Avançons masqués

Même s’il est conseillé de ne pas trop évoquer le déconfinement, il convient néanmoins de s’y préparer. A cela deux raisons : la première tient au fait que, sur le plan psychologique, il est rassurant de savoir que la situation que nous vivons aura une fin. La seconde pour préciser avec insistance que cette période ne ressemblera en rien à une libération dans laquelle chacun pourra s’éclater sans retenue.

Rien à voir avec la libération d’août 1944. Il est admis que la fin du confinement permettra petit à petit et avec lenteur, un retour à une vie normale. Il faut s’y préparer et surtout, il faudra se résigner à ne pas, tous en même temps, pouvoir bénéficier des mêmes avantages. Nous ne savons pas, et personne ne sait, quelles seront les graduations à respecter ; la sortie se fera en biseau si vous permettez cette image.

Cependant une chose semble certaine : le port du masque deviendra obligatoire. Ce qui sera le plus à craindre sera un retour de la contagion, un rebond de la maladie en quelque sorte. Il faudra donc anticiper ce risque. Début mars, un médecin que je connais, disait : « Portez des masques ! » Et lorsque nous lui répondions que nous n’en avions pas et que ceux dont nous disposions étaient périmés, il insistait : « Portez les quand même. Ils ne vous protègent pas mais protègent les autres de vos éventuels miasmes !  Fabriquez-en vous-même, c’est mieux que rien ! » Un discours avant-gardiste en considération de tout ce que nous avons entendu par la suite, mais surtout frappé au coin du bon sens. Selon lui ce n’est pas un mètre de distance entre chaque individu qu’il convient de respecter, mais quatre fois plus.

Tout semble indiquer que, aujourd’hui, nous avons des masques. Même s’il ne répondent pas aux normes de protection machin ou chose, il en existe. Ils sont fabriqués par des artisans, des petits industriels et même des particuliers qui ont mis leur ingéniosité et leur savoir-faire à la disposition de l’intérêt général. Reste à organiser la distribution. Et c’est là que le bât blesse. Les lieux de production étant nombreux et diffus, il faudra bien qu’une structure s’attelle à cette tâche : faire en sorte que tous les citoyens puisent disposer d’un masque. Qui mieux que les collectivités locales pour le faire ? Ce n’est pas une organisation impossible.

A ce propos, l’initiative de la ville de Tarbes est à citer en exemple. Dans un communiqué de presse en date du 8 avril 2020 et intitulé : « La mairie et les Tarbais s’engagent ». Il y est écrit : « […] face à la pénurie de masques et vraisemblablement à son port bientôt obligatoire, nous avons décidé de procéder à la fabrication de masques de protection (barrière) pour les Tarbais. Appel aux Tarbais possédant une machine à coudre pour participer à cette œuvre solidaire en acceptant de fabriquer ces masques en tissu […] Nous fournissons le tissu coton, le tissu polaire, les élastiques, le fil et le patron. Une fois la fabrication des masques effectuée, nous évoquerons dans un deuxième temps la distribution ». Et chez nous à Pau, qu’est-il envisagé ?

L’expérience de l’épidémie que nous vivons et des contraintes auxquelles nous sommes soumis nous aura appris une solidarité qui semblait avoir disparu de l’esprit de certains citoyens. Se soumettre aux règles imposées, à cet effort pénible, n’a d’autre but que le souci des autres. Le masque protège l’entourage. Alors pour vous, cette sentence : « Moult a appris qui bien connut ahan ». A méditer !

Pau, le 14 avril 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

8 commentaires

  • Que la quantité de masques, tests et autres soit insuffisante, tout le monde l’a compris.

    La fabrication locale de masques et leur mise en circulation n’engage-elle pas la responsabilité des fabricants, des distributeurs voire des élus locaux ? Ne sommes-nous pas dans la même problématique que les traitements? Est-ce forcément simple ?

    A noter aussi que : L’Afnor rappelle d’ailleurs que le masque « n’exonère absolument pas l’utilisateur […] des gestes barrières et [de] la distanciation sociale qui sont essentiels ». (SIC)

    Autres interrogations « primaires » :

    – Je viens d’entendre que M. Trump suspendait les financements US à l’OMS qu’il juge responsable d’un grand nombre de morts, en attendant le résultat d’une enquête.
    M. Macron n’aurait-il pas dû en faire autant ?

    – Pourquoi avons-nous mis nos anciens dans une EHPAD ? N’aurions pas dû les garder à la maison comme leur génération l’ont fait ? Ils ont été coutumiers de l’hahan et en plus beaucoup ont appris à coudre. C’est le cas de ma mère qui confectionnait des ourlets en maison de retraite. Elle aurait pu faire des masques.
    En plus nos aïeux mouraient à la maison. « Que buï mouri a case ». Combien de fois n’ai-je pas entendu cette supplique.
    Faudra-t-il revenir en arrière dans une logique de décroissance, c’est-à-dire revenir à plus de solidarités de proximité (mécaniques) et moins se solidarités organiques ? Cela ne soulagera-t-il pas les comptes sociaux ?
    Le confinement de familles recomposées (décomposées pour citer Houellebecq) n’est-il pas plus difficile que dans les autres ?
    Est-ce Mme Le Pen ou Mme Maréchal qui bénéficieront de cette situation ?

    – Les plastiques sont considérés comme produits invasifs issus de la technique dont on ne se serait pas suffisamment méfiés.
    Pourtant les plastiques se révèlent utiles pendant la crise actuelle, que ce soit pour la sécurité sanitaire et alimentaire ou pour la fabrication des respirateurs artificiels.
    Dans l’après crise, faudra-t-il être « méfiant » avec la technique ? Mais que serait la recherche sans la technique ? Et réciproquement.
    Notre époque serait-elle en adoration devant « la certitude des grands créateurs » et ne serait-elle sensible, qu’à temps perdu, à « l’inquiétude du chercheur »?

    • Autant de questions qui me paraissent pertinentes. Mais quand tout sera terminé aurons-nous encore, la volonté de reconsidérer ce qui est à l’origine des difficultés que nous vivons actuellement ? Ou alors par facilité reviendrons-nous à notre fonctionnement antérieur ? Personnellement je ne sais pas mais il est en effet très important maintenant de poser ces questions.

  • A Pau, les masques de 2009 ( grippe H5N1 ) qui avaient été soigneusement conservés par le CCAS de Pau ont été distribués et partagés avec d’autres territoires pour les services soignants prioritaires . Il y a 4 jours, le Président de l’agglo a communiqué aux Maires pour dire qu’il passait commande de 500 000 masques tissus à l’intention de la population et qu’il reviendrait vers eux pour envisager le fonctionnement institutionnel des prochains mois .
    Au niveau municipal , des courriers de l’opposition restent sans réponses . Pour certains , nous avons fait savoir notre disponibilité au Maire en date du 27 Mars pour agir auprés des services ou des Palois qui en auraient le + besoin , nous avons dès cette date questionné sur le sujet des tests qui nous semblait être l’absolue priorité pour stopper la progression du covid 19 d’une part, envisager la phase de déconfinement, d’autre part .
    D’autres, plus récemment ont interpellé le Maire sur la réouverture des Marchés Saragosse et du Hameau, ainsi que sur les intentions du Maire sur le calendrier institutionnel, la méthode envisagée ? Pas de réponse .
    Nous savons par le département que la question des tests a fait pourtant l’objet d’interventions, de coordination des acteurs mais les échelons de commandement sur les publics prioritaires à tester restent sous l’influence des vents Parisiens . Comme l’a dit ce matin un responsable politique Français , » l’art du discours est maitrisé mais ce qui importe c’est l’art de l’éxécution  » . Il y a là bien des lenteurs qui se répètent et sont incompréhensibles . 3 semaines pour valider l’offre des laboratoires départementaux, vétérinaires, universitaires de participation aux tests … Quand ils finissent par les valider, nouveaux coups de freins sur les publics cibles .. Etc ..
    Quitte à être confiné jusqu’au 11 Mai , il eut été préférable de durcir les conditions pour augmenter l’efficacité insuffisante après 4 semaines . Le risque du maintien des conditions actuelles est que la baisse du nombre d’hospitalisés soit insuffisante au 11 Mai .. C’est ce que nous dit le Pr KLEIN qui connait le sujet . A.D .

    • Sur le dispositif que F. Bayrou qualifie d’ambitieux, il faut rester prudent. Il commande 500000 masques à des industriels du textile de notre région. Bon ! Quant au moyen logistique de distribution il se fera « selon des principes qui dépendront beaucoup de la stratégie de déconfinement et de leur rythme d’arrivée » Cela reste un peu flou et surtout ressemble à un effet d’annonce.
      Sur le fait que Bayrou ne répond pas aux courriers qui lui sont adressés, on le savait déjà. On peut, à ce propos, citer nombre d’exemples.

    • « l’art du discours est maitrisé mais ce qui importe c’est l’art de l’exécution » . Il y a là bien des lenteurs qui se répètent et sont incompréhensibles »

      Un autre domaine est incompréhensible pour moi, il est esquissé incomplètement dans : » nous avons dès cette date questionné sur le sujet des tests qui nous semblait être l’absolue priorité pour stopper la progression du covid 19″

      Asymptomatique
      Un porteur sain est une personne dont l’organisme est infecté par un agent infectieux (virus, bactérie, parasite) mais qui ne présente pas de signes cliniques de cette infection. On dit que cette personne est asymptomatique, autrement dit, qu’elle ne présente aucun symptôme. En revanche, un porteur sain est tout de même touché par la « maladie » et peut transmettre l’agent infectieux à d’autres personnes avec qui il est en contact.

      Pour assurer un retour au travail avec le minimum de risques, il convient d’isoler ceux testés positifs après avoir présentés quelques symptômes au moins, Macron dixit.

      Les porteurs sains ne présentent aucun symptôme, or, on ne testera pas ceux qui n’ont pas de symptômes (Macron dixit), donc ils auront la possibilité de se rendre au travail et de contaminer l’entourage professionnel.

      Le % de porteurs sains qui circulent n’est pas encore déterminé mais des chiffres importants circulent . Sciences et Avenir, le 18 mars, évoquait
      «Coronavirus : les porteurs asymptomatiques responsables de plus de la moitié des transmissions»

      Tout est prêt pour une nouvelle vague! Le soutien municipal à Macron semble indifférent au problème et d’ailleurs bien d’autres responsables, du Medef entre autres!

      • Tellement d’accord avec vous que nous avions inclus la phrase suivante dans notre requête du 27 Mars: « Nous pensons que pour déployer et engager les relais nécessaires, il serait judicieux de pouvoir faire vérifier pour les personnels comme pour les bonnes volontés d’où qu’elles viennent, qu’ils ne soient pas atteints eux mêmes du COVID19 .
        Aurez-vous la possibilité de faire organiser pour toutes ces personnes et après les personnels de santé prioritaires, de tels tests et dans quels délais ?  »

        C’est pour cette raison que le recours à toutes les compétences des laboratoires eût été souhaitable . A ce jour, il semble que malgré la volonté affichée il y a déjà 15 jours de les inclure, seuls deux laboratoires privés ( Biopyrénées et un autre ) soient dans le dispositif départemental qui a démarré à Iholdy vendredi 10 Avril et repris le 14 avril , pour les Ehpad SSIAD et service à domicile . Je vais essayer de savoir pourquoi aujourd’hui …
        Le drive test de Pau Verdun, sur prescription médicale a le mérite d’exister. Il effectue en ce moment une dizaine de tests/jour. Mais on peut constater que nous sommes loin d’accéder aux tests préventifs, hors prescription médicale.

  • Pierre-Michel Vidal

    Les masques, Bayrou pourrait s’en procurer auprès de l’Institut Confucius, instrument de propagande du Régime communiste Chinois, qui a pignon sur rue à Pau et dont les activités bénéficient de la communication municipale. Cette proximité scandaleuse aurait alors servi à quelque chose d’utile pour les Palois.

  • Et chez nous bonne question.
    J’ai demandé au maire de ma commune il y a plus de 15 jours si l’entreprise de confection installée avait l’intention de confectionner des masques. Il m’a répondu que ça ne servait à rien avec preuve à l’appui , mais m’a orienté vers le site de l’AFNOR pour en confectionner un. J’ai bien une machine à coudre, mais comme les magasins de tissus sont fermés ça me faisait une belle jambe… et maintenant on nous dit que toute la population doit en porter…!!!????

    ça pédale sacrement dans la semoule depuis le début. Quelle image on donne à l’étranger?

    ça me donne l’impression d’être en mai 1940 ou soit disant la France était considérée avoir l’armée la plus forte du monde mais qui s’est écroulée en 15 jours….avec 2 millions de prisonniers, le tout dirigé par un chef des armées incompétent mais major de sa promotion….
    Pau le 13 avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *