Verlaine et rimbaud au Panthéon

4.6
(8)

Une pétition signée par d’éminentes personnalités venues de tous les bords demande le transfert des restes de Verlaine et Rimbaud au Panthéon. Parmi ses signataires on trouve plusieurs anciens ministres de la culture de tous les bords : Jean-Jacques Aillagon, Roselyne Bachelot, (l’actuelle titulaire de la rue de Valois ministre de la Culture), Renaud Donnedieu de Vabres, Aurélie Filippetti, Jack Lang, Frédéric Mitterrand, Françoise Nyssen, Fleur Pellerin,  Catherine Tasca, Catherine Trautmann. De nombreuses personnalités du monde des livres ou de la culture s’y sont associées : Michèle Cotta, Boris Cyrulnik, Laurence Ferrari, Caroline Fourest, Line Renaud ou Angelo Rinaldi. On le voit, un panel très large ; œcuménique en quelque sorte…

La qualité des signataires n’est pas un argument objectera-t-on avec raison. Pour les auteurs de la pétition ils sont quatre : littéraires d’abord, politiques,  moraux et judiciaires. Examinons-les une seconde puisque tout le monde aura eu affaire avec ces monstres de la littérature au moins dans ses « humanités », avant de les oublier, l’âge venu.

Raisons littéraires d’abord : « le génie multiforme et les influences croisées des deux poètes ont nourri depuis plus d’un siècle notre imaginaire littéraire et poétique ». Qui dirait le contraire serait bien fat. Rimbaud dont la carrière littéraire a été très courte a révolutionné la poésie. Il a provoqué une sorte de déflagration à laquelle personne de normalement constitué ne peut résister ; il a, en quelque sorte, ébranlé la langue ; « Le bateau ivre » :

 « Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : Je sais le soir,
L’aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes,
Et j’ai vu quelque fois ce que l’homme a cru voir ! »

Et Verlaine plus classique, sorte de clochard céleste aimé de tous, dans les Saturniens :

« Ce qu’il nous faut à nous, c’est l’étude sans trêve,
C’est l’effort inouï, le combat non pareil,
C’est la nuit, l’âpre nuit du travail, d’où se lève
Lentement, lentement, l’Œuvre, ainsi qu’un soleil ! »

Seconde raison, d’ordre politique : « c’est dans l’œuvre de Verlaine que l’on a puisé en 1944 le message annonçant le débarquement en Normandie à l’intention de la résistance intérieure – le vers célèbre « Les sanglots longs des violons de l’automne/ Bercent mon cœur d’une langueur monotone ». C’est vers la figure emblématique de Rimbaud que l’on se tourne dès qu’une révolte éclate, surréaliste ou étudiante, comme en mai 68, ou lorsqu’il est question de « Changer la vie »(…). C’est un peu court tout de même deux vers et trois mots… Ni Verlaine, ni Rimbaud ne se sont mêlés de politique (même si Verlaine fut communard de base) comme Victor Hugo a pu le faire ; « panthéonisé » d’abord pour son engagement républicain.

La pétition évoque ensuite des raisons morales : les deux poètes sont enterrés dans leurs caveaux familiaux. Rimbaud à Charleville, Verlaine à Belleville. Ce n’était pas des lieux et des compagnies que les poètes appréciaient. Ils furent à l’origine de leur révolte. En même temps, ces demeures ultimes, conviennent à leurs figures modestes.

Enfin et c’est le plus contestable l’ultime argument tend à faire de nos deux poètes des icônes homosexuelles. Certes la répression à l’égard de Verlaine fut violente après le fameux coup de feu de son compagnon d’aventure, il écopa de 555 jours de prison en Belgique après sa « mise en ménage » avec Arthur et son procès fut humiliant. Mais cette liaison brève, fulgurante, ne préludera pas, ni pour l’un ni pour l’autre, à un engagement -LGTB comme l’on dit maintenant. Ce ne fut pas le cas pour Oscar Wilde, par exemple, persécuté en raison de ses orientations sexuelles.

Alors pourquoi la reconnaissance de la République à l’égard de ces deux poètes emblématiques ? Du Panthéon sont absents les poètes. Ils ont aussi pourtant, leur vision d’un monde meilleur, ils contribuent au progrès de notre société. La science est bien représentée dans ce lieu prestigieux, la politique aussi. N’est-il pas temps d’y faire une place à la poésie. Car comme le dit Léo Ferré :

« Si ça n’va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demand’ras
La Poésie
On t’ouvrira »

Pierre-Michel Vidal

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de note : 8

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • Jean-François de Lagausie

    Je suis tout à fait partisan que l’on panthéonise les poètes. Cela m’amuse qu’on honore ainsi un couple (homo ou hétérosexuel), c’est la première fois à ma connaissance. Le fervent individualiste est choqué.

    • Le couple Verlaine Rimbaud ça n’a pas de sens, je suis bien d’accord. Car cela n’en fut pas un. Mais c’est bien de deux grands poètes et de la poésie en général dont il est question ici comme vous le dites fort bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *