Santé sobriété !

L’alcoolisme a longtemps été un fléau majeur dans ce pays. Malgré la montée en puissance d’autres fléaux, comme la drogue ou la violence, il est probable qu’il reste dans les premiers rangs de nos maux. La campagne pour un mois de janvier sec, sans alcool, est donc justifiée, même si le mot d’ordre paraît bien sévère. Chacun est libre de prendre soin de sa santé ou de la compromettre. La transgression a cependant un coût pour la collectivité via l’assurance maladie, les accidents de la route, les féminicides, les pertes de productivité…

Mais ce n’est pas mon propos (ni de ma compétence). En revanche, il m’est permis de m’interroger sur les mises en cause à répétition des hommes et femmes politiques qui font un usage abusif des largesses de l’État. La présomption d’innocence joue en leur faveur, et il n’est pas question de la remettre en cause ici. Par ailleurs, il est normal d’assurer la sécurité des anciens dirigeants car ils ont pu prendre des décisions qui ne plaisaient pas à tout le monde. Mais certaines dispositions ne sont-elles pas trop généreuses, et par là-même des incitations à des abus ? Ne pourrait-on pas obtenir le même résultat avec des mesures moins dispendieuses ou mieux contrôlées ? Laissons de côté les emplois de chauffeur ou de cuisinier mis à la disposition des anciens dirigeants politiques et concentrons-nous sur la question des assistants parlementaires.

Il est bien normal que les élus qui font les lois aient besoin d’aide pour s’informer et pour prendre des décisions. Mais ces besoins pourraient être mieux encadrés et contrôlés. Un registre concernant l’utilisation des fonds publics devait être tenu par les bénéficiaires pour permettre un contrôle. Il n’est sans doute pas aisé de distinguer une utilisation à des fins privées ou partisanes et une utilisation au profit de la nation. Mais on peut établir des degrés d’utilisation abusive, notamment en présence d’un enrichissement personnel ou familial. Celui-ci étant avéré, convient-il d’offrir une tribune à la télévision ?

Notre république pourrait être plus exemplaire. Un peu de sobriété pourrait montrer le chemin et se diffuser dans tout le pays.

Paul Itaulog

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *