L’incohérence dans la gestion des transports urbains palois

5
(245)

Dans la chaleur et la torpeur de l’été, à l’époque où chacun est préoccupé par bien d’autres choses, la communauté d’agglomération se lance dans des projets à la logique bien mystérieuse. C’est ainsi que la communauté d’agglomération, sans qu’il soit jugé nécessaire d’une délibération, envisage l’achat d’un second électrolyseur producteur d’hydrogène (La République 31.8.2021). On sait, pour avoir évoqué le sujet dans ces pages, les problèmes de fonctionnement de celui qui est déjà en service.

Sur une période d’existence de 20 mois, l’électrolyseur actuel, conçu pour alimenter les bus dit à haut niveau de service, n’a fonctionné de façon normale que durant 6 mois. Pendant ces périodes de carence, il a fallu faire livrer de l’hydrogène par camions citernes en provenance de Lyon. Le bilan carbone dont certain vantent la positivité n’a pas dû être au rendez-vous. Cela n’a pas d’importance, les élus évitent soigneusement d’évoquer le sujet. Seule la presse locale se hasarde timidement à en parler. Malgré cela, il n’y a pas de problème, puisqu’on vous le dit. Nicolas Patriarche, président du Syndicat Pau Béarn Pyrénées mobilité, propriétaire du réseau, n’hésite pas à affirmer : « ce projet est une véritable réussite. Une première en exploitation réelle sur une ligne majeure d’un réseau. C’est un exemple qui fonctionne ». Et de nous préciser les tonnages de production d’hydrogène en oubliant avec précaution de reprendre ce qu’il avait dit précédemment sur ce même sujet. Il reconnaissait en effet qu’il y avait des problèmes et ajoutait que c’était une chance parce que l’électrolyseur n’avait pas encore été payé en raison précisément de ces dysfonctionnements. Mémoire défaillante sans doute !

Alors puisque cela fonctionne si bien, la communauté d’agglomération vient de commander quatre bus supplémentaires à hydrogène. Il seront d’une longueur de douze mètres et seront livrés en juillet 2022. Le coût à ce jour n’est bien sûr pas divulgué.

Alors puisque cela fonctionne à la perfection, la communauté d’agglomération envisage de programmer la construction d’un second électrolyseur producteur d’hydrogène. Il sera également en fonctionnement au second semestre 2023. Son coût n’est évidemment pas affiché. Certains avancent le chiffre de 4 à 5 millions d’euros. On sait seulement que l’agglomération est en recherche de financement. Ce ne serait donc qu’un projet puisque rien n’a encore été débattu au niveau des instances décisionnaires.

On pourrait ajouter à tout ces bilans que les parkings relais ne connaissent pas la fréquentation attendue, c’est là un euphémisme. Ce sujet a déjà été débattu ici. La très faible fréquentation du parking relais à l’angle du boulevard de la Paix et des allées Catherine de Bourbon connaissait, lors de sa période de gratuité, une fréquentation d’un maximum de 10 voitures sur un potentiel de 315 places. Alors devant un tel succès, il a été décidé  de le rendre payant. Le résultat a en effet été au rendez-vous puisque maintenant ce ne sont jamais plus de 5 voitures qui y stationnent.

Beaucoup en de telles circonstances se seraient montrés précautionneux, voire dubitatifs sur de tels projets. D’autant que les chiffres de la fréquentation ne sont pas particulièrement favorables. Certaines statistiques font ressortir une baisse de la fréquentation des transports en commun palois de l’ordre d’environ 35% entre 2019 et 2020. Fallait-il attendre de se refaire une santé avant de se lancer dans de nouvelles dépenses ? Espérons une reprise pour 2021 lorsque nous serons sortis de cette période de pandémie.

Pau, le 6 septembre 2021

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 245

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

9 commentaires

  • La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable a posté la vidéo de la table ronde sur l’hydrogène vert. (videos.senat.fr). du 3 février 2021 .
    -Seules de grosses centrales d’électrolyse pourraient produire de l’hydrogène décarboné à un coût raisonnable,
    par exemple avec des centrales photovoltaïques en Espagne, au Portugal , au Maroc, en Australie…
    -et de nombreux autres avis…

    • Cette séance de commission sénatoriale est révélatrice de la situation . Une certaine élite politico industrielle nous entraine dans des dépenses faramineuses depuis 5 ans sur cette aventure chimérique de l’hydrogène en nous promettant monts et merveilles ….
      Quand deux parlementaires l’un Républicain, l’autre socialiste posent trois questions chacun , les trois experts pro hydrogène et non des moindres, se mettent à patauger dans leurs réponses, posent un postulat inconditionnel qui consiste d’emblée à affirmer que l’électricité nucléaire est décarbonnée, pour essayer de crédibiliser les quantités nécessaires à l’implantation d’une économie que leur propres organismes affichent , tel que l’objectif de 100 000 camions à l’horizon 2030 … L’expert réalise en direct que les objectifs de production d’électricité pour remplacer l’hydrogène par vaporeformage industriel qui consomme 1 Million de Mégawatt + alimenter les 100 000 camions + les trains + les bus + la sidérurgie est totalement incohérente et inateignable …
      Les questions suivantes des sénateurs sont rassurantes de par leur qualité mais achèvent de faire bafouiller le directeur général de France Hydrogène empêtré dans ses dérisoires arguments .

      La qualité des questions des sénateurs restent rassurantes à conditions qu’ils n’en restent pas là et exigent une mise en ordre de la stratégie Française qui gaspille énormément d’argent dans la mobilité hydrogène alors que nous savons par avance que nous n’aurons jamais l’electricité suffisante pour alimenter toutes les déclinaisons avancées par les promoteurs et déjà citées.

      Ce qui est moins rassurant c’est cette façon qu’on le représentant du ministère et le représentant de France hydrogène d’expliquer que de toute façon  » ils avancent, ils engagent, ils poussent, ils soutiennent « et ne se posent aucune questions par rapport aux faiblesses flagrantes mises en evidence par les questions des sénateurs .

      Merci Dudule pour cette info .

  • Pour info. et/ou rappel : retranscription des propos tenus sur la radio locale « France Bleu Béarn » le mercredi 8 septembre 2021 et… sauf erreur de ma part… 😉 😉 😉

    Source : site web de la radio « France Bleu Béarn Bigorre » (FM : 102.5)
    Les infos de 08h00 du mercredi 08 septembre 2021 (Les journaux de France Bleu Béarn : Actus du jour)

    Écouter sur Apple Podcasts :
    URL 1 : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/les-infos-de-08h00-du-mercredi-08-septembre-2021/id1188277352?i=1000534663205
    Durée totale des infos du 8 septembre 2021, incluant le passage sur l’incident d’un des Fébus : 08mn 04secondes

    URL 2 : https://www.francebleu.fr/emissions/nos-journaux/bearn

    Sauf erreur de ma part… (bis repetita), retranscription pour les personnes sourdes et malentendantes :

    Présentation (Animatrice radio + Mathias Kern) à 8h04 :
    « Les Fébus vont pouvoir rouler normalement aujourd’hui, dans les rues de Pau.
    Tout est rentré dans l’ordre après cette fuite d’hydrogène avant-hier soir au centre d’exploitation Idélis, avenue Larribau, fuite détectée au niveau d’un réservoir de l’un des bus au moment de son remplissage.
    Le personnel a été rapidement évacué. Les pompiers sont intervenus pour sécuriser les lieux.
    C’est le premier incident de ce type, qu’Idélis doit gérer, depuis la mise en service des Fébus, bus à hydrogène, il y a 2 ans.
    Hier, des équipes techniques ont examiné le bus en question, mais tout est conçu pour maîtriser au mieux la situation, dit Jean-Bernard Feltmann, le Directeur-Général d’Idélis. »

    Réponse du Directeur-Général d’Idélis : « On ne prends pas de risque avec l’hydrogène, donc il y a surabondance de capteurs de sécurité qui entourent le bus, puisque effectivement c’est un gaz très volatile qui n’a pas d’odeur et qui ne se voit pas, et donc il faut donc être très attentif, c’est pour ça qu’en fait, autant pour la station de production que sur le bus, vous êtes entourés de détecteurs de sécurité, de capteurs d’hydrogène qui a la moindre fuite, en fait, donnent l’alerte.
    L’hydrogène a quand même un avantage, c’est que c’est le gaz le plus volatile et donc il a tendance, lorsqu’on est en plein air, à s’évacuer rapidement en l’air et ce gaz s’enflamme bien plus tard que l’essence, le point d’éclair, donc le point d’inflammation de l’hydrogène est à 600°, donc il faut déjà avoir une température assez excessive, alors que le point d’éclair de l’essence ou du gas-oil est à 250°, donc, je veux dire, au niveau de l’inflammation , il y a moins de risque que sur l’hydrogène.
    »

    Suite et conclusion du journaliste (Mathias Kern) : « Voilà pour ces précisions techniques, ces explications au micro de Flore Catala.
    La fuite provient d’un problème de joint au niveau du réservoir de bus, a donc été réparée, pas de soucis pour le trafic des Fébus aujourd’hui, dans l’agglomération de Pau. »

    Rappels (Articles du journal « La République des Pyrénées »)
    ① Article « Pau : les pompiers mobilisés dans la nuit sur une fuite d’hydrogène sur un bus » : publié le 7 septembre 2021 à 7h33
    Chapeau de l’article : « L’alerte a été donnée vers 23 heures ce lundi soir : une fuite d’hydrogène s’est produite lors du remplissage d’un bus au centre d’exploitation Idélis de l’avenue Larribau. »
    URL : https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2021/09/07/pau-les-pompiers-mobilises-dans-la-nuit-sur-une-fuite-d-hydrogene-sur-un-bus,2853089.php

    ② Article « Fuite d’hydrogène au dépôt Idélis : l’incident est maîtrisé et « le réseau fonctionne normalement » » : par Kevin Estrade, publié le 7 septembre 2021 à 11h35
    Chapeau de l’article : « Des agents d’Idélis, de Van Hool et d’Engie examinent en ce moment les raisons de la fuite d’hydrogène survenue ce lundi soir lors du remplissage de Fébus. Un incident qui n’a pas eu d’impact sur la circulation des bus à hydrogène ce mardi matin. »
    URL : https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2021/09/07/fuite-d-hydrogene-au-depot-idelis-l-incident-est-maitrise-et-le-reseau-fonctionne-normalement,2853140.php

    ③ Article complet « Hydrogène : une fuite constatée sur un Fébus » : par Kevin Estrade, publié le mercredi 8 septembre en page 7 (Pau & Agglo)
    Chapeau de l’article : « Une fuite d’hydrogène a eu lieu ce lundi soir au dépôt d’Idélis durant la phase de remplissage d’un Fébus. Un incident sans gravité mais qui fait néanmoins l’objet d’expertises poussées. »

    Nota : N’étant pas un ingénieur chimiste et/ou spécialiste des sources d’énergie exploitables pour les transports (hydrogène, énergies fossiles renouvelables ou non), je laisse le soin, à d’éventuels commentateurs d’apprécier la pertinence des propos cités ci-dessus…
    D’avance merci.

    • Humble avis de… non-spécialiste des sources d’énergie exploitables pour les transports (hydrogène, énergies fossiles renouvelables ou non) et encore moins, professeur ou ingénieur chimiste :

      Que le Directeur Général d’Idélis prenne la parole sur les ondes de « France Bleu Béarn Bigorre » (FM : 102.5), pour donner des explications, se rassurer lui-même et rassurer les usagers et les contribuables, quoi de plus normal.

      Sans doute, bien « briefé » des éléments de langage appropriés, il oriente son propos vers le risque d’inflammation qui aurait pu avoir lieu. Est-ce là le véritable problème ?

      En plein jour les flammes de l’hydrogène sont invisibles et atteignent, si mes informations sont exactes, 2000 degrés. Il est établi par l’expérience vécue par d’autres centrales à hydrogène que le principal risque est l’explosion. Imaginons une fuite qui se répand dans un endroit clos avec un système d’alarme défaillant. Hypothèse sans doute très pessimiste mais pas irréaliste. Alors il suffira d’une très faible impulsion électrique, d’une étincelle pour entraîner une explosion de forte intensité.

      Bien sûr lorsqu’on est chargé d’un dispositif tel que celui-là on évite devant le public d’évoquer cette hypothèse.

      Tout indique qu’à Pau, s’est produite une importante fuite. Les pompiers sont restés plus de trois heures sur place, cela constitue à n’en pas douter une indication. Rappelons que selon des données techniques auxquelles on peut avoir accès, que la pression dans les réservoirs est de l’ordre de 350 bars.
      A titre de comparaison pour le gaz il faut seulement 20 bars. La première précaution technique est donc de veiller à l’étanchéité des réservoirs.

      Il semble qu’à Pau c’est ce qui a été défaillant. Or un joint cela s’use et en vieillissant perd de son pouvoir d’étanchéité. C’est sur ce point que devra se concentrer la maintenance.

      Mais soyons réaliste, nous avons évité une explosion à Pau espérons que grâce à la fiabilité des systèmes d’alarme et la technicité des pompiers, il ne s’en produira pas.

      Par ailleurs, à la fin de son interview par la journaliste de « France Bleu Béarn Bigorre », le Directeur Général d’Idélis, dit le contraire de ce qu’il essaye de démontrer : « le point d’inflammation de l’hydrogène est à 600°, donc il faut déjà avoir une température assez excessive, alors que le point d’éclair de l’essence ou du gas-oil est à 250°, donc, je veux dire, au niveau de l’inflammation , il y a moins de risque que sur l’hydrogène. » … Lapsus révélateur ?

      Bien évidemment, je peux me tromper et donc, j’arrête là, mes élucubrations, quoique…. 😉 😉 😉

  • Pas sûr que ces décisions concertées ou non au sein du Conseil municipal, décisions pertinentes ou non, fassent :

    1) diminuer le niveau d’endettement de la ville de Pau… ;-( ;-( ;-(

    Rappel : article « L’endettement de Pau » : par Joël Braud, publié le 10 mai 2021
    Chapeau de l’article : « P A l’issue du premier mandat de François Bayrou, il est instructif de faire un bilan de la gestion financière pendant l’exercice. La référence est bien sûr l’année 2019 comparée à l’année 2014. Ces deux étapes correspondent au début et à la fin du mandat. L’analyse repose sur divers documents dont les liens figurent in fine. »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2021/05/10/lendettement-de-pau/

    2) diminuer le montant des taxes foncières pour les propriétaires d’un bien immobilier à… Pau ;-( ;-( ;-( : à vot’ bon coeur et… porte-monnaie, Mesdames et Messieurs les contribuables palois(es) !

    P’tite piqûre de rappel pour les contribuables palois (Nota : le non-contribuables s’en tapent un peu de toutes les décisions d’investissement décidées par l’équipe dirigeante de la ville de Pau…) :
    Avertissement (gratuit) : pas de délivrance d’un passe sanitaire, même après la lecture des articles ci-après… 😉 😉 😉

    Articles parus sur le site « Alternatives Pyrénées » + les commentaires en prime… : 😉 😉 😉

    ① Article « BHNS, Fébus alias l’unique au monde » : par Joël Braud, publié le 26 avril 2021

    Chapeau de l’article : « Parce qu’ils sont d’une discrétion de violette, les journaux locaux n’ont pas abordé le sujet. Il faut cependant que vous le sachiez : la station de production d’hydrogène ou électrolyseur est encore en panne. Les bus sont alimentés grâce à des livraisons effectuées par des poids lourds. »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2021/04/26/bhns-febus-alias-luniquaumonde/

    ② Article « Décidémment, Fébus encore en panne ! » : par Joël Braud, publié le 23 novembre 2020

    Chapeau de l’article : « Et voilà qu’en cette seconde période de confinement, nous avons droit à une nouvelle absence du bus à hydrogène. Ce dernier baptisé « l’uniquaumonde » par qui vous savez devait être très performant. Déjà en juillet et août 2020, un arrêt technique dû à un dysfonctionnement de la station à hydrogène, nous avait valu un arrêt de près de deux mois. Si ça continue comme cela, nous allons nous habituer aux défaillances du Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2020/11/23/decidement-febus-encore-en-rade/

    ③ Article « Gaston, toujours en panne » : par Joël Braud, publié le 17 août 2020

    Chapeau de l’article : « Vous l’aurez compris, ici Gaston se nomme Fébus, alias BHNS (bus à haut niveau de service), alias « l’uniquaumonde ». Depuis le temps qu’on en parle nous en sommes venus à un degré d’intimité qui autorise cette familiarité. Les bus à hydrogène sont toujours pour leur majorité bloqués au dépôt. Un gouffre financier qui ne tient pas ses promesses. »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2020/08/17/gaston-toujours-en-panne/

    ④ Article « Mais où est passé le bus à hydrogène ? » : par Joël Braud, publié le 27 juillet 2020

    Chapeau de l’article : « A Pau, le bus à hydrogène ou Bus à Haut Niveau de Service, nommé Fébus se fait de plus en plus discret. Au point que pour apercevoir ce véhicule qualifié par le maire de transport en commun unique au monde, il faut être très attentif. Mais que se passe-t-il donc ? »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2020/07/27/mais-ou-est-passe-le-bus-a-hydrogene/

    ⑤ Article « Coût de fonctionnement de Fébus » : par AltPy Rédacteurs, publié le 21 décembre 2019

    Chapeau de l’article : « Je vous prie de bien vouloir trouver ci joint un communiqué de presse et vous remercie par avance de votre attention.
    Bien cordialement. » André Duchateau
    URL: https://alternatives-pyrenees.com/2019/12/21/cout-de-fonctionnement-de-febus/

    ⑥ Article « BHNS, trop beau pour être vrai » : par Joël Braud, publié le 24 juin 2019

    Chapeau du dossier : « Sans doute en raison de la proximité des élections municipales l’équipe actuellement en responsabilité de la gestion communale se félicite de son bilan. Viennent en premier lieu les louanges sans nuances à propos du bus à haut niveau de service. Les superlatifs ne sont pas économisés au point que pour le lecteur cela devient quelque peu suspect. Et s’il était trop tôt pour dresser un bilan. »
    URL : https://alternatives-pyrenees.com/2019/06/24/bhns-trop-beau-pour-etre-vrai/

  • Alors Fébus c’ est un joujou extra d’ enfant gâté, qui fait  » crac, poum, uh  » comme chantait Jacques Dutronc dans sa célèbre chanson Les Playsboys. Pauvres contribuables Palois ils sont pas au bout de leur peine.

    • Pour ce qui est du choix hydrogène, c’est exactement ça avec en toile de fond un lobby énergétique industriel surpuissant qui oriente et fait décider ce qu’il veut à ses marionnetttes . Des marionnetttes qui ont dans leurs mains nos contributions directes et indirectes à toutes les échelles des pouvoirs institutionnels.  » Il y a du gavage dans l’air …. » Chantait Souchon sur un air de rumba !

  • Décidemment l’hydrogène pose problème. Les pompiers ont dû intervenir avenue Larribau, le lundi 6 septembre à 23 h pour une fuite d’hydrogène. Information de France bleu Béarn Bigorre.

    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/pau-les-pompiers-appeles-pour-une-fuite-d-hydrogene-au-depot-des-bus-idelis-1630990960

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *