Les lignes du futur ne sont pas écrites

Sommes-nous sortis du bourbier ? Tirés d’affaires ? Peut-être… Le pire n’aura donc pas été au rendez-vous comme les oiseaux de mauvais augures nous l’avaient prédit. Nous l’avons bien mérité en suivant massivement les consignes du gouvernement : nous reprenons déjà le cours de ce d’aucun appelait « le monde d’après » identique à ce qu’était celui « d’avant » : nous pourrons aller boire un verre sur les terrasses du boulevard des Pyrénées, partir en vacances, nous déplacer librement. C’est ce que nous souhaitions pour une grande part d’entre nous. Alors, rien de changé vraiment ? Cette période de confinement aurait pu être propice à la réflexion, elle aura, une fois encore, déclenché des passions excessives.

Le grand déchaînement contre la police, déjà mise en cause dans la gestion calamiteuse de la crise des gilets jaunes, s’est cristallisé autour des propos de la chanteuse Camilla Jordana sur les plateaux de télévision (« On n’est pas couché » sur France 2) : « Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie » En en rajoutant une couche pour faire bonne mesure et montrer qu’il ne s’agissait pas d’un dérapage mais d’un propos délibéré et calculé elle a ajouté : “Je ne parle pas des manifestants, je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau. C’est un fait.”  Oublie-t-elle, Camilla, que les policiers sont avant tout des citoyens qui, pour la plupart, partagent les sentiments de la communauté nationale ? Ils sont souvent plébiscités et parfois même leur présence est réclamée par les habitants des quartiers les plus populaires, les plus vulnérables à la délinquance. Faire passer les policiers pour des racistes ça n’est pas bien car ça n’est pas la vérité. Même si il y a des bavures à sanctionner fermement, c’est d’abord ceux qui donnent des ordres qu’il faut punir ; le prototype en étant ce fameux Préfet Lallement et ses déclarations intempestives.  

Second excès lié à cette dure période de confinement, la multitude de plaintes au pénal notamment contre les hommes politiques : premier ministre et ministres de la santé successifs. Il y aurait, dit-on, plus d’une centaine de plaintes déposées ; est-ce bien raisonnable ? La justice doit-elle se substituer à la politique comme l’ont trop souvent fait les scientifiques à la place des politiques au cours de cette cession, dans une cacophonie détestable. Chacun sa place…

Même si on peut, à juste titre, critiquer la gestion de la crise par l’équipe gouvernemental (le maintien du premier tour des municipales, la pénurie de masques et de tests, l’imprévoyance et la dépendance à la Chine) est-ce logique que dans une démocratie cela se traduise devant les tribunaux ? Les politiques sont responsables certes, critiquables cela ne fait aucun doute, mais au départ il y a un virus toujours mystérieux et nous, citoyens d’une démocratie, nous aurons l’occasion de sanctionner (ou pas) les décideurs que nous nous sommes donnés, lors des élections. Ce sera déjà le cas, par exemple, lors du second tour des municipales fin juin.

Troisième dysfonctionnement : l’irruption de personnages publics sur la scène politique où ils n’ont rien à faire. Je pense ainsi à l’humoriste Jean Marie Bigard qui envisage carrément de se présenter aux élections présidentielles. Le président de la république, dit-on, craint cette poussée de marginaux de la politique, il évoque une candidature du sulfureux mais creux et excessif Eric Zemmour et pourquoi pas, nous dit-on, celle du professeur Raoult. Quoi qu’on pense de l’ hydroxychloroquine -laissons les scientifiques se déterminer-, il s’est, par ses déclarations intempestives, laissé enfermer dans une posture messianique qui ne plaide pas en sa faveur. Sans doute, sa rencontre avec Emmanuel Macron a-t-elle flatté son ego, mais ainsi il est tombé dans le piège : quittant le domaine scientifique pour entrer sur le terrain politique par la voie contestable du populisme. Ce chercheur remarquable ne sera pas le Sauveur Suprême auquel certains s’accrochent. Pasteur, qui était un grand patriote, avait-il prétention de sauver la république ?

Cette période de confinement, unique dans l’histoire de l’Humanité, qui aura concerné plusieurs milliards d’hommes et des femmes, aura donc des conséquences profondes sur nos comportements collectifs. Seront-ils tempérés par la Raison, propre, dit-on, au génie Français ? Restons vigilants car le virus est toujours là, ne faisons pas de plans sur la comète. Les lignes du futur ne sont pas écrites.

Pierre-Michel Vidal

(Image LCI)

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

10 commentaires

  • « Le barouf pour qu’Air France revienne au même rythme de dessertes Pau-Paris qu’avant le Covid 19 »

    Je note le succès du lancement de la fusée Falcon 9 et de la capsule de SpaceX , de Cap Canaveral en Floride.
    Elon Musk , le fondateur de SpaceX et accessoirement patron de Tesla, a réussi son pari. 2024 devrait voir le retour des américains sur la lune. Le patron d’Amazon, Jeff Bezos, participera également à ce projet.

    Entre autre, ces projets semblent plus portés par des capitaux privés que par des Etats-Nations et ne paraissent pas davantage augurer d’un monde sobre et frugal.

    • Pierre-Michel Vidal

      Mais bien sur la navette Falcon 9 est un grand succès. Porté par des capitaux privés. Vous avez raison, cent fois. il serait stupide de nier l’évidence.
      Quel rapport avec la liaison Pau Paris ? Pourquoi choisir l’avion alors que nous avons un train moins coûteux, plus écologique et quasiment identique en durée, de centre-ville à centre-ville ? Si ce n’est faire plaisir au roitelet local quel sens cela a ? Un caprice et un chauvinisme mal placé ça n’est pas la modernité!
      Soyons pragmatique.

      • Allons allons, votre détestation de Bayrou vous fait encore défendre des positions irréalistes juste pour pouvoir le critiquer. Pour les entreprises du bassin de Pau le train peut très difficilement remplacer l’avion actuellement.

        Avez-vous déjà essayé de faire un A/R Pau-Paris en train dans la journée pour une journée de travail complète à Paris ? C’est impossible, à moins d’accepter de ne passer que 5h sur place, repas compris. Et encore, c’est en prenant le premier train à 5h du matin, donc en se levant à 4h… Et ce train n’est pas direct, il faut changer à Bordeaux.

        On peut partir la veille, des collègues à moi l’ont déjà fait pour essayer, mais ça signifie une nuit d’hôtel à Paris et une fin de journée de travail amputée. Si on doit passer plusieurs jours à Paris c’est différent, mais pour une journée ça n’est pas pratique du tout.

        Alors oui les moyens de communications actuels réduisent fortement les besoins de déplacements professionnels, et c’est bien la tendance depuis quelques années. Mais on ne peut pas pour autant les réduire à zéro.

        On peut aussi se poser la question de la rationalité de faire un A/R Pau-Paris dans la journée, d’un point du vue environnemental : c’est très certainement une connerie

        L’argument du temps de trajet « quasi identique de centre-ville à centre-ville » ne tient que si on habite en ville à Pau et qu’on doit se rendre à un lieu proche de la gare Montparnasse à Paris (ou de la gare de Massy, mais le choix d’horaires est beaucoup plus restreint). Sinon de porte à porte on peut arriver 7h de trajet avec le train, soit bien plus qu’avec l’avion.

        Enfin, une partie non négligeable du trafic Pau Paris ce sont les correspondances avec les vols internationaux à CdG (même si pour l’instant ce trafic là est quasi nul), et là le train n’est pas une option possible la plupart du temps.

        Alors oui les moyens de communications actuels réduisent fortement les besoins de déplacements professionnels, et c’est bien la tendance depuis quelques années. Mais on ne peut pas pour autant les réduire à zéro.

        On peut aussi se poser la question de la rationalité de faire un A/R Pau-Paris dans la journée, d’un point du vue environnemental. C’est très certainement une connerie, mais j’ai cru comprendre par ailleurs que vous n’étiez pas pour la décroissance.

        • Pierre-Michel Vidal

          Je ne déteste pas Bayrou comme vous le dites dans vos commentaires (toujours malveillants et diffamatoires). Au contraire, je le respecte. C’est un homme politique estimable comme d’autres. Je ne me souviens pas avoir écrit quoique soit contre lui à part sur l’Institut Confucius et sur les A/R Pau-Paris et encore, dans ce dernier cas, dans les commentaires. Je veille à être modéré dans ma critique ponctuelle de la politique municipale car je sais qu’il n’est pas aisé de diriger une grande ville. Ce n’est pas une icône non plus comme cela semble l’être pour vous.
          Il faut mettre ses discours en accord avec ses actes. On ne peut pas avoir plein la bouche d’écologie, demander des sacrifices aux plus modestes pour l’avenir de la planète et s’éviter soi-même les efforts, ne pas montrer l’exemple comme se doit de le faire un homme politique.
          Le rythme des dessertes train peut être accéléré. Il est notoirement insuffisant. J’ai longtemps pris l’avion en partant de chez moi à quatre heures du matin; pourquoi pas le train ? Il y a aussi des trains directs pour Roissy et des possibilités de récupérer des lignes internationales. Pourquoi pas non plus une nuit à l’hôtel ? Ou plus de télétravail ?
          Si on n’est pas capable de changer un minimum nos petites habitudes (une voiture plutôt que deux par exemple) alors le discours écologiste n’a aucune crédibilité.

        • «On peut aussi se poser la question de la rationalité de faire un A/R Pau-Paris dans la journée, d’un point du vue environnemental.»

          On peut aussi se poser la question de l’intérêt de l’obligation de faire professionnellement un A/R dans la journée, même en dehors de toute question environnementale.
          Pourquoi aller aussi vite, on nous dit qu’il faut faire travailler les hôteliers, les restaurateurs,….? Jadis, les voyageurs de commerce étaient de bons clients relativement décontractés et efficaces!
          Comment fera-t-on quand, pour raison de rentabilité, il faudra faire l’ A/R Pau-Paris en une demi-journée afin de pouvoir travailler l’autre demi-journée en se rendant à Strasbourg?

          Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
          Suspendez votre cours :
          Laissez-nous savourer les rapides délices
          Des plus beaux de nos jours !

  • «Cette période de confinement,…., aura donc des conséquences profondes sur nos comportements collectifs.»

    Cela n’en prend pas vraiment le chemin; tous les acteurs se bousculent et obtiennent de l’argent pour relancer les transports aériens, l’achat de voitures dites «propres» (y compris les SUV et les diésels!). L’industrie du plastique est florissante, les contraintes environnementales s’assouplissent, on peut pulvériser après 5 et 10m des habitations, les licenciements se multiplient, les actionnaires ne se plaignent pas, le tourisme va pouvoir repartir, la consommation des ménage se dégèle, il faut extirper l’épargne pour qu’elle s’investisse dans l’économie polluante, on ne prévoit pas le changement des programmes dans l’enseignement avec l’introduction, dans toutes les formations, des matières biologiques, pour former les jeunes à une autre conception de la place de l’homme sur la planète. Il n’est pas question de modifier, de supprimer même, les classes préparatoires, les grandes écoles, l’ENA..et de les remplacer par des formations universitaires beaucoup plus généralistes, de haut niveau, mais d’où sortiront des têtes bien faites et non bien pleines, de jeunes formatés à la même politique libérale….Bordeaux attend avec impatience le retour des immenses paquebots de croisière qui déversent des touristes du monde entier, acheteurs potentiels de produits régionaux fabriqués souvent en dehors de l’Union européenne! Qui va décider d’augmenter les salaires des caissières, des éboueurs, des aides à domicile et des femmes de ménage? On fait des efforts au contraire pour robotiser et supprimer ces emplois!
    L’important maintenant c’est de rembourser la dette colossale mais surtout en ne touchant pas aux entreprises, aux actionnaires et au très gros revenus du capital….
    Alors non, je ne vois pas poindre la moindre conséquence profonde dans le sens d’un objectif de transition écologique !

    «Seront-ils tempérés par la Raison propre, dit-on, au génie Français ? Restons vigilants car le virus est toujours là, ne faisons pas de plans sur la comète. Les lignes du futur ne sont pas écrites.»

    Je crois sincèrement que «la vigilance» et le génie Français sont vraiment dépassés!
    C’est à un niveau supérieur, celui du citoyen, concerné par lui-même et surtout sa descendance, qu’il faut agir. Il n’y a pas que le Covid-19 qui est toujours là, il y a un virus, autrement plus redoutable, celui du profit, du toujours plus, de l’individualisme au détriment du collectif……, du mépris des laissés pour compte, c’est celui-là qu’il convient de combattre, mais…. sans subvention cette fois du gouvernement!!!

    Les lignes du futur n’ont jamais été écrites; actuellement c’est l’homme qui pense pouvoir les écrire; quelle utopie dévastatrice!

    • Pierre-Michel Vidal

      Mais cher ami, comment pouvez-vous être surpris ou déçu de cette attitude post confinement ? Croyez-vous que les citoyens veuillent changer le monde ? Consommer moins ? Ce sont des discours qui plaisent aux nantis car ils ont rien à perdre d’essentiel. Ils ont tout, ils veulent plus et ils peuvent penser « le moins », car pour eux ce n’est qu’une abstraction, une hypothèse. Regardez le barouf autour des liaisons Pau-Paris par avion dont la réduction serait pourtant souhaitable ? C’est au pied du mur que l’on voit le maçon. On a que le mot écologie à la bouche mais concrètement on défend les modèles anciens.
      Ceux qui ont peu ou rien du tout veulent avoir plus, c’est le fondement de notre société occidentale et c’est la base aussi des rapports Nord-Sud. On peut aussi voir cela comme une aspiration à une justice nécessaire. Au nom de quel principe allez vous empêcher les pauvres d’avoir plus ou d’en rêver ? Comme le disait Michel Rocard : »la décroissance c’est la guerre civile ». Nous le savons bien tous, de manière plus ou moins consciente, et qui veut d’une guerre civile ?
      Il y a cependant une piste qu’il serait possible d’explorer : celle de la démographie et du contrôle des naissances. Car la planète ne pourra supporter à terme une explosion démographique comme nous la subissons.

      • Le problème du futur de la planète ne joue pas en France mais dans les grands pays, et la régulation des naissance est l’action numéro un (car indolore et efficace à terme) qui devrait mobiliser nos écolos de pacotille
        Mais c’est plus facile de faire de l’écologie politique franco française sur nos chaines de TV
        Que faites vous, écolos, Hulot et autres au niveau international, là où se situent les vrais problèmes ?

    • Malheureusement votre inquiétude est justifiée. A titre d’exemple, tiré de l’immédiate actualité : Bayrou monte au créneau pour que Air France revienne au même rythme de dessertes Pau-Paris qu’avant le Covid 19. Il argue du fait que cette compagnie aérienne est alimentée par des subventions elles-mêmes provenant de nos impôts. On peut penser aussi qu’il est personnellement concerné, étant un grand utilisateur de cette ligne. Cet exemple doit se retrouver dans bien d’autres lieux.

      • Bayrou, Maire le plus écolo-incompatible!

        Sud Ouest du 4 juin 2020.
        « Des vols en plus vers Paris.
        La compagnie ASL Airlines complète les vols annulés d’Air France.
        « Air France nous prend pour des ploucs » disait Bayrou.
        Le directeur d’Airlines, Jean-François Dominiak a consolé Bayrou en engageant un de ses Boeing 737 de 147 places. A partir du 10 juin une liaison quotidienne de Pau vers Charles de Gaulle sera assurée. Du mardi au jeudi un aller retour dans la journée même. »

        Alors que l’on pose la question de la suppression des vols courts du fait de leur pollution et du remplacement possible par le train; certain s’en soucie donc bien peu!
        La transition écologique ? Il s’en moque autant que de sa première chemise!
        Le jour du scrutin, je m’en souviendrai!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *