A Pau, privatisation du domaine public

Ces jours derniers d’importants travaux ont conduit à la démolition d’une maison individuelle située à l’angle de l’avenue du doyen Henry Vizioz et de la rue Jean Genèze. Le terrain envahi de végétation a également été complètement nettoyé, mais le plus inattendu est que le projet de construction va s’étendre non seulement sur la rue mais aussi sur le parking limitrophe.

Va se construire un immeuble baptisé pompeusement « résidence étudiants » de 144 chambres, de 14 logements sociaux et d’un commerce. Le permis de construire délivré par la mairie de Pau date du 5 août 2019, le bénéficiaire est le SCCV KEPLER EDISSON. Les promoteurs sont PLH conseil, AAD et Verdi. Bien sûr la proximité de l’université explique en partie ce projet. Cependant cette portion de l’avenue du Doyen Vizioz , qui connaissait un certain trafic, n’appartient plus à la ville de Pau, elle est maintenant privatisée, elle a été vendue à une société immobilière. Pire le parking attenant va, lui également, être occupé par cette construction. Il faut observer enfin, comme conséquence à ce projet, que l’accès actuel à la résidence Socrate va être supprimé. Comment en est-on arrivé là ?

Ce projet a été adopté en conseil municipal par une très grande majorité de ses membres. L’argument d’augmenter la capacité des logements étudiants à proximité du campus a été développé mais a aussi été souligné, argument discutable, le fait que la suppression de feux à ce carrefour va simplifier la circulation routière. On imagine mal comment va être maintenant organisée la circulation à cet endroit.

Le plus difficile à accepter dans cette opération, est de voir ainsi une voie publique privatisée au profit d’une entreprise privée. Est-ce que cela correspond au principe visant à défendre en priorité l’intérêt général sur les intérêts de sociétés qui n’ont en réalité d’autre but que la rentabilité financière. La ville de Pau a fait ce choix et son maire a, dans cette opération, été sans aucun doute le grand ordonnateur. Il aura fallu préalablement à cette cession prononcer le déclassement de la voie ainsi que celui d’une partie du parking public. Un bien déclassé du domaine public intègre le domaine privé. Il peut être cédé dans les conditions de droit civil. Citoyen palois tu vois partir une partie du patrimoine de la ville !

Cette situation ne peut empêcher de faire référence à l’attitude qui avait été celle de François Bayrou en 2005, au moment où les autoroutes de notre pays avaient été privatisées. Enfin privatisées, en partie concédées à des entreprises privées ce qui n’est pas, comme à Pau, une dépossession totale d’un bien public. Celui qui était alors président de l’U.D.F., François Bayrou, avait crié au scandale, il parlait alors d’un scandale démocratique. Il avait d’ailleurs saisi le Conseil d’État qui avait rejeté son recours. Le premier ministre de l’époque Dominique de Villepin avait été copieusement pris à partie par celui qui deviendra plus tard le maire de Pau.

Alors bien sûr, comparaison n’est pas raison. Il y a une énorme différence de dimension entre un morceau de parking et d’avenue à Pau et plusieurs milliers de kilomètres d’autoroute. Cependant le principe reste le même : la privatisation d’un bien public. Ils sont comme ça nos hommes politiques tantôt d’un avis, tantôt de l’avis contraire, selon ce qui les arrange !

Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. Edgar Faure

Pau, le 25 mai 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

7 commentaires

  • Je reviens sur le contenu de cet article : en effet, étant passé par cet endroit ce week-end pour rentrer chez moi après être passé par l’avenue du Doyen Poplawski, et alors que je m’apprêtais à filer tout droit juste après les feux tricolores au carrefour de la rue de J. Genèse et de la rue Audrey Benghosy, quelle ne fut pas ma surprise, de voir, en face de moi, la construction de cette résidence étudiante…
    En effet, j’avais l’habitude de filer tout droit pour rejoindre la rue A. Camus, puis la rue du Traquet qui mène vers la rue de Méon : mais, non, il faut maintenant serpenter autour de ce qu’il reste d’un grand parking (Nota : parking dont une grande partie a déjà disparu…), avant de rejoindre la rue A. Camus.

    Force est de constater, que la décision du maire de privatiser cette portion de terrain public, me semble « un peu limite » ou du moins, pose question(s) (…), surtout lorsque cette privatisation permet à une entreprise privée et en l’occurrence une société immobilière de réaliser une opération à visée de… rentabilité financière !
    Nota 1 : le contraire eut été étonnant, personne (?) ne contestera qu’un promoteur n’est pas un philanthrope, c’est une société privée….

    Comme mentionné dans cet article : « Ce projet a été adopté en conseil municipal par une très grande majorité de ses membres. L’argument d’augmenter la capacité des logements étudiants à proximité du campus a été développé mais a aussi été souligné, argument discutable, le fait que la suppression de feux à ce carrefour va simplifier la circulation routière. On imagine mal comment va être maintenant organisée la circulation à cet endroit. »

    C’est le genre d’opération immobilière, qui, même pour réaliser « un immeuble baptisé pompeusement « résidence étudiants » de 144 chambres, de 14 logements sociaux et d’un commerce« , me surprend surtout lorsqu’on apprend par la presse locale, que « Les élus palois devront accepter le déclassement du site et la cession du domaine public pour 160 000 € HT. »
    Nota 2 : il aurait peut-être, dû être rajouté (?) : « déclassement du site et la cession du domaine public pour la modique somme de 160 000 € HT… »

    Voir le début de l’article « Pau : résidence étudiante à Hélioparc, aire de jeux à Alsace-Lorraine… toute l’actu de ce vendredi » (Site web de « La République des Pyrénées » : publié le 17 mai 2019)
    Extraits :
    . « Une résidence étudiante va être construite en face d’hélioparc. L’aménagement du carrefour à cinq branches Angot/Vizioz/Genèze au sud-ouest d’Hélioparc (côté entrée de la Technopole) était à l’ordre du jour du conseil communautaire, ce jeudi, mais sera aussi au menu du conseil ce lundi 20 mai. »
    . « La livraison du tout est prévue pour juin 2021. Les élus palois devront accepter le déclassement du site et la cession du domaine public pour 160 000 € HT. »
    URL : https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2019/05/17/pau-residence-etudiante-a-helioparc-aire-de-jeux-a-alsace-lorraine-toute-l-actu-de-ce-vendredi,2554156.php

    Et que pense l’opposition municipale, si il y a…, de cette opération immobilière… ???

    D’avance merci pour votre éventuelle réponse, « Messieurs »… les élus municipaux !

  • Mais voyons monsieur Braud, cet horrible espace libre ne pouvait rester … libre! Il est urgent de bétonner ! Quant à « réhabiliter » un espace naturel, n’a-t’on pas installé je crois, à 150 mètres une production bio ( au milieu des gaz d’échappement !!! ) De quoi se plaint-on? Tout cela cadre très bien avec l’affligeante laideur des quartiers nord et des deux boulevards Tourasse et la Paix, des stades de foot flambants neufs mais…
    Non, plus sérieusement monsieur Braud, joli travail que vous avez fait là ! Bravo!

  • Bernard Flacelière

    Forêt dense, arbres anciens, bambous serrés, entourant la bâtisse avant destruction abritaient une riche vie ornithologique. La parcelle rasée et nettoyée offre une triste mine. Détruire pour les raisons invoquées par le conseil municipal, certes, mais l’idée de réhabiliter ailleurs dans notre ville de Pau un site boisé à l’identique est-elle venue à nos édiles ?

  • Monsieur Braud vous avez raison de rappeler que Monsieur Bayrou avait été contre la privatisation des autoroutes .
    Lors des 5 grands débats de Pau du début 2019 , il a rappelé :  » …et qui en France s’y est opposé ? j’ai été le seul à m’opposer à cette privatisation, Datigolles dit non moi je dis si ….. ».
    Vous pouvez voir la copie de la vidéo de la séance Démocratie et citoyenneté du 06/02/2019 en deuxième partie à la 51’30 »:
    https://www.pau.fr/article/le-grand-debat-national–six-videos-pour-revivre-la-deuxieme-reunion-publique-a-pau

    Et ce sont les mêmes comme Dartigolles qui ne s’est même pas opposé à cette privatisation, tout comme il ne s’est même pas opposé, RIEN DIT, en séance du 28 février 2019 du conseil municipal de Pau à l’ouverture de l’institut Confucius de Pau alors que la Chine viole systématiquement les droits de l’Homme.
    Idem pour les élus de la communauté d’agglo de Pau. RIEN DIT sauf UN MAIRE. UN SEUL !

    Vraiment, je suis écœuré de tous ces FAUX-CULS qui disent tout et le contraire de tout. Et c’est assez effrayant. Ne rentrons-nous pas dans un monde Orwellien ?
    C’est un déni de démocratie, et il est président du MoDem, Mouvement Démocrates qui ne dit RIEN, par exemple, sur ce qui se passe à Hong Kong, aujourd’hui ! Quelle HONTE !

    ça ne donne plus du TOUT , mais PLUS DU TOUT D’ALLER VOTER.

    Les associations de Pau, s’il y en a encore, pourquoi ne sont-elles pas intervenues ?
    C’est bien une aliénation du domaine publique ? Le procureur, le Préfet la pléthore d’ENARQUES , ou sont-ils ?
    Ne revivons-nous l’épisode épidémie, masques etc… à l’échelon local ?

    • Il faudrait peut-être se calmer et arrêter de crier au scandale pour tout et n’importe quoi : le domaine public n’est pas figé, et les collectivités locales sont régulièrement amenées à vendre des terrains, mais aussi à en racheter par des préemptions ou expropriations, en fonction des projets. Pour que l’hôtel Beaumont puisse se réaliser la ville avait vendu un petit bout de rue à l’époque. Inversement pour faire la ligne du Fébus plusieurs bouts de terrain privés ont été expropriés le long de la rue de la Paix (et une maison a été démolie). C’est la vie normale d’une ville qui se modifie, qui évolue, etc, rien de scandaleux, même au cas par cas tout peut se discuter.

      Les commentaires ici ressemblent de plus en plus à ce qu’on trouve sur Facebook, tout à l’emporte pièce.

      Et vous comptez ramener la Chine sur le tapis à tout propos et quel soit le sujet de l’article ?

      • Le déclassement et la vente de cette parcelle de terrain prélevée sur une voie publique et sur un parking public ont été approuvés lors de la séance du 24 juin 2019 du conseil municipal de Pau. Maintenant pour comprendre les arguments développés à cette occasion, il faut en premier lieu se rendre sur place et en second lieu lire ces délibérations. Je n’ai jamais dit ou laissé entendre qu’il y avait une irrégularité comme vous le laissez croire. Ce n’est pas mon sujet. Cependant le compte rendu de cette séance parle du schéma global d’aménagement du projet urbain Université-technopole approuvé par délibération du conseil municipal du 19 décembre 2013. Cette délibération, si mes informations sont exactes, ne portait pas sur cette parcelle, mais sur les terrains de sports placés avenue Lucien Favre, face à Hélioparc. Il s’agit d’un projet d’extension de l’université. D’ailleurs une construction est en cours sur un terrain de sport
        Par ailleurs donner comme argument : »La configuration actuelle de ce vaste carrefour à cinq voies complique la circulation des voitures, des piétons et des cyclistes, et rompt la continuité urbaine à cet endroit. » Me semble pour le moins spécieux. Personnellement, j’emprunte régulièrement ces axes et je ne vois pas où est la difficulté. L’enquête publique en date du 23 mars 2019 n’est pas très précise sur la configuration future du carrefour : que deviendront les prolongements de l’avenue Vizioz et de l’avenue Camus ? Cette enquête note toutefois : « […] un avis favorable au déclassement de la voirie communale envisagée sous la réserve qu’une nouvelle autorisation d’accès à la voirie publique soit concomitamment consentie aux propriétaires et ayants droits de la parcelle D082 (résidence Socrate) qui serait privée par la réalisation du déclassement de son accès actuel ». Vous jugerez s’il est acceptable de priver ainsi les habitants d’une résidence de l’accès à leurs logements sans envisager de solution de rechange.
        Il y avait d’autres possibilité pour bâtir cette résidence que de s’installer à cet endroit et la privatisation d’une voie publique sur une telle surface est à ma connaissance plutôt exceptionnelle.
        Mais allez sur place avant de vous prononcer, c’est la moindre des choses pour comprendre avant de donner votre avis. Maintenant Bayrou que vous soutenez, a eu par le passé une attitude très claire sur certaines privatisations au plan national, je le rappelle.

        • Alors tout d’abord, je réagissais au commentaire de Lorie, qui semble prête à demander une intervention militaire des USA pour libérer Pau de son dictateur à cause de cette histoire de vente de parcelle.

          Et j’ai aussi précisé que « au cas par cas tout pouvait se discuter ».

          Je signale que je connais assez bien cette zone vu que l’entrée d’Hélioparc où je me rends de temps à autres est juste à cet endroit. Concernant la résidence Socrate je ne vois pas vraiment où est la difficulté, vu que le terrain donne directement sur la rue Genèze, que l’accès piéton se fait déjà par là, et qu’il suffira de déplacer la voie d’accès pour les voitures sur cette même rue . Dans votre description vous donnez l’impression d’un terrain qui deviendrait complètement enclavé, ce qui n’est pas du tout le cas.

          « Bayrou que vous soutenez… » : elle est bien bonne celle-là !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *