Incroyable !

4.1
(10)

Se faire payer pour acheter du pétrole ! Cela semble incroyable, mais cela s’est produit jusqu’à plus de 37 dollars le baril. Bien sûr c’est une situation éphémère, mais elle vaut que l’on s’y arrête. En particulier pour notre région dans laquelle Total joue un rôle majeur.

Mais ce n’est pas le seul événement renversant de cette période troublée. Il semblerait que l’argent de l’Etat coule à flot et qu’il suffise de demander pour obtenir. Bien sûr, on ne peut ignorer la situation critique dans laquelle se trouvent bien des entreprises et des particuliers. On ne peut non plus ignorer le rôle des banques centrales et de l’Europe qui ont admis que l’on ne peut pas laisser sombrer l’économie.

Mais il est permis d’évoquer la période de grande tension que le pays a connu avec la révolte des gilets jaunes. Que de samedis d’émeutes pour arracher des mesures qui ont peu de poids, comparées aux mesures actuelles ! Que de désespérances, de violences, de blessures, d’yeux perdus avant que soit décidé de prendre en compte des « cahiers de doléances ». On pourrait dire que c’est parce que la leçon a été tirée qu’il en va différemment aujourd’hui. Cependant l’affrontement sur la question de la réforme des retraites a montré que dans ce pays on préfère bien souvent l’épreuve de force (parlementaire ou policière) à la négociation et à l’écoute.

Il ressort de ces comparaisons que les milieux économiques sont au pouvoir. Ils ont ainsi obtenu l’aide de l’Etat à hauteur d’environ 90% pour financer le chômage partiel (100% pour les travailleurs payés au smic, 84% pour les autres). Réjouissons-nous que l’on fasse en France barrage à un chômage violent, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays comme les Etats-Unis (ou plutôt désunis sur la méthode pour lutter contre la pandémie). Mais n’est-ce pas aussi l’intérêt des entreprises que de préserver sa main d’œuvre ? Cet intérêt ne vaut-il pas plus de 10% ?

Loin de moi de vouloir critiquer âprement. La critique est aisée mais l’art est difficile. Nous en faisons tous l’expérience dans nos vies quotidiennes. Regardez la question de la reprise de l’école : du point de vue sanitaire arrêter l’école dès maintenant et reprendre vers le 20 août serait sans doute le plus judicieux pour combattre la pandémie ; mais du point de vue social et économique, permettre une reprise rapide s’impose. Et du point de vue pédagogique les arguments se discutent.

Une réflexion posée, une écoute s’imposent. Ne pas toujours avancer dans l’urgence. Corriger le tir si la correction s’impose. Ne pas obérer l’avenir parce qu’un obstacle surgit.

Faire le tri entre des mesures ou des querelles opportunistes, voire électoralistes et des jugements ou mesures de bon sens s’impose. Les comportements solidaires ou altruistes que l’on a pu observer donnent de l’espoir. Bien sûr, il y aura toujours des égoïsmes, des comportements scandaleux ou profiteurs.

Mais observons l’élan. Ne le laissons pas se briser, même en présence de faits renversants. Soyons bienveillants, observants des règles et prévoyants ! D’autres épreuves pourraient survenir…et cela nous changera de nos vieilles habitudes.

Paul Itaulog

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.1 / 5. Nombre de note : 10

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *