Réflexions du jour

3.1
(16)

Le gouvernement et l’islam

Créer un centre de formation indépendant pour les imams, contrôler davantage les financements étrangers des associations ou encore mieux encadrer les écoles hors contrat : des députés LREM ont décliné mardi leurs axes de travail contre le «séparatisme» islamiste.

Réunis au sein d’un groupe de travail constitué il y a quelques mois, ces élus ont expliqué lors d’une rencontre avec la presse avoir cherché à se dégager «de l’emprise de l’urgence médiatique» sur ce sujet qui «divise», alors qu’Emmanuel Macron doit dévoiler dans l’après-midi de nouvelles mesures en recevant des associations d’éducation populaire. Parmi leurs préconisations, déjà dévoilées en partie mi-janvier, les députés suggèrent de «former les imams en France, notamment en créant un centre de formation indépendant de type école nationale de théologie musulmane».

Et de quel droit le gouvernement se mêle-t-il de la formation des ministres du culte musulman ? La laïcité ne le lui permet pas , mais l’islam est une telle source de problèmes en France et ailleurs qu’on ne sait plus quoi faire ! Va-t- il avoir un regard sur le contenu du coran dont de multiples versets , sourates ou hadiths semblent inacceptables dans une société laïque et démocratique non seulement du fait de l’inégalité des sexes au profit des hommes mais aussi et surtout par des incitations à la haine contre les incroyants ( interdiction du mariage d’une femme avec un non musulman ), des châtiments corporels (lapidation, amputation), obligation de respecter le jeûne en public etc. La question se pose de savoir si certaines prescriptions ne tombent pas sous le coup d’une loi pénale. Le gouvernement doit agir de façon plus drastique. Il lui incombe de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour interdire la diffusion, sous couvert de religion, d’injonctions et de principes non conformes non seulement à la constitution mais à toutes les conventions relatives aux droits humains.

Le gouvernement et les retraites

Après 70 heures de débats, l’article premier été validé à 89 voix contre 46, après de nombreux appels au règlement et des suspensions de séance interminables. Ce premier socle du projet fixe les principes généraux du futur système par points.

Eh où étaient les 442 députés absents ? En campagne pour les municipales peut-être !

Pierre ESPOSITO

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.1 / 5. Nombre de note : 16

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *