Le Covid-19, une occasion pour passer de l’aveuglement à la lumière.

4.3
(16)

« Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé » Albert Einstein


La pandémie, et toutes ses conséquences, est un problème de taille pour l’humanité, à la fois humain, social, économique… Tous les relevés dans le monde, les analyses, les modèles mathématiques… montrent que la philosophie et la politique économique mondiale sont à l’origine de ce fléau.

La pensée d’Einstein prend tout son sens maintenant que l’on se précipite dans la «récupération financière» car, en dehors des mots, des engagements, les faits montrent que tout est bien parti pour résoudre le problème «en réfléchissant de la même manière qu’il a été créé». On renfloue le transport aérien, la construction automobile, les industries polluantes… le tourisme dévastateur des régions… alors qu’il faudrait transformer la production dans le sens d’un nouveau mode de vie, propre et respectueux de tous les citoyens et de leur milieu, sans licenciement, en formant le personnel et les chômeurs aux nouvelles orientations.

Attention,

« Les humains ne sont pas des problèmes ou des équations, ce sont des histoires : des contes, pas des comptes. »

Pour l’éducation – Fernando Savater

La sagesse dit :

« Pour changer quelque chose, construis un nouveau modèle qui rendra l’ancien obsolète.» B.Fuller.

Malheureusement, rendus addicts à la consommation polluante, dangereuse sanitairement, et destructrice, l’expérience montre que :

« Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité, et ils ne voient la nécessité que dans la crise. » Jean Monnet.

Il en a été toujours ainsi dans l’histoire, la préhistoire, l’évolution du cosmos.

«Le changement du monde n’est pas seulement création, progrès, il est d’abord et toujours décomposition, crise.» Alain Touraine


Crises, ruptures, failles, autant de termes qui jalonnent en effet l’évolution de tous les phénomènes cosmiques, biologiques et culturels.

+ Dans le déroulement du refroidissement du cosmos, des ruptures se sont produites générant des atomes, source des molécules futures, créatrices de nouvelles structures.

Dans le domaine biologique, les variations climatiques (chaleur, froid, sécheresse, humidité, vents…), géographiques (mers, terres, altitude, longitude et latitude), géologiques (orogénèse), (séismes, volcanisme, cosmique parfois (météorites)… sont autant de perturbations souvent violentes qui provoquent des disparitions de vies remplacées par d’autres.

Toujours  au niveau du vivant, l’apparition dans le milieu aquatique primitif de la reproduction sexuée a été une rupture majeure dans la dynamique de la qualité et de la quantité de la vie. Citons aussi ces failles, appelées mutations, faisant apparaître de nouveaux caractères au sein d’une population.

+Dans le domaine culturel dont l’évolution et la diffusion ont été bien plus rapides, les failles ont été nombreuses et très variées ; elles ont entraîné des changements importants dans les modes de vie : les failles technologiques (pierre taillée, polie, âge du bronze, du fer,… industries, atomes, nouvelles technologies…), religieuses, philosophiques (révolutions…), politiques (féodalité, royauté, empire, république..), environnementales, climatiques… Le développement de la connaissance a été une énorme rupture au moment du siècle des lumières et de la pensée darwinienne.

Les épidémies sont des failles dans les rapports avec la nature, elles ne sont probablement pas aussi vieilles que l’humanité.

Elles accompagnent le grand changement de l’histoire humaine apparu il y a environ douze mille ans au Proche-Orient, dix mille en Chine: l’apparition de l’agriculture et de l’élevage. Pendant les centaines de millénaires qui ont précédé, les hommes ont été chasseurs-cueilleurs et vivaient en petits groupes mobiles, ne se croisant sans doute que rarement, ce qui rend difficile toute transmission de maladies contagieuses.

L’agriculture et, surtout, l’élevage, lors de la «révolution néolithique», changent la donne pour deux raisons : désormais les humains vont se rassembler en groupes de plus en plus compacts et sédentaires, dans des villages, des cités, où la transmission peut flamber et, surtout, ils vivent au contact quotidien des animaux, ces «maudits» animaux vivants qui transmettent les virus mutants responsables des grandes maladies nouvelles. Dernier exemple en date: ce qui s’est passé à Wuhan  à la fin de 2019.

Actuellement les crises s’accélèrent, on assiste à des ruptures du temps, ruptures spatiales, ruptures des logiques, ruptures technologiques, ruptures des repères, ruptures des raisonnements, rupture des valeurs… ruptures de l’humanisme.

Heureusement, comme

«Dans toute chose il y a une faille, c’est ainsi que rentre la lumière»

L. Cohen – Anthem.

Ne manquons surtout pas cette faille ouverte dans ce monde pollué, obscur et sans espoir de vie meilleure, pour laisser entrer la lumière d’un avenir difficile sans doute, incertain aussi, mais plus durable car conforme à notre place dans l’univers du vivant.

Signé Georges Vallet

crédits photos :

Confinement : un avant/après de la pollution à Paris – Ça m …

www.caminteresse.fr › Environnement

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.3 / 5. Nombre de note : 16

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

4 commentaires

  • « On renfloue le transport aérien, la construction automobile, les industries polluantes… le tourisme dévastateur des régions… alors qu’il faudrait transformer la production dans le sens d’un nouveau mode de vie, propre et respectueux de tous les citoyens et de leur milieu, sans licenciement, en formant le personnel et les chômeurs aux nouvelles orientations. »

    Votre position est tellement irréaliste qu’elle n’a aucune crédibilité.
    Envoyons donc aux champs ces pilotes et autres ouvriers de l’automobile !
    En attendant regardez ce qu’est une décroissance de 8 à 10% on y est.

    • « Votre position est tellement irréaliste qu’elle n’a aucune crédibilité. »

      +Le constat vécu en France et dans le monde entier depuis des mois.
      +Le constat des mesures scientifiques réalisées par le GIEC, entre autres, dans le monde entier.
      +Les prévisions algorithmiques dans tous les domaines culturels et environnementaux.
      +Les orientations budgétaires post confinement que le gouvernement prend pour sauver l’insauvable.

      montrent que : » »Votre position est tellement irréaliste qu’elle n’a aucune crédibilité. »
      Le monde que vous ne cessez pas de vouloir nous imposer dans toutes vos interventions est un monde du passé, un monde qui va disparaître car destructeur et inadapté à de notre humanité. Plus il résistera, plus la chute sera terrible!

    • Et cela, est-ce irréaliste et non crédible???

      CO2 dans l’atmosphère : du jamais vu depuis 23 millions d’années !
      http://futurasciences.fr/tk/t/2/81597426582a55/4755061014/117520f55/42031189e7/

      Les scientifiques lancent un cri d’alarme : la disparition des espèces s’accélère
      http://futurasciences.fr/tk/t/2/81597426582a55/37650645a5/117520f55/42031189e7/

  • Le poète a trouvé une faille pleine d’espoir par où rentre la lumière.
    Espérons que « le poète a toujours raison »!

    La nuit n’est jamais complète
    Il y a toujours puisque je le dis
    Puisque je l’affirme
    Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
    Une fenêtre éclairée
    Il y a toujours un rêve qui veille
    Désir à combler faim à satisfaire
    Un cœur généreux
    Une main tendue une main ouverte
    Des yeux attentifs
    Une vie la vie à se partager.

    Et un sourire Paul Eluard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *