Il va falloir cracher au bassinet

Bon, nous y arrivons à cette fin de confinement dont on nous a tant parlé. Ce 11 mai 2020 est donc la date charnière entre une période de contraintes et une période pendant laquelle on pourra vivre comme avant. Enfin, comme avant ; c’est pas tout à fait certain. Quelques doutes apparaissent ici et là et personne en vérité ne sait vraiment sur quel pied danser.

La population se divise en trois catégories : ceux qui croient qu’ils vont pouvoir sortir et retrouver leur ancien mode de vie ; ceux dubitatifs que l’on pourrait qualifier de réalistes, qui se rendent bien compte que ce n’est pas gagné et qu’il faudra sinon rester aussi vigilants du moins adopter un certain nombre de gestes de prudence ; enfin ceux qui peuvent prendre le nom de sceptiques, ils se méfient de tout ce qu’on leur raconte. Pourtant il faudra bien à un moment donné que l’économie devienne la préoccupation prioritaire.

Et c’est là que tout est brouillé, confus, incompréhensible. On nous dit qu’il n’y aura pas d’impôts nouveaux. Seuls les naïfs croient cette galéjade. Il faudra bien payer ce qui a été dépensé pour permettre aux plus vulnérables de continuer à pouvoir vivre, aux commerces de ne pas sombrer dans la faillite etc. Déjà on entend de façon de plus en plus vindicative, les transports aériens crier au danger de voir les compagnies d’aviation disparaître ; la SNCF prédire une faillite imminente ; les professionnels du spectacle dire qu’il est urgent de leur permettre d’exercer leurs activités ; les professions médicales, dentistes, médecins et autres libéraux, appeler au secours devant l’amenuisement de la fréquentation de leurs cabinets ; les restaurants et bistrots réclamer l’ouverture de leurs établissements ; les pétroliers s’inquiéter de la faible consommation de leurs produits ; les constructeurs automobiles réclamer à l’État des subventions pour survivre ; les agriculteurs dire que la mévente de leur production les met en danger ; les transporteurs routiers se plaindre de la difficulté de l’exercice de leur profession etc. etc. On n’en finirait pas d’énumérer cette longue litanie des plaintifs, des inquiets et des mécontents.

Alors il faudra bien payer. Pour rembourser les engagements de l’État qui ont progressé d’une façon qui n’était évidemment pas programmée, il faudra trouver des ressources nouvelles. Ne nous trompons pas, il existe une majorité de catégories professionnelles qui ne retrouveront pas ce qui a été perdu pendant ces deux mois. Une perte sèche donc qui entraînera une augmentation du chômage. Payer oui forcément, mais comment ? Souvenons nous de l’impôt sécheresse de l’année 1976 qui avait été le seul moyen trouvé pour dédommager ceux qui avaient souffert du climat. C’est une évidence que les impôts vont augmenter contrairement à ce que nous disent ici et là certains politiques. Ces impôts ne serviront pas seulement à rembourser cette dette qui ne cesse d’augmenter mais à faire face à tous les dégâts économiques et sociaux. Il y aura malheureusement une autre forme de paiement : l’inflation. On sait bien qu’elle ne passera pas par une dévaluation de l’euro, mais par une augmentation conséquente des prix. Ainsi tandis que les prix augmenteront, les revenus stagneront et par voie de conséquence le pouvoir d’achat diminuera. Seront principalement victimes des ces restrictions, les plus modestes et vraisemblablement les retraités.

Alors attendez vous à savoir que le plus dur est encore devant nous. C’est sans doute la principale vérité émise ces jours-ci par des responsables politiques. Soyons résignés nous n’y échapperons pas !

Pau, le 11 mai 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

22 commentaires

  • Il est aisé pour toute personne n’ayant pas accepté d’entrer en politique de critiquer celles et ceux qui s’y sont lancés. Tout le monde s’est insurgé contre l’État qui n’avait pas prévu de stocker des masques. Dès qu’ils apprirent la présence de virus en Chine, puis en Italie, puis en France, combien de Français ont acheté un masque, dans leur pharmacie, en prévision de son éventuelle diffusion? Le Français moyen n’a-t-il pas appris la Fable de La Fontaine: « La cigale et la fourmi »? Avez-vous réfléchi à la raison pour laquelle presque 90 % de Français se sont confinés? Le Gouvernement, sachant qu’il ne pouvait pas compter sur le civisme des Français, a porté la contravention à 135€ ! Cela ne vous fait-il pas réfléchir à la façon dont 90% sont considérés! Pensez aux populations des Pays au Nord de la France. C’est pour cette même raison que, depuis 44 ans, les Gouvernements successifs renouvellent une Loi peu digne du Pays à l’origine des Droits de l’Homme. Sachant que le Français a peur de « se positionner à l’égard de sa fin de vie », ils considèrent que le Français est favorable au prélèvement d’organes – ce qui est faux à 90% – et fait reconduire, tous les 10 ans, la Loi Caillavet devenue Loi de bioéthique. Gageons que de nombreux adultes, tirant demain leçon de cette pandémie, adopteront spontanément un comportement plus civique, plus respectueux de leurs proches … I have a dream.

  • En fait,les Etats et leurs Banques Centrales n’utilisent plus les anciennes règles.
    La fuite en avant par l’émission de fausse monnaie n’implique plus un remboursement de la dette depuis une dizaine d’année.
    Dans le budget de la France, ce que l’on paye ce n’est pas un remboursement de la dette mais ses intérêts !
    Or ils sont quasi nul, donc aucun problème immédiat pour augmenter la dette.
    Enfin pas tout à fait, l’Italie emprunte à2% et le jour proche où cela va décoller pour la France ce sera dévastateur.

  • RATSIMAHALO ROBERT

    Quelques idées
    (1) L’idée est que TOUS les acteurs économiques, surtout les plus gros, se mobilisent en moyens financiers, humains et matériels pour trouver traitements et vaccins, et pas seulement chercheurs du secteur médical. Il s’agit d’aller vite de travailler 24h sur 24. TOUS les secteurs économiques doivent affecter équipements et matériels, ordinateurs, logiciels ia, ingénieurs, à cette recherche. Ce ne sont pas 10 projets de vaccins qui doivent être lancés mais 100, 1000, 50000.
    (2) Avec 30 000 morts en un mois, des tests cliniques doivent être engagés maintenant en grand nombre. La déontologie peut hélas attendre. Tester les traitements sur les cas les plus graves risquant de mourir, et les vaccins sur les volontaires prévenus d’effets toxiques et secondaires
    (3) Imaginer, inventer, avoir plusieurs points d’entrée. Comment sont immunisés les enfants (sauf Kawasaki), produisent-il des anticorps? Si oui, sont-ils différents des adultes guéris? Peut-on en extraire des plasmas? En quoi leur système immunitaire est différent? Pourquoi pas d’orages de cytokines (sauf Kawasaki). Tous les acteurs économiques doivent proposer des idées, sortir des sentiers battus.
    (4) On connait déjà la cause de la surmortalité masculine par rapport aux femmes. peut-on classifier les anticorps des guéris? Par groupe sanguin? Etablir une typologie? Décoder leur génome? Lesquels sont facilitants à l’entrée du virus, lesquels ne le sont pas?
    (5) Le virus entre par la voie respiratoire, nez et gorge. Peut-on bloquer sa réplication en changeant température, salinité, acidité: spray nasal et pulvérisation buccale
    (6) Le problème est que certains porteurs sont aysmptomatiques et très contagieux. Moyens de test et de détection à trouver?
    (7) Peut-on détecter le virus pendant son incubation? Comment bloquer cette incubation? S’inspirer de celle du plasmodium palcifarum (paludisme) ?
    (8) Provoquer des anticorps sur les espèces résistantes :lamas, jument. Comment ragissent chauves souris et pangolins? etc…

  • Le COVID n’a pas fait de dégât en Béarn:
    Chacun est conforté sur ses positions.

    Peut-on s’en réjouir?

  • Michel LACANETTE.

    Quant aux « déficiences des dirigeants chinois dans la gestion de la pandémie », les nôtres (et celles de nombreux autres pays occidentaux) n’ont pas été moindres, mais de cela vous ne parlez jamais.

    Mr Pierre U
    Ne comptez pas sur moi pour vous parler des autres pays occidentaux et notamment des EU. Libre à eux d’ agir comme bon leur semble, surtout s’ il ne portent pas préjudice à l’ Europe par leur action face au problème chinois.
    Je suis profondément Européen, avec un regret, qu’ elle ne soit pas plus puissante et fédérale, mais le temps fera qu’ il faudra y venir. Vous me faites le reproche d’ être anti chinois et de faire du protectionnisme, mais je pourrais aussi vous faire le reproche d’ être pro chinois et de sacrifier l’ Europe à l’ agressivité des dirigeants chinois. Non je ne suis pas protectionniste, mais pour une concurrence équitable et raisonnée entre l’ Europe et la Chine.
    Qu’ ont du faire les Européens pour accéder au marché Chinois de l’ aviation civile? Créer une usine en Chine et employer du personnel et des S/T chinois. De plus, cela à permis à la Chine de copier nos modèles et de sortir en suivant un avion concurrent pour leur marché intérieur.
    Que comptent faire les Chinois face à la levée de bouclier des Européens pour le problème de la 5G? Construire sans plus tarder des usines en Europe dont une en France pour éviter de se faire évincer de ce marché juteux dans les années à venir.
    Pourquoi les Européens n’ auraient ‘ ils pas le droit de demander aux dirigeants Chinois de construire des usines sur le sol européen avec des employés, des fournisseurs et des normes sociales et techniques européens? Les Japonais l’ ont fait de leur plein gré avec la fabrication de la Yaris dans le Nord de la France.
    C’ est ce que doivent exiger les citoyens Européens de la part de nos dirigeants et non subir la concurrence sauvage des produits fabriqués uniquement en Chine et importés chez nous à prix défiant toute concurrence,de plus parfois artificiellement bas soutenus par des aides masquées de l’ état chinois.
    Oui je suis pour la concurrence, mais à condition qu’ elle soit raisonnée et non sauvage. Pour moi la concurrence doit se faire sur la qualité des produits et des personnels de fabrication( formation), sur l’ innovation et
    l’ inventivité, dernier point, sur les marges bénéficiaires plus ou moins élevées et non sur l’ exploitation d’ une main d’ oeuvre à bas coût presque réduite à l’ esclavage. Ce que ne se privent pas de faire les dirigeants chinois en jetant des personne en prison sans raison, ou en faisant fabriquer en Afrique à encore plus bas coût que chez eux pour importer en Europe.
    Je ne pense qu’ il y ait honte à avoir de demander une taxation des produits importés de Chine pour compenser les dégâts occasionnés à l’ économie européenne par la pandémie de coronavirus que les dirigeants chinois ont mal géré, afin de protéger leurs propres intérêts. Pour l’ avenir, il faut taxer les fabrications chinoises, afin qu’ il
    n’ y ait plus de concurrence déloyale et affecter ces taxes aux citoyens européens qui se trouvent de ce fait éliminés d’ office du marché du travail.
    Mr Macron prêche au prêt de ces collègues Européens la création euro-bons, cela n’ est qu’ une fausse réponse à un vrai problème qu’ est la gestion économique de la crise découlant de la pandémie. Ce n’ est rien d’ autre que faire allégeance aux dirigeants chinois et créer une double peine pour les citoyens consommateurs Européens.
    Je comprend l’ effroi des pays du nord de l’ Europe quand ils ont découvert cette proposition. Il faut aider bien sûr les pays du Sud de l’ Europe ,mais surtout pas en favorisant les dirigeants Chinois.
    Lui, comme vous êtes totalement à coté de la plaque, vous et vos amis, êtes anti européens en favorisant les pratiques économiques actuelles des dirigeants Chinois.

    • « Je ne pense qu’ il y ait honte à avoir de demander une taxation des produits importés de Chine pour compenser les dégâts occasionnés à l’ économie européenne par la pandémie de coronavirus »

      Oui oui, mais vous n’avez TOUJOURS PAS expliqué comment une telle taxe compenserait quoi que soit, vu que ce seraient les consommateurs français (ou européens) qui la paieraient ! Donc expliquez-moi…

      « pandémie de coronavirus que les dirigeants chinois ont mal géré, afin de protéger leurs propres intérêts »

      La mauvaise gestion (au départ) de l’épidémie en Chine a fait du tort aux Chinois. Mais la panade dans laquelle nous sommes actuellement en France (et d’autres pays) est due à la mauvaise gestion de la pandémie par NOS dirigeants, les dirigeants chinois n’y sont pour rien. Dès le courant janvier on pouvait déjà savoir à quoi s’attendre si on ne faisait rien, et des mesures prises quand on a commencé à ne plus pouvoir suivre les chaînes contamination (courant février il me semble) auraient permis de contenir beaucoup mieux l’épidémie sans mettre totalement à l’arrêt le pays. Au lieu de ça le 7 mars (soit 10 jours avant le confinement) Macron allait ostensiblement au théâtre en faisant passer le message qu’il fallait continuer à sortir normalement malgré le coronavirus. Et Macron n’est pas le seul : quelques jours avant le confinement TOUS les partis politiques étaient vent debout contre l’idée d’un report des municipales. Et on peut ajouter la gestion déplorable des stocks de masques depuis 10 ans, les mensonges sur leur inutilité, et l’impréparation à une pandémie alors que les scientifiques et experts s’accordaient à dire qu’elle nous tomberait dessus un jour (ce sont les Chinois qui sont coupables là dessus aussi ?).

      NOUS sommes collectivement responsables de ce qui nous arrive, et j’insiste sur le collectivement car toute la population a une part de responsabilité : en février plein de gens trouvaient déjà qu’on en faisait trop alors qu’il n’y avait qu’une poignée de morts en Europe et étaient prêts à crier au scandale en cas de mesures restrictives, et il y a 10 ans quasiment tout le monde a cloué Bachelot au pilori parce qu’elle avait commandé des masques et des vaccins « pour rien ». Nous sommes collectivement des imbéciles, et nous avons avons les dirigeants que nous méritons. Mais encore une fois c’est plus facile de montrer les Chinois du doigt que de reconnaître que NOUS avons tout fait de travers.

      • Michel LACANETTE.

        NOUS sommes collectivement responsables de ce qui nous arrive, ……
        Pour une fois je suis d’ accord avec vous, nous avons eu le même comportement que les lucioles attirées par la lumière, pour nous l’ attraction a été le profit immédiat pour certains, pour d’ autres l’ acquisitions de biens à moindre coût sans chercher à en mesurer les conséquences directes et indirectes. Mais c’ est pas pour autant qu’ il faut continuer bêtement dans cette voie, qui nous mène dans une impasse dont nous sommes juste à l’ entrée. Il suffit d’ ouvrir les yeux et de rester réaliste et peut être aussi modeste.

  • Non, il ne s’agit pas de protectionnisme que d’instaurer une TAXE COVID, c’est tout simplement se respecter, respecter la CONSTITUTION FRANCAISE de 1958 révisée en 2005 qui incluait dans les articles 4 et 5 de cette révision  » toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu’elle cause à l’environnement  » .
    Dans le cas de cette épidémie faisons-nous partie de l’environnement ?

    D’autre part, une autre TAXE pourrait être mise en place par l’Europe puisque l’Europe a signé les accords de Paris de la COP 21 fin 2015, tout comme la Chine, qui concernait la diminution des émissions de carbone.

    Le 17 janvier 2019, 24 Prix Nobel d’économie des Etats-Unis + 3400 économistes américains ont signé une TRIBUNE dans le WALL STREET JOURNAL invitant les gouvernements à appliquer une TAXE CARBONE.
    C’est bien ce qui a été répété et répété par un participant par 4 fois lors des 5 débats organisés à PAU par Monsieur François Bayrou au début de l’année 2019.
    Cette proposition de TAXE CARBONE aux FRONTIERES DE l’EUROPE a été reprise et par :
    – le Président de la République https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/europe-macron-veut-un-marche-commun-de-l-energie-et-une-taxe-aux-frontieres-sur-le-carbone-984993.html
    – et par F Bayrou le 29 avril 2019 : https://twitter.com/bfmtv/status/1122455529471795200

    Examinez le site electricity map dans les détails et vous comprendrez certaines choses sans oublier le principal pollueur de la planète dont l’économie tourne principalement à base de charbon tout en exportant aux 4 coins du monde ses productions made in charbon par ses routes de la soie. Sans oublier l’Allemagne qui produit de l’électricité à base de lignite la matière la plus polluante au monde.
    PAU le 12/05/2020 Max

    • Même question qu’à M Lacanette : expliquez-moi comment une taxe douanière Covid va permettre de « faire payer la Chine » ?? Ce seront en pratique les importateurs français et par ricochet les consommateurs français qui la paieront.

      Quant à blamer le « principal pollueur de la planète », c’est sûr que c’est plus facile pour nous de moins polluer une fois qu’on a délocalisé des pans entiers de notre industrie chez eux (et ailleurs… on en parle, aussi, de nos déchets qu’on envoie dans le monde entier ?). Si on relocalise une partie de l’industrie chez nous (ce qui serait souhaitable), on va avoir des surprises sur nos émissions de CO2 !

      PS : chaque Etasunien, Canadien, ou Australien, émet 2,5 fois plus de CO2 que chaque Chinois… qui sont donc les principaux pollueurs ? Mais c’est bizarre, jamais un mot sur ces pays dans vos commentaires… Quant à nous Français nous ne sommes pas si que ça loin des Chinois : 4,56 tonnes/an/hab contre 6,68 tonnes/an/hab.

  • Personnellement, je ne me contenterai pas d’en rester au constat et à la seule issue possible: inflation et élévation des impôts, comme d’habitude!
    L’après, en fait, n’est pas économique, il est avant tout politique et ,sur ce point ,les citoyens ont, de plusieurs façons, leur maux et mots à dire, avant que ne gronde la justice céleste!
    Une occasion, avant, de faire de la vraie justice sociale!

    Bien évidemment qu’il faudra rembourser mais, comme notre Président a affirmé que rien ne serait comme avant, on peut proposer «d’inventer du possible» (Aurélien Barrau) c’est-à-dire que ce ne soit pas toujours les mêmes qui se sacrifient mais que chacun participe en fonction de ses moyens: revenus du travail, du capital, de tout le patrimoine en général, et en fonction des dégâts environnementaux réalisés. N’oublions pas que ce sont ces perturbateurs climatiques qui sont à l’origine du Covid-19 et des dépenses qu’il a fallu faire.
    Il n’est pas normal qu’une caissière de supermarché, un employé de la SNCF, un salarié du commerce…des soignants.. perde son emploi pour rembourser les dégâts provoqués par toutes les industries polluantes comme les constructeurs automobiles, les compagnies d’aviation, les transports routiers…, les champions du plastique.., les importateurs d’huile de palme…ainsi que les entreprises qui ont jugé bon de délocaliser leur production en faisant perdre des emplois, donc de salaires, (impôts) en France afin de payer moins cher donc de gagner plus; les capitaux placés à l’étranger ne sont-ils pas atteignables avec plus de persuasion? Les transactions financières ne sont-elles pas taxables, avec plus de détermination? Un effort, cherchons l’argent là où il est, et là où il prolifère! Je crains alors qu’il faille changer de méthodologie donc de philosophie!
    Les pollueurs , disait-on jadis, devraient être les payeurs! Il serait temps d’y revenir!
    Certains parlaient de courage politique, c’est le moment d’en avoir,

    http://www.inegalites.fr › L-essentiel-des-inegalites-de-revenus

    La consultation des articles portant sur les grosses fortunes françaises est intéressante car elle montre que bien des sources de remboursement ne sont pas exploitées, l’une d’entre elles m’a fait dresser les cheveux sur la tête:
    Ehpad : classement des plus grosses fortunes de France
    http://www.leguidedupatrimoine.com › Ehpad-Les-Plus-Gros…
    Des propriétaires d’Ehpad en bonnes positions dans le classement des grosses fortunes: 99è place, 119è place, 121è place!!
    Ehpads, vous avez bien lu!!!!

    • Il y a aussi l’idée développée par certains en France: Camille Landais, professeur à la London School of Economics, et ses deux collègues de l’université de Berkeley (États-Unis), Emmanuel Saez et Gabriel Zucman:’instaurer une taxe européenne, progressive et temporaire, sur la richesse en réponse au défi du coronavirus ).
      « C’est ce qu’a fait l’Allemagne à la sortie de la Seconde guerre mondiale, qui explique largement le miracle allemand.

      Un ISF européen pour éponger les dettes du coronavirus
      http://www.la-croix.com

      « Une telle taxe permettrait de lever chaque année un montant équivalent à 1,05 % du PIB de l’Union, ce qui permettrait d’éponger en une dizaine d’années les dettes supplémentaires liées au coronavirus »

  • Michel LACANETTE.

    Vous abordez essentiellement le problème sous l’ aspect de nouvelles impositions nationales, mais il y a d’ autres solutions, comme celle que proposait MAX dans son article BONNES NOUVELLES…DU FRONT …QUAND MÊME… MAIS ÇA DÉPEND POUR QUI? Une imposition des importations chinoises en Europe. Je ne vois pas en quoi les citoyens européens devraient  » cracher au bassinet » pour palier les déficiences des dirigeants chinois dans la gestion de la pandémie. Si le virus n’ est pas chinois, il est communiste. Voir aujourd’ hui que les Russes ne font pas mieux en matière de lutte et de clarté d’ information, en nous faisant courir un risque encore plus proche de chez nous
    Maintenant la balle est dans le camp de nos dirigeants, auront ‘ ils le courage de s’ élever contre le comportement des dirigeants chinois en exigeant des mesures efficaces, ou feront’ ils amende honorable pour ne pas perdre des marchés, mais en prenant le risque que cela recommence très vite, avec à ce moment là une impuissance totale à arrêter une nouvelle pandémie. Nous sommes bel et bien sur un baril de poudre noire, dont la mèche est allumée. A nous d’ attirer toute l’ attention de nos dirigeants afin qu’ il nous explose pas à la figure

    • Vous préconisez donc le protectionnisme punition, si j’ai bien compris votre raisonnement. Une façon en effet de sanctionner la Chine à titre de représailles. Ils sont fautifs parce qu’ils ont mal géré la pandémie. Nous serions ainsi les juges d’un comportement répréhensible. Bon ! Tous les économistes s’accordent à dire que ce protectionnisme est la pire des solutions car en rétorsion, les Chinois n’importeront plus, le vin, et tant d’autres produits de luxe ou alimentaires que seule la France met sur le marché. A la fin qui sera économiquement gagnant ? Pas sûr que ce soit nous, les Français.

      • Michel LACANETTE.

        Il n’ est pas question de faire du protectionnisme. Le protectionnisme c’ est quand un pays veut protéger ses emplois. Là, il est seulement question de récupérer les fonds qu’ a du engager le pays pour faire face à la mauvaise gestion de la pandémie par les dirigeants chinois. Je ne vois pas en quoi les contribuables Français devraient  » cracher au bassinet » pour cautionner des irresponsables. Comme vous dites cela nous pénalisera, mais encore à voir. Personnellement je pense que ce seront les dirigeants chinois au final seront les plus pénalisés. Ils savent pertinemment que cette situation n’ est pas en leur faveur. Ils le démontrent tous les jours en étant de plus en plus agressifs à l’ égard des pays qui commencent à leur demander des comptes.

        • Pierre-Michel Vidal

          On va donc tenter de justifier les bonnes vieilles recettes conservatrices: augmenter le temps de travail alors que le stock d’emplois sera sérieusement réduit -il l’était déjà avant la crise-, diminuer le pouvoir d’achat -alors que la consommation doit être relancée-, s’en prendre à l’Etat qualifié de tentaculaire -alors que l’on a vu ses carences. Une fois encore la question sociale sera au centre du débat. L’issue est incertaine et rien ne dit que les pensions des retraités ne seront pas affectées cette fois. Les médias donnent le ton -Le Point, l’Express, Valeurs Actuelles mais aussi les télés- avec toujours les mêmes acteurs : Le bon (Hulot), la brute (Martinez) et le truand (Macron).
          Au cinéma du monde d’après on joue le film du monde d’avant et le public en redemande.

        • M Lacanette, si l’objectif n’est pas le protectionnisme, il faudrait alors expliquer comment une taxe douanière sur les importations chinoises permettrait de « faire payer la Chine » ?? Une telle taxe sera payée non pas par les Chinois mais par les consommateurs français de produits chinois. La consommation de produits chinois ne va pas cesser à court terme, taxe ou pas taxe, car la relocalisation de productions ne se fera pas d’un claquement de doigt en quelques semaines ni même en quelques mois.

          • Quant aux « déficiences des dirigeants chinois dans la gestion de la pandémie », les nôtres (et celles de nombreux autres pays occidentaux) n’ont pas été moindres, mais de cela vous ne parlez jamais. L’impact de la pandémie chez nous aurait été bien moindre si nous avions réagi à temps et correctement. Mais c’est plus facile de désigner un bouc émissaire unique que de se remettre en question.

          • Michel LACANETTE.

            Pour moi l’ objectif n’ est pas le protectionnisme, mais bel et bien de rétablir l’ équilibre des prix entre les produits chinois et les produits nationaux et européens, jusqu’ à concurrence des frais engagés pour la lutte pour la pandémie. Si les prix des produits chinois se rapprochent des prix de nos produits les consommateurs auront j’ espère la conscience de faire le choix de nos produits. D’ autant qu’ il y aura le transport en moins et peut être que cela incitera aussi les fabricants chinois à fabriquer sur le sol français ou européen, avec nos règles sociales et non en pratiquant une concurrence déloyale.

          • @M.Lacanette : donc en pratique c’est bien ce que je dis, l’effet à court terme de cette taxe serait de renchérir le coût des produits pour les consommateurs français, ce qui revient à faire payer les Français et non pas les Chinois. Votre cible ne serait donc pas atteinte (sans même parler de la mise en place par la Chine de taxes équivalentes sur les produits français en rétorsion). Et sinon on fait quoi pour tous autres les pays dans lesquels nous avons délocalisé nos productions pour des raisons de coûts, avec des normes sociales et environnementales encore moins bonnes qu’en Chine ?

        • Juste une précision sur la définition du mot protectionnisme, selon « Le petit Robert » : Politique économique qui vise à protéger l’économie nationale contre la concurrence étrangère par des mesures diverses (droits de douane, contingents, formalités administratives, normes, etc.). Pour aller dans le sens de ce que dit M. Vallet, il serait bon que tous les pays soient soumis aux mêmes normes environnementales. La France est un pays dans lequel ces normes sont très exigeantes. Cela permettrait non seulement de répondre à des règles de moindre pollution, mais également de faire en sorte que les différences de prix ne soient pas à l’avantage de la Chine comme maintenant.
          De toutes les façons, nous nous dirigeons vers une forme de récession et surtout vers des problèmes sociaux. Le chômage sera en progression et devra être payé.

    • ‘Si le virus n’ est pas chinois, il est communiste.’
      Au contact des pays européens, il est devenu libéral, au contact des USA, il ne sait pas si il est néolibéral républicain ou démocrate….
      Une chose est sûre, il a muté!!!!

      • J’oubliais l’essentiel qui va vous surprendre, M.Lacanette.
        Le virus communiste se propageait moins vite et était donc moins dangereux que le virus libéral!

        Plus dangereux ou moins sévère ? Le coronavirus a subi deux mutations importantes
        http://futurasciences.fr/tk/t/2/1129817744595e/17145444b0/31450e6aa/42031189e7/

        D’après des recherches américaines:
        Une étude du laboratoire national de Los Alamos, pré-publiée sur le site bioRxiv, a trouvé 14 mutations sur les protéines qui servent au virus à pénétrer dans la cellule. En remontant l’arbre phylogénétique des mutations, les chercheurs ont découvert que l’une d’elles, apparue en Europe, a commencé à se répandre au mois de février 2020 et a rapidement pris le dessus.
        C’est cette souche qui a gagné la côte Est des États-Unis et qui est à l’origine de l’épidémie à New York. Elle serait aujourd’hui majoritaire dans le monde depuis mars. « La fréquence à laquelle cette mutation se propage est alarmante.»

        Non seulement cette souche se répand plus rapidement que la version chinoise originale, suggérant un avantage compétitif, mais elle rendrait les personnes plus vulnérables à une seconde infection, avance l’étude. «Nous avons découvert des recombinaisons entre des souches circulant localement, ce qui indique des infections à souches multiples», détaillent les chercheurs qui ont passé en revue plus de 6.000 séquences. Ces mutations à répétition pourraient compromettre la mise au point d’un vaccin, surtout ceux dirigés vers les protéines de surface, concluent-ils.

        Quand cette mutation va arriver en Chine, il faudra s’attendre à ce qu’un M.Lacanette chinois demande à  » récupérer les fonds qu’a du engager son pays pour faire face à la mauvaise gestion de la pandémie par les dirigeants occidentaux »!!!

        Une bonne nouvelle pour se remonter le moral:
        Une autre mutation a entraîné l’effacement complet de certaines séquences du génome, suggérant un affaiblissement du virus.
        C’est ce même phénomène qui avait abouti en 2003 à l’affaiblissement du virus Sars-Cov, puis à sa disparition. «Durant la phase tardive de l’épidémie, le Sars-Cov a accumulé des mutations qui ont atténué le virus. Le virus affaibli provoque une maladie moins grave qui peut avoir un avantage sélectif s’il est capable de se propager efficacement dans les populations par des personnes infectées à leur insu», indique Efrem Lim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *