Quand Bayrou cite de Gaulle

4.7
(85)

Le 18 février 2021, sur RMC – BFM – TV, François Bayrou était interviewé par Jean Jacques Bourdin. Les sujets abordés étaient divers. Mais le principal restait l’élection des députés au scrutin proportionnel. Actuellement, Bayrou fait de ce sujet son cheval de bataille. Depuis le temps qu’il nous en parle, nous finissons par bien connaître l’ensemble des arguments qu’il développe. Mais ce jour-là il n’a pas hésité à faire appel au Général de Gaulle pour conforter son opinion. C’est d’autant plus curieux que le concepteur de la Vᵉ République a tout fait pour que soit adopté le scrutin majoritaire à deux tours et, de ce fait, que soit abandonnée la proportionnelle.

S’exprimant sur la proportionnelle pour l’élection des députés, il fait référence au Général de Gaulle (9’25 »). Il lui fait dire : « Nous allons enlever l’exécutif aux manœuvres et combinaisons parlementaires. Nous allons le confier à un président de la République élu. Et ensuite il formera son gouvernement (entre guillemets précise Bayrou) « en tenant compte des nuances de l’assemblée nationale ». Il voulait dire que quand vous avez un président élu qui a la légitimité du pouvoir, il lui est loisible d’élargir, de tenir compte… ».

https://www.bfmtv.com/replay-emissions/bourdin-direct/francois-bayrou-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-18-02_VN-202102180134.html

Outre le fait que j’ai cherché en vain cette citation – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas exacte – il est exagéré de prétendre qu’elle constitue de la part de l’homme du 18 juin un choix clair pour la représentation proportionnelle. A partir de là il faut quand même s’interroger sur ce qu’a voulu le Général de Gaulle lorsqu’il a conçu la Vᵉ République. Il est extraordinaire de faire appel à lui pour appuyer une théorie avec laquelle il était en total désaccord. On peut, c’est vrai, en de nombreuses circonstances, le citer en sortant ses propos du contexte dans lequel ils ont été employés. Pour bien comprendre la position de l’homme du 18 juin sur ce sujet, il faut lire l’excellent article de Alain Tranchant paru dans la Revue des deux mondes le 24 septembre 2018.

Alain Tranchant, président de l’Association pour un référendum sur la loi électorale, fait ici une brillante démonstration de l’esprit qui a guidé à la fois le Général de Gaulle et Michel Debré, les principaux concepteurs de la Vᵉ République. En premier lieu, les puristes se reporteront au discours de Bayeux du 16 juin 1946 au cours duquel de Gaulle brosse sa conception directrice d’une constitution. Il y définit les grandes lignes d’un régime qui ne doit plus être parlementaire mais présidentiel. Puis, à l’occasion d’une conférence de presse en date du16 mars 1950, il déclare : « Nous avons expérimenté, nous les Français, tous les systèmes électoraux possibles et aucun n’a jamais pu compenser la malfaisance du régime des partis ». La représentation proportionnelle porte la marque indélébile de la IVᵉ République, de ses 23 gouvernements qui ont défrayé la chronique de 1946 à 1958 et mené la France au bord de la faillite. En 1958 le choix du scrutin majoritaire à deux tours sera décidé par ordonnance. Selon lui, le mode de scrutin doit « aider dans une nation aussi divisée que la nôtre au regroupement des opinions ». Puis dans ses Mémoires d’espoir, il écrira : « Afin d’avoir la majorité, il faut un scrutin majoritaire. […] rejetant la représentation proportionnelle, chère aux rivalités et aux exclusives des partis mais incompatible avec le soutien continu d’une politique en adoptant tout bonnement le scrutin uninominal à deux tours ».

De son côté, Michel Debré, chargé par de Gaulle de la rédaction de la constitution de la Vᵉ République est également un adversaire de la proportionnelle. Il cite Colani (collaborateur de Gambetta) pour qui « la recherche d’une représentation exacte de la minorité est la chose au monde la plus vaine et la plus futile ». Il voit dans la représentation proportionnelle « un truc pour maintenir l’autorité des partis ». En effet, chaque parti considère les réformes électorales, uniquement sous l’angle de son propre intérêt.

Pour terminer cette liste de citations que François Bayrou a sans doute oubliées ou dont il n’a jamais eu connaissance, laissons la parole au Général de Gaulle : « Si l’on veut une majorité, il faut un scrutin majoritaire ». Puis : « Le scrutin majoritaire à deux tours est le scrutin de la République ».

Il faut oser faire dire au concepteur de la Vᵉ République, par une curieuse citation, le contraire de ce qui toujours été sa conviction profonde.

Pau, le 1er mars 2021

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de note : 85

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

4 commentaires

  • Bonjour,

    En me promenant sur la toile, j’ai fait la connaissance de votre Association, et j’ai découvert cet article.

    Je me permets de vous faire savoir que j’ai répondu à M. Bayrou sur « France Soir ». L’article s’intitule : « Bayrou : la République en marche arrière ».

    En vous remerciant de vos appréciations, et bien cordialement à vous. Alain TRANCHANT, Nantes et béarnais en vacances

  • Robert Contrucci

    Marre de tous ces politiques et/ou intellectuels qui paradent sur les plateaux TV ou radios, pour se réclamer pour certains du Général de Gaulle et pour d’autres, de droite comme de gauche, alors que ces derniers ont parfois combattu ses idées sans aucune modération !

    Rappels, pour ceux cités ci-dessus… :

    ① Article « De Gaulle, une référence très “général” » (Site web de « France Culture » , billet politique par Frédéric Says, publié le 11 novembre 2020)
    Chapeau de l’article : « Pourquoi les responsables politiques constellent-ils leurs discours d’allusions à Charles de Gaulle ? »
    « Difficile de ne pas l’avoir remarqué : nous sommes en pleine « année de Gaulle ». En 2020, c’est l’anniversaire tout rond de sa naissance, de sa mort et de l’appel du 18 juin 40.
    Ça n’a pas échappé non plus aux responsables politiques de tous bords, qui aiment parsemer leurs interventions de références au « grand Charles ». »
    URL : https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique/le-billet-politique-du-mercredi-11-novembre-2020

    ② Article : « Présidentielle : De Gaulle, un héritage disputé par tous » (Site web du magazine « L’Express » : par Lexpress.fr, publié le 02/05/2017)
    Chapeau de l’article : « Le petit-fils du général de Gaulle a dénoncé mardi la récupération du nom de son aïeul, alors que l’héritage du général a été cité à plusieurs reprises pendant la campagne. »
    URL : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/de-gaulle-un-heritage-dispute-par-tous_1904406.html

    ③ Article : « Politique : Présidentielle 2017 : ils s’arrachent tous le Général ! » (Site web du journal « Le Parisien» : par Olivier Beaumont (avec P. Th.), publié le 31 octobre 2016)
    Chapeau de l’article : « L’ombre de la croix de Lorraine plane sur la campagne. A gauche et surtout à droite, les candidats multiplient les références à Charles de Gaulle. »
    URL : https://www.leparisien.fr/politique/ils-s-arrachent-tous-le-general-31-10-2016-6270450.php

    « As usual ou…. last but not least : » : et à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, ce n’est hélas, pas prêt de s’arrêter !!!

    • Vous avez raison de préciser de droite comme de gauche. Après avoir lu plusieurs biographies du Général de Gaulle, dont celle de Paul-Marie de la Gorce, je n’ai jamais trouvé chez les auteurs une certitude selon laquelle de Gaulle était plus de droite que de gauche ou l’inverse. C’est ainsi n’en déplaise à beaucoup qui se disent d’un côté ou de l’autre.

Répondre à Joël Braud Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *