Bravo !

5
(57)

C’est le premier auteur français, et le premier auteur d’origine africaine, a avoir obtenu, avec sa traductrice Anna Moschovakis le fameux prix International Booker Prize. Il s’appelle David Diop et le titre de son livre est At night all blood is black, un titre bien dans l’air temps, même si son action se déroule durant la première guerre mondiale, avec les tirailleurs sénégalais. Frères d’âme dans la version française originale reflétait bien l’attachement entre deux compagnons et le déchirement de la perte au combat de l’un des deux. Retenu en vue de plusieurs récompenses littéraires, il avait obtenu le Goncourt des lycéens. Désormais, c’est l’univers des hommes et des femmes de couleur qui retient l’attention, et hélas, il y a encore bien à faire.

Ses étudiants à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et ses collègues doivent être fiers de lui.

Mais au fait, les habitants de cette ville ont-ils fait tout ce qu’ils pouvaient pour ces jeunes, souvent isolés durant le confinement, et privés des ressources des emplois précaires habituels ?

Jean-Paul Penot

PS pour les amateurs de littérature qui en feront ce qu’ils pourront :

Le Monde, L’Obs,Télérama et France Inter organisent, du 4 au 6 juin, la première édition du festival littéraire MOT pour mots. Un moment de rencontres, de lectures, de signatures et de débats en public, dans des librairies partenaires et à la Villette (Paris 19e), qui fêtera les retrouvailles entre les écrivains et leurs lecteurs, empêchés de se voir et d’échanger, depuis le début de la crise sanitaire. Car le contact entre un auteur et son lecteur, au-delà du texte, c’est aussi « un rapport humain, un regard, une interrogation, un sourire. L’utopie, peut-être, de croire qu’il y a une communauté possible autour d’un livre, d’une écriture », explique par exemple Laurent Mauvignier, un de nos invités à MOT pour mots. Avec lui seront présents à la Villette, le samedi 5 juin et le dimanche 6 juin, près d’une quarantaine d’auteurs, parmi lesquels Nicolas Mathieu, Amélie Nothomb, Édouard Louis, Alice Zeniter, Dany Laferrière, Camille Laurens, Pierre Nora, mais aussi Florence Cestac, Catherine Meurisse, Pénélope Bagieu… Les rencontres et débats sont gratuits, accessibles sur réservation sur le site mot-pour-mots.fr, et visibles pour certains en vidéo et en direct, tout au long du week-end, sur le site de Télérama. MOT pour mots, ce sont aussi des rencontres partout en France, les 4 et 5 juin, dans plus d’une vingtaine de librairies partenaires.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 57

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • Pierre-Michel Vidal

    Bravo David Diop ! Sans doute mériterait-il une « célébration » locale. En tout cas, il devrait être mieux connu ici, mais le dicton ne dit-il pas : « nul n’est prophète en son pays ». Il fallait donc lui rendre hommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *