Un masque universel serait à point.

L’actualité a fait surgir la nécessité de porter des masques pour se protéger des gouttelettes porteuses du virus émises par des tiers contaminés. Cette obligation résulte du danger de mort qui peut résulter de cette infection pandémique.

Une actualité beaucoup plus discrète, PIB oblige, peu mise au grand jour donc, est aussi génératrice de nombreux morts et de pertes considérables pour l’économie, même en France.

Nombre de décès de la pandémie virale Covid-19 : un peu plus de 30.000 en un an environ.

Nombre de décès, en France, liés à la pollution de l’air : 48.000 par an (67000 selon Le Parisien). La contamination respiratoire est semblable et

on ne juge pas nécessaire le port d’un masque.

«Une « pandémie »frappe différemment selon les régions et les âges»

La pollution de l’air est le fléau qui réduit le plus l’espérance …

www.futura-sciences.com › Santé › Actualités

«48.000 morts par an en France à cause de la pollution de l’air. La présence de particules fines contribue aux maladies cardiovasculaires, respiratoires, neurologiques et aux cancers. La pollution de l’air serait la troisième cause de décès évitables en France, après le tabac et l’alcool,(8 mars 2020).»……..

«La pollution de l’air a un effet important sur le raccourcissement de la vie des personnes âgées(comme le virus). À l’échelle mondiale, environ 75% des décès attribuables à la pollution atmosphérique surviennent chez des personnes de plus de 60 ans.».

Il existe deux catégories de polluants atmosphériques :

  • les polluants primaires, émis directement: monoxyde d’azote, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, particules (ou poussières), métaux lourds, composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycycliques…
  • les polluants secondaires issus de transformations physico-chimiques entre polluants de l’air sous l’effet de conditions météorologiques particulières: ozone, dioxyde d’azote, particules).

Ne revenons pas sur les causes de leur présence, elles sont bien connues mais volontairement ignorées. Par manque de masques ? Absolument pas, par refus économique de la transition appropriée.

Et ce n’est pas tout !

«sur le sable de Malo, une quinzaine de membres du collectif Extinction Rebellion et des Gilets jaunes ont alerté la population sur les bombes chimiques et conventionnelles déposées en mer du Nord après les deux conflits mondiaux, et sur leur menace écologique. (La Voix du N).

Le Grand Conseil de la République et canton de Genève constate :

+« La présence de 150 à 1000 tonnes de munitions immergées dans la partie genevoise du Léman.

+Le captage de 80% de l’eau potable genevoise est faite dans cette partie du lac.

+Les réponses du Conseil d’Etat aux questions QUE 642 et 1194 indiquent que les munitions étaient enfouies sous plusieurs dizaines de centimètres de sédiments lacustres, empêchant tout risque à son sens.

+ La découverte par l’association Odysseus de caisses de munitions éventrées, posées sur le sol du lac, nullement enfouies.

+ Les recherches scientifiques récentes, notamment de l’UNIGE, sur ces questions concluent :

  • – les risques pour l’environnement, la sécurité et la santé publique, causés par ces munitions en pleine corrosion, tôt ou tard, libéreront leur contenu, explosif ou chimique, causant par là une pollution à grande échelle ;
  • – l’actuelle inaction du Conseil d’Etat quant à la cartographie et l’inventaire de ces munitions.
  • – le refus actuel du Conseil d’Etat d’assainir ses sites,

Et ce n’est pas encore tout, cerise sur le gâteau :

Les stocks de bombes de gaz moutarde issus de 14/18 et ceux d’armes chimiques provenant de la 2nde Guerre Mondiale ont été jetés au fond des mers du Nord puis oubliés.

Dans son documentaire «Menaces en mer du Nord», Jacques Lœuille (Real Productions) alerte sur les conséquences dramatiques à venir des trois milliards de tonnes d’armes, dont chimiques, déversées dans les mers du Nord et Baltique lors des deux conflits mondiaux.

Aujourd’hui, ces déversements restent méconnus mais les conséquences environnementales sont graves d’autant plus que ce sont des zones très pêchées.

Les barils qui les confinent mettent entre 80 et 100 ans à rouiller : ils commencent actuellement à diffuser leur poison dans la mer. Il suffirait que 16% des substances s’échappent pour éradiquer toute forme de vie pendant des siècles.
En Europe, la France est le pays le plus touché pour la période 1914-1918, et l’Allemagne pour la période 1939-1945. Entre ces deux pays, les fonds marins qui longent le littoral belge forment un vaste tapis de bombes toxiques.
Alors que les autres pays européens et la Russie commencent à communiquer, pour échapper au cauchemar, la France s’y refuse.

Le record du monde est peut-être à chercher entre l’Ecosse et l’Irlande. Longue de 50 km pour 3 de large, la fosse de Beaufort a reçu plus d’un million de tonnes de mines, grenades, obus, balles et bombes. Sans oublier quelques dizaines de sous-marins allemands, sabordés par les Britanniques après leur capture durant l’été 1945.

Enquête : Vingt mille bombes sous les mers – Sphères Magazine

spheresmagazine.com › index.php › 2020/06/16 › ving… 16 juin 2020

Encore aujourd’hui, la loi ne protège pas le milieu marin des vieilles bombes. Selon l’article L218-58 du Code de l’environnement, « l’immersion des munitions ne pouvant être éliminées à terre sans présenter des risques graves pour l’Homme ou son environnement peut être autorisée par le représentant de l’État en mer ». C’est donc la vie aquatique qui trinque : plus l’enveloppe des bombes chimiques se dégrade, plus elles libèrent leurs agents toxiques dans les océans. Sans grande surprise, la faune et la flore sont touchées.

Les vacances au bord de mer sont saines, vivifiantes, revigorantes…mais il est conseillé aux vacanciers de mettre un masque à gaz pour séjourner le long des côtes françaises et belges!(voir carte répartition des sites).

– Le pire de ces produits toxiques est l’arsenic car il ne se dégrade jamais complètement. La commission d’Helsinki (HELCOM), qui vise à préserver le milieu marin de la mer Baltique, démontre que des cabillauds autour des zones contaminées présentent des lésions dues à l’empoisonnement par les armes chimiques; l’arsenic s’accumule dans leur organisme.

– L’étude de la commission d’Helsinki estime que le TNT (trinitrotoluène) provoque des risques CMR (cancérogènes, mutagènes et repro-toxiques) sur les organismes vivants; il attaque le système immunitaire des poissons et empêche certains cabillauds de se reproduire. Tout aussi dangereux que les autres agents toxiques donc, mais bien plus présent puisque l’on en trouve dans toutes les munitions, aussi bien chimiques que conventionnelles. Et si le TNT n’est pas éternel comme l’arsenic, il tient tout de même 5000 ans avant de disparaître!

Des décharges de bombes chimiques…menacent la Vie de …

blogs.mediapart.fr › candice-vacle › blog › des-dechar…

«Il faut environ 80 ans pour que ces munitions commence à fuir, et entre 100 et 1000 ans pour qu’elles soient mangées par la rouille. « Les barils commencent actuellement à diffuser leur poison dans la mer ». « Il suffirait que 16 % des substances s’échappent pour éradiquer toute forme de vie pendant des siècles ». On retrouve déjà de l’arsenic dans les sédiments.

Les risques sont énormes: fuites toxiques, pollutions mortelles, contamination des chaînes alimentaires, explosions, etc.« Les scientifiques prédisent une catastrophe sans précédent! »« La France refuse de lever le secret défense ! »

Chut ! Il ne faut pas affoler les gens, les vacanciers consommateurs surtout !

lareleveetlapeste.fr › plus-de-3-milliards-de-tonnes-de-b…

de 3 milliards de tonnes de bombes chimiques présentes …

«Si certaines zones sont d’ores et déjà recensées, et même interdites à la pêche, d’autres ont été oubliées et sont redécouvertes au hasard. En cherchant des déchets nucléaires au large de Cherbourg, Greenpeace a ainsi trouvé des armes chimiques qui avaient été rejetées. Parfois, des pêcheurs remontent des bombes dans leurs filets et sont sérieusement blessés, comme le pêcheur Danois Walther Thorsen en 2004. La peau de ses mains a été totalement brûlée après que du gaz moutarde se soit échappé d’un bidon gris qu’il avait pêché.

En 2005, trois pêcheurs ont été tués par l’explosion, sur leur bateau de pêche, d’une bombe datant de la Deuxième Guerre mondiale et prise dans leurs filets dans la partie méridionale de la mer du Nord.»Quid des poissons pêchés ?

La sécurité avant tout, qu’il disait !

«La sécurité civile a pour but de protéger les populations civiles, morales et physiques, ainsi que leurs biens et activités, contre des risques et des menaces de toute nature, civile ou militaire». La Toupie

Différence entre « Sécurité » et « Sûreté » ? – Secure conseil

www.secureconseil.com › accueil › difference-entre-sec…

+La Sécurité consiste à prévenir contre tout ce qui concerne les accidents, donc par définition involontaire. Elle désigne l’ensemble des moyens humains, organisationnels et techniques réunis pour faire face aux risques techniques, physiques, chimiques et environnementaux pouvant nuire aux personnes et aux biens sans avoir un but de profit. Exemple de risques concernés : l’incendie, l’accident du travail, ergonomie et postures, catastrophes naturelles, ….

+La Sûreté consiste à prévenir tout ce qui est actes volontaires. Elle concerne l’ensemble des moyens humains, organisationnels et techniques réunis pour faire face aux actes spontanés ou réfléchis ayant objectif de nuire, ou dans un but de profit psychique ou/et financier. Exemple d’actes concernés : actes d’incivilités, actes de malveillance, vols, agressions, actes terroristes.«L’immersion était alors la solution la moins coûteuse, la plus rapide et la plus sûre.»

Il y a donc eu :

+ dans un premier temps, dans le passé, une sûreté non assurée.

+ depuis, une sécurité non assurée.

Une chose est sûre ; la catastrophe, un jour, est assurée !

Signé Georges Vallet

crédit photos:france3-regions.francetvinfo.fr

« Une catastrophe sans précédent » : pourquoi le risque de …

france3-regions.francetvinfo.fr › hauts-de-france › cata…

www.publicsenat.fr › article › debat › mer-sel-coquillag…

Mer, sel, coquillages..et armes chimiques

.Les poissons de la Baltique trop toxiques pour être vendus en …

www.notre-planete.info › actualites › 519-poissons_toxiq.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

2 commentaires

  • « L’actualité a fait surgir la nécessité de porter des masques pour se protéger des gouttelettes porteuses du virus émises par des tiers contaminés.

    Erreur (au moins dans la formulation) : les masques recommandés (et obligatoires depuis hier) pour le grand-public ne sont pas des masques filtrants, et ils protègent très peu les porteurs. Leur rôle est essentiellement anti-projection pour protéger les autres, au cas où le porteur du masque serait contaminé et contaminant.

    Si on veut se protéger soi-même il faut des masques filtrants type FFP2 (beaucoup plus chers, et beaucoup plus pénibles à porter en permanence). Et des lunettes couvrantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *