Parcours du combattant (1)

5
(123)

Ceux qui ont effectué leur service militaire – ils doivent être de plus en plus rares – se souviennent de ce qu’était le parcours du combattant. Un exercice physique qui consistait à courir sur un itinéraire d’environ 500 mètres, semé d’obstacles les plus divers. Le tout chronométré. C’est aussi l’expérience qu’a vécu un citoyen palois qui a rencontré tant de difficultés pour faire valoir ses droits.

Ce citoyen palois que nous nommerons le « requérant » pour plus de facilité, a constaté en novembre 2018 la dégradation du caveau familial dont il est le concessionnaire dans un cimetière de Pau. Comme tous les ans, en novembre, il se rend auprès de la tombe pour un hommage à ses parents. Il en profite habituellement pour fleurir et effectuer un entretien. Cette année-là, il constate que la tombe a été endommagée de façon importante puisqu’un bandeau latéral de soutien en ciment a disparu. Il en résulte qu’un espace s’ouvre sur ce qui est appelé la fosse. Du même côté se trouve une sépulture en pleine terre qui est récente. Tout indique que ce dommage est la conséquence des travaux voisins. Il se rend donc au bureau des gardiens du cimetière et là on lui explique qu’effectivement, en décembre 2017, une inhumation a été effectuée dans la sépulture voisine. On lui conseille donc d’adresser une correspondance à la ville de Pau.

Sans attendre, fin novembre, il adresse cette correspondance dans laquelle il essaie d’être le plus explicite possible. En janvier 2019, n’ayant pas obtenu de réponse, le requérant décide alors de se rendre à la mairie au service compétent. Là il est reçu par une personne très aimable qui s’engage à contacter le concessionnaire de la tombe voisine. Puis rien. Alors notre Palois prend contact avec cette même personne du service des cimetières et affaires funéraires, qui lui fait savoir qu’elle a pu joindre le concessionnaire de la tombe voisine et que ce dernier n’est pas disposé à effectuer une remise en état. Devant ce blocage, le requérant s’adresse alors à Thibaud Chenevière, maire adjoint chargé du quartier où il est domicilié. Celui-ci, le 3 septembre 2019, répond qu’il fait le nécessaire pour relancer les services et le suivi des travaux. A partir de là, le requérant est persuadé que le problème a enfin trouvé une solution et que les travaux de remise en état de son caveau devraient en principe être très prochainement commencés. Il se dit rassuré.

Puis le temps passe, aucune autre information ne lui parvient. Devant ce silence, il se rend une nouvelle fois au cimetière. Il constate que les réparations n’ont pas été effectuées ni même débutées. Le requérant décide d’écrire, une nouvelle fois, au maire de Pau. Il se souvient que lors du « grand débat » plusieurs personnes avaient pris la parole pour dire à François Bayrou, que leurs lettres n’avaient pas reçu de réponse de sa part. L’édile avait alors conseillé de rédiger les lettres à son intention personnelle. Fort de cette indication, il envoie, en conséquence, sa correspondance à la date du 6 février 2020, en recommandé avec accusé de réception à l’intention personnelle de François Bayrou, maire de Pau.

Ici s’achève la première partie de cette aventure. Mais le Palois étant difficile à décourager, il envisage de donner une autre dimension à sa requête. Ce sera l’objet du second épisode à paraître la semaine prochaine

Pau, le 11 octobre 2021

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 123

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • On ne peut pas tout avoir : un maire d’une envergure nationale (et peut-être internationale), et qu’il tienne de surcroit ses promesses. Ne soyons pas exigeants !

  • Bien d’accord avec cet exposé . En fait si vous n’avez besoin de rien …vous pouvez toujours vous adresser a MR le Maire et attendre sa réponse et pour ce qui est des solutions ..c’est encore plus long

  • Parfois la mairie fait penser à une forteresse médiévale qui se protège des manants. On a du mal à faire baisser le pont levis pour y accéder. La pandémie et la lutte contre les attentats n’ont pas aidé.

  • Pour garder le sourire, rester de bonne humeur, et sans trop exagérer, quoique… :

    J’ai comme l’impression, que l’histoire se répète… car que de fois ai-je entendu d’une personne s’adressant à Monsieur le Maire : « je vous ai écris mais je n’ai jamais reçu de réponse…« , air connu lors de réunions publiques à la Mairie (Forum citoyen dans la salle des mariages, le vendredi soir à 18h), forum pour rencontrer les principaux adjoints de notre Maire qui est parfois présent lorsqu’il n’est pas retenu par d’autres obligations ou n’est pas à… Paris. 😉 😉 😉
    Nota : je ne sais pas si ce « Forum citoyen » sans ordre du jour préalable, continue d’exister… (?!?)

    Que ce requérant fasse attention :
    1) car à force d’attendre une réponse à sa ou ses lettres recommandées avec AR, il risque de finir par se lasser et finalement abandonner…
    2) car au bout de 3 ans, il y a peut-être prescription pour la résolution de sa requête…

    Au bout de quelques décennies, le requérant sera peut-être ailleurs : en cendres ou sous terre… et l’action de ce dernier sera donc éteinte à force d’avoir attendu, même avec l’envoi par ses proches, d’une nième lettre post mortem… 😉 😉 😉

    / « Mais le Palois étant difficile à décourager… » : et les autres qui ne sont pas Palois ??? 😉 😉 😉

    L’efficacité de certains élus ou édiles de la ville de Pau, frise parfois l’insolence… et les patous palois (contribuables ou non), peuvent continuer d’aboyer mais finiront eux aussi par se décourager ou se lasser… 😉 😉 😉

    • C’est curieux comme il y a des gens, qu’ils soient maires ou présidents d’un conseil général, qui sont aimantés par Paris. Ils se rêvent d’un destin national sans doute. Mais ne vous inquiétez pas, le « requérant » a trouvé une méthode que vous découvrirez dans le prochain épisode. Sera-t-elle couronnée de succès ? Suspense, suspense !

Répondre à Jacques Dupé Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *