Exagérations contre euphémismes

5
(60)

L’article de Georges VALLET : « on n’appelle plus un chat un chat » m’a poussé à me demander quel était le contraire d’un euphémisme. Et bien c’est tout simplement une exagération verbale.

Quel est le statut de l’exagération ? Et bien se sont les autres qui exagèrent. Quand j’étais petit, les marseillais avaient la réputation d’exagérer toujours, avec pour exemple la fameuse sardine, si grosse qu’elle pouvait boucher le port de Marseille.

Les anglophones ont plus de chance que nous avec cette claire opposition entre :

understatement : euphémisme

overstatement : exagération

A tord ou à raison cela classe les gens. Ainsi, les Américains sont dans l’overstatement, d’après les anglais, qui eux, sont pour l’understatement.

Chez nous se serait la classe supérieure qui invente les euphémismes pour nous rouler dans la farine, tandis que les classes populaires utilisent l’exagération pour se faire entendre. Ainsi les antivax parlent de « dictature » quand leur Président les invite très poliment à bien vouloir se faire vacciner.

On peux rigoler. On peux aussi s’inquiéter et tirer la sonnette d’alarme, car si une partie de la France s’habitue trop aux euphémismes tandis que l’autre partie exagère de plus en plus , bientôt nous ne nous comprendront plus du tout. Il faut donc revenir à une langue juste au plus près du réel ( tout en signalant quand elle passe à l’imaginaire).

Pau, le 28 Juillet 2021

Jean-François de Lagausie

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 60

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

6 commentaires

  • Nous sommes dans le DROIT, pas dans le DEVOIR, ou euphémisme et exagération se côtoient …

  • Pierre-Michel Vidal

    Je crois que plutôt que l’euphémisme ou que l’exagération nous sommes dans le déni. C’est à dire que nous ne voulons pas voir les choses en face: le virus pour ce qu’il est, le vaccin pour ce qu’il est. Un déni puéril, celui d’enfants gâtés d’un des pays les plus riches de la planète où les citoyens sont les mieux protégés par l’Etat. Ce déni conduit bien sur à la destruction de cet édifice fragile (le fameux état providence). Nous sortirons alors du déni et nous prendrons conscience de ce qu’est la douloureuse réalité.

    • jean-françois de lagausie

      effectivement

    • «Un pays les plus riches de la planète ». Aujourd’hui, á la Martinique, il y a 25 lits de réa pour 370000 habitants et ses touristes, en plus. Richesses ?
      Dans un autre domaine, l’éducation, en 2008 Mr Blanquer a enlevé, sous la présidence de Mr Sarkozy, un an de formation au bac pro et, dans la formation restante, il a divisé par deux les heures de lettres/histoire/géo. Les plus en difficulté ont été sacrifiés « par mesure d’économies»… Les protections dont vous parlez se sont effondrées au profit d’une grande bourgeoisie toujours plus avide… qui ne remboursera pas, aujourd’hui, le « quoiqu’il en coûte». Alors, oui, la France est riche, mais elle en fait de moins en moins profiter ses citoyens les plus en difficulté. Ce n’est pas un hasard s’il y a eu beaucoup plus de morts de la COVID dans les banlieues que dans le centre…
      Je comprends les gens qui défilent.

  •  » ….. bientôt nous ne nous comprendront plus du tout. »
    Il y a bien longtemps que la société française a atteint le stade de l’ incompréhension. Pour moi ça date de
    l’ époque de la guerre de 1939/45, époque ou face à l’ ennemi on a réussi à avoir deux gouvernements pour parler d’ une même voix !!!!! On a guère beaucoup évolué depuis.Ce n’ est pas ce que l’on vit et que l’ on va vivre dans les prochaines années que la situation s’ améliorera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *