Abstention, et maintenant on fait quoi ?

5
(93)

Devant des chiffres jamais atteints de l’abstention lors des élections pour les départementales et les régionales, tout le monde politique va y aller de son avis et de ses propositions pour remédier à ce que l’on peut appeler une crise démocratique. Enfin dans un premier temps puis ensuite, une fois élus, ils ne s’attarderont plus sur le sujet. L’essentiel pour eux étant l’élection ou la réélection, celle-ci acquise, ils penseront à la prochaine échéance.

On nous abreuvera de propositions qui ne seront pas nouvelles mais qui donneront bonne consciences aux beaux esprits, à ceux qui se disent indispensables au bon fonctionnement de notre société.

  • Certains nous diront qu’il faut inclure dans le calcul des résultats électoraux les votes blancs et nuls. Lorsque l’on sait, à ce propos, que les plus grands abstentionnistes sont les députés et les sénateurs et que dans les possibilités de vote dont ils disposent, on distingue, le vote pour, le vote contre, le vote blanc et la non participation au vote. On comprendra en conséquence que leur exemple est loin de nous inspirer une solution, bien au contraire.
  • D’autres diront qu’il faut rendre le vote obligatoire et que l’exemple belge pourrait nous servir de modèle. Oui, sans doute, mais ce n’est pas la culture de notre pays où on considère que chacun doit rester libre de s’exprimer et que la démocratie en dépend. La peur de la répression n’est pas la meilleure motivation de l’électeur.
  • On nous parlera du vote par correspondance ou un jour de semaine en expliquant que cela facilitera la démarche elle-même. Ce serait oublier que même si celle-ci est plus simple elle nécessite qu’il y ait un intérêt pour les propositions des candidats.
  • On nous dira que la solution est le vote par Internet, là encore ce ne sera pas la solution au désintérêt dont les abstentionnistes font la preuve. Et ce n’est pas parce que la majorité des Français dit y être favorable qu’il faut l’adopter. La rencontre des électeurs dans ou à proximité d’un bureau de vote permet des échanges. Et pourquoi, le vote devrait-il être aussi dématérialisé ? Ne serait-ce pas au contraire un pas de plus vers l’individualisme ?
  • On nous dira que seule la proportionnelle est susceptible de motiver les électeurs, en omettant soigneusement de rappeler que les régionales, comme les municipales, sont déjà des scrutins à la proportionnelle et que, pour autant, nous connaissons cette lamentable abstention.
  • Il y aura les donneurs de leçon qui diront que si on les avait écoutés on aurait reporté ce vote au mois de septembre ou d’octobre. Néanmoins, ils seront bien incapables d’expliquer pourquoi. Il est reconnu universellement que L’état sanitaire du pays n’y est pour rien.
  • Enfin on nous dira qu’il serait bien de permettre aux citoyens de voter à partir de l’âge de seize ans. Là encore c’est oublier que les statistiques démontrent qu’actuellement les 18/24 ans s’abstiennent à hauteur de 87%.

Rappelons que lors du premier tour de ces votes du 20 juin 2021, le taux de participation a été seulement de 33,3% au plan national (dans les Pyrénées Atlantiques : 38,59% aux régionales ; 38,82 aux départementales). Du jamais vu ! Il serait temps qu’on se pose d’autres questions que celles qui concernent la procédure. Autrement dit : les réponses sont d’ordre politique avant d’être d’ordre technique. Le sujet ce ne sont pas les dates, c’est le retour à une forme de confiance dans nos institutions. Or cette confiance est absente. L’argument le plus fréquemment soutenu par les abstentionnistes est de dire que leur vote ne sert à rien, qu’une fois élus, les candidats font ce qu’ils veulent et oublient leurs promesses et leur engagement. Ils n’ont pas tout à fait tort surtout lorsqu’on considère ce qu’est devenue la décentralisation. Les départements devaient disparaître mais les élus avec la loi NOTRe (7 août 2015), s’y sont opposés. Ce faisant, il ont défendu leurs intérêts personnels aux dépens de l’intérêt général. Un raté qui rend maintenant la décentralisation incompréhensible. Qui fait quoi et pourquoi autant de strates sur ce mille-feuilles ?

Si l’on revoyait le rôle même des élus, en leur rappelant qu’ils sont en charge d’un service pour l’intérêt général. Que leur mandat ne peut être que temporaire et que maintenant doit se poser la question de savoir s’il peut être renouvelable.

Pau, le 28 juin 2021

par Joël Braud

Crédit image : Le chat. Geluck

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 93

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

15 commentaires

  • L’actualité du transfert de l’impression des quotidiens de Pyrénées Presse de Pau à Bordeaux, me fait penser aux dernières élections départementales et régionales.

    Les lecteurs des journaux papiers comme les électeurs se rangent de plus en plus aux abonnés absents.

    Cette concordance est moins qu’une causalité mais plus qu’une simple corrélation.

  • Aujourd’ hui que l’ on veut rendre la vaccination obligatoire pour l’ ensemble du personnel hospitalier, ne pourrait t’ on pas aussi rendre le vote obligatoire pour l’ ensemble des fonctionnaires et personnels des collectivités régionales, ainsi que locales. Cette mesure ,ne serait j’ en conviens qu’ une réponse partielle au problème de l’ abstention, mais sûrement un geste incitatif pour le restant de l’ électorat. Un juste retour de reconnaissance des faveurs républicaines à l’ égard du personnel de l’ Etat.
    Il nous faudra en parler à notre Haut Commissaire au Plan quelque peu embrouillé et en panne d’ idées face à ce problème.
    Régionales : « UN COUP DE SEMONCE « , estime François Bayrou

    « Les Français n’ont pas perçu le cap qu’ils avaient reconnu au moment de l’élection du président de la République », a estimé le chef de file du MoDem.
    Source AFP
    Publié le 27/06/2021 à 22h57

    François Bayrou, le président du MoDem, a jugé dimanche que les résultats des régionales sont « un coup de semonce » pour « la démocratie » et « la majorité », recommandant à l’exécutif de ne pas « passer par-dessus l’élection et recommencer comme c’était avant ». « Le coup de semonce que les Français ont adressé s’adresse aussi à ceux qui sont aux responsabilités, parce que les Français n’ont probablement pas perçu le cap qu’ils avaient reconnu au moment de l’élection du président de la République », a-t-il analysé sur LCI. « L’abstention, c’est la manifestation d’une opinion, d’un retrait, je ne pense pas que l’abstention soit une désinvolture », a commenté l’éphémère ministre de la Justice d’Emmanuel Macron.

    Reprendre « l’organisation de notre démocratie locale »

    « Les Français ne se reconnaissent plus dans la manière dont le pays est organisé », a-t-il également commenté, assurant que « personne n’arrive à comprendre la différence entre régions et départements, avec deux élections différentes, selon deux lois électorales différentes ».

    « Il faut que nous reprenions la question de l’organisation de notre démocratie locale », « infiniment embrouillée par des strates successives où les électeurs n’arrivent pas à se reconnaître », a réclamé François Bayrou. « C’est quand même absolument incroyable, que, dans un pays comme le nôtre, on ait des autorités nationales qui continuent à nous expliquer que, « non, le vote par correspondance, ça ne se fera pas » », s’est-il exclamé, prenant comme exemple les élections présidentielles américaines de 2020 où plus de 100 millions d’électeurs ont voté par correspondance ou de manière anticipée.

  • de Lagausie Jean-François

    Une huitième solution serait de rendre certaines tranches du millefeuille occupées par des fonctionnaires, qui n’auraient qu’à appliquer la loi. Par exemple au niveau département qui s’occupe principalement de l’aide sociale, il y a des lois décidées au niveau national.

  • Je crois que l’abstentionnisme relève d’un tout qui n’est que le résultat des évolutions très rapides de nos modes de vie, d’éducation, vers le consumérisme, l’individualisme, la standardisation des rêves et objectifs. La baisse vertigineuse des niveaux scolaires en est un indice.
    La baisse de qualité de l’offre politique va avec ce tout ..
    Il ne servira à rien de nommer des gens pour réfléchir à ces sujets car c’est l’acceptation des dérives sans réaction, sans combats qui génère cette attitude de fatalisme à l’appel des urnes ou qui la confirme …

    Dans le monde de l’entreprise et des administration c’est pareil, on rale mais dès qu’il s’agit de se mouiller pour l’intérêt général ou une injustice portée à l’autre … Plus personne . Pour avoir la paix les directions transforment les syndicats en ascenseur de carrière pour leurs représentants et ça marche ! Du coup l’acceptation et le fatalisme prospèrent avec quelques sporatiques actions quand une fermeture s’annonce ici ou là ..

    Quand on voit la déclaration du plus au sommet de l’Etat il y a un mois sur le plus gros dossier du mandat : la réforme des retraites annoncée comme retirée de l’ordre du jour jusqu’à la fin du quinquennat dans tous les médias durant 48 h .
    Et le lendemain de l’élection, le même niveau Présidentiel et gouvernemental balaye sa déclaration pour annoncer le contraire .

    Comment voulez vous que la confiance se rétablisse avec de tels comportements ?

    Si ce n’est pas prendre les citoyens qui croient encore à la démocratie pour des imbéciles je ne sais pas comment cela s’appelle. Cette seule attitude aussi flagrante est irresponsable. S’il ne peuvent faire autrement alors il ne fallait pas faire la déclaration d’il y a un mois . C’est jute une question d’honnêteté .

    • Tous les maux que vous énoncez sont connus et reconnus de la part des responsables politiques. La cause racine du problème est qu’ il n’ y a aucune obligation légale qui oblige les politiques à apporter une réponse crédible à cela.
      Bien au contraire, ils profitent à 100% de ce trou dans la raquette et sont même très contents de se faire élire avec 10% des inscrits sur les listes électorales sans que personne leur demande des comptes.
      C’ est cette lacune là qu’ il faut remettre en cause et stopper, peut être par une loi demandée par les députés, ou par le peuple. Sans quoi demain la démocratie s’ éteindra de sa belle mort, ou laissera la porte grande ouverte à tous les démagogues, comme cela se passe dans bien des pays. Et que nos dirigeants condamnent, alors qu’ ils utilisent les mêmes moyens pour parvenir à leurs fins.
      Jusqu’ à maintenant les responsables politiques ont pu » endormir  » l’ électorat en le brossant dans le sens du poil, à coup de projets ou de subventions ( si possible européennes pour ne pas toucher aux finances nationales) mais en sera t’ il ainsi pour l’ avenir ……. . Le prix à payer pour endormir l’ électorat ne sera t’ il pas bientôt démesuré par rapport aux bénéfices escomptés……. Vaste question

    • Je suis bien d’accord avec ce que vous écrivez. Je soulignerais davantage la baisse des niveaux scolaires. L’éducation civique n’existe pratiquement plus. Il est aussi exact que regrettable de constater que les chefs de service, dans le public comme dans le privé favorisent l’avancement des syndicalistes pour éviter les vagues. En définitive ce ne sont plus les meilleurs professionnels qui sont reconnus mais les contestataires qui, au final, ne roulent que pour eux.
      Ce soir, j’ai vu à la télé locale la déclaration de J.J. Lasserre qui vient d’être réélu président du conseil départemental. Il est conseiller général depuis 1982, il effectue son troisième mandat de président. Il a été vice-président. Il a été sénateur en 2011. Et ce soir lorsque les journalistes l’interrogent il dit que la situation actuelle est inquiétante et qu’il faut trouver une solution pour lutter contre l’abstention. Adepte forcené de la langue de bois, il évite soigneusement de dire comment. Il a 77 ans. Il est le modèle de ce que les électeurs rejettent, mais il est élu ! A aucun moment il ne reconnait sa responsabilité de (très) vieil élus dans la situation que nous vivons.
      Dans le même temps, les politiques pensent à la présidentielle qui aura lieu dans un peu moins d’un an, en avril 2022. Tous les jours un nouveau candidat et même candidate se dévoile. Ils ne pensent qu’à ça et oublient ce pour quoi ils ont reçu mandat.
      Il est bien logique, dans ces conditions, que l’électeur ne se sente pas réellement concerné. Il a le sentiment que sa voix ne sert à rien.

      • Il n’y a pas que l’electeur qui a le sentiment que sa voix ne sert à rien. Dans l’exécutif départemental comme le municipal d’ailleurs, quand vous intervenez fréquemment pour signaler des carences flagrantes, des orientations inopérantes, des situations individuelles qui nécessiteraient de revoir des organisations pour apporter des réductions de délais etc … Et que vous avez systématiquement en réponse des  » on le note  » , des dérobades de tribune au sujet sérieux que vous essayez de faire prendre en compte … Des mensonges grossiers au besoin … Le même sentiment fini par vous assaillir quand avec une innébranlable constance vous subissez ça pendant six ans !

        Vous illustrez parfaitement d’ailleurs cette pratique qui consiste à éluder toute responsabilité dans l’exemple de la question sur l’abstention posée au président Lasserre et de sa non réponse .

        C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de ne pas me représenter. Le fait minoritaire face a des exécutifs qui fonctionnent ainsi donne le sentiment d’être empêché de faire votre travail tel que les citoyens vous l’ont confié, notamment si vous avez vécu d’autres mandats très actifs et constructifs, ce qui est mon cas . Je crois que localement au moins les gens ont besoin d’une relation proche et réelle avec leurs élus ( lieu commun certes … ) et quand cette réalité vit, on obtient les meilleurs taux de participation . Ce fut le cas sur PAU NORD pendant 20 ans, où nous avions tous les records de participation en milieu urbain de façon continue. Depuis 4 ans … Nous sommes rentrés dans le rang des moyennes voisines .
        C’est pourquoi il faut relancer par la jeunesse une tentative ( j’ai bien dit une tentative ) de réapropriation de la démocratie avec de nouveaux élus à condition qu’ils intègrent les fondamentaux : travail – travail – travail – sincérité – humilité – attention à chacun .
        Qu’ils ne confondent plus communication ( qui intègre trop de compromis avec le mensonge, la sur promesse publicitaire ) et politique .

        • C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de ne pas me représenter.

          C’ est courageux de votre part et votre droit le plus intime. Vous n’ avez pas fait comme certains qui ont démissionné depuis longtemps en leur fort intérieur, mais qui des décennies après sont toujours là à occuper leur place et surtout décidés à ne pas la laisser à d’ autres et particulièrement à des jeunes, peut être porteurs de projets ou d’ idées nouvelles, qui pourraient faire bouger les lignes du monde politique..
          Le seul reproche que l’ on peut peu être vous faire, est de ne pas avoir dénoncé publiquement encore plus fort votre départ. Je pense que quantité d’ anciens élus sont dans le même cas que vous  » de disparition sur la pointe des pieds le plus discrètement possible. » Ce qui est encore plus déplorable c’ est qu’aucun parti dans la même situation ne défende ses représentants en ne s’ associant pas à leur démarche, comme si cela était une fatalité inscrite dans le fonctionnement politique. D’ une certaine manière, c’ est tuer la démocratie, ou du moins cautionner sa disparition.

        • Juste quelques constatations et/ou interrogations…

          / « Il n’y a pas que l’électeur qui a le sentiment que sa voix ne sert à rien. Dans l’exécutif départemental comme le municipal d’ailleurs, quand vous intervenez fréquemment pour signaler des carences flagrantes, des orientations inopérantes, des situations individuelles qui nécessiteraient de revoir des organisations pour apporter des réductions de délais etc … Et que vous avez systématiquement en réponse des » on le note » , des dérobades de tribune au sujet sérieux que vous essayez de faire prendre en compte … Des mensonges grossiers au besoin … Le même sentiment fini par vous assaillir quand avec une inébranlable constance vous subissez ça pendant six ans ! »

          Je ne pense pas que cela soit spécifique au Béarn, pour ce que vous avez constaté durant vos mandats, au sein du « Parlement de Navarre »… : serait-on dans la série « Le bal des faux-culs » ?!?

          Là, est aussi une des raisons qui fait que les électeurs ont l’impression que leurs voix, ne servent à rien…

          J’espère que vos constats sont sensiblement différents par rapport au mode de gouvernance actuel du maire de Pau : en effet, si il en est de même dans le Conseil municipal et suite à la lecture de la presse et même d’un des vos commentaire du 23 juin 2021 à 10h 59 mn, paru à la suite de l’article « Quand l’Élan ne sera plus béarnais » de Joël Braud, publié le 3 mai 2021, on peut se poser des questions sur le rôle dévolu à l’opposition…
          URL : https://alternatives-pyrenees.com/2021/05/03/31906/

      • Sans verser dans une discussion « Café du Commerce » suite à l’abstention record ou la faible taux de participation lors des dernières élections régionales et départementales…

        / »Il est bien logique, dans ces conditions, que l’électeur ne se sente pas réellement concerné. Il a le sentiment que sa voix ne sert à rien. »

        Est-il utile de rappeler que beaucoup de personnes, ont été « vaccinées » avec :

        1) au niveau national : après plusieurs élections présidentielles, telle que celle d’un président de gauche qui, une fois élu, a pratiqué une politique de droite et presque vice-versa pour son prédécesseur…
        Exemple : François Hollande est le président qui a le plus augmenté les impôts et en particulier les prélèvements obligatoires…

        2) au niveau régional : l’obstination du « Roitelet de la région Nouvelle-Aquitaine« , qui vient hélas, d’être réélu, pour, entre autres actions, continuer et finaliser (???) la ligne ferroviaire Pau- Canfranc…

        Rappel : Oloron – Bedous = plus de 100 millions d’euros = gabegie en cours et/ou prévue si les travaux toujours en retard par rapport aux prévisions, continuent pour cette ligne ferroviaire alors que cette ligne vers Canfranc, n’est pas considérée comme prioritaire, la modernisation des TER me semblant plus importante….

        On est très loin du début des travaux « à horizon 2021, pour une livraison en 2024-2025… »

        = allons-y gaiement avec l’argent des contribuables, même si du côté espagnol, le gouvernement aragonais est plus enclin à cette réouverture que du côté du gouvernement français (…).

        Par ailleurs, je ne m’étendrai pas sur le ferroutage qui relève de l’illusionnisme… :
        « …le ferroutage souffre d’un manque évident de compétitivité vis-à-vis de la route, notamment pour les petites distances. Il ne peut actuellement concurrencer les poids lourds ni sur la qualité de service ni sur les tarifs.
        De plus, il impose de profonds bouleversements dans l’organisation des entreprises, en particulier pour les transporteurs. Ces contraintes bloquent donc son développement. » (Extrait du dossier « Le ferroutage : intérêts, limites et perspectives » (site « FAQ Logistique ») : le lobby des transporteurs routiers n’acceptera pas le report, même partiel, du transport des marchandises vers le ferroutage, à moins que l’on ne les y oblige par des mesures coercitives, ce dont je doute… »
        « Un trafic dense, massif et répétitif » sur cette extension de 33 km me semble peu probable…
        Conclusion (Plutôt définitive que… provisoire 😉 ) : le lobbying ferroviaire reste un dossier très politique…

        Nota 1 : ce qui précède, est un court extrait des commentaires publiés à la suite de l’article « Train et route en vallée d’Aspe : enjeux et questions » de G. Manaut, publié le 3 novembre 2017
        URL : https://alternatives-pyrenees.com/2017/11/03/train-et-route-en-vallee-daspe-enjeux-et-questions/

        Pouvoir exercer sa citoyenneté est une chance dans une démocratie et chacun a un rôle à jouer, mais hélas, force est de constater que beaucoup n’utilisent pas ce droit de vote, mais beaucoup de personnes continueront de se plaindre et/ou râler à propos de la classe politique (en particulier, ceux qu’ils considèrent comme étant des « politiciens-professionnels » et consorts), alors même que la plupart de ces électeurs peuvent voter : ces derniers n’ont pas ou… vraiment rien compris aux enjeux de ces dernières élections malgré l’importance des compétences de la région et du département pour chacun d’entre nous (Contribuables ou… non !).

        La plupart des personnes n’ont pas lu ou n’ont pas consulté le détail des compétences de la région et du département, ou le programme des candidats, mais cela devrait (???) être différent lors des prochaines présidentielles en 2022…

        Outre un peu plus d’instruction civique (?!?) via l’Éducation nationale, il me semble difficile d’inculquer de la conscience politique à la plupart des électeurs…

        Par contre, parmi certains abstentionnistes :
        1) Il y en a qui sont toujours prêts pour râler presque en permanence, assis sur leur canapé tout en regardant la télévision ou s’indigner de certaines décisions du gouvernement (Ndlr : quelque soit la couleur du gouvernement…)

        2) Il y en a aussi qui sont toujours aptes pour se déplacer pour percevoir des aides (Ex : direction le CCAS : Centre Communal d’Action Sociale et diverses associations…) et/ou allocations familiales, par ailleurs non imposables (Ndlr : mais où est l’équité fiscale ?)

        Constats « Fourre-tout » où « En vrac »… (Ndlr : quitte à passer pour un réactionnaire !) qui conduisent une fois de plus, vers une abstention record ou un faible taux de participation :
        . Absence de culture politique, mais peut-on réellement le reprocher à certains qui sont pris par les difficultés et aléas de la vie quotidienne, lorsqu’en plus, ils ne connaissent pas ou peu, l’histoire de la France ?!?
        . Entendre ou lire, les sempiternelles excuses ou arguments tels que :
        « ça ne changera pas grand chose… »
        « je ne m’intéresse pas à la politique… »
        « aucun candidat ou politique ne me donne l’envie de me déplacer pour aller voter… »

        Bis, ter repetita : un taux record d’abstention qui est presque, sinon un « flop » civique, un échec pour notre démocratie et pour certains, « voire pour notre République … : consternant !!!

        Nota 2 : ce qui précède, est un court extrait des commentaires parus suite à l’article « Prochaines élections, dans moins d’un mois » de Joël Braud, publié le 31 mai 2021
        URL : https://alternatives-pyrenees.com/2021/05/31/prochaines-elections-dans-moins-dun-mois/

        Pour info. et/ou rappel :
        ① Article Age, couleur politique… Découvrez qui sont les nouveaux présidents des départements dans notre moteur de recherche »
        Source : site web de « franceinfo: » : par Charles-Edouard Ama Koffi – Brice Le Borgne . France Télévisions, publié le 01/07/2021

        Chapeau de l’article : « L’élection, jeudi, des présidents des conseils départementaux par les nouveaux élus a confirmé l’avancée de la droite. Carte et infographies à l’appui, franceinfo tire les principaux enseignements de ce troisième tour. »

        En-têtes de paragraphe :
        . 68 présidents de droite, 27 de gauche
        . Un renouvellement limité
        . La liste des présidentes et présidents de départements
        Et aussi :
        . Prolongez votre lecture autour de ce sujet (tout l’univers Elections Départementales 2021)
        . sur le même thème
        URL : https://www.francetvinfo.fr/elections/departementales/infographies-age-couleur-politique-decouvrez-qui-sont-les-nouveaux-presidents-des-departements-dans-notre-moteur-de-recherche_4685619.html

        ② Article « Sexe, âge, profession : quel est le nouveau visage du Sénat ? »
        Source : site web de « Public Sénat » : par Simon Barbarit, publié le 28 septembre 2020

        Chapeau de l’article : « Plus de jeunes, plus de salariés, et une répartition entre les hommes et les femmes plutôt stable, après son renouvellement de moitié dimanche soir, les principales données de la composition du Sénat. »
        URL : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/sexe-age-profession-a-quoi-ressemble-le-nouveau-senat-184770

        ③ Article « « Agés », « cumulards », « trop payés » : les sénateurs sont-ils conformes à leur caricature ? »
        Source : site web du journal « Le Monde » (Les Décodeurs) : par Gary Dagorn, publié le 25 septembre 2017

        Chapeau de l’article : « Nombreuses sont les critiques qui visent les sénateurs. Si certaines sont justifiées, d’autres sont parfois exagérées. »
        URL : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/25/ages-cumulards-trop-payes-les-senateurs-sont-ils-conformes-a-leur-caricature_5190948_4355770.html

        « Qu’est ce donc que la politique si ce ne n’est l’art de mentir à propos ? » (Voltaire : 1694 – 1778)

        « Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est étonné quand il est cru sur parole » (Charles de Gaulle : 1890 – 1970)

        « Le choix en politique n’est pas entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable » (Raymond Aron, interview : 1905 – 1983)

        • Merci pour ces citations.
          Je crois me souvenir, bien que cela date un peu maintenant, d’un certain référendum sur le traité établissant une constitution pour l’Europe, celui du 25 mai 2005. Par 54,5%, les Français se sont prononcés contre. Et alors que croyez-vous qu’il se passa ? Ce même traité en principe modifié a été soumis non pas au référendum mais au parlement qui a voté oui. On dit que le peuple est souverain et que la voix des Français ne peut être ignorée. Etonnez-vous après cela qu’il y ait comme une défiance.

  • Je suis parfaitement d’accord avec vous, d’autant plus que l’organisation de plusieurs nouvelles élections aurait un coût à la charge des… contribuables !

    / « Sans quoi, il faudrait faire comme l’élection papale, enfermer tout le monde et attendre la fumée blanche…
    : je ne pense pas avoir la patience d’attendre à moins qu’il y ait près du bureau de vote, une salle avec bar américain ET… cocktails des îles à volonté, confettis et mirlitons ! 😉 😉 😉

  • Michel LACANETTE.

    ABSTENTION, ET MAINTENANT ON FAIT QUOI ?
    Rien tant que nos responsables politiques se satisferont d’ être élus avec 10% de l’ électorat inscrit. Rien tant que la carte d’ électeur ne sera qu’ un vulgaire carton rangé au fond d’ un tiroir ou d’ un portefeuille le temps des mandatures en cours. Rien tant que la carte d’ électeur n’ accordera pas des avantages à ceux qui ont eu le courage d’ aller voter. ( dégrèvement d’ impôt comme avec les association, mais pleins d’ autres possibilités également) Rien tant que les votants ne porteront pas des revendications fortes dans le sens du droit de reconnaissance auprès des responsables politiques. Rien tant que les votants ne seront pas fédérés au sain
    d’ une fédération forte pour inciter les responsables politiques à prendre des mesures incitatives, favorable au vote.
    Peut être que nos responsables se réveilleront’ ils le jour où l’ électorat refusera carrément d’ aller voter.
    Il est regrettable que les lois françaises n’ obligent par à reconduire, autant que cela est nécessaire, le vote tant qu’un certain seuil d’ expression n’ est pas atteint.

    • / « Il est regrettable que les lois françaises n’ obligent par à reconduire, autant que cela est nécessaire, le vote tant qu’un certain seuil d’ expression n’ est pas atteint. »

      Humble avis… : si c’était le cas, bonjour le nombre de report d’élections, à planifier presque régulièrement… ET bonsoir l’organisation des élections = va falloir des Présidents de bureau de vote, des assesseurs et des scrutateurs… professionnels ou au minimum, à mi-temps ! 😉 😉 😉

      Nota : ce qui précède et dans un tel contexte, en admettant… que l’on trouve donc régulièrement, des assesseurs et scrutateurs volontaires, même itinérants, via des bureaux de recrutement ou des agences d’intérim, et ce, avant de mettre en place les bureaux de vote… 😉 😉 😉

      Bien évidemment, je peux me tromper, quoique… 😉 😉 😉

      Pour anticiper et planifier ce risque d’élections à répétition (…), vaut mieux se pencher « un peu », sur l’organisation d’un bureau de vote : 😉 😉 😉

      ① Dossier « Fonctionnement d’un bureau de vote » (Comment voter ?)
      Source : site web officiel du « Ministère de l’Intérieur »
      URL : https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Comment-voter/Fonctionnement-d-un-bureau-de-vote

      ② Dossier « Tout savoir sur le fonctionnement du bureau de vote » (Questions – réponses)
      Source : site web officiel « Service-Public.fr »
      URL : https://www.vie-publique.fr/questions-reponses/269425-le-fonctionnement-du-bureau-de-vote-foire-aux-questions-faq

      • Michel LACANETTE.

        Je pense ,que par le fait du hasard qui fait bien les choses, dés le premier tour le quota serait largement atteint.
        Autant du coté de l’ électorat que des candidats, on trouvera des solutions pour que le vote ne s’ éternise pas.
        Sans quoi il faudra faire comme l’ élection papale, enfermer tout le monde dans une même salle et attendre la fumée blanche…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *