Comment écrivez-vous pass(e) sanitaire ?

4.8
(75)

C’est la question posée par un journaliste de Radio classique, en fin de semaine dernière, à Jean-Marie Rouart, membre de l’Académie Française. Ce dernier, farouche adversaire du franglais, y a bien sûr, ajouté un « e ».

Je me suis donc posé la question : et moi, comment l’écrirais-je ? La réponse est évidente, je l’écrirais « P.A.S.S.O.I.R.E ».

Car la vraie question me semble être de savoir si le pass sanitaire, tel qu’il est défini, et telle qu’est instaurée son utilisation, apporte des garanties sanitaires réelles dans les lieux où il est utilisé.

Aujourd’hui, le pass sanitaire est délivré à trois types de personnes :

– celles qui sont complètement vaccinées depuis plus d’une semaine,

– celles qui ont eu un test négatif depuis moins de 72 heures, test PCR, antigénique ou autotest fait sous l’autorité d’un professionnel de santé,

– celles qui ont été déclarées atteintes par le Covid depuis plus de 11 jours et moins de 6 mois.

Ces personnes sont-elles protégées contre le SRAS-Covid-2 et ne sont-elles pas susceptibles de le transmettre ?

Pour les personnes vaccinées, on sait que la protection n’est pas parfaite. Le Ministre de la Santé a cité, à la mi-juillet, une étude réalisée par la DREES, une des directions de son ministère, sur la semaine du 28 juin au 4 juillet 2021 (note drees suivi de la crise sanitaire). Cette semaine-là, les personnes complètement vaccinées depuis plus de 7 jours représentaient 6 % des personnes dont le test PCR est positif. D’après la note citée, cette semaine-là, les personnes totalement vaccinées représentaient de 27 à 32 % de la population française. On pourrait faire des extrapolations plus ou moins vaseuses pour dire quelle est la probabilité d’être malade quand on est vacciné, l’important est de constater que cette probabilité est loin d’être négligeable. Le fait d’être vacciné n’est pas une garantie « tous risques » contre cette maladie.

Peut-on, quand on est vacciné, transmettre à d’autres la maladie ? En France, il semble qu’il y ait peu d’études sur le sujet. Une étude anglaise récente semblait dire que les vaccinés malades transmettaient moins le virus que les non-vaccinés malades, mais, aux Etats-Unis, le CDC, organisme fédéral qui s’occupe des maladies infectieuses, trouvait, lui, que la charge virale était aussi importante chez les vaccinés malades que chez les non-vaccinés malades.

Pour les personnes dont le test est négatif, cela signifie que, de 0 à 3 jours avant l’évènement où le pass sanitaire est utilisé, le test effectué s’est révélé négatif. En dehors des problèmes de fiabilité des tests, cela ne signifie pas que la maladie ne s’est pas déclenchée depuis.

En dehors des problèmes de fiabilité du diagnostic, il semble qu’il y ait peu de problèmes pour les personnes qui ont eu la maladie depuis peu.

On voit donc que les personnes auxquelles on délivre un pass sanitaire ont, globalement, moins de risques de développer la maladie que les autres, mais que ce risque n’est pas nul, loin s’en faut.

Le problème est alors dans les conditions d’utilisation de ce pass. Le décret n° 2021-955 du 19 juillet 2021 précise : « les obligations de port du masque ne sont pas applicables aux personnes ayant accédé aux établissements, lieux et événements [soumis au pass sanitaire] ». Cette décision est contestée par de nombreux médecins. La semaine dernière, une intervenante dans un débat télévisé disait qu’il fallait garder ceinture et bretelles dans la lutte contre le Covid. J’aime personnellement beaucoup la remarque, sur ce sujet, du professeur Gilles Pialoux, dans une interview au JDD le 8 août 2021, qui fait une analogie avec l’automobile : « On n’a pas enlevé la ceinture de sécurité quand est apparu l’airbag ».

Pour autant, le pass sanitaire est-il à jeter aux oubliettes ? Je pense que, si on veut l’assortir de privilèges pour les personnes auxquelles on le délivre, comme le non port du masque, il ne faudrait l’attribuer qu’aux personnes dont on a vérifié qu’elles ont un taux d’anticorps compatible avec une bonne protection, quel que soit le moyen qui leur a permis d’atteindre ce niveau de protection.

Yves-Luc Boullis

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de note : 75

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

14 commentaires

  • Mon article avait pour but principal d’attirer l’attention des porteurs de passe sanitaire sur le fait que celui-ci n’est pas une garantie absolue contre cette maladie. Il ne doit pas empêcher de recourir aux moyens mécaniques de protection que sont les gestes barrières et, en particulier le port correct du masque, même « grand public », c’est à dire couvrant les orifices du nez et de la bouche. Il semble que cette opinion ait été partagée par le gouvernement puisqu’il a annoncé, le jour où mon article a été publié, la décision de supprimer l’autorisation de ne pas porter le masque dans les lieux fermés soumis à passe sanitaire (suppression uniquement dans les départements où le taux d’incidence est supérieur, à 200).
    Il ne s’agit pas de rester enfermé chez soi, mais de limiter, à ce que chacun juge indispensable, les relations sociales, sachant que même la vaccination ne protège pas totalement contre la maladie et contre sa propagation, et même pas totalement contre ses formes les plus graves.

    Il faudra que je fasse un bilan plus complet des commentaires déjà faits pour apporter, si nécessaire, une réponse.

    • L’objectif est de trouver un équilibre entre les mesures restrictives nécessaires et le retour à une vie la plus normale possible après bientôt 2 ans de pandémie. Que l’on remette le masque obligatoire avec le pass sanitaire dans les zones où l’épidémie flambe à nouveau ça peut se comprendre, mais là où l’épidémie est sous contrôle il est quand même appréciable de revenir à un semblant de normalité sans masque. On n’est de toutes façons pas partis pour éradiquer le virus, qui va vraisemblablement rester endémique : la perspective sous masque en permanence est quand même assez déprimante.

  • On peut ergoter à l’infini sur l’efficacité des mesures prises, ce dont ne se privent pas tous les anti-tout.

    Le pass sanitaire n’a pas la prétention d’être l’outil parfait qui va empêcher toute contamination, mais statistiquement il est censé les réduire fortement entre les personnes qui « jouent le jeu », et on n’en demande pas plus.

  • Une seule question… comment a-t-on fait de 68 à 70 pour se tirer de la grippe de Hong Kong… sans passe sanitaire ? Sans confinement ? Je m’interroge depuis plus d’un an. Si quelqu’un a une réponse ?

    • Quel est le rapport ? Le virus de la grippe n’est pas un coronavirus et les dynamiques d’épidémie sont complètement différentes.

      • Le commentaire de « Profepanouie » m’a ramené dans un lointain passé. J’avais entre 20 et 22 ans à l’époque et j’étudiais la physique à la faculté des sciences de Toulouse. Je n’ai gardé aucun souvenir de cette pandémie. Je me suis donc tourné vers des sources sur Internet pour en savoir plus. La grippe de Hong-Kong n’était peut-être pas un coronavirus, comme le dit JPP, mais c’était, elle aussi, une maladie transmise par voie aérienne et plutôt contagieuse. Je ne sais pas si la notion de R0 existait à l’époque pour quantifier sa contagiosité. Elle a fait officiellement 17 000 morts, mais l’excès de décès de l’année où elle a été le plus virulente est de 40 000 morts. Dans une France qui comptait 30 à 40 % d’habitants en moins qu’aujourd’hui, c’est équivalent aux décès attribués au Covid-19 en 2020.
        Qu’est-ce qui a été fait pour lutter contre cette pandémie ? On en a peu parlé dans les médias de l’époque « pour ne pas ajouter au problème une hystérie collective » et les pouvoirs publics ont attendu que cela se passe.
        Je crois que la principale différence avec l’actuelle pandémie est dans l’évolution des mœurs. Aujourd’hui, nous ne voulons plus mourir comme si nous ne savions pas que vivre est un sport dangereux et qui se termine toujours mal. Est-ce que la sous-médiatisation voulue à l’époque était meilleure que l’actuelle sur-médiatisation de la pandémie ? Je ne sais. En tout cas, certains commentaires me laissent à penser que nous avons aujourd’hui l’hystérie collective qu’on avait alors voulu éviter.

        • C’est assez remarquable comment les forums sont remplis d’expert médicaux très pointus en virologie depuis 2 ans….

          Le « peut-être pas » est de trop : le virus de la grippe (de Hong-Kong ou pas) n’est PAS un coronavirus. C’est un virus dont les caractéristiques désormais bien connues (mutations importantes, saisonnalité…) font que les flambées épidémiques dues à un variant plus virulent que les autres s’atténuent naturellement en un ou deux ans. Donc effectivement au pire on peut ne rien faire et juste laisser passer l’orage, qui ne dure pas. Rien de tel avec les coronavirus : on peut faire le pari que cela va passer tout seul (comme l’affirmait l’inénarrable Raoult au début), mais il faut être joueur.

          Quant à « l’hystérie collective », si vous avez un proche gravement malade du covid et qu’on vous dit qu’on ne peut pas le prendre en charge en réa pour lui donner une chance de s’en tirer parce que les services sont saturés, je ne sais pas si vous serez toujours aussi philosophe face à la mort.

  • « Passe sanitaire » ou « Pass sanitaire » , je dois avouer que je m’en tape un peu, d’autant plus qu’à lire les actualités ou regarder les titres des actualités à la télé, on voit souvent les 2 orthographes !

    Je partage l’avis de M. Joël Braud : « Je ne crois pas que le passe sanitaire soit un échec. »
    … « Maintenant je rejoins Pierre-Michel Vidal lorsqu’il dit que la France vue de l’étranger nous fait honte. Serait-on devenus aussi stupides que les propos des manifestants contre le passe sanitaire le laissent entendre ? »
    Je rajouterai, même… qu’hélas, on constate des relents d’antisémitisme visibles sur quelques pancartes de certains manifestants que je qualifie d’abrutis : outre des amalgames plus que douteux, les mots ont un sens et on assiste dans ces manifestations anti-passe sanitaire, à un écoeurant concours de slogans répugnants !!!

    « Passe sanitaire ou Pass sanitaire, peu m’importe !!!, d’autant plus que « pass sanitaire » est mentionné dans les 2 dictionnaires « Larousse » et « Le Petit Robert » (Édition 2022) parus en juin 2021…

    De plus, dans sa communication (Sites web officiels), le Gouvernement français utilise « Pass sanitaire » …. 😉 😉 😉
    Pour vérifier, n’hésitez pas à consulter les actualités sur l’un des sites officiels d’information…
    URL : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/pass-sanitaire

    Divers (???) :
    Préalable et/ou avertissement : « anti-passe sanitaire » « anti-pass sanitaire », passez votre chemin, quoique…

    Lire l’article « Désobéissance : ces restaurateurs qui refusent de contrôler le passe sanitaire (et l’assument) »
    Source : site web du magazine « Marianne » (Société . Santé) : par Alexandre Samaha et Vincent Geny, publié le 12/08/2021

    Chapeau de l’article : « Depuis ce lundi 9 août, les restaurateurs doivent vérifier le passe sanitaire de leurs clients. Une mesure loin de faire l’unanimité dans la profession. Entre désobéissance, système D et résignations, les réfractaires racontent à « Marianne » leurs stratagèmes. »

    En-têtes de paragraphe :
    . 1 Vente à emporter
    . 2 « Qu’ils viennent me chercher »
    . 3 Préserver le client
    . 4 Tout fermer
    URL : https://www.marianne.net/societe/sante/desobeissance-ces-restaurateurs-qui-refusent-de-controler-le-passe-sanitaire-et-lassument

    Rappel : par ailleurs et pour les restaurateurs et cafetiers, qui restent et resteront très minoritaires, ceux… qui ne souhaitent pas appliquer l’obligation de demander à leurs clients, la présentation du passe sanitaire : outre le risque de la diffusion de la pandémie, merci de bien vouloir rembourser les aides financières que vous avez perçues de l’État français… et gare à ne pas être tenu responsables du risque d’hospitalisation et au pire, du décès de certains de vos clients, en bref, mise en danger de la vie d’autrui !!!

    Bis repetita : et merci, à tous ceux, restaurateurs et cafetiers, qui acceptent déjà, de respecter la loi, par respect pour leurs clients !

    Pour les autres restaurateurs et cafetiers « contestataires et rebelles » : vous avez le choix et la possibilité de vous exiler et quitter la France avec « sa dictature sanitaire, sinon pays considéré par certains, comme étant une dictature ! » ET ouvrir votre commerce dans d’autres « démocraties » telles et entre autres, que la Biélorussie (si proche et dernière dictature en Europe) ou en Asie dans des pays tels que la Chine, la Corée du Nord, la Malaisie, la Birmanie et éventuellement en Russie…

    Pas sûr, que là-bas, vous obteniez des aides financières comme en France (Nota : merci aux contribuables français…)

    « Last but not least » : j’arrête là, mes élucubrations, que l’on peut, bien évidemment rejeter, partiellement ou en bloc !!! ;-( ;-( ;-(

    Bonnes vacances, restez prudents en respectant les règles sanitaires ET … humble avis : évitez ou fuyez les restaurants ou bars, qui ne vous demandent pas de présenter votre passe sanitaire OU pass sanitaire !!! 😉 😉 😉

  • La vaccination obligatoire s’imposera par les faits à venir alors pourquoi attendre qu’un variant encore pire, encore plus meurtrier et incontrolable arrive pour en décider ?
    Les stupides sont de plus en plus nombreux à mesure que les systèmes éducatifs cèdent leur place du temps consacré aux applications interactives qui proposent des jeux olympiques permanents du pueril, du nombrilisme consumériste qui abrutissent le monde à petit feu sous couvert de  » partage  » et de quête du  » follower  » .
    Avec tiktok les Chinois hisse la barre encore plus haut que les Americains Snapchat, instagram et twitter , le tout permettant une collecte générale de données personnelles gigantesque qui servent aujourd’hui à faire de l’argent . Demain ? …

    Est il utile de perdre du temps décisif pour convaincre les victimes de ces outils déjà perdus dans leurs déraison complotiste, de plus en plus souvent assortie de racisme et d’antisémitisme ? Je ne crois pas . Plus on attend plus la décision sera dangereusement contestée car la violence verbale des réseaux sociaux se traduit malheureusement en acte de plus en plus souvent aussi, c’est un enchainement parfaitement connu dans l’histoire de l’humanité ( avec ou sans société numérique ! ) .

  • Pierre-Michel Vidal

    Si je comprends bien comme le pass-sanitaire sera forcément un échec, il faut donc: rester à la maison. Continuer à toucher des aides sans travailler (très important!). Et attendre que ça passe en se collant devant la télé.
    La France -vue de l’étranger- me fait honte! On ne fait que critiquer. On se réclame de scientifiques qui disent le contraire les uns des autres. Le pouvoir recule et cède petit à petit. L’antisémitisme est omniprésent. Le RN fait sa loi. On n’est pas sorti de l’auberge.

    • Je ne crois pas que le passe sanitaire soit un échec. Il a permis une augmentation du nombre des vaccinations dans des proportions importantes. Mais c’est vrai cette incitation s’essouffle. Un journal (Gala 9/8/21) titrait : « Martin Blachier, épidémiologiste : « Le passe sanitaire n’a aucune utilité ». Un titre trompeur car en lisant l’article on apprend que ce médecin est beaucoup plus nuancé que le titre ne le laisse supposer. Il dit : »Je considère très simplement que le passe sanitaire n’a aucune utilité s’il n’est pas un moteur du nombre des vaccinations tous les jours ». Ce qui, vous en conviendrez est différent. Le passe sanitaire à pour objectif essentiel de faire augmenter le nombre des vaccinations. Il faut maintenant créer d’autres contraintes pour arriver à un taux de vaccination permettant d’espérer une « immunité collective », environ 80% de la population.
      Maintenant je rejoins Pierre-Michel Vidal lorsqu’il dit que la France vue de l’étranger nous fait honte. Serait-on devenus aussi stupides que les propos des manifestants contre le passe sanitaire le laissent entendre ?

  • Michel LACANETTE.

    J’ ai entendu ce matin à la radio que certains titulaires de pass sanitaire louent leur portable, afin de faire profiter des resquilleurs. Ceci d’ autant facilement que les restaurateurs et cafetiers, ainsi que sûrement d’ autres professions ne demandent pas la vérification de la carte d’ identité. La prochaine étape est qui faudra la photo sur le pass sanitaire . Cela prouve que l’ humain ne manque pas d’ imagination.

    • Si les bars et restaurants ne vérifient pas l’identité des clients, c’est parce que le gouvernement les y a autorisés, constatant que le surplus de travail généré par cette double vérification était trop élevé. Cela enlève une grosse partie de la crédibilité du pass(e) sanitaire dans ces établissements. Il suffit d’en avoir un valable, même si ce n’est pas le sien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *