Relâchement généralisé I

5
(30)

Première partie.

On s’y attendait, le déconfinement tant attendu n’a pas pu avoir lieu. Les chiffres sont mauvais. La barre avait peut-être été placée trop haut. En tout cas, les fêtes de fin d’année ne se dérouleront pas comme espéré. Alors à qui la faute ? A ceux qui ont fixé des objectifs inatteignables, à ceux qui n’ont pas respecté les règles, à ceux qui n’ont pas fait respecter les règles, à ceux qui n’ont pas su communiquer ou aux scientifiques qui ne parlent pas d’une façon uniforme.

Des objectifs inatteignables. Ils ont été fixés par le Président de la République à un maximum de 5.000 nouveaux cas de Covid par jour. Certains, comme le docteur Frédéric Pic (La République des Pyrénées (10/12/2020) jugent que cette jauge est absurde puisqu’elle dépend du nombre de tests effectués. Argument difficilement contestable. Pour lui, seul le pourcentage des cas positifs par rapport au nombre des tests est la bonne référence. Celui-ci passe de 21% au 1er novembre à 11% environ au 10 décembre. Évolution favorable donc.

A ceux qui n’ont pas respecté les règles. Chacun a pu être témoin des comportements de ceux qui volontairement ou pas ne respectaient pas les prescriptions fixées. Il y a ceux qui sont réfractaires parce qu’ils considèrent que eux savent ce qu’il faut faire. J’en ai déjà parlé. Il y a ceux qui disent qu’ils n’ont pas peur parce que ce n’est pas grave. Une dame que j’ai croisée sans masque qui ne respectait pas la distanciation m’a répondu alors que je lui faisais remarquer son manquement, m’a dit que ce n’était pas grave. Plus tard, je l’ai retrouvée, elle avait été victime du virus, elle était devenue moins sûre d’elle (histoire véridique). Il y a ceux que l’on croise dans la rue sans masque à l’époque où un arrêté préfectoral l’imposait dans toutes les rues de Pau. Ils disaient que ce n’est pas utile, ces instruits, ou plus modestement qu’ils ne savaient pas. Mais le meilleur est celui qui, démuni de masque, a répondu à mon observation en disant qu’il s’occupait de lui. Un crétin accompli qui n’a pas compris que le virus peut aussi s’occuper de lui et qu’il est possiblement contagieux sans symptôme. Pour cette raison il serait aussi nécessaire qu’il s’occupe des autres. Qui n’a pas croisé ceux qui ne se soumettaient pas aux impératifs définis par les autorités ? Très récemment un médecin, président de l’ordre départemental des médecins de l’Orne, rapportait avoir vu dans la rue certains de ses patients, testés positifs, se déplacer librement dans la rue. Individualisme quand tu nous tiens !

A ceux qui n’ont pas fait respecter les règles. Les forces de l’ordre investies d’une autorité n’ont pas mesuré l’importance de leur mission en cette circonstance. En témoigne une interview sur une radio nationale, d’un représentant syndical d’une compagnie républicaine de sécurité du Rhône. Interrogé sur le fait que les policiers effectueront des contrôles et relèveront des infractions, il répond sans détour que non parce que la réglementation est trop compliquée. A-t-il eu conscience, ce brillant intellectuel, des conséquences que peuvent avoir ses paroles ? Ceux qui les entendent sont fondés à considérer qu’il peuvent se permettre ce que les règlements interdisent car, comme cela a été dit, la police ne réprimera pas. Il en va de même des propos tenus par les représentants de deux syndicats majoritaires dans la police. En réaction aux propos du Président de la République dénonçant des contrôles au faciès, ils incitent les policiers à ne plus procéder à des contrôle d’identité. Dans la police ce sont les syndicats qui disent comment assurer les missions qui incombent à cette administration. La hiérarchie n’a qu’à se soumettre. A Pau, j’ai été témoin, rue Gambetta de ce désengagement des forces de l’ordre. Alors que deux voitures étaient stationnées de façon gênante et que plusieurs personnes ne portaient pas le masque qui, à cet endroit, est pourtant obligatoire, passe un véhicule de police venant de la rue Samonzet. Il ralentit, il s’arrête, le passager avant baisse sa vitre, prononce deux ou trois mots et le véhicule repart. Dormez tranquille braves Palois, la répression policière ne vous dérangera pas ! Cette attitude des policiers est connue. Le 10 décembre sur France 2, Nathalie Saint Cricq (responsable du service politique) disait que, parmi les mesures à envisager, il fallait mettre du bleu sur la voie publique. On sait bien ce que cela veut dire.

Pau, le 21 décembre 2020

Par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 30

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • « … passeport vaccinal est une bonne idée … évite de rendre obligatoire la vaccination, tout en soumettant ceux qui n’en sont pas titulaires à des interdictions. » c’est le principe du Consentement.

    Idée qui se défend …. et, alors, pourquoi pas celle d’un « Passeport civique » pour ceux qui ont le courage civique de se positionner à l’égard du prélèvement d’organes?

    Avec pour conséquence: « Tu n’as pas le courage d’être POUR, donc tu ne pourras en profiter, en cas de besoin. »

    La société nous place face, parfois, à une alternative délicate.

  • « Quand le doute et la déraison font leur chemin… »

    Pour information et/ou rappel :

    ① Article « Masques, deuxième vague, tests… Une année d’informations contradictoires sur le Covid-19 » (Site web « franceinfo: » : par Emilie Gautreau – Antoine Krempf – Thomas Pontillon – Gérald Roux . Radio France, publié le 21/12/2020)
    Chapeau de l’article : « Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les positions des scientifiques ou du gouvernement ont beaucoup évolué. Tour d’horizon de dix informations qui ont beaucoup évolué en un an. »
    Court extrait : « « Les masques ne sont pas nécessaires pour tout le monde », disait la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye en mars dernier, juste avant le premier confinement contre le Covid-19. Six mois plus tard, ils sont devenus obligatoires dans la quasi-totalité de l’espace public. À l’image de cette question du masque, les Français ont entendu ces derniers mois des informations évolutives, voire contradictoires, de la part des gouvernements, des autorités sanitaires et des experts. Comment expliquer ces évolutions ? Que peut-on conclure à ce jour ? La Cellule vrai du faux propose de revenir sur cette série de revirements et de contradictions sur le Covid-19 et pour éclairer les débats en cours. »
    URL : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/masques-deuxieme-vague-tests-une-annee-d-informations-contradictoires-sur-le-covid-19_4220665.html

    ② Article « De la pénurie au pays « qui teste le plus » : comment la France a évolué sur le dépistage du Covid-19 » (Site web « franceinfo: » : par Gérald Roux, franceinfo – Radio France, publié le 23/12/2020) :
    Chapeau de l’article : « La stratégie de la France sur les tests Covid-19 illustre très bien les multiples annonces contradictoires ou ajustements vis-à-vis d’une épidémie inédite. »
    Court extrait : « La France est passée d’un extrême à l’autre dans sa politique de dépistage, en l’espace de neuf mois. Ainsi, le 19 mars, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon estimait qu’il n’y avait « pas d’indication à faire des tests quand on n’a pas de forme sévère ou quand on n’a pas de facteur de risque ». Le 15 décembre, le Premier ministre Jean Castex affirmait sur Europe 1 que « la France est le pays qui a le plus testé en Europe ». Pourquoi la France est-elle passée d’un dépistage très restrictif à un dépistage record ? »
    URL : https://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/de-la-penurie-au-pays-qui-teste-le-plus-comment-la-france-a-evolue-sur-le-depistage-du-covid-19_4212551.html#xtref=https://mobile-francetvinfo-fr.cdn.ampproject.org/v/s/mobile.francetvinfo.fr/vrai-ou-fake.amp

    « As usual : » bonne lecture…

  • Il fut un temps ou pour passer une frontière, nous devions présenter un CARNET DE VACCINATION, et ce quel que soit le pays.
    Et que nenni maintenant. Annoncer au citoyen lambda qu’il devra avoir un carnet de vaccination valide, qu’il crie déjà au scandale, à une atteinte à la liberté.
    Ne sont-ils pas devenus tous débiles ces râleurs systématiques.

    Dans cette situation de « gestion » du covid19 française-bordélique, européenne brouillonne n’affichant pas de coordination, et internationale, j’ai bien l’impression qu’il y aura un gagnant et un perdant. Le perdant c’est notre démocratie et notre sacro sainte « liberté » qui en prennent un sacré coup. Et le gagnant qui pointe son nez en affichant ses résultats c’est le modèle du dictateur Xi…qui en fait la promotion partout dans le monde. J’ai bien peur que l’UE comme les US perdent la crédibilité de leur modèle.
    Un exemple comme la grippe qui fait en France 10 000 morts/an, le port du masque ne sera-t-il pas obligatoire à l’avenir pour prévenir 10 000 décès inutiles.

     » Un bon livre, un bon discours, mais pas autant qu’un bon exemple ».

    Le problème de nos gouvernants, comme le premier ministre Jean CASTEX, dans son dernier discours, s’adressait à la nation avec condescendance à la deuxième personne du pluriel :  » pour VOUS protéger » , et non NOUS. Tout comme les règles de distanciations non respectés dans les dernières réunions du Président de la république, ou le non-port du masque par Bayrou, devant Castex et des ministres lors des journées du Modem à Biscarosse.
    Comment peuvent-ils après nous faire la leçon et surtout demander aux forces de l’ordre de faire le travail qu’ils ont du mal à faire eux-mêmes. Je comprends parfaitement la police.
    Quel désordre est envoyé dans la tête des citoyens.
    Quelle va être l’année 2021 ??

  • Nous voyons bien mon cher Joël que les interdictions, limitations, etc. n’arriveront pas à venir à bout du virus même si elles sont nécessaires et doivent être respectées. Elles ont des résultats calamiteux en ce qui concerne l’économie et la vie quotidienne qui va devenir infernale. Le confinement, les gestes barrières, le masque ralentissent seulement le virus dans sa progression même appliqués scrupuleusement (ce qui est impératif). Avec le recul nous le savons: la seule solution c’est la vaccination massive et rapide. Mais il y a des réticences et la solution d’un passeport pour les gens vaccinés me semble équitable et surtout efficace pour la reprise d’une vie normale. C’est d’ailleurs ce qui vient d’être adopté ce matin par la province d’Andalousie.

    • Tout à fait d’accord, d’ailleurs, j’en parle dans la seconde partie de mon article qui doit être publiée lundi prochain. Tant que les vaccins ne seront pas disponibles nous ne pourrons compter que sur les gestes barrières. Je souhaite simplement que tout soit fait, surtout du côté des scientifiques, pour inciter nos compatriotes à se faire vacciner. Je trouve aussi que cette idée du passeport vaccinal est une bonne idée. Ainsi on évite de rendre obligatoire la vaccination, tout en soumettant ceux qui n’en sont pas titulaire à des interdictions. Comme le permis de conduire en quelque sorte. Nous verrons ce qu’en pense le Conseil d’Etat.
      J’ai scindé cet articles en deux parties, d’une part parce qu’il était trop long et ensuite pour me permettre de bénéficier de la trêve des confiseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *