On n’appelle plus un chat un chat.

4.6
(49)

Les instances directionnelles, politiques, économiques, financières, commerciales, sociétales…. ont créé un nouveau langage qui câline, désamorce, apaise et endort.

Un antidépresseur en somme.

Il montre une étonnante inventivité. Il a  injecté dans le discours public toute une série de mots qui ont un point commun, l’euphémisme.

Dans un petit article paru dernièrement dans Sud Ouest, j’ai pu lire« pour éviter la connotation négative du terme Ehpad, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon propose de renommer le lieu «établissement résidentiel».

Sans aucune intention d’en améliorer la gestion !

Nous sommes en plein dans l’euphémisme.

En d’autre temps on aurait parlé de politique de l’autruche.

«Fermer les yeux sur la précarité, la maladie, le déchéance, l’exclusion, c’est pratiquer une politique de l’autruche qui se retournera immanquablement contre ceux qui l’auront cautionnée» Noël Mamère.

Cela obéit bien entendu à une stratégie d’occultation des problèmes sociaux (mais pas que !) pour mieux conduire la mission ultralibérale.

Heureusement on appelle toujours un vaccin un vaccin !

En reprenant la définition d’euphémisme, je lis :«Un euphémisme, est une figure de style qui consiste à atténuer l’expression de faits ou d’idées considérés comme désagréables dans le but d’adoucir la réalité

Cela épouse donc un mouvement sociétal plus large visant à gommer la teneur négative des mots.

On n’atténue donc que l’expression afin de masquer la réalité aux âmes en grosses difficultés ou sensibles ; ces dernières la supportent très bien dans les faits, quand elles ne sont pas concernées, surtout si elle est banalisée par des répétitions incessantes. Par contre, elles n’acceptent pas qu’elle soit identifiée par des mots de tous les jours illustrant une souffrance ou simplement une infériorité des êtres et des choses.

Parmi les changements «folkloriques» citons celui du nom de certains départements :

Charente-Inférieure, Basses-Alpes, Seine inférieure, Bas-Rhin, Loire inférieure, Basses Pyrénées….

Parmi les autres, on peut être intarissable :

Préposé (facteur), capilliculteur, (coiffeur) non-voyant (aveugle), malentendant (sourd), pays émergents(pays sous-développés), troisième âge (vieillesse)…

Les personnes sont de couleur, les chômeurs des demandeurs d’emplois, on a restructuré (et non licencié), la police réalise une régulation phonique, pour une clé d’étranglement destinée à atténuer les cris d’un contrevenant…..

On ne dit plus : « en banlieue », mais « dans nos quartiers », « à la campagne », mais « dans nos territoires ». Les dépenses ne sont pas réduites mais priorisées…. Votre facture évolue, les tarifs évoluent», dissimulent une augmentation.

Les gouvernements préférent parler de « prélèvement » plutôt que d’impôt »; de « demandeur d’emploi » plutôt que de « chômeur »….

Ce gouvernement n’ose pas nommer les riches ; il les baptise « premiers de cordée»

Tout cela serait très amusant si, derrière, il n’y avait pas une volonté de dorer la pilule au petit peuple.

« La vitrine n’est pas la boutique. Se méfier des apparences, elles sont parfois trompeuses  » Patrick Louis Richard.

Explorons en effet des paradigmes comme optimisation de l’emploi, flexibilisation du marché du travail, restructuration/réorganisation du travail, expressions faisant partie du langage technocratique des décideurs.

«optimisation de l’emploi» pourrait très bien se comprendre comme une amélioration mais lorsque l’expression est euphémique, le contexte indique qu’elle s’applique en réalité à la précarisation, à la dégradation des conditions du travail qu’on doit faire avec moins de moyens. Dans cet exemple, il est question de travailler plus sans gagner davantage. La flexibilisation du marché du travail contribue à l’augmentation du chômage, constate l’Insee.

Finalement

L’euphémisme est la canne à pêche qui noie le poisson que l’on pourra cuire à sa convenance !

Un conseil a été donné il y a deux mille ans :

« Méfie-toi du faux caché sous l’apparence du vrai.» Citation de Sénèque Les lettres à Lucilius, LXXXIX – env. 64 ap. J.-C.

signé : Georges Vallet

crédits photos : Citations et proverbesCitation François d’Orcival mots : Pour surmonter les interdictions, on a dû inventer des mots…

Euphémisme — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org › wiki › Euphémisme

Un euphémisme, du grec : « ευφεμισμας / euphemismas », du grec « φημι / phêmi » (« je parle ») et le préfixe « ευ- / eu- » (« bien, heureusement »), est une …

Exemples par thèmes · ‎Définition · ‎Définition linguistique · ‎Définition stylistique

Euphémismes néosémiques au sujet de l’emploi en temps de …

https://www.cairn.info › revue-la-linguistique-2016-2-p…

de ML Díaz · 2016 · Cité 1 fois — Le lien de l’euphémisme à la néologie est indéniable, d’autant plus que l’on a pu … conditions d’utilisation, de fonctionnement, notamment en économie ».

Gouverner par euphémisme – France Culture

https://www.franceculture.fr › … › Le Billet politique

22 juin 2018 — Mais ce langage politique fait montre, pourtant, d’une étonnante inventivité. Le gouvernement, tout spécialement, a injecté dans le discours ..

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de note : 49

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *