Lancement de Falcon 9 et liaison Pau Pyrénées – Paris CDG : monde d’après ou d’avant ?

4.7
(9)

Quel rapport entre le lancement habité de Falcon 9 en direction de la station orbitale et la réouverture de la liaison aérienne Pau- Roissy qui, récemment, ont fait l’actualité ? Deux images de décollages qui me laissent perplexe sur les mondes d’avant ou d’après la pandémie Coronavirus !

Le décollage de Falcon 9.
Ce décollage illustrerait l’ouverture d’un nouveau front pionnier pour les habitants d’une terre qui approcherait le surpeuplement, 600.000 ans après qu’ils aient quitté le continent africain. Les humains « ont été féconds, se sont multipliés, ont rempli la terre, l’ont soumise et ont dominé les poissons de la mer, les oiseaux du ciel ainsi que tous les animaux qui se meuvent sur la terre … » (1). Ils en auraient atteint les limites.

Les milliardaires américains (Elon Musk, Jeff Bezos par exemple) veulent créer des colonies dans l’espace. Mais Ils veulent aussi « développer des voyages galactiques comme Branson avec des billets à 250.000 dollars. Il y a aussi des enjeux industriels car les astéroïdes recèlent de métaux rares» (2).

Ce rêve de milliardaires américains qui paraît quand même démesuré, est la continuation du monde d’avant vers d’autres planètes, voire d’autres galaxies.

La réouverture post confinement de la ligne Pau- Roissy.
Cette réouverture (3) caractériserait le retour au monde d’avant ; un monde surexploité et submergé de déchets et de plus en plus inégalitaire.
Pour beaucoup, un aller vers un monde plus sobre, c’est-à-dire mieux exploité et qui s’identifierait à l’usage du train, parfois TGV d’ailleurs, serait nécessaire.
D’autres envisageraient une décroissance de l’économie ainsi qu’une limitation des naissances.
Quant aux inégalités, à croire qu’un éden égalitaire a déjà existé.

A Bordeaux, avec la mise en service de la ligne LGV, l’arbitrage entre avion et train vers Paris a eu lieu depuis que Paris n’y est plus qu’à 2h et quelques minutes (4) (5).
On peut quand même comprendre que le même arbitrage ne marche pas 2h plus loin.
De plus, des groupes comme Total et Safran on certainement cautionné la démarche de M. Bayrou.
Aussi, faire de la liaison Pau Uzein-Roissy un symbole du monde d’avant paraît excessif.

Certes cette annonce de la réouverture de la liaison vers Roissy, à quelques jours des municipales, a une dimension politicienne. EELV ne s’y est pas trompé en rappelant que l’avion représente 13,7 % des émissions des transports en France (3). Il aurait pu préciser que 80% environ de ces émissions émanent du transport routier.

L’annonce de M. Bayrou semble surtout révélatrice de la concurrence entre les aéroports du bassin de l’Adour. Cette concurrence va s’exacerber avec la crise économique post pandémie qui se dessine.
Les mutations du monde d’avant vers le monde d’après sont plus complexes qu’une pensée binaire.

Le culte de la vitesse.
Cette polémique sur la réouverture de la liaison Pau-Roissy me rappelle les nombreux articles et commentaires qui ont animé A@P il y a quelques années :
Construction de l’A65, desserte TGV de Pau, voie rapide Pau-Oloron, également Pau-Canfranc ou encore les projets divers de rocades, déviations et autre hauban.

Je pense à « la conjecture de Zahavi » et surtout à l’énergie des territoires qui varierait avec le carré de la vitesse, présentées par M. Poulit aux quatre coins du Béarn ((7) à lire ou relire avec les commentaires).
La CCI, très libérale à l’époque, était en pointe sur ces thèmes avec le soutien de nombreux élus. Curieusement, les principaux politiques locaux (M. Bayrou, Mme Linières-Cassou, M. Habib par exemple) étaient discrets sur les projets de l’A65 ou de la TGV et distants avec la CCI.

L’idéologie de la vitesse, créatrice de richesse pour tous, est maintenant obsolète (8).
« Au lieu de figurer simplement comme point de départ, de transit ou d’arrivée de flux logistiques, il convient de recréer de la valeur locale dans les chaînes d’activités » (9), (10), (11).
En dépit d’un scepticisme ambiant, ce tournant local de notre société est déjà engagé avec également une dimension écologique. Dans notre département, les basques seraient même en avance…


« Monde d’après, Monde d’avant » résonne comme « fin du mois, fin du monde ». Ces formules, dignes de l’univers de Cervantès, renvoient en écho « Il faut donner du temps au temps ».

Le virage vers le futur s’effectue peut-être trop lentement. Il y a beaucoup de passagers clandestins. Il y aura toujours des gagnants et des perdants.

Mais plus un virage est prononcé, plus la prudence est nécessaire.



Larouture



Crédit image :
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Falcon_Heavy_first_flight_press_conference_02.jpg

Références :
(1) : Adaptation du livre de la Genèse 1, 28.
(2) : https://www.rtl.fr/actu/futur/spacex-un-pas-de-geant-pour-le-monde-des-affaires-estime-martial-you-7800565178.
(3) : https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2020/06/03/vols-entre-paris-et-pau-les-horaires-et-les-tarifs-d-asl-airlines-vous-seduiront-ils,2703871.php
(4) : https://alternatives-pyrenees.com/2020/05/29/les-lignes-du-futur-ne-sont-pas-ecrites/
(5) : https://www.deplacementspros.com/transport/air-france-lavenir-en-pointille-de-la-ligne-bordeaux-orly
(6) : https://objectifaquitaine.latribune.fr/conjoncture/2020-02-18/le-trafic-de-l-aeroport-de-bordeaux-merignac-poursuit-son-envol-839912.html
(7) : https://www.alternatives-paloises.com/article.php3%3Fid_article=2647.html 
(8) : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018%20Avis%20CMS%20sur%20note%20de%20J.%20Poulit%20du%203%20oct%202017.pdf
(9) : Pierre Veltz ; La France des territoires, défis et promesses ; Edition de l’aube ; 2019 voir aussi : https://www.telos-eu.com/fr/relocaliser-oui-mais-surtout-developper-lindustrie.html du même auteur.
(10) : Villes moyennes, petites villes : déclassées ou mal gérées ? ; Tous Urbain N°21 ; Janvier 2018
(11) : Laurent Davezies et Magalie Talandier ; L’émergence de systèmes productivo-résidentiels ; La documentation française ; 2014

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de note : 9

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

6 commentaires

  • Pour éviter l’arrivée des compagnies low cost sur les lignes abandonnées par Air France au profit du train, le gouvernement pourrait interdire l’avion sur les liaisons desservies par le train en moins de 2 h 30 et qui ne contribuent pas à alimenter le hub de Roissy-CDG, comme Orly-Bordeaux. (Les Echos 19 juin 2020).

    Je considère comme normale la demande des industriels locaux de se préoccuper des liaisons avec Roissy. Il y a des clients à recevoir et aussi des salariés qui, fréquemment, partent en mission ou en reviennent.

    Je ne considèrerais pas comme privilégiés de tels salariés. Cela est sous-entendu dans de nombreuses interventions sur ce site. Je suis même certain que la plupart de ces salariés en mission consacrent beaucoup de temps à leur travail. J’ai connu ce type d’activité et j’ai aussi travaillé pendant plus de 20 ans sous le regard suspicieux de la CGT pour en être convaincu.
    Si de tels salariés sont, quand même, considérés comme des privilégiés, alors une bonne partie de la classe moyenne doit être classée dans cette catégorie.
    De toute façon, compte tenu des turbulences économiques que nous allons traverser, le fisc se chargera de les considérer ainsi.

    D’autre part à noter :
    – Les 150 propositions formulées par la Convention Citoyenne pour le climat dont la réduction de vitesse sur les autoroutes de 130 à 110 km/h (intéressant, non ?), la sortie progressive des avantages fiscaux sur le gazole consentis aux transporteurs (tout aussi intéressant, non ?), la réduction de 10 à 5,5 % de la TVA sur les billets de train, la réduction à zéro des émissions des navires dans les ports ou encore adoption d’une éco-contribution kilométrique renforcée dans le transport aérien. (Les Echos 18 juin 2020).

    – La LGV entre Bordeaux et Bilbao ne sera pas ouverte avant au moins 20 ans alors que sa construction était prévue pour 2030. Il faudra attendre au moins 2040. L’addition est désormais chiffrée à 6,5 milliards d’euros, soit un dérapage de 39 % (« La Cour des comptes européenne pointe d’énormes dérapages pour les grands projets de transports » ;Les Echos 16 juin 2020).
    Et pour revenir au début de mon commentaire, même avec une liaison LGV Pau-Bordeaux, Paris sera quand même à plus de 2h30 de Pau.

    • Michel LACANETTE.

      …..la réduction de 10 à 5,5 % de la TVA sur les billets de train,……

      Il devrait en être de même pour le transport de marchandise. Sans quoi le transfert des marchandises de la route vers le ferroviaire ne se fera jamais. Au même titre que la limitation des déplacements des personnes d’ une durée de moins de 2 h devra se faire par le train, il faudrait aussi faire la même chose pour les marchandises obliger à mettre sur le train les lots de + de 10 T transportés sur+ de 150 km. Sans quoi les PL auront belle vie devant eux, notamment le transport international, moyen le plus polluant. C’ est à cause de cela que l’ on retrouve des centaines de PL par jour en vallée d’ Aspe, surtout qu’ il n’ y a aucune contrainte de péage et extrêmement peu de contrôle de gendarmerie, d’ où les dépassements de vitesse .

  • « De plus, des groupes comme Total et Safran on certainement cautionné la démarche de M. Bayrou. » Bayrou serviteur des grands groupes, une évidence. A quoi il rajoute son intérêt personnel et tout est dit : le train, c’est comme le vélo, de vieux machins pour les écolos qui veulent qu’on s’éclaire à la bougie.

  • J’aurai deux commentaires:
    Sur le spatial, les vols habités ne servent à peu près à rien, on attend et attendra longtemps les retombées de l’ISS(station spatiale). Les européens ont cotisé, sur la pression des allemands qui voulaient accéder au spatial. Les robots spatiaux suffisent largement, l’accès aux autre planètes
    pour s’affranchir de notre Monde fini est l’illusion de Musk.
    Sur le train, pendant des décennies, les records du monde de vitesse en train étaient battus dans les Landes. A quelle vitesse le train les traversent-ils aujourd’hui, et quelle est l’action de Bayrou
    pour améliorer la situation?

  • Pierre-Michel Vidal

    « Quel rapport » en effet ? Il était clair que « le monde d’après » ressemblerait au « monde d’avant » car il s’agissait d’une aspiration quasi générale. Nous sommes en pleine euphorie. Ceci dit la messe n’est pas dite car l’épidémie ne s’est pas éteinte. Quelles seront nos aspirations après le fameux rebond, s’il se produit ?
    La poursuite de la « conquête de l’espace » concrétisée par le lancement du Falcon 9 réjouit tout le monde car elle concrétise le rêve unanime des humains: découvrir le ciel et ce qui le peuple. Il y a une semblable aspiration, unanime et légitime, à un environnement plus respectueux de la planète. Peu accepterait une décroissance illusoire et dangereuse mais la plupart sont favorables à des mesures raisonnables : notamment favoriser le train plutôt que l’avion. L’avion c’est plus chic, certes. On peut, quand on est connu, le faire attendre sur le tarmack. Mais quel bénéfice au regard du coût environnemental ? L’emploi du temps de ces messieurs ne peut-il évoluer ?
    Ce sont en réalité des caprices de divas qui devront évoluer par la force des choses. Tant que l’environnement reste un discours il n’engage personne. La jeunesse veut désormais des actes concrets. C’est au pied du mur que l’on voit le maçon.
    D’une certaine manière, comme la présence de l’Institut Confucius, la navette avion Pau/Paris c’est une question de morale politique.

    • « la navette avion Pau/Paris c’est une question de morale politique. »

      Hum! La morale en politique, je n’y crois pas; par contre, l’intérêt économique, c’est plus vraisemblable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *