Pollueurs, pas payeurs

3.9
(13)

Dans l’actualité brûlante de ce début de décembre 2019 un décision est passée presque inaperçue : celle de la Fédération des transporteurs routiers de bloquer des routes en raison de la suppression d’une ristourne de 2 centimes d’euro sur le prix du gazole, alors que cette ristourne est conservée pour les agriculteurs. Passons sur le fait que les agriculteurs ont souvent un niveau de vie et des contraintes qui laissent peu de place à la jalousie.

Le motif peut paraître dérisoire lorsqu’on le compare aux inquiétudes de larges pans de la population quant à la réforme des retraites. Il ne l’est pas cependant pour une entreprise ayant de nombreux camions. Cela ne justifie pas une action qui ajoute aux difficultés actuelles et appauvrit l’économie du pays. Les centaines de kms de bouchons qu’il connaît chaque jour ont un coût pour l’économie française et un impact important sur la pollution. Dégager la chaussée d’un camion accidenté est une opération moins simple que le faire pour une voiture !

Aussi, réduire le transport routier au profit du transport ferré devrait être un objectif prioritaire. Une combinaison des deux modes pour les trajets de longue distance pourrait être une piste, suivant le modèle des conteneurs maritimes.

Pour autant, aider les transporteurs français à résister à la concurrence déloyale des transporteurs étrangers pourrait être un objectif fondé et d’application immédiate : l’état français supporte le coût d’entretien du réseau et les conséquences de la pollution sur la santé des habitants. Cependant il ne perçoit pas de taxe sur le carburant utilisé par les transporteurs étrangers ni sur les salaires de leurs camionneurs. Pour ce qui est du carburant, on pourrait mettre en place une mesure limitant à 20 litres par exemple le contenu des réservoirs des camions étrangers passant la frontière. Cela aurait un coût en matière de personnel, mais pourrait entrer dans le cadre de dispositions visant à décarbonner la planète. Tous ceux qui empruntent les autoroutes traversant le département savent qu’il faut prendre des mesures concrètes face aux nuisances.

Jean-Paul Penot

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.9 / 5. Nombre de note : 13

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • « Pour ce qui est du carburant, on pourrait mettre en place une mesure limitant à 20 litres par exemple le contenu des réservoirs des camions étrangers passant la frontière. »
    C’est pas sérieux !!!
    Il y a eu une tentative sérieuse et efficiente : la mise en place de portiques permettant de taxer les camions, mais le gouvernement pleutre a cédé devant une bande de bretons débiles qui se croyaient aux fêtes de Bayonne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *