Gouverner, c’est prévoir.

Cela fait des décennies que la science alerte les peuples et les gouvernants qu’il ne faut pas jouer avec la Nature, que cette dernière limite les activités humaines et que l’irrespect de ses contraintes pourrait conduire à la catastrophe pour l’espèce humaine

Les «écolos» et la transition écologique sont toujours passés pour des rigolos puis des empêcheurs de piller et polluer en rond puis des « bêtas » bloquant l’incontournable libéralisme.

Or, nous vivons les conséquences de cette fake news véhiculée que la liberté des marchés, l’individualisme, la réduction de l’Etat, la puissance de l’argent… sont incontournables pour le bonheur des gens. Cette irresponsabilité aveugle risque de devenir crime contre l’humanité.

Sans les déforestations de toutes ces grandes forêts du monde, d’Indonésie, d’Afrique, d’Amérique du Sud, ces contacts de plus en plus étroits avec les animaux sauvages, hôtes de très nombreux parasites, dont des virus, prêts à muter et s’adapter à l’homme non immunisé, cet effondrement de la biodiversité qui assure l’équilibre vital, ce réchauffement qui active la prolifération et l’expansion de formes nouvelles de parasites, qui fait fondre les sols gelés emprisonnant dans les matières organiques des masses de virus réduits au silence ; la température des mers perturbe et inverse des courants marins, les animaux à coquilles n’ont plus de calcaire pour faire leur enveloppe de protection, les animaux marins meurent étouffés par le plastique… Les transports  par air, mer et terre, en augmentation prodigieuse, sont autant de véhicules qui sont une aubaine inespérée pour les migrations accélérées des virus…

Oui, le Covid 19 est une affaire de libéralisme et de refus de tenir compte de la nécessaire adaptation de l’homme à la nature, et non l’inverse.

Les politiciens qui se sont succédé ont refusé de prendre en considération les prévisions apportées par nombre d’organismes scientifiques dont le Giec. Toutes les alarmes sur l’imminence d’une catastrophe possible d’origine naturelle (tremblement de terre, volcanisme, fonte des glaces, ouragans, inondations…) ou nucléaires, sont restées lettres mortes. Nous ne sommes absolument pas préparés à un désastre nucléaire ou environnemental majeur, les lignes électriques ne sont pas enterrées, les inondations, du fait du bétonnage, sont incontrôlées, l’urbanisation démentielle, les plans d’urgence pour évacuer en sécurité la population des grandes métropoles sont insuffisants et irréalisables du fait de l’ampleur de la population et de la rapidité nécessaire…L’économie à flux tendu empêche l’accumulation de réserves protectrices opérationnelles.

En ce qui concerne l’épidémie, on prétend qu’elle était imprévisible ; évidemment le jour, l’heure, la durée, le lieu, la nature… ne l’étaient pas mais, compte tenu des comportements ci-dessus évoqués, on pouvait prévoir et se préparer à cette éventualité de rentrer, un jour ou l’autre, en guerre bactériologique avec la nature. Le passé pouvait servir de leçon.

Pas de problème, la technologie est prête! Peut-être, mais pas totalement :

Disparition ou presque de la recherche fondamentale, d’une recherche appliquée entraînée et financée dans certaines directions comme la recherche médicale, pharmaceutique plutôt que nucléaire ou aéronautique… C’est trop coûteux, on réduit les subventions, le privé financera désormais, en grande partie, la recherche appliquée,  pour son intérêt.

Rapprochons-nous de la situation actuelle : dans la revue «l’écologiste»

Masques : quels sont les stocks stratégique de l’État ? Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué lors de sa conférence de presse samedi 21 mars : « Quand le Covid-19 est apparu, il ne restait qu’un stock d’Etat de 117 millions de masques chirurgicaux pour adultes et aucun stock stratégique d’Etat en masques FFP2. » Aujourd’hui, toujours selon le ministre, ce dernier stock des masques les plus efficaces, destinés aux soignants, permettrait de tenir trois semaines.

De quels soignants parle-t-il ? Actuellement ce n’est pas le cas. Des médecins de Pau ont reçu, il y a peu, quelques masques FFP2 périmés issus de la réserve stockée après la grippe H1N1.

Tests : où sont les réactifs ? Selon le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique mis en place par le gouvernement sur le coronavirus : « Nous avons un énorme problème avec les réactifs utilisés dans les tests. Ces réactifs de base proviennent de Chine et des Etats-Unis. La machine de production s’est arrêtée en Chine et les Etats-Unis les gardent pour eux.» (interview dans Le Monde du 20 mars).»

Conséquence :

Le Monde : «La France, contrairement à d’autres pays ayant mené de très larges campagnes de dépistage, a fait le choix de ne tester que les cas sévères de la maladie… Une stratégie cohérente avec les capacités limitées de dépistage dont elle dispose.»

C’est cohérent en effet avec notre pénurie, mais pas avec la maîtrise de l’extension du virus. Le dépistage systématique, en particulier des asymptomatiques, très conseillé par l’OMS.

Oxygène médical : où sont les bouteilles ? Les hôpitaux utilisent des cuves à oxygène. Mais en cas de surplus de malades, il faut des bouteilles à oxygène dont la seule usine de fabrication dans l’Union européenne, à Gerzat dans le Puy de Dôme, a été fermée en 2019 par son propriétaire britannique pour cause de concurrence internationale trop forte sur les prix. L’Italie manque de ces bouteilles. La situation française n’est pas connue. Les outils de production sont encore sur place, les 138 ouvriers licenciés demandent la réouverture de l’usine par l’État comme l’indique le magazine L’Usine nouvelle du 20 mars.

Pourquoi n’est-elle pas déjà réouverte ?

Lettre reçue d’une femme de médecin libéral.

«il est exposé (et moi aussi de ce fait). Comme tous les médecins libéraux de France, il n’a pas assez de matériel pour se protéger, ça semble incroyable en 2020 dans un pays réputé riche et c’est en totale contradiction avec cette insupportable communication omniprésente sur l’excellence de notre système de soin dont on nous rebat les oreilles. On lui a généreusement octroyé 50 masques chirurgicaux, il fonctionne avec le gel hydro-alcoolique qu’il a pu trouver (en faible quantité), et les masques FFP2 qui lui restaient de la précédente épidémie. Je suis assez fâchée que ce gouvernement se permette ainsi d’envoyer mon mari au front sans être capable d’assurer sa protection (ni la mienne au passage) et sans tenir compte de son âge et de ses éventuels facteurs de risque».

Les héros sont fatigués.

Ajoutons l’incompatibilité de la prise en compte immédiate de l’épidémie par le milieu médical et le milieu entrepreneurial suivi par notre Président, concernant le confinement et l’on constate, une fois de plus qu’on ne se sortira jamais du fric roi.

Confinement général ou économie, il faut choisir.

L’argent perdu(plaie d’argent n’est pas…) est facilement remplacé, pas une vie humaine !

«Une prime de 1000 euros totalement défiscalisée ». C’est l’annonce faite par Bruno Le Maire, invité de la matinale de LCI ce vendredi 20 mars. Lors d’une réunion consacrée à la pandémie de coronavirus, la gratification devrait être octroyée aux salariés qui continueraient à venir sur leur lieu de travail, compte-tenu du fait qu’ils ne peuvent pas télétravailler de chez eux, pour permettre à leur entreprise de poursuivre son activité.»
Au vu des sommes d’argent que l’Etat est prêt à libérer pour protéger les entreprises, elles n’ont vraiment pas les mêmes soucis que les médecins dont le manque de protection commence à allonger la lite des contaminés et des morts.


Quant aux salariés appâtés par les 1000 euros :

+Accepter de vendre sa sécurité c’est non seulement engager sa propre vie mais aussi accepter de contaminer ceux avec lesquels ils seront en contact dans les transports, le travail, la famille, les soignants. Ce n’est pas très solidaire !

La télé nous avertit pourtant sans arrêt que se protéger c’est protéger les autres !

+Depuis le début de la grève dans les hôpitaux, puis plus tard dans d’autres domaines, ce n’est pas une prime qui résoudra le problème du manque de lits qu’on a supprimés, de moyens en personnel, en équipement, en protection…

Les héros soignants, pour l’instant, ne revendiquent pas de l’argent pour eux ; ils veulent pouvoir simplement être en mesure d’accomplir leur sacerdoce, celui de soulager, non les bourses de l’Etat ou du privé, mais la détresse humaine.

Signé Georges Vallet

crédit photo :Citation Jean Dutourd enfance : Dans mon enfance, les …

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

4 commentaires

  • Ce texte sent un peu trop la « récupération idéologique », comme beaucoup d’autres actuellement.

    Les épidémies, puis pandémies, sont probablement aussi vieilles que l’histoire de l’humanité, bien avant les excès du libéralisme. Ce qui est critiquable actuellement c’est l’impréparation de nombreux pays à y faire face. Mais pas tous : comme vous le notez en bas de page les pays asiatiques -et pas les moins libéraux- ont contenu efficacement l’épidémie, et on apprend que l’Allemagne -pas moins libérale que la France- possède quatre fois plus de lits en réanimation que la France (qui se gausse pourtant d’avoir le « meilleur système de santé du monde »).

    Et n’oubliez pas qu’il y a 10 ans, quasiment toute la classe politique, y compris la gauche et les « écolos », a éreinté Roselyne Bachelot parce qu’elle avait commandé une réserve de masques et de vaccins « pour rien » en prévision de la grippe H1N1.

  • « le Covid 19 est une affaire de libéralisme »

    Je nuancerai. Le libéralisme n’est pas la cause de tous nos maux. Il existe, au moins depuis le moyen-âge et le COVID 19 est né dans un pays communiste. Je rappellerais également « Tchernobyl » dans l’ancienne URSS.

    Mais SURTOUT, Le COVID 19 me paraît le résultat d’une CROISSANCE très (trop) rapide et certainement désordonnée d’un pays toujours en développement. S’y côtoient certainement des pratiques rudimentaires et des technologies de pointe (IA par exemple).
    Les normes d’hygiène et de sécurité n’y sont peut-être pas aussi développées que chez nous (où elles le seraient trop dit-on).

    Un problème de l’économie libérale me paraît être la non prise en compte des externalités négatives. Un terme un peu pédant pour identifier les pollutions, les prélèvements de ressources par exemple dont les coûts sont considérés comme nul.
    Par exemple la généralisation d’une taxe carbone n’a certainement que trop tardé. En fait elle se heurte aux intérêts nationaux.
    Je vois mal, même après la fin de l’épidémie, les nations taire leurs intérêts. Il y aurait beaucoup de passagers clandestins en puissance.

    Je pense que la situation actuelle est caractéristique d’une transition vers une nouvelle ère industrielle et une nouvelle croissance « propre » si cela existe. Mais, comme le formule Jean-Marc Jancovici, « Le temps du monde fini commence » – Merci à Dudule pour cette référence dans son commentaire sur l’article « Rassemblons-nous ! de M. Penot -. Alors là, cela va devenir compliqué car, à ma connaissance, le développement social n’a jamais vraiment existé sans croissance. En fait il se résumerait aux trente glorieuses . C’est très peu

  • La semaine dernière l’entreprise FORD a tiré la première en annulant le versement de dividendes.
    Et ce lundi 23 c’est AIRBUS. Qui va suivre?
    Le monde entier est touché par l’épidémie et le montant des dividendes dans le monde qui devrait être reversé aux actionnaires au titre de l’année 2019 devrait s’élever à 1430 milliards$. Les entreprises française qui sont les plus généreuses en matière de reversement de dividendes comptent reverser prés de 60 milliards€ à leurs actionnaires au titre de l’année 2019, alors que l’état va s’endetter de 300 milliards€ pour aider les entreprises à faire face à cette situation.
    J’en appelle à toutes les entreprises française et européenne d’annuler leurs versements de dividendes au titre de l’année 2019.

    Vous avez évoqué les tremblements de terre, volcanismes, l’urbanisation, fonte des glaces, inondations…etc..du fait de l’humain ou non, mais les prochaines seront certainement très violentes du à la fonte des glaces pour les populations habitantes des bords de mers , mais aussi dans l’espace qui est devenu une poubelle à l’image de notre société du tout consommable-jetable et de nos océans. Cet espace qui nous a fait tant et tant rêvé dans les années 60 et qui depuis le 24 mai 2019 devient une conquête comme au far-ouest sans aucune régulation ou code, que les politiques libérales ont laissés faire.
    C’est 50 000 satellites qui vont être envoyés dans l’espace d’ici à 2030, pour fournir plus de débile internet principalement des jeux vidéo en ligne, avec des risques de carambolages en cascades dont les débris qui inonderont probablement l’espace rendront aveugles toutes les recherches des astronomes, et sans compter les satellites en pannes que les sociétés gestionnaires abandonnent en épaves sans aucun droit ni devoir.
    Le 29 janvier 2020 c’est deux satellites qui ont faillis se percuter, et ces incidents vont se multiplier. C’est pourquoi j’invite la communauté internationale à légiférer instamment pour notre bien commun.

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/02/18/l-espace-sous-la-menace-des-megaconstellations-de-satellites_6029902_1650684.html
    https://www.sciencesetavenir.fr/espace/collision-probable-entre-deux-satellites-dans-la-nuit-du-29-au-30-janvier-pourquoi-la-situation-est-preoccupante_140974

  • SARS-CoV-2 : les scientifiques savaient que ce n’était qu’une question de temps
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/91582680233a8e/7702628250/418453ee1/42031189e7/

    La pollution de l’air est une « autoroute » pour le coronavirus
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/91582680233a8e/173262160c/418453ee1/42031189e7/
    Complément d’informations:
    Complément d’informations:
    Des médecins demandent un confinement absolu
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/91582680233a8e/9702720d81/418453ee1/42031189e7/

    Coronavirus : comment Taïwan et la Corée du Sud ont-ils réussi à contenir l’épidémie ?
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/91582680233a8e/875262594d/418453ee1/42031189e7/

    Coronavirus : l’épidémie disparaîtra-t-elle avec l’arrivée des beaux jours ?
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/91582680233a8e/4732624e52/418453ee1/42031189e7/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *