L’indispensable passeport vaccinal

3.6
(63)

« Le Covid » ! Nous y revenons toujours car c’est notre souci à tous, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, pour des raisons différentes mais avec une angoisse commune, malgré les injonctions insupportables à un optimisme de façade. Le virus gagne le match et nous ne voyons pas le bout du tunnel. Avec pour conséquences 300 morts quotidiens mais aussi des milliers de malades, des opérations déprogrammées, des troubles psychologiques (psychiatriques souvent) de plus en plus nombreux, des suicides même dont on n’ose pas parler, des dizaines de milliers d’amendes brandies comme des scalps, des bagarres mortelles et récurrentes entre bandes d’adolescents (ce n’est qu’un début ! hélas !), des incivilités à la pelle, plus de pauvreté et de solitude pour les plus faibles ; tous les symptômes d’une privation des libertés.

C’est la seule issue envisagée par un gouvernement coupé des réalités, confiné, dont la politique, acceptable sur un temps court, repose sur la contrainte et le mensonge. Pour n’en prendre qu’un récent : Olivier Véran ne nous avait-il pas promis une vaccination pour tous avant l’été ? A-t-on le droit de duper le citoyen aussi exagérément ? Après les masques, les tests, voici la comédie (beaucoup plus grave celle-ci) des vaccins.

Pourtant, nous voyons à la télé, que des pays comme Israël, la Nouvelle-Zélande, Formose (la liste n’est pas exclusive) sont sortis d’affaires et que d’autres comme la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, après avoir connus l’enfer sont en train d’en sortir, grâce à une vaccination massive. Le citoyen n’est pas idiot. Même s’il ne discerne pas le vrai du faux dans les querelles d’experts mises sur la place publique, la responsabilité de cette pénurie vaccinale, que cela plaise ou non, est due à la stratégie européenne calamiteuse dans l’achat des vaccins et à ceux qui en ont la responsabilité Ursula Von der Leyen la présidente de la Commission et Thierry Breton le commissaire qui en a la charge.

Le Figaro de ce vendredi matin résume bien la situation : « Les doses continuent à faire cruellement défaut dans l’Union. Les retards de livraison se sont accumulés en janvier et février, notamment de la part d’AstraZeneca, qui ne devrait livrer que 40 millions de doses d’ici à fin mars au lieu des 90 millions inscrites sur le contrat signé avec la Commission. La plus grande confusion régnait jeudi sur la capacité du groupe anglo-suédois à fournir à l’UE les 180 millions d’unités attendues au second trimestre. Le nouveau président du Conseil italien, Mario Draghi, s’est montré particulièrement ferme lors de la réunion, avançant l’idée qu’il faudrait bloquer les exportations des entreprises qui ne respectent pas leurs engagements (…). La campagne de vaccination européenne contre le Covid-19 à déjà accumulé cinq semaines de retard par rapport au programme. Un délai qui représente deux points de PIB perdus, soit près de 90 milliards d’euros. 

Bien que la vaccination avance à un rythme d’escargot, voici qu’un nouvel obstacle politique freine le retour à une vie normale : les réticences face au passeport vaccinal adopté par certains pays et projetés par d’autres comme la Grèce, le Danemark, l’Italie et l’Espagne prêts à l’instaurer dès que possible. Le Président l’a dit : «Je n’accepterai pas un système où on conditionnera l’accès de tel ou tel pays à un certificat (…) Nos jeunes n’auront pas été vaccinés fin juin ou début juillet. On ne va pas leur dire : “Vous ne pourrez pas circuler d’une région à l’autre, parce vous n’avez pas le certificat de vaccination”. Il faudra une stratégie de test ou autre». Sera-t-il suivi ? Nous jugerons ici son poids réel au niveau de l’Union, contesté par Mario Draghi après l’avoir été par la chancelière sur le départ.

Emmanuel Macron, qui, il le sait, n’a plus le dernier mot à Bruxelles, en même temps déclarait qu’il tiendrait une réunion avec des membres du gouvernement la semaine prochaine pour préparer la mise en place d’un “pass sanitaire”, qui ne sera pas un “passeport vaccinal”, en vue de la réouverture des lieux culturels et des restaurants fermés par la pandémie. La mise en œuvre d’un tel instrument “va poser beaucoup de questions techniques, de respect des données individuelles, d’organisation de nos liberté (…) il faut (la) préparer dès maintenant techniquement, politiquement, juridiquement”, a-t-il déclaré. Pass sanitaire plutôt que passeport sanitaire c’est de la sémantique : c’est comme couvre-feu plutôt que confinement ; la même chose ou presque…

François Bayrou a un point de vue plus net que celui de son ami Macron,  il l’a dit avec courage dès le début de ce débat et il l’a répété à plusieurs reprises, notamment sur France Info ce jeudi : « J’ai toujours été favorable au certificat de vaccination. Pensez à la société française, les universités, la culture, la jeunesse, à la possibilité de ressortir sans crainte pour nos ainés ». Les faits lui donnent raison sur ce point.

La télé nous montrait en effet hier des images de Tel Aviv où de premiers concerts publics avaient lieu grâce au certificat de vaccination. Un simple clic sur un QR code et nous pourrions retrouver les salles de cinés, les restaurants et les bars, les théâtres. Ils n’attendent que cela car même avec une clientèle réduite restaurateurs ou artistes pourraient exercer à nouveau le métier qu’ils aiment plutôt que d’être payé à ne rien faire. Ce retour progressif à une vie normale, bénéfique pour une économie en perdition, nous en serions donc privés pour des raisons de calendrier vaccinal ? Prenons ce que nous donnent les bienfaits de la science sans céder à l’envie, à la jalousie. Le tour de chacun viendra. La raison nous le commande.

Sans doute en sera-t-il du passeport vaccinal (ou du « pass-sanitaire ») ce qu’il en fut du vaccin : après le temps du refus celui d’une adhésion massive car c’est la clé du retour au monde d’avant, ce paradis perdu. Il s’imposera massivement dans l’avenir faisant peser sur la campagne de vaccination de nouvelles contraintes. Là est le hic pour le gouvernement qui n’est pas pressé de se hâter dans ce domaine.      

Pierre-Michel Vidal

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.6 / 5. Nombre de note : 63

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Jean-François de Lagausie

    je suis tout à fait partisan du passeport (ou pass) vaccinal ce qui permettra une reprise d’activité au moins partiel des cinéma, théâtres, restaurants.
    L’idée qu’il ne faut pas créer deux catégories de français me fait rigoler: il y a déjà plusieures catégories de deux catégories :ceux qui ont plus de 75 ans et les autres ,ceux qui habitent à l’Est (très touchés) ceux qui habitent à l’Ouest……… etc,etc

  • Michel LACANETTE.

    Un simple clic sur un QR code et nous pourrions retrouver les salles de cinés, les restaurants et les bars, les théâtres. Donc vous êtes partisan pour créer une sous catégorie de citoyen. Oui, pourquoi, pourquoi ?

    Peut être faudra t’ il aussi afficher le passeport vaccinal sur le revers du veston comme l’ étoile jaune d’ une certaine époque noire. Cessons de tomber dans le travers de la démagogie, surtout que les vaccins ARN et ADN protègent le vacciné, mais ne l’ empêchent pas d’ être contaminant. L’ exigence d’ un test PCR négatif de moins de 48 h est bien plus efficace que la vaccination. C’ est ce que font actuellement de nombreux pays.

  • Donc vous êtes partisan pour créer une sous catégorie de citoyen , ceux qui refusent une politique vaccinale qui n’ empêchera pas la transmission du virus,( il faudra garder le masque et respecter gestes barrières: OMS 29/12/2020) qui exposera a des effets indésirables parfois trés graves ,des vaccins conçus en quelques jours alors que le temps nécessaire pour respecter toutes les étapes de sécurité varie de 3 a 10 ans , que les labos ont demandé et obtenu d’êtres exonérés de poursuites dans le cas d’effets secondaires graves ,(cela donne de la confiance !) mais engrangent des profits considérables !!
    Et nous ne sommes pas anti vax!! , mais beaucoup de faits nous interpellent, pourquoi Sanofi/Pasteur leader de la vaccination a laissé « tomber » ses projets de vaccins pour devenir les « sous traitants  » des labos Américains ?
    Cette crise sanitaire pose d’autres questions : pourquoi avoir tout misé sur la vaccination, pourquoi avoir interdit aux médecins de soigner alors que des traitements existent notamment pour éviter les réanimations, pourquoi supprimer des lits d’hôpitaux (encore des centaines a ce jour) !!
    Oui, pourquoi, pourquoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *