Confinement, version II

4.4
(7)

Décidément le second confinement a peu à voir avec le premier. Alors que les faits objectifs montrent que le risque d’implosion de notre système de santé est plus net encore que lors de la précédente session de crise, la manière dont il est reçu par les citoyens et bien différente. Lors du premier confinement il y eut de nombreuses voix pour chanter le retour des oiseaux dans les jardins, le silence des voitures restées au garage ou la pureté de l’air retrouvée en centre-ville. Ce fut pour quelques-uns, fort bruyants alors dans les médias, le moment de rêvasser à un « monde d’après » qui s’avéra, le confinement levé, dans la réalité, pire que celui d’avant : obsédé par la consommation, les plages, les boîtes de nuit, ce rituel honni (en parole) qui revint en force durant un été ensoleillé.

Mais patatras, à peines les pendules remises à l’heure et les « Illusions perdues » comme l’aurait dit Balzac, sans surprise en réalité, voilà que les mêmes faits conduisirent aux mêmes effets exigeant un second confinement. Il aura fallu beaucoup de courage au premier ministre Jean Castex pour l’imposer. On le remerciera peut-être car les premiers signes d’amélioration semblent nous avoir évité la catastrophe qu’auraient été les malades sur les parkings des hôpitaux, les choix entre patients, sans parler des coûts insupportables de la maladie pour la collectivité, considération triviale certes, mais à prendre en compte tout de même.

Voilà donc que l’on tire à boulet rouge sur ce second confinement. En tête de cette attaque, les « complotistes » qui se tenaient cois jusqu’à maintenant et qui désormais font les unes des médias. En les critiquant, ils les renforcent, puisque par définition la pandémie est, pour ces conjurés, un plan délibéré des élites s’appuyant sur les journalistes. La thèse puérile d’un gouvernement mondial caché qui imposerait sa loi d’airain sur les habitants de la planète, refait surface et trouve dans le désarroi qui nous entoure plus qu’un écho : des adeptes.

Le succès récent du film « Hold-up » reflète aussi la montée de ces thèses qui trouvent leur source dans les assertions irresponsables du professeur Raoult désormais accusé de charlatanisme par l’ordre des médecins mais considéré un temps comme une sorte de gourou. Ce médecin des pauvres nous assurait qu’il n’y aurait pas de seconde vague. « Hold-up » reprend la vieille méthode stalinienne de la dénonciation sans preuves : « l’invention » (« la création » même) de la Covid 19 ne serait qu’un épisode « d’un génocide des pauvres sur les riches ». C’est ainsi que la « grande » sociologue Monique Pinçon-Charlot nous présente les choses en conclusion. Il est juste de dire qu’elle s’est déclarée piégée ; mais le mal est fait… c’est le « complot des blouses blanches »…qui est reproduit désormais.

Jean Castex, dont l’accent rugueux, les costumes mal taillés et les assertions maladroites, ne plaisent pas à la poignée d’éditorialistes en cour sur les plateaux -ainsi Alain Duhamel qui y fait la loi depuis plus de trente ans : « Je trouve que Jean Castex est décevant »- affronte une fronde toujours plus large. Elle est menée par les commerçants, conduite par les libraires qui trouvent des alliés inattendus chez les hommes politiques qui ont des emplois du temps ne leur permettant guerre de flâner dans leurs rayons. Nous voilà revenu au temps où « Poujade avait raison ! », à celle du Cid Unati ! Certes les commerçants et les libraires en particulier vivent des situations dramatiques mais leur instrumentalisation par des forces politiques comme le RN est révoltante. Le confinement c’est une question de vie ou de mort tout de même… On comprend la colère parlementaire d’Olivier Véran.

Le plus choquant demeure la position de la partie la plus extrême des Catholiques qui réclament à grands cris l’ouverture des églises et pratiquent en toute illégalité les prières de rue. Ils sont soutenus par quelques parlementaires de droite qui ont signé une pétition dans ce sens. Que n’aurait-on dit s’il s’était agi de musulmans ou de juifs ? Ne savent-ils pas qu’en demandant l’ouverture des églises, ils obtiendront de facto, celles des mosquées, des temples, des synagogues, etc. ? Ce serait la fin du confinement ! Ont-ils oublié que le premier cluster français est né d’un rassemblement évangéliste à Mulhouse ? Pensent-ils aux 50% de français athée dont le culte (en quelque sorte) est le match du dimanche, le petit café avec les copains, ou l’escapade en vélo ?  « Charité bien ordonnée commence par soi-même » nous dirons-t-ils…

Ainsi, Castex tiraillé de tous côtés, devra infléchir sa politique. La lointaine perspective du vaccin pourrait être un alibi à cette défaite en rase campagne. Elle aura montré l’incapacité des Français à se rassembler sur l’essentiel, l’émotion aura prévalu sur la raison, la division sur l’unité et l’individualisme sur le collectif.

Comme le dit ce lundi matin dans le Huffingthon Post, Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice : « Je constate, ça me navre au fond, que l’État de droit devient presque un gros mot. Mais l’État de droit, ça permet d’abord de vivre dans une démocratie, ce n’est pas rien. »

 Pierre-Michel Vidal

Photo « Libération »

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de note : 7

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • Un grand merci à Pierre Vidal pour avoir ainsi analysé les excès que suscite cette pandémie, excès dont les médias portent une grande responsabilité en se faisant la caisse de résonance de toutes les insatisfactions, toutes les outrances sans parler du complotisme qui les nourrit généreusement.
    Et ne parlons pas des nouveaux Diafoirus qui hantent les plateaux télé à grand renfort de petites phrases ou d’outrances de tout acabit.
    La presse a beau jeu de s’étonner d’un climat anxiogène qu’elle contribue à susciter.
    Bref, nous avons en France des pouvoirs publics qui sont nuls alors que les commentateurs sont les meilleurs du monde….On retrouve d’ailleurs ce paradoxe dans le domaine sportif où les « cafés du commerce » sont pleins de sélectionneurs bien meilleurs que ceux qui sont en charge de la question.
    S’agissant de la religion, je confirme qu’il est difficile d’établir avec précision le nombre d’athées ou d’agnostiques, par contre il est établi que les « sans religion » sont devenus la religion dominante, entre 50 et 70% selon les études.
    La principale contradiction vient des catholiques….enfin des quelques milliers de citadins qui ont manifesté l’autre dimanche pour le droit à la messe. Il ne reste plus aujourd’hui que 5% des français qui vont à la messe chaque dimanche, ceci en raison d’une baisse de la foi (qui peut se mesurer à la baisse drastique des baptêmes) mais aussi à l’incapacité d’offrir un office hebdomadaire en milieu rural qui reste pourtant le plus pratiquant.
    Par conséquent, au lieu de réclamer des comptes à l’état, les bourgeois citadins feraient bien de se préoccuper de leurs coreligionnaires encore moins favorisés qu’eux.
    Le droit à la messe me paraît aussi légitime à Cabidos ou à Haut de Bosdarros qu’à Pau….

    • « Le droit à la messe me paraît aussi légitime à Cabidos ou à Haut de Bosdarros qu’à Pau »

      Eh bien que les Cabidossiens et Bosdarrassiens aillent manifester devant l’évêché (mais pas pendant le confinement, hein !). Et ça ne regarde pas plus l’état pour autant.

  • Fermer les librairies, éliminer les livres des GS, empêcher une vieille dame de 91 ans de prendre son bain, comme elle a coutume, à Biarritz, lui envoyer 4 policiers’pendant que les chasseurs peuvent arpenter la campagne, fusil à la main, je ne vois pas, dans tout cela de quoi désengorger les hôpitaux, bien au contraire. Je croise plus de monde, toujours, à l’intermarché qu’à l’Escampette… Les Allemands se gondolent de rire devant nos absurdités. Les Espagnols ont préféré les petits commerces et ont demandé aux grandes surfaces de réduire de un quart leur surface. La masse de tout ce carnage, et je ne parle pas des ratés des tests et de leur traçage nous coûte très cher car cela s’ apparente à de l’amateurisme… le nombre des morts est là pour nous le rappeler surtout si nous nous tournons vers les choix et les résultats de nos voisins du Nord, les Allemands !

    • « je ne vois pas, dans tout cela de quoi désengorger les hôpitaux, bien au contraire »

      Et pourtant c’est bien ce qui se passe, hein ! Les courbes de contamination et d’hospitalisation sont désormais à la baisse. Arrêter de chouiner parce qu’on vous demande de prendre sur vous pendant quelques semaines.

      C’est pas de moi, mais ça dit tout : « Vos grands parents ont été appelés pour partir à la guerre. Aujourd’hui vous êtes appelés à rester dans votre canapé. Courage, vous pouvez le faire. »

  • Tout est bien pensé et bien dit. Enfin un peu de sagesse dans un monde de paranos…

  • Bonjour,
    Quand vous écrivez 50% de français athées, est-ce un raccourci pour athée ou agnostique ?
    On pourrait penser qu’il y a plus d’agnostiques que d’athées.
    Avez vous obtenu ce chiffre dans une publication récente ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *