La pomme de terre, le vaccin et la polémique

3.6
(46)

Provenant du Chili et du Pérou, la pomme de terre a fait son apparition en Europe en 1534, tout d’abord en Espagne. En 1613, la pomme de terre fut servie à la table du jeune roi Louis XIII qui ne l’apprécia guère. Le légume fut alors cultivé uniquement comme plante ornementale ! En 1740, Turgot, ministre du roi Louis XIII, essaya d’en encourager la culture sans succès. La famine de 1769 amena Parmentier à chercher de nouveaux végétaux nourrissants. Le roi lui fit don d’une parcelle pour mener à bien ses essais de culture. Nul ne fit attention à ses premières expériences Il eut alors une idée de génie : faire garder son champ par des soldats. Du coup, des gens vinrent dérober, en pleine nuit une partie de ses plantations, bravant les sentinelles… qui avaient reçu l’ordre de les laisser faire ! C’est ainsi que la patate fit son chemin dans nos assiettes…

Il en est de même du vaccin contre la Covid. Depuis que nous avons la cuillère de bois de la vaccination dans le monde, que le tableau de la honte montrant la dérisoire part de la vaccination française au regard de nos voisins Allemands, Portugais ou Anglais a été publié par les médias et qu’il y a eu un sursaut bien tardif du Président français, bref depuis que nous avons le sentiment d’en être injustement privé, le vaccin fait un tabac dans la population. On est passé en quelques jours de 40% de pro vaccins à 51%. Cela ne surprendra personne -sauf les responsables de le vaccination- car méfiance ne signifie pas défiance. Les Français ne sont pas plus stupides que leurs voisins même s’ils avaient une certaine de défiance bien naturelle après les carabistouilles des masques et ceux des tests qui se sont succédés.

Le problème n’est donc pas de convaincre la population de se faire vacciner. Le pape François lui-même a fait écho à cette priorité : «Tout le monde doit faire le vaccin anti-SARS-CoV-2. C’est un choix éthique, car vous risquez votre santé, votre vie, mais vous risquez aussi la vie des autres.» La majorité a bien compris qu’il n’y avait pas d’autres moyens de sortir de la panne mortelle à laquelle nous sommes livrés. La question désormais n’est pus de convaincre mais de vacciner le plus vite possible, ceux qui le souhaitent. Or comme l’explique « Le Monde » dans son édition de lundi : «  Depuis six semaines, la définition et la mise en œuvre de la stratégie vaccinale du gouvernement s’apparentent à un interminable cauchemar où, sitôt un incendie maîtrisé, un autre se déclare ». Et le professeur Axel Khan président de la ligue contre le cancer qui se multiplie pour accélérer le mouvement ajoute : « La vaccination Covid doit avoir des priorités (la fragilité et les soignants), une stratégie collant à une situation évolutive, être aussi massive et rapide que les doses disponibles le permettent »

Ecoutons, le Professeur Axel Khan :  « On ne peut pas tout faire, on peut faire mieux. La France reçoit un peu + plus de 500.000 doses pas semaine et dispose d’1 M de doses, l’objectif doit être 500.000 vaccinations par semaine. Les rappels seront faits avec les doses reçues demain ». On ne peut dire mieux. La vaccination massive et rapide est une question de vie et de mort pour beaucoup d’entre nous (plusieurs milliers selon la vitesse du process) et surtout c’est grande une cause nationale qui peut limiter la casse et permettre que le monde de demain ne soit pas seulement les limbes du monde d’hier. Alors comment comprendre la réaction brutale du premier ministre Castex « c’est de la polémique ». Argumentation (si on peut dire) reprise par le ministre de la santé Olivier Véran.

Que les responsables gouvernementaux soient blessés de leur échec et humilié de la comparaison avec les autres pays c’est bien normal. Ils avaient juré qu’après les ratages des masques et des tests, ils ne manqueraient pas l’étape décisive de la vaccination or c’est un plantage total. N’épiloguons pas, l’Histoire analysera les raisons du retard que « Le Monde » évalue à 6 semaines. Mais ce n’est pas faire de la « polémique » que de s’en préoccuper, c’est même faire un acte citoyen. Selon TF1, 100 000 vaccinés ce lundi soir (138 000 selon un communiqué de la DGS). Remuez-vous Monsieur Castex, on est TRES loin du compte…

Pierre-Michel Vidal

Photo aprifel, documentation : Futura Sciences.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.6 / 5. Nombre de note : 46

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • Tableau récapitulatif des ouvertures de centres de vaccination dans les Pyrénées-Atlantiques à partir du 18 janvier 2021 :

    Pau Foire Expo
    Semaine du 18 janvier du lundi au samedi de 10h à 17h30 puis de 7h à 17h30
    Date d’ouverture 18 janvier 2021 Tél. 05 59 11 10 46

    Lescar centre de vaccination
    Du lundi au vendredi 8h50-13h
    Date d’ouverture :18 janvier 2021 Tél. 05 59 81 57 05

    Arzacq Centre de santé des Luys
    Du lundi au vendredi 8h50-13h
    Date d’ouverture : 19 janvier 2021 Tél.05 59 04 53 71

    Bayonne maison des associations de la ville
    tous les jours de la semaine de 8h30 à 18h
    Date d’ouverture : 18 janvier 2021 Tél. 05 47 75 68 37

    Biarritz Casino municipal
    Du lundi au samedi de 12h-16h
    Date d’ouverture : 18 janvier 2021 Tél. 0 800 72 60 64

    Anglet Espace Océan de la chambre d’amour
    Du lundi au samedi 8h à 12h
    Date d’ouverture : 19 janvier 2021 Tél. 0 800 80 09 28

    Saint-Jean-Pied-de-Port Salle du Laurhibar
    Du lundi au samedi de 14h à 18h
    Date d’ouverture : 18 janvier 2021 Tél.05 59 37 99 75

    Saint-Jean-de-Luz Centre de vaccination Saint-Jean de Luz- Bassin de la Nivelle
    Du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h Le samedi de 13h00-16h00
    Date d’ouverture : 21 janvier 2021 Tél. 05 59 61 61 99

    Cambo-les-bains
    Date d’ouverture à venir

    Mauléon Centre hospitalier
    Mercredi et jeudi de 13h30 à 16h30
    Date d’ouverture à venir Tél. 05 59 28 79 42

    Arudy
    Date d’ouverture à venir

  • Au XVIIIe on volait le ventre vide. Au XXe on saccage le ventre plein. Les temps ont changé, les exigences aussi mais l’humain beaucoup moins. Et la patate chaude est toujours brûlante.

    Le déploiement de la vaccination me rappelle mes années professionnelles avec notamment la différence entre l’industrie française et allemande.

    En France nous savons faire des produits très complexes. Mais nous avons tendance à négliger l’amont et l’aval d’un processus ; c’est-à-dire négliger la conception des approvisionnements (utilités, matières premières, par exemple) ainsi que l’évacuation ou le stockage des produits, pièces détachées ou encore le service après-vente.
    Souvent les budgets d’investissements se limitent au produit et oublient les périphériques.

    En Allemagne, la conception d’un produit complexe intègre beaucoup mieux toute la chaine, de l’amont à l’aval, nécessaire à un fonctionnement optimum.

    Quelques exemples du problème français qui me viennent à l’esprit : Concorde, la Dauphine Renault aux US, le procédé Secam, Bull, Goupil, Thomson, Minitel.

Répondre à Larouture Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *