Les ambiguïtés ministérielles

4.2
(12)

Les récentes et diverses déclarations de Madame Buzyn sont contredites par le chef de l’État qui ironise sur les propos de son ancienne ministre de la santé. Une véritable cacophonie au plus haut niveau du pays.

Il existe toutefois des trous noirs.

Encore ministre,  Madame Buzyn, déclarait le 14 février 2020, «  je ne pourrai pas être candidate aux municipales ». Mais deux jours après seulement elle annonce qu’elle le serait. Comprenne qui pourra. Il fallait certes voler au secours du parti présidentiel du fait du virus de l’infidélité qui frappait le malheureux candidat Griveaux. Mais pourquoi un si brusque changement d’attitude de Madame Buzyn alors qu’elle gérait l’épidémie du coronavirus ? Le président voulait-il se débarrasser d’elle ou, au contraire, considérait-il qu’elle était la candidate idoine ? Un fait est certain. L’un des deux ne dit pas la vérité. Madame Buzyn a-t-elle alerté le chef de l’État le 11 janvier 2020 par message ? Le président le conteste. Le 30 janvier elle a indiqué au premier ministre « que les élections ne pourraient certainement pas se tenir » mais quelques  jours plus tard elle acceptait cependant d’y concourir, avant de considérer qu’elles avaient constitué une mascarade . Qu’en est-il vraiment ? La démocratie impose des explications. Elles seront sans doute brouillonnes mais comme elles feront certainement des dégâts, on préfère appeler à la solidarité ou au respect des personnels qui luttent contre la maladie, en espérant sans doute que le temps et le retour à notre mode de vie antérieur apaiseront l’appétit des curieux. Des médecins ont déposé une plainte contre le premier ministre et Madame Buzyn ?  Une plainte adressée à quelle autorité ? A la cour de justice de la république ? Au procureur de la république de Paris ? Qu’en adviendra-t-il et quand ? Les propos de l’ancienne ministre ne peuvent pas rester sans écho. Le peuple a le droit de savoir et les mis en cause le devoir de s’expliquer. Ce qui est sûr aujourd’hui est que Madame Buzyn ne sera pas maire de Paris, ni jamais de nouveau ministre et que le virus qui fait « tousser» les français va probablement affecter l’avenir du chef de l’État et du premier ministre .

Pierre ESPOSITO 

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.2 / 5. Nombre de note : 12

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *