de santé » mercredi, alors qu’ils devaient partir en mission à Paris pour dénoncer « un manque d’effectifs et de considération » sur fond de plan Vigipirate, a-t-on appris de source syndicale.»
        Arrêt de maladie bidon et intolérable, des suppressions de postes à faire d’après vous ,n’est-ce pas?
        Ne pensez-vous pas que la police en général de 2019 ne mérite pas plus de considération; vous faut-il des chiffres?

        • Les chiffres sont implacables, ils quantifient les phénomènes et c’est la base de toute approche objective.
          Et c’est bien loin de votre argumentaire rêveur vraiment pas convainquant.

    • Daniel Sango, vous avez l’amabilité de resituer la phrase exacte de la cour des comptes .  » D’après les données communiquées par la ville  » ….
      Le problème est que Monsieur Bayrou assène ce chiffre de 16, 3 % en 2013 depuis 5 ans , sans qu’aucun document précis et réglementaire ne puisse en attester .
      Curieusement , le bilan social de la collectivité a disparu du fonctionnement habituel de la mairie de Pau . Il faisait l’objet d’une délibération soumise à l’approbation du conseil municipal tous les deux ans et donnait une foultitude de données précises, par service sur l’absentéisme , les absences de courte et de longues durée, les comparaisons avec un retour sur les années antérieures, les effets des mesures antérieures etc ….
      Nous avons réclamé à plusieurs reprises ce document au Maire depuis 5 ans, sans succès . Je crois me souvenir que quelques chiffres ont fini par être posé sur une petite plaquette l’an dernier mais qui n’avait rien à voir avec le travail statistique précis d’un bilan social .
      Monsieur Bayrou prétend qu’en 2 ans , il a réglé le problème . J’ai plutôt l’impression qu’il a réellement une amélioration à son actif en début de mandat mais pour ma part, je ne crois pas à ce chiffre de 16,3 % pour toute la collectivité en 2013. Ce taux correspond au taux que nous avions dans les services les plus exposés à l’absentéisme ( l’ Éhpad Nousté Soureilh sur une période critique, le service d’aide à domicile des personnes agées ) . Je sais que ces taux sur ces métiers ont fléchi en
      2015 2016 2017 mais sont reparti en 2018 et 2019 autour de ce niveau supérieur à15% .
      Compte tenu du sens assez aproximatif du respect de la rigueur des faits de notre Maire, je crains que l’on ne soit sur ce sujet aussi , dans un débat pipé à la base, même si , même si , je sais bien qu’il y a à déplorer dans le privé comme dans le public , des attitudes abusives sur les arrêts maladie que des médecins signent pourtant …
      Et n’oublions pas aussi, qu’il y a des changements d’organisation de travail , de plannings ou de hiérarchie qui sont souvent la cause de réels impacts sur l’absentéisme, quand l’autorité recherche à l’excès la productivité au détriment de la qualité et tarde à se rendre compte de ses erreurs …. Là , public ou privé, la sanction immédiate est la même .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *