C’est pas comme ça qu’on va gagner la guerre

5
(3)

Nous le savons tous, maintenant. Depuis les premières déclarations du président de la République, nous sommes en état de guerre contre une pandémie. Après une période de confinement et une baisse de la courbe des contaminations, voilà que maintenant, on constate un rebond. Les chiffres sont inquiétants, voire alarmants, et pourtant…

Ces jours-ci, l’évolution de la Covid 19 ne montre aucun signe de ralentissement. Tout le monde est inquiet et particulièrement le monde médical qui s’interroge pour savoir s’il aura les moyens de faire face à cette nouvelle période de progression. Celle-ci est non seulement plus importante que prévue mais est arrivée plus vite que ne l’avaient imaginée les spécialistes les plus écoutés. Alors le gouvernement prescrit des gestes barrières, nous dit que le port du masque est maintenant indispensable et que la distanciation sociale doit impérativement être respectée. Dans certains secteurs, les établissements recevant du public doivent fermer ou se soumettre à une réglementation très stricte. Les médias, radio, télévision et autres moyens d’information disent et redisent que la victoire dans ce combat ne pourra s’obtenir que grâce au comportement individuel des citoyens que nous sommes. Rien n’y fait !

Il y en a même qui affirment que les Français sont disciplinés et respectent les indications des autorités. Ce n’est pas mon avis. Mon expérience récente m’a conduit à constater à diverses occasions, que beaucoup s’en moquent et ont délibérément décidé de ne pas s’encombrer avec tout ça. Il y a quelques jours je visitais un village remarquable, Saint Cirq La Popie. Dès l’entrée, des pancartes indiquaient avec insistance que le port du masque était partout obligatoire, au point que personne, vraiment personne ne pouvait l’ignorer. Et pourtant, il se trouvait de nombreux touristes, du troisième âge pour la plupart, pour ne pas respecter cette injonction. Croyant me rendre utile, je faisais un signe en direction des indisciplinés, je posais le doigt sur mon masque. Le message ne passait pas ! Ces imbéciles ou ne comprenaient pas ou ne voulaient pas comprendre.

En désespoir de cause, me souvenant que, à l’occasion, je savais me montrer « morpion », lorsque je croisais des non respectueux des consignes, je baissais mon masque et toussais bruyamment en leur direction. Pour faire bonne mesure, j’interrogeais à haute voix mon épouse pour savoir quand nous devrions recevoir le résultat du test que nous venions de passer – mensonge de finesse bien évidemment. L’effet était immédiat. Sauf de la part d’une femme décérébrée sans doute, qui affirma qu’elle n’avait pas peur de la contagion. Que vient faire la peur dans cette histoire ?

Comme on dit en Angleterre : « Mon masque te protège, ton masque me protège ». Le souci de l’autre !

Pau, le 12 octobre 2020

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 3

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

9 commentaires

  • Pas d’impatience pour le vaccin ! Il sera peut-être encore plus dangereux que le virus lui même.

  • Pire, moi je me suis fait agresser physiquement par une buraliste paloise à qui j’avais demandé de mettre son masque. Quand je lui ai dit que c’était la loi. Elle m’a dit qu’elle en avait rien à foutre de la loi. Et quand je lui ai dit que j’allais porter plainte elle m’a sauté dessus, arraché mon masque, fait tomber mes lunettes et suis moi-même tombée à la renverse. Je m’en suis tirée avec des bleus dans le dos et une grosse bosse à la tête mais psychologiquement c’est dévastateur de subir une telle agression.

  • Bien malin, celui qui pourra dire, APRÈS, quelles décisions, il fallait prendre.

    Sagement, il vous est possible de relever, dans notre département, les nombres (et non pas les chiffres) mesurant le Taux d’incidence qui, en 3 semaines, est passé de 80 à 140. La barre fatidique des 150, n’ayant pas été atteinte, les Palois peuvent continuer leurs fêtes nocturnes.

    Ce qui me surprend, c’est cette volonté des gouvernants à vouloir obtenir des adultes un comportement solidaire, respectueux ou responsable, quand nombreux sont celles et ceux qui ne font pas preuve de civisme. Les exemples pullulent.
    Le choix de l’expression « Gestes barrières » est, d’ailleurs, bien révélatrice de la façon dont les Français sont considérés. Cette obligation ou injonction n’a pas l’élégance ou le respect d’un « Comportement de prévention » qui eut davantage responsabilisé les Français. Cela se retrouve dans la fameuse Loi ‘ »Qui ne dit mot … CONSENT », d’une rare indignité !

    Il n’est, maintenant, que de voir, à la mémoire du professeur assassiné, ces nombreux défilés qui libèrent les consciences, par un « Après: plus jamais ça ! ».

    L’avez-vous remarqué, ce changement, après le 11 novembre, après le Bataclan, après Charlie, après le Commandant de Gendarmerie, après la Promenade des anglais, et après, après, après …. ?
    Ne pouvant rien prévoir, je m’arrête à la question qui s’impose: « Cette fois-ci, sera-t-elle la bonne ? » Côté Gouvernement et côté Population ?

    La solution? Un changement de comportement personnel, chacune, chacun, connaissant ses manques, ses moyens et ses idéaux.

  • Arrêtez vos bétises. Si le masque est utile pkoi le virus repart??🤔🤔😉😉

  • Bonjour Joël,
    Super votre sujet, vous m’avez fais rire, il y a là un petit scénario pour une vidéo. . .
    Vous souhaite un bon appétit et de passer une très bonne A.P.M.

  • Pierre-Michel Vidal

    – “Organisez vos déplacements, organisez vos vacances.” Le secrétaire d’Etat chargé du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a encouragé ce lundi les Français à partir en vacances pour la période de la Toussaint, selon la presse. On ferme les bars et les restaurants mais on encourage les gens à partir (et donc à diffuser le virus). Franchement ça n’est pas clair…

    • Il faut peut admettre qu’il est impossible de délivrer des messages clairs sur le quotidien de toutes les professions et dans tous les territoires avec un virus qui ne l’est absolument pas dans ses cibles, ses effets de court ou long terme.
      Le virus repart malgré les masques parce qu’une trop importante partie de la population néglige ou refuse de le porter depuis la fin du mois d’août, période de fin des chaleurs durant lesquelles le corps humain se défend plus naturellement contre les transmissions de virus selon les médecins. Ça semble assez simple à comprendre, non ?
      Le port du masque et les gestes barrières respectés par l’autre partie de la population aura permis d’arriver à la même situation qu’en Mars mais en 3 mois comparé aux 3 semaines de fin février à mi mars 2020 . C’est déjà pas mal et prouve que si tout le monde était plus rigoureux, nous en viendrions à bout, le temps nécessaire aux laboratoires pour trouver le vaccin !
      En ce sens, l’auteur ne dit aucune « bêtise » à mon avis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *