Un flottement

4.1
(10)

Je ne comprends toujours pas pourquoi Édouard Philippe a parlé de déconfinement l’autre soir sur TF1. Ne nous pousse-t-on pas, à chaque instant, à rester « chez nous » et, de surcroît, jusqu’aux premiers jours de mai ? Pour lire souvent la presse française, espagnole (catalan et basque) et italienne, je pressens que nous n’avons pas fini avec cet enfermement involontaire. Peut-être irons-nous confinés lentement mais sûrement jusqu’au solstice d’été ? Quand j’ose en parler à quelques ermites de mes amis, ils me répondent que je suis un incorrigible pessimiste et que nous sortirons, guillerets néanmoins masqués, de nos domiciles respectifs, le plus tôt possible. Je ne vous cache pas que j’en demeure pas moins dubitatif.

Déconfinement ou confinement ? « That is the question ? » Il y a là comme un flottement qui précarise notre capacité — amoindrie sans nul doute — à saisir une réalité de plus en plus complexe. Sortir ou pas sortir ? Nombreux sont ceux qui ont choisi avec la chaleur printanière ! Nous devenons incidemment des imbéciles malheureux. Des « Jan lo pèc », (Jean l’imbécile) personnage des contes gascons dont l’inadaptation au monde, l’innocence, le protègent du pire. Alors, n’importe, on se voudrait optimistes. On se dit que nous sommes, ici en Béarn, des privilégiés ; enfin, ceux qui bénéficient d’un jardin voire d’une campagne à proximité.

Hélas, cet adjectif me semble sujet à caution surtout au regard de ce que vivent nombre de nos compatriotes en Alsace et en Île-de-France. Je suis convaincu que c’est une manière dilatoire de nous rassurer. Nous repoussons, ainsi, l’inéluctable le plus loin possible, alors que nous savons qu’il est peut-être, là, à surveiller nos maladresses à venir.

Je lisais hier, sur un réseau social, combien des milliers de nos compatriotes ont peur de vivre leurs derniers jours. D’aucuns prennent, pour ce faire, des anxiolytiques ou s’enivrent plus qu’à l’accoutumée. La peur, et l’angoisse qui s’ensuit, se dissolvent bien sûr mais reviennent rapidement comme un rappel à l’ordre…

Emmanuel Valenti

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.1 / 5. Nombre de note : 10

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • je pense que c est pendant la réunion en vidéo avec qql députés
    qu un certain Mr MELENCHON a soulevé la question obligeant
    le premier ministre à aborder le problème du deconfinement

  • « pourquoi Édouard Philippe a parlé de déconfinement »

    J’ai une petite idée que l’évolution actuelle des propos dans les médias et les entreprises conforte.
    Il faut le plus vite possible relancer l’économie et donc permettre aux gens de retourner au travail!
    La dette abyssale est à combler; comme aurait dit peut-être Sarkosy: » Le Covid-19 , ça commence à bien faire! »
    On n’a pas assez de tests, de masques, le plateau est fragile…mais l’économie est prioritaire maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *