Et si on ajoutait l’arme culturelle ?

4.3
(15)

À chaque assassinat perpétré par ces individus drogués, psychologiquement et physiologiquement, la réaction est à peu près toujours la même :

+ La consternation, l’émotion quasi générale, la fureur…; je dis «quasi» car l’expérience montre qu’un petit nombre de Français gardent le silence, soutiennent ou aident même l’agresseur !

+ L’intervention des médias déclenchant les soupçons (le buzz parfois !) de failles possibles dans les services de sécurité, des recherches de coupables éventuels ! Nos politiques, électoralement intéressés, s’y emploient aussi avec beaucoup de «persévérance !»

+ La communication gouvernementale s’élève contre l’horreur et prend des résolutions pour retrouver et remonter les filières afin de punir l’ensemble des coupables (procès). Punir ? Les prisons sont pleines, les contagions y sont nombreuses, tant au niveau de la radicalisation que de la Covid. Les isolements sont impossibles par manque de place et de personnels…

+ Des actions sont lancées : dissolutions d’organisations, fermetures de mosquées, renforcements des surveillances, retours aux pays d’origine… qui n’en veulent pas…

+ Dernièrement, l’attaque était portée sur un maillon symbolique de la République, un enseignant qui expliquait à ses élèves le fait que la liberté d’expression était incontournable dans la société française.

Le choc a été encore plus violent, les réactions plus vives, les mesures annoncées plus nombreuses, au moins sur le papier.

+ Dans tous les cas, il n’est pas question de céder à la provocation, il faut répondre par la continuité en publiant à nouveau les caricatures incriminées et en assurant les cours de biologie, d’éducation physique et les séances promouvant la liberté d’expression, par des enseignants d’Histoire.

Tout ceci est nécessaire dans l’immédiat, mais est-ce suffisant ?

+Du fait de l’avalanche des problèmes que doivent résoudre les citoyens français et le gouvernement dans tous les domaines, en particulier un manque incessant mais encore plus sensible, de moyens et de personnels, il n’est pas certain du tout que les engagements soient suivis par des actes efficaces sur le moyen et le long terme, malgré les chiffres éloquents qui seront publiés ! En effet, que ce soit le terrorisme, la maitrise du virus, la nécessité d’un virage écologique, les problèmes économiques…, c’est sur le long terme qu’il faut l’assurer!

+Un constat est à faire ; que ce soient les jeunes français d’origine étrangère ou les jeunes français de souche(et leurs parents !), les adultes musulmans eux-mêmes, une infime minorité a la connaissance de l’histoire arabo-musulmane et son évolution jusqu’à l’époque actuelle.

C’est un terreau facile pour développer les addictions aux fausses informations.

+La position d’affrontement, avec des jeunes sous emprise, dans les enseignements, me semble peu fertile pour la compréhension et l’apaisement car il ressort, à leurs yeux, que leur religion, globalement, est mise en accusation et donc les place en situation d’infériorité et de rejet de la société. Cet état d’esprit est entretenu et exploité par les pays intéressés par ce fait.

Une fois de plus on se trouve confronté à une infinité de problèmes et on est incapable de les résoudre car on veut les aborder isolément, la plupart du temps quand ils prennent une dimension insupportable, déjà solidement enracinés donc.

Que ce soit le réchauffement climatique, les catastrophes climatiques, le virus, le terrorisme, la défense de la République et de nos valeurs….,

tout est lié de près ou de loin, par l’histoire.

Des connaissances sur chaque sujet nous en avons beaucoup, souvent très spécialisées mais elles ne suffisent pas; on reste dans la réaction émotionnelle et non dans le sentiment rationnel, car il n’y a pas la volonté de s’attaquer à la complexité, aux liens qui les unissent. Ainsi, le rôle du colonialisme ne peut pas être ignoré dans nos relations avec le monde islamique.

C’est ce qu’on peut appeler un manque de culture.

«La connaissance est attachée aux faits, la culture est la compréhension de ce qui relie les faits entre eux. La même différence existe entre un dictionnaire et une encyclopédie. Il ne peut pas y avoir de culture sans connaissance, mais la connaissance peut exister sans culture.»

S’attacher seulement à la connaissance des faits et pas à la culture historique, cela me semble insuffisant pour être efficace.

Je crois qu’il faut se projeter aussi sur le long terme et pour cela, la pédagogie, une fois de plus, doit être en première ligne, non seulement de l’école à l’université mais diffusée dans tous les milieux, qu’ils soient à dominante islamique ou pas car, finalement, une relation apaisée est l’affaire de tous.

Nécessité d’une campagne idéologique montrant que la France n’est pas contre la religion musulmane, qu’elle a beaucoup fait pour permettre la liberté de pratiquer tous les cultes, le leur en particulier; elle est par contre opposée définitivement à toute atteinte politique, psychologique et encore plus physique aux citoyens et à leur choix de vie; c’est la mouvance salafiste, le wahhabisme et les frères musulmans qui sont visés.

Cette campagne idéologique devrait se développer dans de nombreuses directions :

+Mener une politique étrangère cohérente et non complaisante pour vendre des armes, en prenant des distances dans les relations commerciales et religieuses avec les pays pourvoyeurs de ces tendances : Arabie saoudite, Quatar, Turquie…

+Ne plus accepter l’arrivée d’imams de l’étranger mais confier la formation à une CFCM prête à collaborer pour un islam religieux mais pas politique.

+Renforcer, dans les quartiers, l’apprentissage de la langue française afin que la population ne soit pas en relation obligée avec seulement des imams autoproclamés, influents localement, qui parlent comme eux.

+Agir énergiquement, sans compromis pour avoir la paix, et en continu, dans les zones de non-droits, pour libérer les habitants de l’emprise des dealers et des organisations islamistes sectaires.

+Diffuser une pédagogie explicative basée sur l’enseignement de l’histoire du monde arabo-musulman par des enseignants d’histoire et de géographie, car la dimension extérieure est sous-jacente. Cette histoire, tous ces jeunes, comme les supporters de la tendance salafiste et des frères musulmans, l’ignorent totalement. Cet apport nouveau montrerait que leur position intransigeante est vraiment fragile ; il permettrait une prise de conscience de la réalité et fournirait des arguments non pas négatifs vis à vis de leur religion mais au contraire très valorisants quand ils apprendraient la grandeur, la richesse intellectuelle que l’islam a diffusé dans le monde.

Cette histoire leur apprendrait aussi le pluralisme des idéologies, les luttes intestines et finalement l’instauration de la domination d’un fondamentalisme politique radical conquérant voulant imposer sa loi partout, dans notre pays plus spécialement, du fait de notre volonté de laïcité.

L’objectif est de leur faire comprendre que cette orientation est à l’origine d’une déchéance morale et humaniste et qu’elle ne peut pas avoir une place en France.

+ Des exemples pourraient montrer l’irréalisme de ces tendances par des extraits du Coran(*).

De telles démarches pourraient se faire dans tous les milieux, pas uniquement à dominante maghrébine, car l’ignorance du pluralisme de l’islam n’est pas que l’affaire des musulmans mais de tous les Français dont beaucoup auraient sûrement à apprendre pour comprendre, afin de penser et agir «raisonnablement». Citons des contacts possibles: presse, médias, établissements d’enseignement, quartiers sensibles, maisons de la culture, prisons, réseaux sociaux, mosquées,…..sous des formes adaptées compréhensibles pouvant être des conférences, des films, des échanges avec des personnalités diverses du monde musulman, à la radio, à la télé, pourquoi pas des distributions de bandes dessinées..

signé Georges Vallet

crédits photos:/www.books.fr/les-plus-belles-images-de-mahomet-

(*) «Etre nu n’est pas inconvenant» Mahomet

La vérité sur la caricature en islam | Contrepoints

www.contrepoints.org › 2015/01/24 › 195568-la-verite…

24 janv. 2015 — La caricature n’est pas interdite en islam, mais dans la Bible ! … de la lecture actuelle de l’islam qui est une lecture erronée, bien plus conforme…

caricature » de Mahomet… il y a 800 ans – L’Histoire

www.lhistoire.fr › une-caricature-de-mahomet il-y-800-…

L’Empire arabe, de 632 à 1258 : Quand le monde musulman …

www.capital.fr › Economie et politique

14 sept. 2011 — L’Empire arabe, qui est de plus soudé par une religion et une langue … en philosophie (Averroès), en histoire (Ibn Khaldoun), en géographie…

Le rayonnement de la civilisation arabo-musulmane …

www.assistancescolaire.com › eleve › reviser-une-notion

Le rayonnement de la civilisation arabo-musulmane. notion … La langue arabe et le Coran jouent un rôle important dans la diffusion de la … Il était une histoire.

Le Prophète de l’islam et les femmes…une histoire à relire…

www.asma-lamrabet.com › articles › le-prophete-de-l-is…

Que cela soit avec ses épouses, ses filles ou les femmes en général, … et frères, qu’elles puissent prendre la parole pour se défendre, s’exprimer et critiquer…

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.3 / 5. Nombre de note : 15

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • Votre cours politique est riche. Certains en profiteront. J’attendais du concret.

    Je n’ai pas lu quoi que ce soit que des gens POURRONT faire : « De telles démarches POURRAIENT se faire dans tous les milieux, pas uniquement à dominante maghrébine, car l’ignorance du pluralisme de l’islam n’est pas que l’affaire des musulmans mais de tous les Français dont beaucoup AURAIENT sûrement à apprendre pour comprendre, afin de penser et agir «raisonnablement». CITONS DES CONTACTS POSSIBLES: presse, médias, établissements d’enseignement, quartiers sensibles, maisons de la culture, prisons, réseaux sociaux, mosquées, … sous des formes adaptées compréhensibles pouvant être des conférences, des films, des échanges avec des personnalités diverses du monde musulman, à la radio, à la télé, pourquoi pas des distributions de bandes dessinées… »

    Des idées, des idées … mais quel pourra être l’engagement concret du simple citoyen après vous avoir lu, alors qu’il n’a aucun mandat politique ? Il restera avec le sentiment d’avoir lu pour son plaisir et c’est tout .

    • «quel pourra être l’engagement concret du simple citoyen»

      Joël Braud, le 2 novembre 2020 à 15 h 15 min, à qui vous posiez la même question, vous a répondu en suggérant des possibilités.

      Le simple citoyen n’est pas « un simple »; il n’a pas besoin des autres pour recueillir des idées; il a des possibilités d’agir dans le milieu où il vit donc il «Pourrait et Aurait,» s’il le veut.

      Quand j’évoquais les CONTACTS POSSIBLES, cela s’adressait à ceux, simples citoyens aussi, engagés, qui ont la légitimité d’intervenir dans les quelques lieux cités, cela fait quand même pas mal d’actions « concrètes » possibles. Ajoutons que la prise de paroles dans des associations n’est pas inutile non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *