Pau, faut-il démolir les galeries Lafayette ?

4.7
(23)

Les travaux entrepris après l’incendie d’avril 2016 pour rénover le bâtiment des Galeries Lafayette est maintenant à l’arrêt. Selon les estimations les plus courantes, l’activité commerciale ne pourra reprendre avant 2022. Devant une perspective plutôt pessimiste, se pose la question de savoir s’il faut conserver ce bâtiment place Clemenceau ?

Il est bien certain que ce retard remet en question la réouverture de ce commerce emblématique de la place Clemenceau. Depuis l’incendie la partie commerciale de l’enseigne est installée dans le centre commercial Bosquet. Les circonstances actuelles, Covid 19, et la morosité de la fréquentation de ce centre commercial conduisent les responsables à s’interroger sur la pérennité des Galeries Lafayette. Pourtant un projet existait, il envisageait une réfection totale de la façade et un partage de l’espace intérieur en plateaux commerciaux. Tout était prévu et les travaux devaient être à la charge de l’enseigne. Maintenant les accès sont murés preuve que le chantier est en voie d’abandon.

En 1869, les Nouvelles Galeries, toute jeune enseigne, s’installent au 2 de la rue du Maréchal Joffre, constituant alors le premier grand magasin de la ville. En 1908 elles prennent le nom de Galeries modernes. Elles arboraient une façade dite « Art nouveau » d’une conception peu éloignée de ce que nous connaissons actuellement. Le 21 avril 1910, le maire de l’époque, Alfred de Lassence procède à son inauguration. Il faudra attendre 1929 – 1930 pour qu’elles soient transformées et que « l’Art nouveau » devienne « Art déco ». Ce n’était plus alors les « Galeries modernes », mais les « Nouvelles Galeries ». Enfin le 12 octobre 2006, l’enseigne change de nom pour s’appeler « Galeries Lafayette ». Il s’agit donc d’un patrimoine palois qu’il est, aux yeux des amoureux de la ville, impossible d’oublier.

Même si le projet qui devait voir très prochainement le jour transformait totalement la façade, il serait dommage de la détruire. Le reste du magasin ne présente aucun intérêt architectural du moins depuis l’extérieur. Il est d’ailleurs étonnant qu’un tel bâtiment ait pu être érigé à cet endroit. En effet, côté est, se trouve un immeuble remarquable, la banque Inchauspé. Une partie du mur extérieur de cette institution paloise est occultée par les Galeries Lafayette. Dès lors détruire un bâtiment commercial sans activité permettrait de retrouver l’architecture extérieure de la banque. Il resterait à transplanter la façade des Galeries Lafayette dans un autre endroit de la ville où elle pourrait retrouver sa raison d’être. Oui mais où ?

Et c’est là qu’il est fait appel à la sagacité des lecteurs d’Alternatives Pyrénées pour proposer une autre implantation à la façade « art déco » des Galeries Lafayette.

Pau, le 21 septembre 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de note : 23

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

11 commentaires

  • Si j’ai bien compris, la question posée est de «proposer une autre implantation à la façade «art déco» des Galeries Lafayette.
    Une idée bien modeste me vient à l’esprit!

    Pourquoi ne pas conserver au centre de Pau ce style Art déco qui a marqué son histoire, en déplaçant la façade des Galeries de sa place actuelle qui jure en effet à côté du style de la banque Inchauspé, et en la regroupant, en face, avec une ancienne structure Art déco, le palais des Pyrénées.
    Naturellement l’intégration devrait être étudiée par des architectes pour s’intégrer au mieux, à l’entrée par exemple, en conservant le haut et en ouvrant le bas pour l’entrée de la lumière.
    Deux époques culturelles se trouveraient ainsi, face à face, de part et d’autre de la place Clemenceau.

    • Bravo M. Valet. C’est une sollicitation faite aux lecteurs pour trouver un autre emplacement à la façade.
      Précision, il n’y a rien à gagner.

  • J’ai trouvé un emplacement pour les nouvelles galeries: en bas du funiculaire, côté droit où se garent les
    voitures. L’espace est grand, et original ; de plus les clients de la SNCF pourront aussi faire leurs achats…
    surtout quand les trains auront du retard. Si ce choix ne passe pas, au prolongement du lycée L.Barthou,
    se trouvent des parcelles sans aucune utilité. Enfin, pour conclure peut-être un coup de coeur pour le Foirail.

  • Garder ou pas ? Mais ne faudrait pas au travers de cette question s’ en poser une autre plus fondamentale, celle de l’ utilité ou pas de ce magasin. Cela pose la question de la viabilité de l’ aménagement du centre ville ou des centres villes, vaste question qui se pose partout en France. Si l’ on doit reconstruire ce magasin pour une question de prestige due à la ville royale de Pau, on est en droit de se poser la question, car cela à toute les chances d’ être voué à l’ échec en cette période de chamboulement sociétal et économique. Maintenant, si cette reconstruction fait partie d’ un vaste plan de revitalisation et de dynamisation du centre ville palois avec la possibilité d’ en être le pivot, oui il faut le reconstruire. Dans ce cadre, puisque Pau à l’ honneur d’ avoir son Maire, en même temps Haut Commissaire au Plan peut être que Pau pourrait servir de ville pilote à toutes les autres. Reste à connaître les engagements et décisions du Maire Haut Commissaire au Plan en la matière de préparation à l’ avenir des centres urbains. Peut être apportera t’ il une réponse….

    • En effet, il faut se poser la question de savoir si ce magasin est commercialement rentable. Actuellement installé dans le centre Bosquet, il ne semble pas connaître une forte affluence et pourtant il est en centre de ville. Alors le bâtiment actuel, même occupé par plusieurs commerces, les responsables de la marque doutent de son avenir. La preuve en est que le travaux ont pris de retard et que maintenant ils sont à l’arrêt. Sauvegarder une façade qui aurait le mérite d’être classée est l’autre aspect du problème. De toutes les façons elle était vouée à la destruction. Il n’y a qu’à, pour cela, prendre connaissance du projet de réhabilitation du bâtiment des Galeries Lafayette.

  • Que planifie le HAUT-commissaire palois ?

  • Oui, il faut garder cette façade historique. Non, la déplacer serait la remplacer par un mur de verre et béton.

    • La déplacer en la gardant dans son état, si techniquement cela est possible. Si vous avez vu le projet de réfection des Galeries Lafayette, vous avez pu vous rendre compte qu’il ne reste rien de la façade actuelle. Un mur de verre et de béton était programmé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *