Quelles leçons de la crise ?

4.6
(18)

Il est effarant de constater, en cette période de crise sanitaire majeure, que l’on est gouvernés et administrés par des « élites ! » qui n’y connaissent rien en biologie et encore moins en parasitologie. Face à l’évolution environnementale désastreuse à tous les niveaux : climat, pollution*, biodiversité, maladies,…pandémie, et son retentissement sur les individus et l’économie, dont cette carence du savoir est la cause, la réponse est double : une, « en marche », aux petits pas, et un formatage dans toutes les écoles, du moussaillon au commandant, uniquement axé sur le P.I.B. et la rentabilité à tout prix,

les deux mamelles tombantes d’une politique économique vieillissante.

Il est de plus en plus urgent d’introduire dans toutes les formations, de la maternelle à l’ENA, en passant par les écoles de Sciences politiques, les bases biologiques «essentielles», le mot est d’actualité !, pour pouvoir comprendre et permettre la bonne santé psychique et physiologique des citoyens, facteur majeur de l’évolution du bon fonctionnement des entreprises, donc …

Nos politiques sont alors amenés à prendre l’avis de scientifiques qui ne sont pas habilités pour cela, puisque leur fonction est d’apporter des données sur le résultat des recherches, pas des conseils de gestion ! Les conseils ne sont plus objectifs mais subjectifs, d’où les divergences nombreuses, dont les médias sont friands, qui sèment le trouble. Pour comprendre cela, il faut considérer qu’un scientifique de haut niveau est spécialisé dans un domaine particulier, il n’a donc pas la compétence voulue pour s’engager, en tant que tel, dans le domaine global ; des informaticiens font tourner des logiciels prévisionnistes si ceci ou cela…!

C’est le mélanges des genres !

En ce qui concerne les résultats des recherches scientifiques sur le virus en général, ils sont évolutifs, c’est normal, car la recherche ne va pas au même rythme que l’économie et que le souci de la faire redémarrer au plus vite !

Des milliers de chercheurs s’activent dans le monde, chacun travaille dans des domaines différents de la complexité, il est donc logique, au bout d’un temps souvent long, pour la réalisation et la vérification, que les résultats soient nombreux et parfois contradictoires, cela dépend du matériel et des conditions utilisées pour la réalisation.

Quant au citoyen «lambda», il n’est pas plus au courant que ceux qu’il a élus, si bien qu’il est complètement désemparé. Ses repères habituels sont perturbés ; il n’a plus confiance dans les élites ni dans la science dont il pensait que les résultats étaient toujours immuables et capables de résoudre rapidement tous les problèmes nouveaux.

Il n’a pas fini de se faire du souci car en plus de cette cacophonie ambiante, bien des instructions nécessaires, imposées par le pouvoir, demeurent incompréhensibles, injustes, changeantes et très souvent inapplicables.

«Les horaires ont été changé 20 fois», parent d’élèves élu au conseil d’école de Castétarbe. Sud Ouest.

Des enseignants parlent du grand foutoir du siècle pour la rentrée !

D’autre part, du fait de la haute spécialisation des recherches, un grand nombre d’informations sont «masquées», non divulguées, car non abordables par tous les neurones, alors qu’elles apportent des réponses explicatives aux changements de cap, aux lenteurs des résultats et à l’incertitude de l’avenir.

Voici quelques exemples trouvés sur des sites sérieux.

1) « Les trois causes majeures de l’augmentation du taux de reproduction sont la réouverture des écoles, les évènements publics et les rassemblements de plus de dix personnes. »

Or les écoles doivent être ouvertes pour permettre aux parents de travailler».

Le libéralisme, c’est savoir prendre des risques !!

2) Rentrée de novembre : des règles sanitaires renforcées dans les écoles, les collèges et les lycées … Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels.

+ Des règles sanitaires «renforcées!» :

Et quand toutes ces règles nombreuses sont respectées et vérifiées en continu, on fait cours s’il reste du temps, ou bien en sonne la fin des cours !

«Comment faire manger 1000 élèves en 2 heures dans un self de 330 places en appliquant les nouvelles mesures sanitaires ?»

«Nous avons 9 niveaux, si on décale tout en respectant le temps de récréation, on ne fait plus cours». Proviseur du collège-lycée Gaston Phoebus d’Orthez.

+ Avec l’appui de la collectivité locale, il revient à chaque école et établissement d’organiser le nettoyage et la désinfection selon les principes développés ci-après.

*Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux), au minimum une fois par jour.

*Un nettoyage désinfectant, plusieurs fois par jour, des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels dans les salles, ateliers et autres espaces communs (comme les poignées de portes).

* Les tables du réfectoire sont nettoyées et désinfectées après chaque service.

* L’accès aux jeux, aux bancs et espaces collectifs extérieurs est autorisé si un nettoyage quotidien est assuré.

* La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise à l’intérieur des locaux lorsque qu’une désinfection au minimum quotidienne est assurée.

Sur le papier c’est facile, sur le terrain c’est plus difficile même souvent impossible. Quel personnel pour le faire, alors que le nombre est déjà limite, il est restreint du fait des malades ?

Un façon de rejeter la responsabilité sur les gestionnaires.

3) La pandémie de SARS-CoV-2 remplit les hôpitaux et fait grimper le recours aux antibiotiques. Les médecins s’inquiètent de voir le phénomène d’antibiorésistance s’exacerber.

4 ) Il existerait six types de Covid-19 :

«Difficile de dire ce qui fait qu’on est atteint d’une forme plutôt qu’une autre. Chacun habite un endroit différent, a un régime alimentaire particulier, possède son propre génome et épigénome, a une condition médicale et un accès aux soins différent».

Les symptômes dépendent aussi de la dose d’exposition au virus (plus on est exposé à une forte charge virale , plus on risque de développer une forme sévère) et de la porte d’entrée du virus (nez, bouche, oeil.).»

Chacun comprendra que de passer du particulier au général, ce n’est pas simple !

5) «Le responsable de la pandémie de Covid-19, a déjà subi de nombreuses mutations, dont certaines le rendent plus ou moins pathogène. Certaines versions, notamment celles circulant en Europe, seraient 270 fois plus agressives que d’autres.

Les chercheurs ont retracé différentes souches en circulation dans le monde pour retrouver celles correspondant aux séquences analysées. Les souches circulant en Europe et à New York seraient ainsi les plus virulentes, les plus modérées concernant à l’inverse le reste des États-Unis. Une précédente étude de l’université Northeastern avait déjà montré que le virus à New York était importé d’Europe, probablement d’Italie, où il s’est avéré particulièrement meurtrier.»

Et, ce qui me semble particulièrement intéressant car cela apporterait une réponse aux critiques apportées aux initiateurs des politiques réalisées en France,

«Les scientifiques suspectent depuis longtemps que les différentes formes du virus pourraient expliquer les étonnantes disparités de mortalité selon les pays et les régions. La France enregistre, par exemple, quatre fois plus de morts que l’Allemagne, alors qu’elle compte 20 millions d’habitants de moins. Cette étude est la première à confirmer un lien de cause à effet.»

6) Une mutation génétique du Sars-CoV2 se propage rapidement en Europe depuis cet été. Provenant d’un événement super-propagateur en Espagne, elle s’est diffusée via les touristes et c’est désormais la souche dominante dans la plupart des pays qui enregistrent une forte deuxième vague.

Le tourisme est une des richesses de la France et doit être soutenu, qu’on disait !

Moralité : les origines de cette catastrophe, celles qui mettent en danger non seulement l’humanisme mais l’humanité, sont connues, c’est la politique libérale mondiale individualiste ; Macron, au moins dans ses dires, le constate quand il affirme que seule une solidarité collective dans tous les domaines peut nous sauver.

L’inconvénient est que la révolution intellectuelle de notre Président n’est pas appliquée dans «tous les domaines» !

signé Georges Vallet

crédit photo:covid-19-quelles-lecons-de-la-crise

*La pollution de l’air serait responsable de 15% des décès du Covid-19.

«La commission de Bruxelles renvoie la France devant la cour de justice de l’Union européenne en raison de son inaction persistante face à la pollution de l’air et ce n’est pas la première fois.»Sud Ouest 2/10/2020.

1) Confinement et dé-confinement : les effets sur le taux de reproduction du virus

http://futurasciences.fr/tk/t/2/521101753393d8/280200f9da/5166592b5/42031189e

2) Épidémie de Coronavirus (Covid-19) -Rentrée de novembre …

www.service-public.fr › particuliers › actualites

3) Les bactéries antibiorésistantes montent en puissance pendant la pandémie

http://futurasciences.fr/tk/t/2/22615056739a83/18617636ea/21065d044/42031189e7/

4) Il existerait six types de Covid-19

http://futurasciences.fr/tk/t/2/82110054591ddc/982195f86c/31864c758/42031189e7/

5) Covid-19 : les chercheurs savent désormais pourquoi le virus est si infectieux

http://futurasciences.fr/tk/t/2/521101753393d8/0891993ee6/5166592b5/42031189e7/

6)Coronavirus : une variante espagnole du virus à l’origine de la deuxième vague meurtrière en Europe

http://futurasciences.fr/tk/t/2/12210212906648/281232743a/111667914/42031189e7/

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de note : 18

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • Robert Lacoste-Seris

    Bravo ça tient la route . Maintenant a chacun de nous de se mettre en position de force pour traverser cette épidémie -(autant que faire se peut )

  • Une information qu’on n’évoque jamais.

    + Ces virus qui tombent de l’atmosphère – Futura-Sciences
    http://www.futura-sciences.com › Santé › Actualités
    8 févr. 2018 —

    «Tous les jours, virus et bactéries tombent du ciel après avoir voyagé dans l’atmosphère. Dans un mètre carré, ils seraient ainsi des milliards de virus à redescendre vers la surface de la Terre ! Certains pourraient avoir parcouru des milliers de kilomètres… Ils ont tendance à s’accrocher à des particules organiques plus petites, plus légères, en suspension, ce qui leur permet de rester plus longtemps dans l’atmosphère.»

    + Les microbes parcourent le monde via des autoroutes aériennes
    infodujour.fr › Environnement › Nature
    28 juil. 2020 — L’atmosphère possède un microbiome composé de bactéries, virus et ……

    « Dans une étude récente, les scientifiques ont découvert des virus tombant du ciel en grand nombre, comme les flocons de neige invisibles couvrant les montagnes de la Sierra Nevada en Espagne où des détecteurs de virus ont été placés. Grâce aux autoroutes microbiennes dans le ciel, des virus génétiquement identiques peuvent être trouvés à des endroits différents et éloignés de la planète.

    Aujourd’hui, le monde entier suit la saga Covid-19. Nous savons que le virus se propage par contact humain, mais un groupe de médecins a récemment averti l’Organisation mondiale de la santé que la particule virale pourrait voyager dans l’air. Certains scientifiques ont même spéculé que le SARS-CoV-2 pourrait avoir été transporté entre des pays situés à des latitudes similaires par un jet stream à travers l’atmosphère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *