Chut ! Il ne faut pas le dire.

Mais qu’est-ce qui a pris au Collectif des commerçants palois d’aller compter les pas-de-porte qui sont fermés ? Ils ont fait un bilan chiffré qui a immédiatement été contesté par les élus de la ville. Un débat comme on les aime sur Pau.

On pourra gloser à l’envi sur le nombre de commerces du centre-ville de Pau qui sont fermés. On pourra de la même manière disserter sans fin sur les motifs qui conduisent à un tel état de fait. On pourra enfin profiter de cette occasion pour d’un côté dire que la situation s’améliore et de l’autre dire que cela va de plus en plus mal. La bataille des chiffres et engagée. Elle se déroule sur fond de campagne électorale pour les municipales.

Il n’entre pas ici dans nos intentions de faire un bilan comptable des commerces ouverts et des commerces fermés et comparer cette situation à celle constatée antérieurement. Mais il faudra bien considérer une fois pour toutes que la situation de la ville de Pau se retrouve à l’identique dans les villes d’égale importance. Pau n’est pas une exception. Les centres des villes ont du mal à survivre face aux centres commerciaux qui fleurissent en périphérie. Il y a aussi l’inéluctable progression des achats en ligne. Là se trouvent sans doute les principales causes de cette apparente désaffection. La faute à qui ? Sans aucun doute à ceux qui ont permis ces installations et aussi leur extension. Mais on ne peut refaire l’histoire.

La question qui demeure actuellement en tout cas est de savoir si les les élus, au niveau de la municipalité, ont un réel pouvoir pour que la situation s’améliore. Tout bien réfléchi, inciter les installations ne suffit pas il faut pour qu’un commerce fonctionne que les clients soient au rendez-vous (magnifique truisme). Et là il faut bien reconnaître qu’il arrive bien trop souvent que la réussite commerciale ne soit pas toujours présente et que certains bien courageux pour s’être engagés se retrouvent face à un échec. C’est une douloureuse épreuve dont ils devront supporter seuls les conséquences. Pourtant et ce n’est peut-être que l’impression d’un déambulateur occasionnel, il y a du monde en ville, des piétons tout au moins, qui vraisemblablement ne se transforment pas assez souvent en consommateurs.

Alors il faut se taire et ne pas évoquer ce problème comme le veut François Bayrou. Il reprend vertement ces comptables contestataires : « Les campagnes que vous menez sont directement nuisibles au centre-ville, elles repoussent les consommateurs. Vous faites s’effondrer la valeur des magasin s» (Sud Ouest 8/10/2019). Fermez le ban !

Alors chut ! Silence, dans dans les rangs ! Campagne électorale oblige…

Pau, le 28 octobre 2019

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

4 commentaires

  • Quelques news : p’tits rappels pour info. = publications à consulter (extraits d’articles) :

    1) Site web « LeParisien » : article « Emplois, logements : voici les villes les plus attractives de France »
    Chapeau de l’article : « Le Parisien révèle les résultats du baromètre de l’attractivité des villes qui cumulent emplois et logements, publié lundi par Jobijoba et meilleurtaux.com » (Par Adeline Daboval, publié le 3 novembre 2019 à 20h52)
    URL : http://www.leparisien.fr/immobilier/emplois-logements-quelles-sont-les-villes-les-plus-attractives-de-france-03-11-2019-8185647.php

    2) Site web « Capital » : article « Emploi, cadre de vie… quelles sont les villes françaises les plus attractives ? » (Par Ambre Deharo, publié le 04/11/2019 à 8h00)
    Chapeau de l’article : « Un nouveau baromètre établi par Meilleurtaux.com-Jobijoba révèle que Besançon et Orléans font partie des villes qui ont le plus d’atouts pour attirer les Français » (Voir aussi la section « A lire aussi »)
    URL : https://www.capital.fr/economie-politique/emploi-cadre-de-vie-quelles-sont-les-villes-francaises-les-plus-attractives-1354324

    Nota : bien évidemment, il faut tenir compte, pour ceux qui connaissent bien les villes citées dans ce baromètre des éléments principaux suivants et ce, selon la méthodologie de calcul (Nombre de critères) :
    . offres d’emplois en CDI / nombre d’habitants et salaires proposés…
    . la tension sur l’immobilier de chaque ville (Prix : montant des loyers + taux d’intérêt et surtout, prix de l’immobilier selon les quartiers)…
    . environnement général (équilibre et/ou coût de la vie), infrastructures, transports (densité du réseau urbain), sécurité et qualité du climat plus ou moins favorable…
    . Divers (…) : impôts locaux mais aussi, prix des mutuelles santé qui différent selon le département…

    En outre, voir sur le site web « LeLynx » (comparateur d’assurances), l’article « Top 10 des villes les plus polluées de France » (Par Paul Leboulanger – mis à jour le 19.04.19)
    URL : https://www.lelynx.fr/actualites/sante/top-10-des-villes-les-plus-polluees-de-france/

    Nota : dans la section de cet article, « Les villes les moins polluées » , la ville de Pau, est classée en 4ème position, ce qui constitue un plus, pour un meilleur cadre de vie, retraité(e)s ou… pas ! 😉 😉 😉

  • Encore un débat complexe et… éternelle « guéguerre »…

    A Pau, outre la possibilité d’utiliser la « Coxitis » et des bus directs pour le centre ville, l’excuse du stationnement payant n’est pas pour moi, une raison valable, de même que la réduction des accès aux voitures.
    Le problème majeur, a été la durée de multiples travaux depuis près de 10 ans environ (Centre piétonnier, les Halles, rues adjacentes (réfection et aménagement de certaines rues pour le passage du BHNS « Fébus ») + le parking de Verdun, dont la réfection était indispensable : le client potentiel, peut stationner sur ce parking, pour une somme très modique…

    Je ne suis pas sûr qu’appliquer la gratuité pour l’ensemble des parkings du centre ville, attirerait plus de chalands, car le problème de la désaffection des centres villes est plus complexe…, le « No parking = no business » n’est pas une formule valable à Pau, pour les raisons mentionnées ci-après (constats et humbles avis…) :

    En outre, le passage progressif de la vitesse à 30km/h dans le centre-ville risque de décourager et surtout énerver beaucoup d’automobilistes, selon les itinéraires et des secteurs pas forcément adaptés à une telle mesure…
    Rappel : en Nouvelle-Aquitaine, la ville de Bègles (Gironde) est revenue en arrière sur cette décision du passage à 30km/h pour les automobilistes…
    . Site web « france3-regions.francetvinfo.fr » (Nouvelle-Aquitaine / Gironde / Bordeaux) :
    Article « Circulation à 30 km/h : la municipalité de Bègles ne prolonge pas l’expérience sur l’ensemble de la ville (Par MK avec Gilles Coulon, publié le 02/10/2019 à 15:49)
    Chapeau de l’article : « Après près de trois mois d’expérimentation, la ville de Bègles a choisi de faire évoluer la règle limitant la circulation à 30 km/h sur l’ensemble de la commune. Certains tronçons, situés extra-rocade, repassent à 50 km /h »
    URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/circulation-30-kmh-ville-begles-ne-prolonge-pas-experience-ensemble-ville-1730961.html

    . Site web « actu.fr » (Nouvelle-Aquitaine . actu Bordeaux) :
    Article « Après trois mois d’expérimentation, Bègles abandonne la limitation à 30 km/h dans toute la ville » (Par Nicolas Gosselin, publié le 6 octobre 19 à 15:36)
    Chapeau de l’article : « Rétropédalage ou réajustement, le maire écolo de Bègles (Gironde) a accepté de revenir à des zones 50 km/h dans sa ville, trois mois après avoir passé toutes les routes à 30 km/h. »
    URL : https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/begles_33039/apres-trois-mois-dexperimentation-begles-abandonne-limitation-30-km-h-dans-toute-ville_28067431.html

    Sans être exhaustif, j’ai constaté comme dans beaucoup d’autres villes moyennes en France :
    1) l’existence de beaucoup de boutiques de vêtements et/ou prêt-à-porter, de chaussures de luxe ou non, et rien de plus qui différencie ces magasins de ce que l’on trouve dans les centres commerciaux et aussi… les achats sur internet (e-commerce) : là est la concurrence…

    2) je ne reviendrai pas sur les centres commerciaux et leur extension en périphérie de Pau, par contre, depuis quelques années, la création de petits marchés locaux, de petites Halles (alimentation, fruits et légumes + autres produits du terroir) et même des superettes dans les communes de l’agglomération, ne sont pas pour rien dans la désaffection du centre ville et même, partiellement en semaine (?) aux nouvelles Halles de Pau, hors vendredi et surtout samedi et dimanche matin, même si celles-ci ont gagné une nouvelle clientèle qui ne venait pas avant…

    Pourquoi venir en centre ville de Pau alors que l’on dispose de presque tout sous forme de commerces près de chez soi et sans perdre du temps dans la circulation, trouver une place de stationnement, etc… ???

    3) le CSP des habitants (catégorie socio-professionnelle ) a une influence lorsque, outre les impôts et taxes (charges), les loyers restent trop chers pour une grande partie d’entre eux qui partent habiter en périphérie (Un des motifs : après la taxe d’habitation qui est entrain de disparaître, le montant des taxes foncières peut décourager certains d’acheter à Pau…)

    Trop long, d’évoquer ici, le pouvoir d’achat des ménages en 2019 (augmentation hausse des salaires + mesures fiscales du gouvernement) car tout le monde n’est pas concerné et entre autres, une catégorie de retraités et ceux qui dépendent des aides sociales (logement ET…. allocations familiales + autres primes d’ailleurs… non soumises à l’impôt : l’équité fiscale en France, n’existe pas encore à ce jour !).

    4) le taux de vacance commerciale (taux de commerces vides) due aussi à l’exigence de certains propriétaires de locaux qui demandent des loyers trop élevés, rendant ainsi la rentabilité de l’installation d’un commerce plus qu’aléatoire, d’où la fragilité de certains d’entre eux qui disparaissent après 2 ou 3 ans lorsque ce n’est pas en moins d’un an d’existence…
    Nota : je n’évoque pas ici, le cas des magasins franchisés par rapport aux boutiques dites « indépendantes »

    Question : faudrait-il taxer les propriétaires de locaux inoccupés depuis 2 ans ou plus ET faire en sorte qu’ils fassent des propositions avec des loyers modérés, et ce, sans que cela garantisse le succès du commerce nouvellement installé ?

    Pau, n’est pas la seule ville qui connaît ce genre de constat et de déclin plus ou moins important de son centre ville, par contre, je ne crois pas que plus d’événements récurrents (recherche d’attractivité via des animations culturelles et/ou touristiques de… qualité), attireraient beaucoup plus des chalands et/ou touristes…

    L’ouverture de quelques lignes de bus le dimanche matin et aussi l’ouverture de la MIAL le même jour (de 10h à 13h) sont de bonnes décisions : entre 700 et 800 personnes en moyenne en 3 heures pour le dimanche à la MIAL, ce qui apporte aussi une clientèle aux Halles toutes proches.

    Une des vraies questions est de savoir ou faire connaître ce que l’on attends d’un centre ville et là, la ou les réponses ne sont pas si évidentes que çà…

    « Last but not least » : je veux bien admettre que pour certains, ce qui précède puisse paraître comme étant du… « réchauffé longue durée ! » 😉

    Par ailleurs, et comme d’hab, p’tits rappels pour info. = publications à consulter :
    1) Le site web « Procos » : article « Palmarès Procos 2019 des centres-villes commerçants » (3è édition – février 2019 : 39 pages au format .pdf)
    URL : https://www.procos.org/images/procos/presse/2019/procos_palmares_2019.pdf

    2) Le site web « Villes de France » : publication « Synthèse 2019 de l’Observatoire de l’Habitat de Villes de France » (55 pages au format .pdf)
    Présentation : « A l’occasion de son Congrès à Albi les 13 et 14 juin 2019, Villes de France publie, avec le soutien de ses partenaires Banque des Territoires, l’Union sociale pour l’habitat (USH) et Enedis, la synthèse 2019 de son Observatoire de l’Habitat. Cette publication met en évidence les dynamiques territoriales des villes de plus de 10 000 habitants en France en matière de logement, en lien avec toutes les données statistiques relatives à la démographie, au profil de la population, aux caractéristiques du parc de logement, à l’évolution de la consommation et de la production d’électricité, et aux dynamiques de construction. »
    URL : http://www.villesdefrance.fr/upload/OBS-HAB2019.pdf

    3) Site web « Pau.fr » : « Programme Local de l’Habitat » (2018 > 2023, approuvé par la Communauté d’Agglomération le 30 mars 2018 pour une durée de 6 ans) : publication du 25 juillet 2019 : 364 pages au format .pdf)
    URL : https://www.pau.fr/article/programme-local-de-lhabitat

    « As usual » : bonne lecture… 😉

  •  » La question est savoir si les les élus, au niveau de la municipalité, ont un réel pouvoir pour que la situation s’améliore »???
    Bien évidemment, ils ont le pouvoir. Il leur manque la volonté (ou la compétence ?)
    – de stopper le développement des grandes surfaces périphériques,
    – d’améliorer l’accès des transports publics au centre ville,
    – de lancer la rénovation des trop nombreux logements vides en centre-ville
    – de rééquilibrer la mixité sociale dans Pau
    Les lois, règlements, SCoT, PLUi, instructions ministérielles, etc. le permettent. Mais ils ont préféré lancer une opération de com »….

  • « La faute à qui ? Sans aucun doute à ceux qui ont permis ces installations et aussi leur extension. Mais on ne peut refaire l’histoire. »
    Mais non, pas du tout !
    C’est le consommateur qui décide et il est bien évident qu’il préfère faire ses achats dans un hyper où il se gare facilement, où il peut grouper ses achats tout en bénéficiant des meilleurs tarifs.
    Le centre ville de Pau c’est le contraire, c’est inaccessible il faut se garer loin et les prix sont plus élevés…
    Il faut rajouter que le centre ville rassemble les personnes qui ont le plus bas revenu de l’agglo, conséquence d’une incapacité à rénover ces milliers de logements vides et insalubres.
    Pau n’a pas un périphérique digne d’une agglo de cette taille et maintenant AUCUN accès rapide au centre ville. Et ce sont ces péri urbains qui ont le pouvoir d’achat …
    C’est plus facile de construire des salles de spectacle ou de subventionner les jeux du cirque que de structrer une agglomération.
    Je rajouterai que le bustram nord Sud seul n’a STRICTEMENT aucun intérêt.
    Mais Bayrou est un conteur, un baratineur qui n’a jamais rien fait de concret.
    Pire il met le centre ville à 30 km/h histoire de faire fuir les derniers automobilistes…
    Et cerise sur le gâteau :
    « Tout cela a un coût très significatif pour le contribuable. On estime que l’aménagement d’une zone 30 représente une dépense de 1 million d’euros par kilomètre, en moyenne. Faites donc le calcul pour Pau… »
    (Presse Lib)

    Vite envoyez Bayrou à la retraite !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *