Mon maire, ce héros…*

Nous avons, nous habitants de Pau, reçu cette lettre de François Bayrou évoquant la distribution de masques. A Pau, capitale humaine, cette distribution s’est faite sur huit sites différents, chaque foyer pouvait se voir remettre quatre masques. Apparemment tout s’est bien passé, sauf qu’une petite question demeure sur l’origine de certains masques.

Dans cette lettre longue comme un jour sans pain, le maire de Pau expose tout ce que l’équipe municipale a fait pour les citoyens. C’est incroyable ce qui a été réalisé pendant ce confinement, figurez-vous, que même l’adduction d’eau potable a été maintenue dans chaque foyer. Bravo à l’équipe des élus. Et puis vient la question des masques : « Grâce à un travail formidable, nous avons pu distribuer, dès les premiers jours de la crise, plus de 40 000 masques professionnels FFP2 et chirurgicaux à nos soignants… » Ce travail formidable a consisté à retrouver des masques conservés dans un placard du CCAS et à les distribuer. Passons sur les termes élogieux qui visent à souligner les grands mérites de nos élus. Rappelons cependant que nous sommes toujours en campagne électorale ; ne l’oublions pas.

Alors en fait de masque, la distribution a débuté le samedi 9 mai dès 8 h 30 du matin. Pour ce qui me concerne, j’ai voulu me rendre sur le site du parking du Palais des Sports, mais, devant l’affluence, j’ai décidé de revenir en fin de matinée. À 11 h 30, il n’y en avait plus ! On m’a dit de revenir à 13 h 30, moment où une autre livraison était prévue. Je suis donc revenu et, après une attente d’environ une demi heure, j’ai reçu quatre masques qui à l’évidence étaient de fabrication industrielle. Un voisin qui avait réussi à en recevoir le matin, m’avait montré des masques d’origine artisanale, comme ceux dont avait parlé François Bayrou dans son interview du 17 avril. ** Il y disait : « Nous avons lancé la fabrication de centaines de milliers de masques localement, avec des entreprises locales, avec des tissus fournis par des entreprises locales ».

Et puis, lundi matin, un ami digne de confiance, m’a dit que les masques qui avaient été distribués étaient de fabrication chinoise. Il a même ajouté que pour que cela ne se sache pas, des employés municipaux avaient reçu mission de décoller les étiquettes sur lesquelles figurait la mention : Tisserands des Flandres – fabriqué en PRC (PRC : People’s Républic of China). Soyons clairs, s’il ne me gène pas, à titre personnel, d’avoir des masques de fabrication chinoise, puisque l’essentiel est d’être protégé, j’avoue ne pas bien comprendre pourquoi les étiquettes ont été retirées. Après vérification, sur ceux que j’ai reçus, à aucun endroit ne figurait la mention d’une quelconque origine. Voir par ailleurs, l’article du journal La République des Pyrénées en date du mardi 12 mai 2020, page 9, intitulé : « Pourquoi l’Agglo a distribué des masques made in China ? »

Alors en effet pourquoi ? La ville de Pau en la personne de son maire, sans doute débordée par une trop grande demande, par un retard de livraison des entreprises locales, aurait-elle dû importer ces masques ? Aurait-elle eu honte de cette importation made in China ? C’est vrai que lorsqu’on a pris l’engagement de faire travailler les locaux se résigner à faire travailler les Chinois n’est pas très électoraliste.

Alors qu’ils soient béarnais ou chinois, l’essentiel est d’avoir des masques. « Donnez-leur tout de même des masques », dit mon maire.*

Pau, le 18 mai 2020

par Joël Braud

* Pastiche du poème de Victor Hugo : « Après la bataille »

** Voir mon article du 4 mai : « Une précision qui a échappé à François Bayrou »

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

5 commentaires

  • Marjorie (presque toujours)

    « Fabriqués en PRC » = Fabriqués en prévision de la réélection de ce candidat?

  • Et pour faire tout ça, les pauvres employés municipaux ont travaillé 3h30 le matin pour 17€ – idem pour l’après midi… avec des RTT en plus…

    Conclusion: ils ont tous couru à leur perte…..

  • Pyrénéen Palois Tarbais Lourdais

    Et ces fameux masques de la République Populaire de Chine ils sont lavables combien de fois, car cette information n’a jamais été donnée et c’est encore plus grave que tout le reste.

  • https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/1473717-edition-du-mercredi-20-mai-2020.html

    Dans le Journal de France2 du 20h du 20/05/2020 ( 30ème minute ) nous apprenons tous les détails sur la soit disant origine des masques  » made in Béarn  » dont la commande de 500 000 unités a été tant vantée dans les médias par Monsieur François Bayrou Maire de Pau et Président de la communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées.
    Si cette annonce de commande de masques avait été faites, intelligemment, dés le mois de décembre 2019 ou janvier, par prévention, par « principe de précaution », suite aux rumeurs des premiers lanceurs d’alerte chinois ( arrêtés et mis en prison ) , et dès les premières alertes en janvier en provenance de la Présidente de la République de Taïwan, j’aurais compris.
    Mais non, je croyais qu’un chef de parti se tenait au courant de la situation internationale : c’est ce qu’il avait dit lors d’un des 5 grands débats de Pau en mars 2019 :  » je connais parfaitement la situation internationale « .

    Dans cette circonstance il ne pouvait que se taire et ne pas lancer de rumeurs, alors qu’il venait juste de recevoir Monsieur Lu SHAYE Ambassadeur de Chine en France le 28 octobre 2019 pour inaugurer SON Institut Confucius.
    Cela aurait très certainement créé un incident diplomatique.

    Et ces fameux masques béarnais que nous révèle FRANCE 2 : 118 000 unités commandés à la manufacture de Jurançon avec des délais IMPOSSIBLE à tenir ( ça vous le saviez Monsieur le Maire ) 70% ont été fabriqué en Bulgarie et seulement 30% à Jurançon.
    Et le reste des masques : Bearnos-Tunisiens, Portugais, Espagne, et du 100% Chine.
    BRAVO Monsieur le Maire.

    Mais que n’avez vous retenu du  » gouverner c’est prévoir, et ne rien prévoir c’est courir à sa perte « . Emile de Girardin

  • Nous savions déjà que notre maire de Pau était un boni-menteur. Il confirme une fois de plus, ou, pour ceux qui ne le savaient pas, il est démasqué. En particulier par le maire de Billère qui explique l’entourloupe à la télévision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *