Révolution pasteurienne, démographie et virus

4.9
(10)

Petit préambule sur les animaux sauvages

Entre les années 1975 et 2015, pendant que la démographie mondiale grimpait de 4,06 Milliards à 7,37 Milliards, la population d’animaux sauvages baissait de 60 %. C’est pourtant cette faune, quasi résiduelle, qui nous a transmis cette maladie qui nous cloue à la maison.

Voici quelques unes des maladies que peut nous transmettre la faune sauvage :

Maladie Virus ou bactérie Animal sauvage
Coronavirus Covid 19 Chauve-souris, pangolin
Peste Une bactérie Rats, souris, rongeurs
SIDA Virus VIH Chimpanzés
Grippe Différents virus Oiseaux
Rage Un virus Loups, renards, carnivores

Que se passera-t-il après la crise du coronavirus ? Personne n’en sait rien, mais on peux faire quelques hypothèses.

Hypothèse 1

Il s’agit d’une lutte inconsciente du monde sauvage pour limiter la prolifération du monde domestiqué. Le monde domestiqué triomphera, il l’a toujours fait.

Hypothèse 2

On peux craindre que l’Humanité, pour se sauvegarder, décide d’éradiquer tous les mammifères à risque. On cherche bien à éradiquer les rats, en général. En France, lors d’une épidémie de rage on a placé des appâts empoisonnés pour éradiquer les renards. Ce serait dommage pour la part du sauvage, qui nous est nécessaire psychologiquement.

Hypothèse 3

On peux imaginer que l’ Humanité, pour son apport en protéines animales se décide à ne manger, strictement, que des animaux domestiques. Les vétérinaires prenant soin de leur santé. Ce serait mieux pour le sauvage (mais ne nous garantirait pas contre la rage ni le tétanos ). Les méchants Chinois n’auraient plus le droit de manger du pangolin et les gentils Français, eux, s’abstiendraient de manger du lapin de garennes (qui peuvent avoir la myxomatose). Blague dans le coin, on peut se demander pourquoi le gibier européen nous transmet si peu de maladies.

Préambule à l’hypothèse 4

« D’après Peter Daszak, Président de Ecohealth Alliance, il existe plus de 1,7 Millions de virus non découverts dans la faune sauvage, dont ½ pourraient être néfastes aux humains » (cité par Georges Vallet, article de Alternatives Pyrénées du 6 Avril 2020)

Alors :

Hypothèse 4

l’Humanité capable ~d’ endormir les plus gros animaux

~de séparer toutes les souches de bactéries et de virus

~de faire rapidement les séquençages ADN

se donne pour projet le contrôle sanitaire, non seulement des hommes et des animaux domestiques, mais encore des animaux sauvages. Ce serait une généralisation de la révolution pasteurienne. L’ O.M.S. Coordonnerait l’ensemble du travail. Chaque nation serait responsable de « ses » animaux sauvages. Les animaux sauvages ignorent les frontières, je sais bien, mais les frontières coïncident souvent avec les bassins versants, donc avec des faunes sauvages.

Révolution pasteurienne

LA REVOLUTION PASTEURIENNE AURAIT DU AVOIR POUR COROLLAIRE LE CONTROLE DES NAISSANCES GENERALISE. Il n’en a rien été, comme le montre l’ évolution de la Démographie mondiale depuis l’an 1000, d’après les chiffres de WIKIPEDIA :

Années 1000 1300 1500 1700 1750 1800
Population 0,299 0,408 0,482 0,639 0,660 1,00
Années 1870 1925 1950 1955 1960 1965
Population 1,56 2,00 2,50 2,76 3,02 3,32
Années 1970 1975 1980 1985 1990 1995
Population 3,68 4,06 4,44 4,85 5,30 5,73
Années 2000 2005 2010 2015 2020
Population 6,12 6,52 6,93 7,37 7,70

*Population en milliards.

Je propose quelques corrélations entre l’ évolution démographique et les grands événements de l’ humanité, vus d’un point de vue européen, plutôt.

~en 1500 se produit une première accélération : de 1300 à 1500 la population croit de

360000/an. De 1500 à 1700 elle croit de 800000/an. C’est la découverte de l’Amérique et le commencement d’un déversement de la population européenne et son accroissement sur ce continent.

~En 1750 il y une deuxième accélération que l’on peut relier à la première révolution agricole (depuis la révolution du Neolithique ), aux Pays-bas, en Angleterre et en France : disparition des vaines pâtures, champs enclos, assolement triennal .

~a partir de 1857 on peux faire commencer la révolution pasteurienne car à cette époque L. Pasteur découvre le rôle des bactéries dans les fermentations. Le principe de l’existence des micro organismes était trouvé. Principe qui manquait à l’humanité depuis le commencement des temps. A partir de 1870 il va appliquer ce principe pour soigner, entre autres, la maladie du charbon, les fièvres puerpérales, la rage. De son côté l’allemand R. Koch, qui entretient une sorte de compétition fructueuse avec notre Pasteur, découvre le bacille éponyme et celui du choléra.

Je fais remarquer que, à l’échelle des 50 ans, il y a concomitance entre la révolution pasteurienne, et la deuxième révolution agricole due aux engrais chimiques : début de l’ utilisation des superphosphates en 1840, début des engrais nitriques et potassiques en 1900. Les rendements du blé à l’ hectare sont multipliés par 2 ( ils seront multiplié par 7 en 2000, par rapport à 1815), avec l’amélioration des semences. La révolution pasteurienne est synchrone de l’amélioration de l’élevage.

Il y a un double effet : les médecins soignent mieux les hommes et les agriculteurs les nourrissent mieux et plus.

Pendant la même période la population mondiale a augmenté par l’ expansion des colonies de peuplement européen en Amérique, en Australie, en Nouvelle Zélande.

En Afrique, la colonisation politique avait, certes ses mauvais côtés et même ses tords, mais y a apporté la révolution pasteurienne et donc, l’expansion démographique.

~Après la première guerre mondiale, l’Humanité a atteint les 2 Milliards, après la seconde, en 1950 on en était à 2,5 Milliards. Entre alors une nouvelle cause d’explosion démographique : le commerce mondial.

Préambule à l’hypothèse 5 En effet, auparavant les nations étaient, à peu près autosuffisantes sur le plan alimentaire. Vient alors l’Organisation Mondiale du Commerce qui nous dit avec la meilleure intention du monde : »Que chaque pays produise ce qu’il fait de mieux et le vende aux autres ». Que les pays échangent, très bien. Mais il faut prendre en compte que si 1000 dollars de pétrole sont égaux numériquement à 1000 dollars de blé, ils ne sont pas équivalents concrètement. Car on peux se passer de pétrole, on ne peux pas se passer de nourriture. Un pays pétrolier comme l’Algérie, depuis 1962, a multiplié par 4 sa population, elle n’a évidement pas augmenté sa production agricole dans les mêmes proportions et elle finance son déficit alimentaire en vendant son pétrole. C’est une situation instable et dangereuse pour sa population.

Alors,

HYPOTHESE 5

La FAO Food Agricultural Organisation se donne pour but que chaque pays tende (je ne dis pas : arrive ) vers l’autosuffisance alimentaire. Il y a des pays bénis des dieux comme la France, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, mais la plupart sont malheureux au plan alimentaire. La FAO n’ hésite pas à promouvoir les méthodes nouvelles comme les OGM, la culture hors-sol dans des immeubles dédiés, le dé salement de l’eau de mer pour l’irrigation.

Préambule à l’hypothèse 6

La croissance exponentielle

Entre les années 1800 et 2020, vu l’apparence exponentielle de la courbe de population en fonction des années, j’ai considéré que la croissance était mathématiquement exponentielle entre deux valeurs données par WIKIPEDIA. J’ai calculé le paramètre « croissance » entre chaque intervalle de temps. Le résultat est en Annexe 1

En début de liste, on peux noter un recul de la croissance entre 1870 et 1925, sans doute dû aux effets cumulés de la guerre de 14 et de la grippe espagnole. En fin de liste, on peux observer, avec satisfaction, que la croissance diminue régulièrement de 1,020 à 1,008. Ce qu’il faudrait c’est que ce paramètre arrive à 1,000000000000.

Alors :

HYPOTHESE 6

L ‘ O.M.S. Devient l’ O.M.S .D. : Organisation Mondiale de la Santé et de la Démographie. Supposons une prise de conscience généralisée que la densité exagérée de population est un grand risque en cas d’épidémie. Que la démographie incontrôlée entraîne cette densité exagérée. Que la montée des eaux diminue les surfaces habitables et cultivables. Alors, l’Organisation des Nations Unies délègue à l’ OMS la responsabilité de contrôler la démographie mondiale. Elle devient OMSD, on lui donne une légitimité pour légiférer. Ce serait une première mondiale, certes, mais on pourrait s’ inspirer de la légitimité de la Commission Européenne. Le but officiel serait d’ arrêter toute croissance démographique dès que possible. La science et la technique médicale donnent tout un panel de possibilités. On prendrait en considération que LES femmes portant le lourd fardeau physique d’enfanter, DES femmes devraient être largement majoritaires pour porter le lourd fardeau moral du contrôle des naissances.

HYPOTHESE CONCLUSIVE

A la suite de la pandémie de coronavirus, L’Organisation des Nations Unies augmente largement les droits et possibilités de l’OMS et de la FAO. Ce sera plus de solidarité entre les nations.

Et, en même temps (!!) tous les pays tendent vers plus d’autonomie concernant les biens liés à la santé et aux denrées alimentaires. Plus de solidarité et plus d’autonomie donc.

ANNEXE 1

Croissance exponentielle d’ une population

n = nombre d’années

Population(n) = Population (0) * croissance^n (croissance à la puissance n)

Année Population mondiale n Croissance annuelle au sens:P(n+1)/P(n)

Années Population mondiale n Croissance annuel au sens : P(n+1)/P(n)
1800 1,00 milliard

1870 1,56 70 1,0064
1925 2,00 55 1,0045
1950 2,50 25 1,0090
1955 2,76 5 1,0200
1960 3,02 5 1,0181
1965 3,32 5 1,0191
1970 3,68 5 1,0200
1975 4,06 5 1,0198
1980 4,44 5 1,0180
1985 4,85 5 1,0178
1990 5,30 5 1,0179
1995 5,73 5 1,0157
2000 6,12 5 1,0132
2005 6,52 5 1,0127
2010 6,93 5 1,0123
2015 7,37 5 1,0124
2020 7,70 5 1,0088

Références:

~ Propos sur les responsabilités de la pandémie Covid-19, publié par Georges VALLET le 31 Mars 2020

~ Coronavirus et surpopulation planétaire, publié par JEAN-PIERRE le 31 Mars 2020

PAU, le 12 Avril 2020

Jean-François de Lagausie

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 10

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • «la démographie mondiale grimpait de 4,06 Milliards à 7,37 Milliards, la population d’animaux sauvages baissait de 60 %. C’est pourtant cette faune, quasi résiduelle, qui nous a transmis cette maladie qui nous cloue à la maison.»

    Il ne faut pas perdre de vue que ce n’est pas la baisse quantitative des animaux sauvages qui est le plus grave, c’est l’effondrement qualitatif, donc la biodiversité. Comme le vivant, dont l’homme est une partie intégrante, est une gigantesque association d’écosystèmes complexes, ou CHAQUE espèce joue un rôle fondamental, actif ou en réserve, dans l’équilibre dynamique, la perte d’une espèce déséquilibre le tout.
    La biodiversité est le réservoir où la nature va chercher les possibilités de s’adapter au changement du milieu. Elle représente tout le monde animal, de l’infiniment petit( protozoaires) aux grands mammifères dont l’homme.
    C’est parce que la biodiversité, détruite par l’homme, n’a plus les espèces régulatrices, que la maladie s’est répandue.

    La biodiversité est le système immunitaire de l’écosystème humain, Dès que le système immunitaire s’effondre, l’organisme devient la proie des «prédateurs».

    Hypothèse 1
    «Il s’agit d’une lutte inconsciente du monde sauvage pour limiter la prolifération du monde domestiqué. Le monde domestiqué triomphera, il l’a toujours fait.»

    C’est une hypothèse anthropomorphique. Au cours de l’histoire, c’est vrai, l’homme culturel a eu souvent le dessus, pas toujours d’ailleurs, si on comptabilise les grandes hécatombes du passé.
    Jusqu’à l’ère industrielle, le niveau des actions destructrices de l’homme et les territoires transformés restèrent relativement modestes et la réserve de biodiversité peu atteinte.
    «Le monde domestiqué» pouvait triompher.
    Depuis, je ne détaillerai pas, vous le savez bien, c’est le délire dans tous les domaines et je ne pense pas que les conditions soient toujours remplies pour qu’il triomphe de nouveau.
    Les chaînes alimentaires ne fonctionneront bientôt plus, or «le monde domestiqué» ne peut vivre sans elle. Sans pollinisateurs, plus d’agriculture possible, sans poissons, une partie de nourriture disparaît…..Sans insectes prédateurs des parasites, effondrement des rendements..
    «Les poissons» de la mer ne veulent pas lutter contre les élevages de poissons!
    Changeons de politique, la résilience se fera.

    Hypothèse 2
    «On peux craindre que l’Humanité, pour se sauvegarder, décide d’éradiquer tous les mammifères à risque. …. pour éradiquer les renards. Ce serait dommage pour la part du sauvage, qui nous est nécessaire psychologiquement.»

    Tous les mammifères sauvages sont à risque, les domestiques aussi d’ailleurs; si on détruit tous les mammifères, je n’ai pas la place de développer les conséquences! La destruction de ce qui est appelé «les nuisibles», dont le renard, est une catastrophe, cela a entraîné la prolifération de leurs proies, jeunes marcassins, ragondins, rongeurs, entre autres qui détruisent les cultures.
    Quant à la part du sauvage, qui nous est nécessaire «psychologiquement.», ce n’est pas psychologiquement qu’elle est nécessaire, c’est biologiquement par la place indispensable et les fonctions qu’il occupe dans l’écosystème.

    Hypothèse 3
    On peux imaginer que l’ Humanité, pour son apport en protéines animales se décide à ne manger, strictement, que des animaux domestiques.

    Actuellement, nous n’en sommes pas loin car la consommation des animaux sauvages est très limitée, souvent symbolique, mais suffisante pour établir les contacts parasitaires, en particulier lors des déforestations.
    Mais attention:

    L’être humain est responsable de l’émergence de nouveaux virus
    http://futurasciences.fr/tk/t/2/912828343749dc/9753128ebf/41747cb03/42031189e7/

    «Les animaux domestiques et d’élevages sont ceux qui partagent le plus de virus avec l’humanité. Ils portent huit fois plus de virus zoonotiques que les mammifères sauvages. Ce n’est pas une surprise, puisque l’Homme entretient des relations proches avec ces espèces depuis très longtemps.»

    Hypothèse 4
    «l’Humanité capable ~d’ endormir les plus gros animaux
    ~de séparer toutes les souches de bactéries et de virus
    ~de faire rapidement les séquençages ADN
    Chaque nation serait responsable de «ses» animaux sauvages.»

    Vous évoquez toujours «les animaux sauvages»en les assimilant systématiquement aux mammifères. Or, la responsabilité en question porte alors sur des milliards d’espèces animales, des éponges à l’homme, en passant par les insectes (importants vecteurs de maladies), les mollusques, les batraciens….Tous ont leur propre «vermine»: bactéries, virus, qu’ils échangent parfois, après mutations avec d’autres animaux et en fin de chaîne alimentaire, avec l’homme. Alors, qu’appelez-vous «endormir les plus gros animaux? Les baleines, les céphalopodes géants…?
    Séparer toutes les souches et séquencer…et après?

    Blague dans le coin, on peut se demander pourquoi le gibier européen nous transmet si peu de maladies.
    Parce que le gibier européen est de plus en plus du pseudo-gibier d’élevage donc domestiqué, pour le plaisir des chasseurs, parce que on ne mange pas beaucoup de chauves-souris!

    HYPOTHÈSE 5
    « Il y a des pays bénis des dieux comme la France, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, mais la plupart sont malheureux au plan alimentaire. La FAO n’ hésite pas à promouvoir les méthodes nouvelles comme les OGM, la culture hors-sol dans des immeubles dédiés, le dé-salement de l’eau de mer pour l’irrigation.»
    Ces méthodes ne sont pas les solutions mais des dangers supplémentaires.
    Les causes du malheur de ces pays sont multiples:
    +Les guerres qui dévastent les cultures.
    +Les sécheresses (désertification) provoquées par le changement climatique réalisé par «les pays bénis des dieux!»
    +Les cultures industrielles polluantes que les occidentaux imposent et qui détruisent les sols. Ces mêmes cultures, vendues, ne profitent pas aux locaux qui meurent de faim.
    +Disparition ou manque de sols pour faire les cultures vivrières adaptées à l’environnement local.
    +Les assèchements du fait du développement du tourisme de type occidental et de
    ses besoins en eau.

    HYPOTHÈSE 6
    Alors, l’Organisation des Nations Unies délègue à l’ OMS la responsabilité de contrôler la démographie mondiale.
    «Le but officiel serait d’arrêter toute croissance démographique dès que possible. La science et la technique médicale donnent tout un panel de possibilités. On prendrait en considération que LES femmes portant le lourd fardeau physique d’enfanter, DES femmes devraient être largement majoritaires pour porter le lourd fardeau moral du contrôle des naissances.»

    La science et la technique sont inapplicables autoritairement au niveau mondial; la seul action efficace est l’instruction générale, des femmes en particulier; ce sont les seules vraiment actrices des comportements. Dans les pays où les femmes peuvent fréquenter l’école et faire de études, la démographie baisse.

    • de lagausie jean-françois

      Voici ma réponse à Georges Vallet
      Je vous remercie d’avoir examiné toutes mes hypothèses.
      Vous écrivez : »Comme le vivant, dont l’homme est partie intégrante, est une gigantesque association d’écosystèmes complexes……….. »
      je ne peux pas contester que l’homme fasse partie du vivant. Mais, comme la libellule observe le monde d’un point de vue de libellule, l’homme (de la rue ?) a bien le droit d’observer le monde vivant de son point de vue. De ce point de vue le monde vivant est divisé en trois sous-ensembles distincts : l’Humanité / les animaux et plantes domestiques / tous les autres, du virus à l’éléphant sont dits sauvages.
      J’accepte le principe d’écosystème, mais je considère que ces trois sous-ensembles ont des écosystèmes partiellement mais largement distincts.

      Maintenant, qui dit écosystème dit : système, dit : régulation.
      L’Humanité est arrivée, avec ses 7 Milliards de « citoyens » à un point où elle doit décider :
      A Elle laisse le système lui régler son compte à coup de famines, virus, bactéries et protozoaires néfastes.
      B Elle prend en main son destin et limite volontairement les naissances
      cordialement à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *