Tribune ou tribunal,

Plus qu’une tribune, c’est un tribunal composé d’admirateurs passionnés de ce qu’ils nomment un art et dont la tradition est de mettre à mort un animal dans un combat inégal.

En effet, qu’y a-t-il dans ce jeu cruel assimilé à un art par quelques-uns, si ce n’est la raison qu’ont ceux-là de se complaire à la vue du sang ruisselant sur le corps de l’animal que la douleur rend furieux et d’une mort (le plus souvent) certaine qui s’ensuit.

Un taureau voué dès son jeune âge à cette pratique barbare et que l’on dit heureux de paître en liberté en attendant son heure fatale.

Quel est cet art dites-moi qui veut qu’un taureau pris au piège dans une arène fermée où l’attendent les picadors et leurs piques acérées, réduisant la force musculaire de l’animal atteint dans sa chair ou les jarrets sont volontairement tranchés par ces couperets.

Quel est cet art dites-moi qui veut que des banderillos plantent leurs banderilles toutes aussi tranchantes sur le dos de la bête musclée mais accablée, amoindrie, poussée malgré elle à combattre en sentant (sûrement) sa fin prochaine.

Quel est cet art expliquez-moi qui consiste à épuiser un animal sous la force de coups répétés, le faisant courir afin de se vider de son sang que la poussière recouvre à grands coups de sabots. Le regard vitreux et le souffle haletant du taureau sentant la cape voltiger au-dessus de sa tête contraignant l’animal à étirer son corps devenu pesant pour s’élancer contre un vague ennemi qu’il devine à peine désormais.
Un adversaire dont le calme superbe sentant la bête diminuée, s’apprête à lui donner l’estocade après que sa muleta apaise quelque peu le valeureux taureau avant le coup fatal !

Quel est cet art dites-moi, d’un animal traqué durant de longues heures et que la douleur rend fou, les banderilles toujours plantées sur son corps lacéré, livré à la foule d’aficionados épris d’un pseudo art dont la culture se mesure au sang versé ?

Est-ce là un art que d’admirer une malheureuse créature désormais lasse et chancelante, dont l’horizon s’amenuise, elle qui est appelée à mourir sous les vivas de quelques affligeants personnages désignant tel un art ce jeu stupide et inutile à l’Homme, celui-là dont la nature, lors d’une corrida (entre autres combats déloyaux), révèle son côté obscur, son goût douteux pour l’Art et un rapport à l’esprit artistique proche du néant !

Bien à vous.

Samie Louve.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

17 commentaires

  • Aujourd’hui n’est vraiment pas jour d’armistice pour tout le monde.
    Basta ! Stop ! Suffisant !

  • Sur http://flac-anticorrida.org/colloque-du-17-octobre-2019-assemblee-nationale-protection-de-lenfance-contre-toutes-les-formes-de-violence/

    « Combattre la corrida : un devoir moral

    « Notre civilisation nous conduit à éliminer la barbarie […], interdire la corrida aux mineurs c’est le b.a-ba, c’est le bon sens, c’est faire de la protection de l’Enfance », affirme Laurence PARISOT qui enfonce le clou en souhaitant que la France cesse d’accepter l’ignoble « avec bonhommie et grivoiserie ». Marta ESTEBAN tient le même discours : non seulement développer la compassion envers les animaux est un antidote à la violence mais faire preuve de bienveillance est un puissant stimulant neuronal. Matthieu RICARD précise que la corrida est un « hiatus considérable », une réification de l’animal, qui, même s’il ne peut intellectuellement exprimer qu’il ne souhaite pas mourir, n’en est pas moins un « sujet de vie ». Nous sommes intrinsèquement des individus de justice et de morale ; est-il juste et moral de tuer un animal pour se divertir ? « Si vous trouvez un argument contre ça, je vous attends », termine Matthieu RICARD.

    Pourtant, aussi invraisemblable que cela paraisse, les associations qui luttent contre la corrida doivent faire face à un prosélytisme des plus décomplexés à l’endroit de l’Enfance. Écoles taurines, présence d’enfants dans les arènes, exposés dans les établissements scolaires : le monde de la défense animale est laissé seul face au lobby pro-corrida. Pourtant, le Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU a épinglé la France concernant la corrida et les mineurs, rappelle Philippe JAFFE8. Il précise que si la France se présentait à ce Comité, ce qui devrait intervenir prochainement, cela provoquerait immanquablement des « étincelles ». La protection de l’Enfance est mise en cause par la pratique de la corrida et, selon l’intervenant « la France se rend complice d’une inversion des valeurs ». Jean-Paul RICHIER cite les témoignages de personnes traumatisées durant l’enfance par ce « spectacle » et Thierry HELY corrobore ce fait par le témoignage de Marina RUIZ-PICASSO, petite-fille du célèbre peintre qui a adressé à la FLAC un billet émouvant où elle fait état de l’aversion et de la souffrance qu’elle ressent encore aujourd’hui alors que son grand-père l’a « initiée » à la tauromachie espagnole.

    … »

    • Pierre-Michel Vidal

      Le devoir moral c’est que Pier U la boucle et cesse de jouer les provocateurs de super-marché sur ce site. Merci de ne pas nous faire la leçon sur la protection infantile. 1% des articles écrits sur ce site ont été consacrés à la corrida. Une pratique légale et ancrée dans notre région. Adressez-vous à la presse régionale qui y consacre au moins 30 fois plus d’espace. Arrêtez de jouer les donneurs de leçons et les censeurs. Vous êtes un liberticide. Vous voulez faire taire les voix différentes. Interdire les pratiques que vous ne jugez pas conforme. Cela rappelle de bien mauvais souvenirs.
      Votre devoir moral on s’en tamponne tenez-vous le pour dit : vous ne me ferez pas taire, vous et vos copains.
      Basta ya!

  • Pierre-Michel Vidal

    Via torofiesta.com

    Communiqué de Presse de Mme Monica Michel, Députée de la XVIe circonscription des Bouches-du-Rhône (Pays d’Arles), qui soutient la tauromachie…

    « Depuis quelques semaines, le monde de la tauromachie est en effervescence après la prise de position de deux députées «En Marche» voulant faire légiférer pour interdire aux enfants de moins de 16 ans l’accès aux arènes.

    Le débat n’est pas nouveau.

    Depuis le 19ème siècle, des personnalités d’obédience politique et religieuse diverses ont cherché à faire interdire la corrida.

    L’approbation de la loi Grammont en 1850 entraina des velléités d’interdiction des corridas en France, soulevant l’indignation des populations du Sud.

    A Nîmes, le torero Manzzantini fut expulsé de France. A Dax, Félix Robert fut emprisonné. Mais jamais, l’interdiction ne fut réellement observée.

    En 1920, à Arles, la ville sort de la torpeur de la guerre et les protectards aussi.

    mm05h
    Lors d’une course organisée par l’empresa Pouly père, ces derniers s’indignent du sort des toros sans défense et pas des 10 millions de victimes et des 8 millions d’invalides du conflit de la guerre de 14/18.

    La «levée des tridents» du 17 novembre 1921 à Nîmes où une foule immense et forte de plus de cent cavaliers conduite par le Marquis Folco de Baroncelli-Javon – dont on fête cette année, les 150 ans de la naissance – et son ami l’avocat manadier Bernard de Montaut Manse permet de débouter la SPA de son action en justice contre les corridas à Nîmes.

    Prenant en compte la volonté exprimée, cette loi très Jacobine fut amendée par les députés en 1951 pour exclure les corridas du champ d’action de la loi et instaurer en sa faveur une exception culturelle limitée aux régions de tradition taurine ininterrompue, cette expression culturelle a fait l’objet d’une volumineuse jurisprudence aujourd’hui définitive, depuis que le conseil constitutionnel l’a jugée conforme à la constitution. En 2015, la notion d’être vivant doté de sensibilité pour un animal intègre le code civil. Ce concept était déjà inscrit dans le code rural depuis la loi de 1976, mais sa portée symbolique se trouve élargie par son intégration dans le code civil. L’animal reste «un objet de droit» que l’on peut posséder ou utiliser. Cette notion donnant l‘opportunité aux défenseurs des animaux de relancer le combat.

    Certes, le débat ne sera jamais clos. Et les tentatives toujours présentes.

    Mais contrairement à ce que certains pensent, il n’est jamais bon de dissocier des cultures, même proches. Chacun a besoin de l’autre pour se construire. Même si les règles sont différentes, la finalité est identique.

    Un homme affronte en combat loyal un animal sauvage, comme au temps des premiers hommes qui combattaient l’auroch pour survivre.

    Les peintures rupestres sur les parois de nombreuses grottes, à Lascaux, à Chauvet et partout dans le monde, sont là pour en attester. Aujourd’hui, ce combat est devenu un art pour la tauromachie espagnole et un sport reconnu par un Ministère de tutelle pour la course camarguaise et la course landaise. Et aussi une identité culturelle et économique avec les spectacles de rues et les activités connexes qui en découlent.

    Depuis qu’elle a été élue députée du pays d’Arles, Monica Michel a assisté à de nombreuses manifestations en Pays d’Arles. Elle soutient la culture tauromachique comme élément majeur de l’identité de son territoire.

    Et pour répondre au débat partisan qui s’est déroulé ces derniers jours à l’initiative de deux députées LaREM qui ont déposé une proposition de loi pour interdire l’accès aux arènes aux mineurs de moins de 16 ans, Monica Michel a demandé au Président du groupe des députés «En marche» – Monsieur Gilles Legendre – de rencontrer une délégation qui sera conduite par Monsieur André Viard, Président de l’Observatoire des Cultures Taurines, et M. Etchegarray, Président de l’UVTF.

    Ce rendez-vous est prévu le 20 novembre prochain. Monica Michel et d’autres députés seront présents. »

    Saint-Gilles

    • La lecture de ce brûlot est sidérante ,tout ce qui fait que la tauromachie est une pratique détestable est légitimé dans ce texte ,comment peut on écrire, sans provocation : »Un homme affronte en combat loyal un animal sauvage ,comme au temps des premiers hommes qui combattaient l’auroch pour survivre »
      Comment peut on faire référence a des peintures rupestres qui immortalisent des scènes de vie ou l’homme chassait uniquement pour sa survie pour justifier une pratique sanguinaire qui a ce jour n’est qu’un spectacle cruel ou la souffrance, la mutilation,et la mort sont l’objet de jouissances!!
      La corrida, heureusement, « recule  » partout, jusque dans ses fiefs les plus emblématiques et c’est cela la bonne nouvelle !!

      • Pierre-Michel Vidal

        Comment peut-on écrire autant de bêtises comme vous le faîtes ? Comment peut-on mépriser autant les gens qui ne sont pas de son avis ? Comment peut-on être aussi intolérant ? Comment pouvez-vous interpréter les scènes préhistoriques: « l’homme chassait uniquement pour sa survie »? Vous y étiez?
        La calomnie comme vous l’utilisez est « une pratique détestable » comme vous le dites. Ayez des arguments rationnels, sérieux si vous en êtes capables (j’en doute). Sinon abstenez vous…vous et vos petits amis (ami.e.s) qui vous déchaînez sur ce site après vous êtes concerté.e.s.
        Vous me faîtes honte! Même la SPA ne publierait pas ce type de réactions.

  • (témoignage d’Alvaro Munera, torero repenti)

    « L’Afeitado
    Cette pratique barbare consiste à scier à vif 5 à 10 cm de corne. L’opération dure 25 minutes et génère d’horribles souffrance pour l’animal ; il est enfermé dans un caisson et seules les cornes dépassent. Cette mutilation modifie la perception de l’espace pour le taureau. Tous les toreros réclament l’afeitado. En termes de douleur, cette ‘ intervention ‘ reviendrait à nous scier une dent à vif…
    Cette opération a pour but de désarmer le taureau.
    L’animal ainsi tourmenté, torturé, garrotté, piégé, encagé; ses plaintes, ses mugissements n’empêchent rien.
    Les cornes sont ensuite poncées et éventuellement reconstituées avec de la résine.
    Le taureau ne dispose pas d’un délai suffisant pour prendre connaissance de la nouvelle longueur de ses cornes et d’y adapter son coup de tête.

    Le transport
    Les taureaux sont ensuite transportés vers les villes taurines; c’est une épreuve douloureuse. Ces transports pouvant durer plusieurs jours, sur un plan incliné pour les fatiguer, les animaux ne reçoivent ni nourriture, ni boisson. C’est ainsi qu’en 2001, plusieurs taureaux déshydratés ont été retrouvés sans vie dans ces camions de la mort.

    La préparation au combat
    Avant le combat, le taureau est parfois préparé.
    Yeux enduits de vaseline (afin de le désorienter), usage en dose massive de tranquillisants, hypnotisant, et même sprays paralysants (les mêmes utilisés par les forces de l’ordre, qui ont pour effet d’altérer la vue).
    Pattes enduites d’essence de térébenthine, qui lui procure des brûlures insupportables, dans le but de l’empêcher de rester tranquille.
    Aiguilles cassées dans les testicules, dans le but d’empêcher le taureau de s’asseoir ou de s’affaler.
    Coton enfoncé dans les narines et qui descend jusque dans la gorge, dans le but de rendre plus difficile la respiration.
    Coups de pieds et de planche sur l’échine et sur les reins, pour ne laisser aucune traces.
    Les sabots sont limés, voire incisés et on enfonce des coins de bois entre les onglons, cette opération est faite pendant la contention dans la boîte à treuil (en même temps que l’afeitado).
    Et juste avant de rentrer dans l’arène, on lui laissera tomber une trentaine de fois des sacs de sable de 100 kg sur les reins, après l’avoir immobilisé.

    Et maintenant… le spectacle peut enfin commencer. »

    source : http://echonature.over-blog.com/article-decouvrez-le-livre-corrida-la-honte-de-roger-lahana-anna-galore-124080864.html

    • Pierre-Michel Vidal

      Alvaro Munera (Qui c’est celui-là ? Il est inconnu au bataillon ! Il n’y a aucun torero du nom de Munera. Il n’existe pas.) torero « repenti ». Mais repenti de quoi ? Ainsi madame Durand est une anti-corrida repentie… C’est une amie proche, elle les suit partout depuis sa conversion avec autant de passion qu’elle les avait combattues. Tout ce que vous dites ici est un tissu d’inepties et plus personne n’utilise ces arguments tellement ils sont stupides, incohérents, faux car on n’y trouve pas une once de vérité.
      Mais comme on peut dire tout ce qu’on veut sur ce site pourquoi s’en priver? Tout passe. Même la comparaison entre la corrida et la Shoah. Alors!
      Vous et vos petits copains qui écrivez de concert, en vous cachant derrière vos pseudos, vous devriez vous « repentir » de votre ignorance, de votre mauvaise foi et de vos commentaires qui ciblent ce site pour faire taire ceux qui ne sont pas de votre avis. Vous êtes la démonstration, par vos allégations stupides, vos mensonges délibérés, vos affirmations abjectes et vos actions concertées que ce site ne peut pas faire l’économie d’une modération sérieuse. Nous avons écrit en 2 ans moins de 10 articles sur la corrida -aucun ne la défendait d’ailleurs- soit autour de 1% de ce qui a été publié sur ce site. La presse régionale consacre beaucoup plus de place à la corrida. Attaquez-vous à elle avec la même violence ! Vous verrez comment vous serez reçus… en fait vous ne serez pas reçu du tout, vous n’y serez jamais publié et c’est très bien car la corrida est légale et elle fait partie de notre identité régionale.
      Ca n’est pas beau de mentir… de prendre les gens pour des crétins… de profiter de la faiblesse de son prochain.
      Vous me faîtes honte. Ayez des arguments sérieux que nous puissions débattre.
      En attendant écrivez vous doléances sur le site de Brigitte Bardot elle vous fera bon accueil.

  • Pierre-Michel Vidal

    Sans doute Picasso, Hemingway, Cocteau, Manet, Montherlant, Pierre Arditti, Gérard Jugnot, Cantona, De Falla, Antonio Machado, Federico Garcia Lorca, Vargas LLosa, Me Dupont-Moretti,Francis Wolff, Frédéric Mistral, Mauriac, Théophile Gauthier, Orson Welles, Botero, Francis Bacon, Pierre Albaladejo, Daniel Herrero etc., etc. étaient-ils favorable à l’excision… C’est lamentable mon pauvre Vallet… Quelle démagogie… Quelle conception tordue (perverse même) de la Raison… C’est en raison de ce genre d’anathèmes qu’il ne faut pas céder sur le fond.
    Voilà ce qui arrive quand on ouvre le robinet et qu’on publie des textes aussi stupides: Alternative Pyrénées devient une annexe de la fondation Brigitte Bardot.
    Il y a quand même plus important non? En ce moment et à deux pas de chez nous en plus…

    Comme le dit le Figaro dans son éditorial : https://corridasi.com/2019/10/29/le-figaro-virulent-editorial/ : « Le soin du monde et l’attention que l’homme doit prêter aux animaux n’autorisent pas à mettre son intelligence en jachère ».

    • Le bon vieux sophisme éculé « Hemingway était un grand écrivain, Hemingway aimait la corrida, donc la corrida est estimable ».

      Je vous en propose un autre : « Céline était un grand écrivain, Céline était antisémite, donc l’antisémitisme est estimable ». Vous validez ? Je ne sais pas pourquoi mais j’en doute…

      Comme si avoir un talent ou un autre rendait clairvoyant voire infaillible sur tous les sujets. Et n’est-ce pas vous qui habituellement brocardez vertement les intellectuels qui se prennent de donner leur avis sur tout ? En fait tout dépend, donc : si leur avis correspond au vôtre, alors c’est bien. Faites ce que je dis, pas ce que je fais…

    • + »En ce moment et à deux pas de chez nous en plus… »
      C’est vrai, rajouter du sang au sang ne me semble pas indispensable.

      +Parmi les exemples nombreux que vous citez, on trouve beaucoup de très anciens pour lesquels les connaissances sur la sensibilité du vivant n’étaient pas encore connues.
      Les autres ne sont pas de la plus grande jeunesse et leur préoccupation scientifique pas toujours au premier plan. L’avocat célèbre est capable de défendre des êtres à la » conception tordue (perverse même) de la Raison »

      + « Le soin du monde et l’attention que l’homme doit prêter aux animaux n’autorisent pas à mettre son intelligence en jachère »

      Bien sûr, c’est pourquoi il doit aborder le problème de la souffrance et de la vie « avec son intelligence », pas toujours très développée, remarquons-le, quand on consulte l’actualité!

      J’en resterai là; sachant scientifiquement que des êtres vivants souffrent psychiquement et physiquement, je n’ai aucunement l’intention, sauf pour des raisons vitales et mes nécessité inhérentes à mon statut d’animal omnivore, de provoquer cette souffrance, par exemple sous prétexte de maintenir une tradition.
      Comme vous livrez vos convictions aux lecteurs, admettez de recevoir, avec courtoisie, la contradiction.

  • Peut-on opposer la raison au cœur ?

    « N’importe qui pouvant écrire n’importe quoi, il est sûr que la crédibilité d’A@P s’est réduite ».
    Intéressant. A retenir. Ça peut servir…

  • Il est évident que Samie, louve aujourd’hui, était taureau dans une autre vie… Sa connaissance de la psychologie de la bête montre qu’elle en a vécu beaucoup des corridas … à moins que ce ne soit son signe du zodiaque qui lui permet de s’identifier à ce point avec l’animal…
    L’article mérite les oreilles seulement pour pouvoir les tirer.

  • Pierre-Michel Vidal

    Que vous soyez contre la corrida, ce que je peux comprendre car c’est une question de sensibilité, ne vous autorise pas à écrire des inepties. La mort est « promise » comme vous dites à tous: êtres humains, animaux comme végétaux à la planète elle-même. Comme j’ai horreur de la bêtise et de la polémique je Je ne commenterai la somme de contre-vérités que vous accumulez en quelque lignes. On voit que vous ne vous êtes jamais donné la peine de réfléchir de manière sereine, de lire, de vous informer ou même de voir une seule corrida. de faire appel à la Raison. Votre discours est puéril, marqué par la violence et l’ostracisme. Imaginez ce que l’on dirait si on traitait de cette manière les anti corridas. Je vous renvoie à la déclaration récente de Michel Sardou : https://youtu.be/jW4c_F3XMLA.
    Comme je ne polémique pas avec les enfants je m’en tiens là.
    Plus grave: Je déplore qu’un papier de ce niveau ait été diffusé sur ce site. Cela dévalorise les efforts de ceux qui y contribuent et cela montre les limites de son fonctionnement. N’importe qui pouvant écrire n’importe quoi, il est sur que sa crédibilité est réduite.

    • https://youtu.be/jW4c_F3XMLA.

      Les propos de Michel Sardou sont-il vraiment une valeur incontournable pour démontrer la justesse de « votre sensibilité » et un solide argument s’appuyant sur  » la Raison ».

      Par contre, je trouve intéressant l’intervention qu’on peut lire, sur le site indiqué, de la part de:

      Anouck Arnould
      il y a 10 heures
      Incroyable qu’en 2019 on soit encore obligé de justifier l’horreur de ce spectacle ! La tradition a bon dos.. Comme pour l’excision et autres barbaries. Il y a toujours des individus qui décident de la vie ou de la mort (ou de mutilations) de d’autres individus sans jamais se mettre à leur place. Cela s’appelle la non humanité.

      Inepties et puérilité? Ne pensez-vous pas que votre désaccord et votre passion vous dépassent?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *