Renoncement d’un Maire après 43 ans d’engagement

4.9
(15)

Les élections municipales ont vu le renoncement de nombreux élus béarnais (1).
Le témoignage de M. Cassou, maire de Pardies-Piétat depuis 1977 m’a interpellé.
Il m’a paru marquant car il résume les évolutions de la Société depuis la période Giscard, c’est-à-dire depuis les chocs pétroliers et la fin des trente glorieuses jusqu’à nos jours.

L’arrivée de M. Cassou en politique correspond à la montée de la vague rose du Parti Socialiste avec son slogan « changer la vie ». Son départ suit la vague jaune avec son slogan « fin du mois, fin du monde » et précède la déferlante « Coronavirus » sur un monde fini.

Certes, j’avais un a priori mitigé vis-à-vis de cet élu qui a accueilli l’étalement urbain positivement, considérant qu’il correspondait aux vœux des électeurs et donc allait dans le sens de l’intérêt général (2). Mais n’est-ce pas un avis partagé par la quasi-totalité des élus locaux ?

Les élus locaux ont vu dans l’expansion pavillonnaire en périphérie une aubaine pour le développement de ressources pour les communes sans que la ruralité en soit une pour les résidents; à l’exception de la route bien sûr.
Les élus, solidaires quel que soit leur bord politique, n’avaient pas leurs pareils pour arracher à l’administration l’accroissement des surfaces constructibles en arguant la rétention des propriétaires et les besoins pour d’hypothétiques projets.
Mais M. Cassou reconnaît que les nouvelles générations ont d’autres aspirations. Comme elles inventent de nouvelles ressources, leur tour n’est-il pas venu de les porter au plan politique ?

Dans son témoignage on ressent l’espérance provoquée par l’arrivée de Mitterrand ainsi que par la mise en place de la décentralisation et la désillusion de son application. C’est ainsi qu’il met en cause les normes imposées et la prédominance de l’ENA qui serait descendue partout, ce qui équivaudrait à une recentralisation. Autant mettre en cause les élites ?

« Avant, le maire était un certain notable » rappelle M. Cassou. C’est sûr qu’autrefois, le maire négociait des arrangements avec l’administration. Les passe-droits étaient même chose courante (comme faire ‘’sauter’’ des PV par exemple…). Les sollicitations et les décisions de l’administration concernant un citoyen passaient le plus souvent par l’élu (3).
Mais cette vision contrariée de la décentralisation, actuellement largement partagée d’ailleurs, ne se confond-elle pas aussi avec une certaine nostalgie de pratiques politiques révolues ?

M. Cassou relève également que « les gens veulent tout, tout de suite. Avec l’accès à Internet, ils prétendent tout savoir, alors que souvent, ils ne savent rien ».
En fait les désillusions de M. Cassou ne résultent-elles pas de l’exigence de transparence, du foisonnement de l’information, d’une certaine prédominance des droits sur les devoirs ou encore de la croissance de la judiciarisation qui caractérisent la Société actuelle ?

M. Cassou est certainement conscient de tout cela. Il l’a traduit vraisemblablement avec son vécu. A n’en pas douter, ce vécu est celui d’un bon maire qui a cheminé de manière très honorable vers un idéal insaisissable car il se renouvelle sans cesse.

Larouture

  1. https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2020/03/13/elections-municipales-ces-figures-de-la-politique-du-bearn-qui-s-arretent,2675238.php
  2. Larouture ; Retour au pays ; Alternatives-Paloises ; 2012
  3. « La majorité des demandes d’interventions d’électeurs consistent dans des demandes de contournement des lois ». cf. M. Labazée (ancien Président du Conseil Général), lors du colloque Opinion publique & territoire du 1er mars 2013 à Pau, en réponse à une question de M. Boutin (fondateur de ce site) sur la montée du populisme et la nécessité de transparence de l’action politique et de ses acteurs.

Crédit image : https://publicdomainvectors.org/fr/gratuitement-des-vecteurs/Ic%C3%B4ne-de-la-mairie/80750.html

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 15

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Pierre-Michel Vidal

    Deux maires présents aux municipales meurent du coronavirus
    Les deux hommes avaient contracté le Covid-19 aux alentours du premier tour des municipales 2020. https://www.huffingtonpost.fr/entry/deux-maires-presents-aux-municipales-meurent-du-coronavirus_fr_5e7e87e6c5b6256a7a2aca7f?ncid=other_trending_qeesnbnu0l8&utm_campaign=trending

  • Michel LACANETTE.

    « C’est ainsi qu’il met en cause les normes imposées et la prédominance de l’ENA qui serait descendue partout, ce qui équivaudrait à une recentralisation. »

    La prédominance de l’ ENA et de la haute administration, nationale et régionale, est effectivement une réalité en France. Mais cela a une cause qui est a mes yeux le recul flagrant de l’ autorité politique qui n’ a pas su faire face au poids administratif, notamment l’ autorité politique n’ a pas voulu s’ occuper des législations européennes en laissant cela à la haute administration. Avec le temps les législations européennes ont pris le pas sur les législations nationales, ainsi les responsables politiques en sont arrivés à être complètement déconnectés des problèmes.
    Comme la nature, la politique, a horreur du vide. Il y avait là une voie royale à occuper pour les hautes administrations. Aujourd’ hui certains politiques commencent à réagir, mais le temps sera long pour eux pour la reconquête de leur pouvoir. Il faudrait commencer par une refonte totale des hautes administrations, notamment commencer par la délimitation des pouvoirs politiques et administratifs, qui sont aujourd’ hui une nébuleuse ou plus personne ne sait qui fait quoi et qui est qui, par le fait que par moment on ne sait plus si certaines personnes agissent en tant que responsables politiques ou administratifs.
    Au même titre qu’ il y a une loi pour la séparation du religieux et du politique, il nous faut absolument une loi sur la séparation des pouvoirs politiques et administratifs, sans quoi nous tournerons en rond.

    • « Au même titre qu’il y a une loi pour la séparation du religieux et du politique, il nous faut absolument une loi sur la séparation des pouvoirs politiques et administratifs, sans quoi nous tournerons en rond. »

      Il a aussi d’autres problèmes en France par rapport à l’Europe. Les français peinent à peser dans les commissions qui élaborent les Directives et à faire du lobbying.

      Par exemple (extrait de https://alternatives-pyrenees.com/2013/07/25/la-france-et-larbre-affaibli/) :
      « — les industriels des pays du nord de l’Europe ont été les plus présents et les plus efficaces dans l’élaboration des normes et règlements divers.—-. Généralement les acteurs français sont peu actifs dans ces processus de décisions réglementaires ou normatifs.— Très souvent les acteurs français découvrent les déconvenues après la mise en application de décisions officielles.— » .

      A noter que l’article « Retour au pays ; Alternatives-Paloises ; 2012 » mis en référence ne figure plus sur le site A@P. Il citait les « assises du foncier agricole sur la consommation des terres agricoles», organisées par la Chambre d’Agriculture le 18/11/2011 à Aicirits. M. Cassou représentait le Président de l’Association des Maires du Département, M. Habib.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *