Les statistiques

4.9
(21)

Par les temps difficiles qui courent, on ne cesse de nous abreuver jusqu’à satiété de chiffres. Ce sont, nous dit-on, des statistiques. A première vue, elles ont valeur de preuve et chacun de s’y référer à la moindre occasion. Qui n’a pas utilisé cette méthode pour appuyer une démonstration ? Pourtant nous aurions tous été bien inspirés de les aborder avec circonspection.

Selon le Petit Robert, le mot statistique se définit ainsi : « Étude méthodique des faits sociaux, par des procédés numériques (classements, dénombrements, inventaires chiffrés, recensements), destinés à renseigner et aider les gouvernements. » L’autre définition : « Ensemble de données numériques concernant une catégorie de faits. » Elles se distinguent des sondages qui eux sont des enquêtes d’opinion.

Ainsi lorsque nous prenons connaissances des chiffres qui portent sur l’évolution de la pandémie dans le monde, nous sommes méfiants, à juste raison. L’actualité en fournit la démonstration. Les Chinois nous auraient donc menti sur le nombre des victimes recensées dans leur pays du fait du coronavirus. On s’en doutait bien un peu, mais maintenant fusent de toutes parts, les critiques les plus virulentes sur cette attitude jugée coupable. Curieuse réprobation, car nous, Français, pouvons-nous prétendre être des exemples en la matière ? En France, lorsqu’on affiche le nombre de morts on ne parle, dans un premier temps, que des malades du Covid 19 décédés en milieu hospitalier. Il aura fallu attendre plus de vingt jours avant que l’on nous dise quel est le niveau de mortalité dans les Ehpad. Quant aux décès à domicile, ils ne font pas l’objet d’un comptage. On pourrait, dans le même esprit, évoquer tous ces chiffres portant sur les âges des malades, ceux qui sont testés positifs et la fiabilité des méthodes de prélèvement, les chiffres fournis par les organes scientifiques, médicaux etc. etc. Car il existe plusieurs façons de mentir : mentir en travestissant la vérité et mentir par omission. Qui peut affirmer que les données chiffrées sont intégralement portées à la connaissance du public ?

C’est ainsi et c’est aussi pourquoi beaucoup disent qu’il faudra régler nos comptes et demander réparation à ceux qui nous ont trompés. La tragédie n’a pas connu son dénouement, le temps n’est pas à la polémique que déjà certaines voix s’élèvent pour réclamer justice et exiger réparation. Alors si ce sont les Chinois qu’il faut ainsi punir, quelles sanctions faudra-t-il leur infliger ? Si ce sont les politiques, quel sera le prix de leur incurie, de leur imprévoyance ? Autant de questions inutiles parce que nous verrons que rien de changera contrairement à une certaine promesse. « Il faut que tout change pour que rien ne change ». (Lampédusa – Le guépard)

Les statistiques ont inspiré beaucoup d’auteurs :

  • « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées » Winston Churchill.
  • « Les statistiques, c’est comme le bikini. Ce qu’elles révèlent est suggestif. Ce qu’elles dissimulent est essentiel ». Aaron Levenstein.
  • « Les statistiques ont une particularité majeure : elles ne sont jamais les mêmes selon qu’elles sont avancées par un homme de gauche ou par un homme de droite ». Jacques Mailhot.
  • « La raison d’être des statistiques, c’est de vous donner raison ». Abe Burrow.
  • « Les chiffres sont aux analystes ce que les lampadaires sont aux ivrognes : ils fournissent bien plus un appui qu’un éclairage ». Jean Dion.
  • « Les statistiques, c’est comme le bikini : ça donne des idées, mais ça cache l’essentiel » Attribué à Coluche.

Prenez soin de vous.

Pau, le 6 avril 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 21

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Oui, les mensonges sont différents, mais le pire est quand il s’agit d’un mensonge ouvert à ses citoyens!
    merci pour l’article!

  • Pierre-Michel Vidal

    Pouvons nous sérieusement mettre sur le même pied les mensonges chinois délibérés, à l’origine de cette pandémie, aux tripatouillages de nos gouvernants débordés par l’ampleur de la catastrophe ?
    D’ailleurs nous disons chinois par facilité de langage, le malheureux peuple chinois n’est pour rien dans ce naufrage c’est le régime communiste qui est en cause. Il est déjà en phase « idéologique » de contre-attaque et comme l’a dit Pierre Lellouche dans un récent article du Figaro, il saura tirer mieux que quiconque son épingle du jeu de la situation future. Car qui hésitera entre un objet made in France qui coûtera 10 euros et le même, made in China, pour 1 euro ? Même en sachant ce que nous savons…
    « Il faut que tout change pour que rien ne change », disait le Guépard, certes, mais ne serons nous pas obligés de changer en profondeur pour que rien ne change ?

  • + Bravo de faire allusion à cette illusion que les statistiques sont des informations objectives; on peut leur faire dire ce qu’on veut, tout dépend des données qu’on introduit. Si le commerce( publicité) et le monde politique… nous immergent, à longueur de journée, dans un torrent de statistiques, c’est bien parce qu’ils savent que c’est un leurre pseudoscientifique pour prouver qu’ils ont raison.

    « Il y a les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques » écrivait Mark Twain !

    j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer sur le site le même leurre avec la notion de moyenne, de classement; d’une manière générale le danger de la manipulation des chiffres.

    En ce qui concerne l’actualité, Ils sont rabâchés, à longueur de journée; j’y vois un terrible danger: au début l’exaltation d’une émotion (morbide?)très recherchée, de la détresse humaine, devenant, à force de répétition, l’horreur qui se banalise, l’indignation qui s’émousse, l’accoutumance qui gagne.

    +Pour illustrer votre passage
    : » Les Chinois nous auraient donc menti sur le nombre des victimes recensées dans leur pays du fait du coronavirus. On s’en doutait bien un peu, mais maintenant fusent de toutes parts, les critiques les plus virulentes sur cette attitude jugée coupable. »

    Je cite un article intéressant qui se penche sur ce problème; il introduit l’interrogation sur l’utilisation possible des chiffres.
    Coronavirus : le nombre de morts en Chine a-t-il été sous-estimé ?
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/1178679564a3e0/1782583ec0/61047812e/42031189e7/

    Voici le passage qui évoque le problème.

    « Néanmoins, sachant que 7 personnes pour 1.000 meurent chaque année en Chine et que le pays compte 1 milliard d’habitants, on peut estimer le nombre de décès journaliers à 1.917 — en supposant que ce nombre soit le même chaque jour, ce qui n’est évidemment pas le cas. En deux mois, la durée du confinement, cela donne 118.260 morts. Ces morts peuvent-elles être attribuées au Covid-19 ? Ou bien à des morts « classiques » qui se seraient produites en « temps normal » et dont les décès n’ont pas pu être enregistrés car certaines personnes sont mortes seules, à leur domicile, à cause du confinement ? Des questions pour le moment sans réponse qui mériteront des enquêtes plus amples et un éclaircissement adéquat. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *