« Borgne est roy chez les aveugles ».

Interrogé lors d’un déplacement dans l’Oise, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a jugé « très utile d’avoir une boussole avec le haut-commissariat au plan (…) qui puisse nous dire sur le très long terme: voilà quels sont les bons choix économiques, les bons choix industriels pour la France' ».

Il a oublié de parler du bon choix pour une vie plus égalitaire et heureuse des Français !

“L’action de l’État est trop souvent réduite à la simple gestion des crises et des urgences”, a justifié le Premier ministre Jean Castex en juillet, lors de son discours de politique générale. “Nous avons progressivement perdu notre capacité à nous projeter dans le long terme. À planifier une politique économique, à identifier les gisements de croissance futurs, à définir une perspective, à fixer un cap”

Manifestement, l’État avance avec la canne blanche, c’est le royaume des aveugles.

De Gaulle, pour reconstruire l’économie au sortir de la Seconde guerre mondiale, avait pour objectif de donner un cap et une marche à suivre au pays pour les 10, 20 ou 30 prochaines années. Avec les aides du plan Marshall et l’indépendance de la France, il était possible de prendre les orientations voulues par le pouvoir, le développement du nucléaire par exemple.

Depuis, la construction européenne a rendu de plus en plus difficile l’exercice prévisionnel. Comment penser le développement d’un pays de manière isolée dans un environnement de plus en plus contraint et de plus en plus mondialisé ?

Le Haut-Commissariat au plan sera donc chargé de conseiller les nouvelles grandes orientations du pays sur le long terme. Les priorités n’ont plus rien à voir avec celles de 1946. Ce seront des thèmes bien différents, sans doute liés à la mondialisation, à la souveraineté industrielle, à l’emploi, au niveau de vie, au dérèglement climatique et ses conséquences, à la pollution, aux déchets, ou encore à la cohésion des territoires, au terrorisme, à la violence, à la sécurité sanitaire, alimentaire…, au nucléaire, c’est-à-dire, avec une volonté de globalisation, refonder l’économie française sur des bases nouvelles.

Des actions pour endormir car personne n’est capable de prévoir le long terme, seul le Giec nous offre des pistes !

L’ego, l’incontournable volonté de vouloir tout décider lui-même, la carence scientifique… placent F. Bayrou dans une situation particulièrement délicate pour promouvoir des conseils un peu raisonnables.

Il veut être le borgne de service.

En effet, l’évolution des problèmes impose du collectif ; les visions d’avenirs possibles sont fondées sur des scénarios issus de la synthèse de travaux menés dans les administrations, les universités, les organismes scientifiques de recherche, publics et privés ; il est fondamental de prendre en compte les études faites à l’étranger et d’en faire une synthèse après avoir organisé des débats, décentralisés si possible.

La consultation du Giec est une partie incontournable de toute prévision soutenable.

La situation est également délicate car les domaines de réflexion imposent de déborder sur  ceux de ministres ombrageux, soucieux de leurs prérogatives, et d’avoir l’appui du Président dont l’ego n’est pas moindre !

Et ce n’est pas tout, il faut prévoir un dispositif d’actualisation, en particulier en fonction de l’évolution du contexte international, d’évaluation des résultats obtenus et d’adaptation, si nécessaire, en fonction notamment d’une programmation financière souvent  réticente.

Je crains, une fois de plus, que cette nomination soit le résultat d’un arrangement symbiotique au niveau politique et que les orientations conseillées ne soient pas plus certaines que celles de Madame Soleil !

Signé: Georges Vallet

crédits photos:Erasmus – Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois»

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. » –Erasmus-Citation-Buboquote.com.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *